Abbayes Médiévales

Vous etes ICI : Accueil > France > Abbayes Médiévales 

Votre Hôtel :  Paris    Val de Loire    Nice     Marseille     Alpes     Lyon     Toulouse     Bordeaux     Nantes     Rouen  

Le Moyen-Age s'étend du VIème siècle jusqu'à la fin du XVème, soit près de mille ans. Il nous a laissé deux principaux types d'édifices: les Châteaux-forts pour les constructions militaires et les Eglises pour les édifices religieux. Ces deux types de bâtiments illustrent bien les principaux caractères de la période: la guerre qu'elle soit publique ou privée et la religion chrétienne qui a règlé la société médiévale. Perspective sur les ruines de l'ancienne église abbatiale de Cluny
 
Les Abbayes étaient des monastères où des moines (hommes ou femmes) menaient une vie de prière et de travail loin des biens et des sollicitations de la société, même si cette vision idéale n'a pas toujours été conforme à la réalité.
La conception de l'église abbatiale et des bâtiments monastiques de l'Abbaye reflète bien les préoccupations et la manière de vivre des moines. Leur organisation est devenue complexe avec le temps surtout dans les grandes abbayes.
 
Ces établissements ont pris une grande importance au Moyen-Age car au delà de leur fonction religieuse, ils sont bien souvent devenus les centre de l'activité intellectuelle et les dépositaires du savoir.
 
                            Perspective sur les ruines de l'ancienne église abbatiale de Cluny
 
Un certain nombre d'Abbayes sont présentées dans cette page en commençant par la plus spectaculaire: l'Abbaye du Mont Saint Michel qui reçoit chaque année un nombre impressionnant de touristes.
 
La visite continue avec les édifices à Paris: l'Abbaye Saint Germain des Prés et autour: l'Abbaye Saint Père de Chartres.
 
Suivent les Abbayes de Bourgogne avec en particulier Vézelay, Cluny et Paray le Monial.
 
L'étape suivante est la Touraine, le Maine et l'Anjou et le Poitou-Saintonge, le Limousin, le Périgord et Quercy pour s'achever avec la Provence.
 

Visitez:    Abbaye du Mont St Michel     Abbaye St Germain des Prés à Paris     Abbaye Saint Père à Chartres    
 
Abbaye de Vézelay     Abbaye de Cluny     Abbaye de Paray le Monial     Abbaye de Charlieu    
 
Abbaye St Martin de Tours     Abbaye de Marmoutier     Abbaye St Julien de Tours     Abbaye de Cormery    
 
Collégiale de Candes     Abbaye de Fontevraud     Collégiale de Cunault    
 
Abbaye de Vendôme     Abbaye Notre-Dame de la Couture - Le Mans
 
Eglises Romanes du Poitou     Eglise Notre-Dame la Grande     Abbaye de Saint-Savin    
 
Collégiale de Chauvigny     Abbaye de Saint-Jouin de Marnes    
 
Prieuré Saint Eutrope de Saintes             Abbaye aux Dames de Saintes
 
Abbaye de Solignac             Abbaye Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne      
 
Abbaye Sainte Marie de Souillac       Abbaye Saint Pierre de Moissac       Abbaye de Lérins

En savoir plus sur:     L'Art Roman     Les Cathédrales de France     L'Architecture religieuse Médiévale
 


     Avec Google

 

Hôtel en France     Hôtel de la Côte d'Azur     Hôtel du Val de Loire     Hôtel dans les Alpes     Hôtel en Europe     Autres Pays
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes de France :
Paris  Nice  Marseille  Aix en Provence  Montpellier  Toulouse  Bordeaux  La Rochelle  Nantes  Angers  Le Mans  Tours  Orléans
Brest   Rennes   Caen   Rouen   Amiens   Lille   Metz   Nancy   Strasbourg   Besançon   Lyon   Annecy   Grenoble   Clermont-Ferrand  


Visitez:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Notre-Dame de Paris       La Cathédrale de Chartres       Abbaye de Fontevraud       Le Mont Saint Michel
 
Eglises Romanes du Poitou     Saintonge Romane     Abbaye de Saint Savin     Eglises Romanes du Limousin     Abbaye de Moissac
 
L'Architecture Romane en Castille et Leon (Espagne)    

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts



Les Abbayes en France

Historique

Les premieres abbayes ont été fondées en France à la fin du IVème siècle. Ainsi Saint Martin fonde, en 360, l'Abbaye de Ligugé en Poitou, puis celle de Marmoutier près de Tours. Saint Honorat fonde, vers 410, une Abbaye aux Îles Lérins.
Pendant le Haut Moyen-Age (VIème au Xème siècle), de nombreuses Abbayes ont été créées et se sont développées, la plupart du temps à partir d'initiatives seigneuriales ou royales. Ces monastères et abbayes sont alors animés par des idéaux communs: éducation et et conversion des hommes, mise en culture des terres par le défrichement des forêts. Grâce aux dons des seigneurs et des fidèles, les abbayes deviennent de grandes exploitations agricoles avec une organisation rigoureuse et efficace. Ils deviennent ensuite des centres intellectuels et sont à la base des actions d'alphabétisation des classes dirigeantes et du peuple. C'est à eux que fait appel Charlemagne pour le dévelopement des écoles à l'époque carolingienne. Corrélativement ces hauts personnages imposent des abbés de leur famille ou de leur mouvance dont la religiosité n'est pas toujours éprouvée et qui parfois en détournent les profits en leur faveur.
Une réaction se produit au début du Xème siècle, symbolisée par la création de l'Abbaye de Cluny suivie au XIème siècle par l'émergence d'ordre religieux prônant l'austérité, la solitude et une vie ascétique. Les chefs de ces grandes abbayes deviennent des personnages de premier ordre ayant parfois une grande influence sur le temporel (la société civile).
 
On reste toujours étonné par l'envergure des édifices religieux construits au Moyen-Age et aussi par la qualité des sculptures et de leur décoration. Elles symbolisent la puissance du christianisme dans la société médiévale. Il suffit d'imaginer la somme d'efforts nécessaires à leur réalisation pour s'en convaincre surtout avec les moyens techniques de l'époque. Ces ouvrages ont été construits, pour l'essentiel, du Xème au XVème siècles, ils illustrent la capacité de conception des architectes médiévaux et le savoir faire des bâtisseurs de cette époque.

Description d'une Abbaye médiévale

Le plan d'une abbaye correspond à ses principales fonctions. Bien souvent la dangerosité des temps les ont amenées à s'entourer d'une enceinte fortifiée avec une entrée sécurisée comme le montre celle de l'Abbaye de Marmoutier près de Tours. Les bourgs qui se sont parfois développés autour de certaines abbayes étaient eux-mêmes le plus souvent entourés de remparts.
Etablissement avant tout religieux, le principal bâtiment est l'église Abbatiale qui traduit l'importance du monastère. Ainsi pendant longtemps l'église de l'Abbaye de Cluny et celle de l'Abbaye Saint Martin de Tours ont été les deux plus grandes églises d'Europe de l'Ouest.
Un autre bâtiment à caractère religieux est également significatif, le cloître qui est le lieu pour la méditation. En même temps, souvent les bâtiments monastiques s'articulent autour de lui. Le cloître est un ensemble carré de quatre galeries couvertes et disposées en rectangle. Celui, partielle conservé de l'Abbaye de Vendôme en est une bonne illustration, d'autant que la salle capitulaire lui est adjointe. Cette salle est le centre de la vie sociale du monastère, les moines s'y réunissent fréquemment.
Certaines constructions sont plus spécifiques aux abbayes importantes comme le scriptorium, où les moines fabriquent et copient des manuscrits, et la librairie, lieu de la lecture.
Les bâtiments de service sont nécessaires à la vie courante. D'abord le dortoir pour dormir, il fonctionnait en relation avec la présence ou non de cellules monastiques. Pour manger, les deux bâtiments sont la cuisine (exemple à l'Abbaye de Fontevraud) et le réfectoire, l'Abbaye du Mont Saint-Michel en donne un bon exemple. Les infirmeries accueillaient les malades et les moines âgés. Les granges et greniers étaient dédiés au stockage des produits alimentaires.
Les abbayes les plus importantes avaient un logis abbatial réservé à l'abbé, il pouvait y accueillir des personnalités de passage sans perturber la vie monastique.
D'autres bâtiments servaient pour le travail en fonction de la spécialité de l'abbaye. La cellerie servait d'entrepôt pour les matériels de tous ordres. Des ateliers permettaient de réaliser les travaux manuels. Il faut aussi citer les dépendances à caractère agricole: pressoir, écuries, bergeries, moulins, forges, etc.

Le livre d'Umberto Eco, Le Nom de la Rose et le film qui en a été tiré donne une très intéressante description de l'organisation et de la vie d'un monastère médiéval.
Le Nom de la Rose
de Umberto Eco, Jean-Noël Schifano -- ISBN: 2253033138
An de grâce 1327, la chrétienté est en crise. L'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville se rend dans une abbaye bénédictine du Sud de la France pour participer à une rencontre entre franciscains prônant la pauvreté du Christ et partisans d'un pape amateur de richesses. Dès son arrivée, il se voit prié par l'abbé de découvrir au plus vite la raison de la mort violente d'un de ses moines, retrouvé assassiné. L'inquisiteur Bernard Gui, dont la réputation de cruauté n'est plus à faire, est attendu, et l'abbé craint pour l'avenir de son abbaye. Tel un ancêtre de Sherlock Holmes, Baskerville se met à l'ouvrage, assisté du jeune Adso de Melk. D'autres morts vont venir compliquer sa tâche.
Umberto Eco n'est pas seulement un romancier, c'est surtout un érudit qui connaît son sujet sur le bout des doigts. Il entraîne le lecteur dans une aventure à la fois philosophique et policière, où il est question d'Aristote, de liberté, d'injustice et de cyanure.


Le Nom de la Rose     DVD
Le livre de Umberto Eco a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud avec Sean Connery dans le rôle de Guillaume, Le Nom de la Rose fait date dans l'histoire des romans policiers historiques.







Abbaye du Mont Saint Michel

Le Mont Saint-Michel se trouve dans le département de la Manche, à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau de la ville d'Avranches. Il fait partie de la Normandie. Le site est classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
 
Au début du VIIIème siècle, l'évêque d'Avranches, Aubert, crée sur l'îlot un sanctuaire dédié à Saint Michel, douze religieux y sont affectés. Au milieu du IXème siècle l'Empire Carolingien est confronté aux raids et aux invasions des Vikings. Les religieux quittent l'îlot qui reste cependant occupé par quelques habitants. Au début du IXème siècle, l'édifice est restauré et la chapelle Notre-Dame sous Terre est construite.
Le Traité de Saint Clair sur Epte, en 911, entre le roi Charles III le Simple et le Normand Rollon donne à celui-ci le comté de Rouen noyau du duché de Normandie. En 933, le Cotentin et l'Avranchin sont rattachés à ce duché ainsi donc que le Mont Saint-Michel. En 966, le duc Richard I de Normandie confie le Mont Saint-Michel à des moines bénédictins, elle devient alors une Abbaye qui bénéficie de la bienveillance des ducs de Normandie. Le duc fait construire les fortifications de l'abbaye. L'abbé est aussi le seigneur du lieu qui garde une forteresse. L'Abbaye reçoit de nombreuses donations qui l'enrichissent, elle possède des prieurés en France, en Bretagne, en Angleterre et même en Italie. Le Mont Saint-Michel devient aussi un lieu de pélerinage très important.
L'église Romane est édifiée de 1020 à 1080, elle faisait 80 mètres de long, il en reste les soubassements de l'édifice actuel et les cryptes.
 
Abbaye du Mont Saint-Michel vue du côté Ouest, en bas à droite la chapelle Notre-Dame sous Terre,
en haut la façade de style classique (XVIIIème siècle)

 
Au début du XIIIème siècle, en 1204, l'armée du roi de France Philippe II Auguste conduite par Guy de Thouars s'empare du mont, l'abbaye est en bonne partie détruite par l'incendie consécutive aux combats. La reconstruction est engagée en 1211, elle est quasiment achevée en 1228, avec les bâtiments monastiques que l'on appelle la Merveille.

Au moment de la Guerre de Cent Ans, l'Abbaye du Mont Saint-Michel est en première ligne. Les Anglais en font le siège sans succés, dès 1356. Le dispositif de défense du monastère et de la ville est renforcé d'abord par l'abbé Pierre Le Roy à la fin du XIVème siècle puis par l'abbé Robert Jollivet au début du XVème siècle. Pendant près d'une centaine d'années, batailles et escarmouches se succèdent pour sa possession, il ne sera jamais pris par les Anglais. D'autres travaux défensifs sont engagés à la fin du XVème siècle pendant le règne de Louis XI puis au début du XVIème siècle.
A partir de la fin du XVIIIème siècle et pendant la Révolution Française, l'abbaye devient une prison qui fonctionnera jusqu'en 1863. C'est alors que sont engagés des grands travaux de restauration.

Abbaye du Mont Saint-Michel vue du côté Sud
 
L’abbaye du Mont Saint-Michel comprend trois parties : l’église abbatiale, la Merveille et les logis abbatiaux.
L'église abbatiale possède un édifice principal et trois cryptes: Gros Piliers, Notre-Dame des Trente Cierges, Saint Martin.
Elle a été construite à partir du milieu du XIème siècle, la nef a été commencée en 1060 et de nombreux bâtiments monastiques sont achevés ou bien avancés à la fin du siècle. C'est alors que des parties de la nef s'écroulent et une campagne de reconstruction est lancée.
En 1421, le choeur s'effondre, il est reconstruit à partir de 1446 par l'abbé Guillaume d'Estouteville, le chantier ne s'achève qu'en 1521. Ce nouveau choeur est réalisé en style Gothique et donne une ambiance de verticalité avec ses 25 mètres de hauteur, de grandes verrières fournissent un éclairage abondant.

Choeur Gothique de l'église abbatiale

En 1776 un incendie entraine la démolition de trois travées de la nef, une nouvelle façade est construite en 1780, elle est de style classique.
Les édifices de la Merveille sont au Nord de l'église abbatiale. Ils correspondent aux bâtiments conventuels qui sont du début du XIIIème siècle et de style Gothique, ils sont disposé selon un schéma vertical. La Merveille se décompose en six parties, à l'Est: l'Aumônerie, la Salle des Hôtes et le Réfectoire, à l'Ouest: le Cellier, la Salle des Chevaliers et le Cloître.
 
Les logis abbatiaux sont au Sud, ils comprennent une hôtellerie, une infirmerie et la chapelle Saint Étienne, ils sont du milieu du XIIème siècle.
 
La chapelle Saint Aubert est en contrebas de l'abbaye, côté Nord-Ouest, elle donne directement sur l'Océan.
 

Réfectoire des bâtiments monastiques de l'Abbaye du Mont Saint Michel
 
En savoir plus sur le Mont Saint Michel
 

Votre Hôtel à :   Cancale    Dol de Bretagne    Roz sur Couesnon    Mont Saint Michel    Beauvoir    Pontorson    Avranches   



Paris et alentours

Saint Germain des Prés
 

Abbaye Saint Germain des Prés - Paris

L'Abbaye a été fondée par le roi Mérovingien Childebert (un fils de Clovis) dans les années 540, il souhaite y abriter la Tunique de Saint Vincent obtenue des Arabes lors de la prise de Saragosse en 542. L'Abbaye est alors dédiée à la Sainte Croix et à Saint Vincent. Il y fait venir des moines de l'Abbaye Saint Symphorien d'Autun. Les travaux de construction sont conduits par l'évêque de Paris Germain à partir de 557. En 558, le roi Childebert y est enterré, il en sera de même de ses successeurs jusqu'à Childéric II en 673. L'église est ainsi devenue la nécropole des rois Mérovingiens.

Quand l'Evêque Germain meurt, dans la deuxième moitié du VIème siècle, il est lui aussi inhumé dans l'église et à sa mort sa tombe devient un lieu de pélerinage. Elle prend le nom de Saint Germain (des Prés) au VIIIème siècle. Charlemagne lui des privilèges et immunités qui la rendent indépendante de autorités civiles et religieuses de Paris.
Intérieur de l'église Saint Germain des Prés
 
L'Abbaye est détruite au moment des Invasions Normandes, elle est reconstruite de 990 à 1021. C'est la plus ancienne Eglise de Paris, elle est de style Roman. Le clocher, la nef et le transept sont du XIème siècle (cf photos ci-contre: intérieur et clocher).
 
Un Lombard, Guillaume de Volpiano, devient Abbé en 1024. Il réforme le monastère qui suit alors la règle de Saint Benoît. Le nombre de moines s'étant accru, , le choeur est agrandi , il est consacré par le Pape Alexandre III en 1163. Au XIIIème siècle les bâtiments conventuels sont reconstruits.
Pendant tout le Moyen Age l'Abbaye de Saint Germain des Prés a été très riche et très puissante. Elle est fortifiée au XVIème siècle car elle se trouve alors toujours en dehors de l'enceinte de la ville.
Un bourg se développe autour de l'Abbaye, c'est lui qui va former le Quartier Saint Germain des prés. Plus tard elle cède une partie de ses terrains au bord de la Seine (le Pré-aux-Clercs) à l'Université de Paris.
Pendant l'Ancien Régime (XVI - XVIIIème siècles), l'Abbaye se transforme, elle adopte la règle des Bénédictins de Saint Maur en 1631 et bénéficie d'un renouveau intellectuel. De nouveaux bâtiments sont construits comme le montre la gravure ci-dessous (fin XVIIème siècle).
L'Abbaye Saint Germain des Prés au XVIIème siècle
L'Abbaye est dissoute lors de la Révolution Francaise, les bâtiments monastiques servent de dépôts et de prisons. Les anciennes tombes des rois Mérovingiens sont dispersées et la Bibliothèque disparait dans un incendie en 1794. Les batiments et annexes de l'Abbaye sont finalement vendus. Les terrains sont lotis par des immeubles d'habitation.

L'Eglise se dégrade et risque même de disparaitre. Les deux tours au niveau du chevet (cf gravure ci-contre) sont détruites.

Les travaux de restauration commencent en 1819, ils sont repris en 1843 avec l'architecte Baltard. Hyppolyte Flandrin réalise les grandes fresques sur l'ancien et le nouveau testament. Les restaurations se sont poursuivies régulièrement pendant les XIX et XXèmes siècles.


L'Abbaye Saint Germain des Prés à la fin du XVIIème siècle (vue du Nord)

 
 
En savoir plus sur Paris             En savoir plus le Quartier Saint Germain des Prés à Paris

Votre Hôtel à :  Paris (1)      Paris (2)      Quartier Saint Germain des Prés 
Saint Michel   La Sorbonne   Luxembourg   Odéon   Saint Sulpice  Notre Dame des Champs  Panthéon   Saint Jacques   Port Royal 



Abbaye Saint Père de Chartres (Saint Pierre)

L'Eglise de l'Abbaye Saint Père de Chartres
L'Eglise de l'Abbaye Saint Père de Chartres
L'Eglise Saint Pierre est une église imposante puiqu'elle fait plus de 80 mètres de long et que la hauteur des voutes du Choeur est d'environ 23 mètres.
C'est l'église d'une Abbaye très ancienne qui a sans doute été fondée au début du VIème siècle par le roi Mérovingien Clovis et dédiée à Saint Pierre. Cette Abbaye Bénédictine est rapidement devenue trés puissante et riche (on l'appelait aussi Saint Père de Chartres). Clotilde, la femme de Clovis, donne une partie importante de la forêt du Perche à l'Abbaye. Plus tard la veuve de Clovis II, le fils de Dagobert I, lèguent des biens situés dans le Vexin à l'Abbaye.
Dans l'édifice actuel la Tour carrée remonte à la fin du Xème siècle, elle ressemble à une Tour de défense, ce qui était sans doute sa fonction à l'origine. L'église a été reconstruite à partir de 1150 par le moine Hilduard, les bas cotés qui entourent le Choeur et le déambulatoire sont de cette époque, il faut noter l'absence de transept. La nef et les autres bas-cotés ont été achevés en 1225.
Les fenêtres sont garnies de vitraux remarquables des XIVème et XVème siècles, les vitraux des verrières sont du XVIème.
La chapelle dans l'abside accueille des émaux réalisés de 1545 à 1547 pour Francois I par Léonard Limosin. Henri II en fit cadeau à Diane de Poitiers qui les installa dans son chateau d'Anet, ils y sont restés jusqu'à la Révolution Francaise.
Chevet et nef de l'abbaye Saint Père de ChartresEglise Saint Pierre de Chartres et maison ancienne
Chevet et nef de l'abbaye Saint Père de Chartres                                                                 Eglise Saint Pierre de Chartres et maison ancienne

En savoir plus sur Chartres             En savoir plus sur la Cathédrale de Chartres

Votre Hôtel à :     Chartres      Dreux      Chateaudun     




Bourgogne

Abbaye de la Madeleine à Vézelay

Vézelay est une petite ville située sur une colline à une quinzaine de kilomètres à l'Ouest d'Avallon, dans le département de l'Yonne. L'Abbaye de la Madeleine est sur le sommet de la colline, elle est inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco. Le village est structuré autour d'une grande rue qui monte vers la Basilique, derrière le chevet de l'édifice une terrasse permet d'avoir une belle vue sur les collines du Morvan et la vallée de la Cure.
L'église abbatiale est une Basilique car elle était censée contenir les reliques de Sainte Marie-Madeleine et elle est en conséquence devenue au Moyen-Age un important lieu de pélerinage. En même temps Vézelay est une étape sur le chemin du pélerinage de Saint Jacques de Compostelle.

Abbaye de la Madeleine à Vézelay: façade, tour Saint-Michel et nef
En 858, Girard de Roussillon, un fidèle des souverains carolingiens Louis le Pieux et Lothaire Ier, fonde une abbaye de femmes sur le site de Saint Père, en bas de la colline. En 873 cette abbaye est pillée par les Normands qui ont remonté l'Yonne et la Cure. Le monastère est alors déplacé au sommet de la colline, il est désormais occupé par des moines et s'entoure de remparts pour se protéger. Le premier abbé est Eudes, à la fin du IXème siècle. L'abbaye de Vézelay a été affiliée à celle de Cluny à la fin du XIème siècle, ce qui est une source de conflits entre les moines de Vézelay et leur maison-mère. L'abbaye a également souvent été en conflit avec l'évêque d'Autun et les comtes de Nevers.
La construction de l'église abbatiale est décidée à la même époque, elle est perturbée par un incendie en 1120. Le choeur et le transept ont été réalisés à partir de la fin du XIIème siècle et l'édifice a été achevé au milieu du XIIIème siècle.
C'est à Vézelay que Bernard de clairvaux a prêché la IIème croisade vers la Terre Sainte, en 1146, en présence du roi de France Louis VII. Thomas Becket est souvent venu se réfugier dans l'abbaye pendant son conflit avec Henri II Plantagenet.
A la fin du XIIIème siècle, le Pape Clément IV indique que les vraies reliques de Marie-Madeleine sont à Saint Maximin-la Sainte Baume, en Provence. Ceci entraine une chute du pélerinage et de la prospérité associée.
Au milieu du XVIème siècle, l'abbaye est déclassée par le Pape en maison de chanoines. Dans les années 1560, pendant les Guerres de Religion, les bâtiments sont endommagés par les Protestants.
L'abbaye se dégrade significativement au XVIIIème siècle, elle est vendue comme Bien National au moment de la Révolution Française, les bâtiments monastiques servent alors de carrière de pierres, il n'en reste pratiquement rien.
La basilique a été restaurée par Viollet-le-Duc au milieu du XIXème siècle. Les pélérinages ont été rétablis à partir de la fin du XIXème siècle.

Basilique de la Madeleine à Vézelay

L'église a une taille importante puisqu'elle fait 120 mètres de longueur.
La nef est de style Roman, achevée vers 1140 (cf photo ci-contre), elle fait plus de 60 mètres de longueur et 18 mètres de hauteur avec des bas-côtés. Elle comporte dix travées avec des arcs en plein cintre, ceux-ci sont bicolores. La nef est jalonnée par des colonnes comportant chacune un chapiteau sculpté, qui racontent des scènes inspirées de la Bible ou même de la mythologie. Ces sculptures sont remarquables pour leur qualité. Elle est éclairée par une double rangée de fenêtres.
 
Nef de l'abbaye de la Madeleine à Vézelay
 
Le choeur est de style Gothique avec de vastes baies, il est plus élevé que la nef avec 22 mètres de hauteur. Le choeur est entouré par un déambulatoire avec des chapelles rayonnantes, le tout est vouté en ogives gothiques. Le transept Gothique est de la même époque
La façade a été restaurée par Viollet-le-Duc au milieu du XIXème siècle. A droite se situe la tour Saint-Michel qui s'élève à 38 mètres, elle a été construite au XIVème siècle et elle est de style Gothique. La façade comporte un triple portail, au dessus du grand portail central se trouve un tympan de type Roman, dit du Jugement Dernier, il date en fait de 1856. Il est surmonté par un grand pignon dont les grandes baies permettent d'éclairer le narthex.
Le narthex est lui Roman d'origine, il a été réalisé au milieu du XIIème siècle. Il est vaste et au fond trois portails donnent sur la nef de la basilique. Au dessus du portail principal se trouve un magnifique Tympan où le Christ envoie ses apôtres en mission. C'est un des chefs-d'oeuvre de l'art Roman.

Votre Hôtel à :     Vézelay      Avallon      Auxerre      Clamecy      Corbigny 


L'Art Roman     Les Cathédrales de France     L'Architecture religieuse Médiévale     L'Histoire de France

Achetez des livres sur les Cathédrales de France, les Abbayes de France, les Chateaux Forts, les Chateaux de la Loire et le Moyen-Age. Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques.




Abbaye de Cluny

L'Abbaye de Cluny a été fondée en 910 par le comte Guillaume d'Auvergne (également duc d'Aquitaine). Il la fait relever directement du Pape.
La première abbaye est construite immédiatement, elle est consacrée en 927. Les bâtiments étant insuffisants, une nouvelle église abbatiale est construite dans la seconde partie du Xème siècle.
 
Une nouvelle église est lancée à partir de 1088 par l'abbé Hugues de Semur afin de répondre à l'augmentation des moines mais aussi à la concurrence d'autres abbayes. Il fait reconstruire l'église abbatiale de Cluny en en faisant le plus grand édifice chrétien de son temps (elle n'a été dépassé ensuite que par Saint Pierre de Rome).
 
Abbaye de Cluny, bras sud du transept avec le clocher de l'Eau Benite et la tour de l'Horloge
 
L'église est de très grande envergure, elle fait 187 mètres de long (cf maquette ci-dessous) et la nef s'élevait à 33 mètres de hauteur. La nef est achevée en 1130, elle comportait quatre collatéraux. Ensuite ont été réalisés le bras nord du transept, les tours et l'avant-nef . Le chantier est réactivé au début du XIIIème siècle, l'avant-nef est achevée en 1220, elle est de style Gothique. Deux transepts sont édifiés, le grand transept, de dimension significative était surmonté de trois clochers, dont l'un surplombe toujours le bras sud (cf photo ci-contre). Au milieu du chœur se trouvait un petit transept, qui subsiste en partie.
 
L'Abbaye de Cluny a eu une influence intellectuelle, économique et artistique considérable à partir du XIème siècle. L'abbé Hugues de Semur (1049-1109) a réussi à rendre le mouvement clunisien prédominant dans la société médiévale pour de longues années. Il a fondé et restauré de nombreux prieurés qui ont contribué à la puissance de l'Ordre de Cluny.
 

Maquette reconstituant l'Abbaye de Cluny (Musée de Cluny)
Le rayonnement culturel de Cluny est important au XIIème siècle, sa bibliothèque contenait un grand nombre d'ouvrages. Les moines de Cluny, ainsi Raoul Glaber, sont les auteurs de nombreux textes médiévaux.
Au XIIIème siècle, l'abbaye a de nombreuses difficultés, en particulier financières. Elle est aussi confrontée au développement d'ordres religieux concurrents et au XIVème siècle, le Pape interfère avec la nomination des abbés. Au XVIème siècle les abbés sont nommés par le roi de France. Elle périclite d'autant plus que les moines mènent une vie loin des idéaux bénédictins d'origine.
Au moment de la Révolution Française l'abbaye est déclarée Bien National et vendue. Elle est alors démantelée et sert de carrière de pierres. Il n'en reste guère que le transept Sud surmonté du clocher de l'Eau Bénite et accosté à droite par la tour de l'Horloge (cf photo ci-dessus).
Votre Hôtel à Cluny   


Paray le Monial

Paray le Monial est à la limite du Brionnais et du Charolais. La petite ville est à 9 kilomètres à l'Est de la Loire et de Digoin sur le Canal du Centre et une petite rivière, la Bourbince. Elle est aussi à une quinzaine de kilomètres de Charolles et à moins de quarante de Cluny.

La premier monastère de Paray le Monial a été fondé en 973 par Lambert comte de Chalon, un bourg se forme autour de lui. En 999, ce monastère est placé sous l'autorité de l'Abbaye de Cluny.

L'église abbatiale a été initiée par Hugues Abbé de Cluny vers 1090, elle a été achevée en 1110. Il en a fait une sorte de réplique (réduite) de l'église abbatiale de Cluny, la maison-mère de Paray le Monial. Comme l'Abbaye de Cluny est en grande partie détruite, la Basilique de Paray le Monial sert de référence pout l'Architecture Clunisienne qui est avant tout de style Roman.

La façade est sobre avec deux tours qui encadrent un narthex à deux étages (cf photo ci-contre), la décoration du portail est relativement simple. Les tours et le clocher octogonal au dessus de la croisée du transept sont surmontés par des flèches couvertes d'ardoise et en pointe.

Basilique du Sacré-Coeur de Paray le Monial

La nef est relativement haute (27 mètres), elle est supportée par des collatéraux, à l'intérieur elle comporte la nef principale et deux nefs latérales qui sont voûtées en berceau brisé, chacune avec trois travées.

Autour du choeur, le déambulatoire parcourt l'abside et s'ouvre sur trois absidioles, il comporte des colonnes élancées avec des chapiteaux historiés, ils donnent une bonne illustration de l'art bourguignon du XIIème siècle. L'abside est en cul-de-four, sa partie haute comporte une fresque murale du XIVème siècle qui figure le Christ en majesté.

Abside avec le Promenoir des Anges et les colonnes élancées
L'église est une basilique, depuis 1875, en hommage à Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690), une religieuse du couvent qui a eu des visions. Ses restes sont dans une chasse dans l'église. Elle est est devenue un centre de pélerinage important à partir de cette époque et l'athmophère religieuse est bien perceptible dans la ville.
Outre la Basilique, Paray le Monial possède un très bel Hôtel de Ville qui occupe une maison de style Renaissance, édifiée entre 1525 et 1528. Sa façade est très décorée et comporte 26 médaillons sur les rois de France. Au Nord de la ville, La Tour Saint Nicolas est le clocher de l'ancienne église paroissale qui avait été reconstruite en 1535. Elle a été en partie détruite au XIXème siècle.
Le Musée du Hiéron a récupéré le portail du Prieuré d'Anzy le Duc qui comporte des sculptures du XIIème siècle. Le Christ est dans une mandorle soutenue par deux anges. L'image de la Vierge allaitant est scuptée sur le linteau, elle est entourée par quatre femmes et quatre saints.


Votre Hôtel à Paray le Monial   

Paray-le-Monial : Une basilique à découvrir
de Marie-Thérèse Engel, Gérald Gambier -- ISBN: 2876293021

 

Paray le Monial
de Nicolas Reveyron, Jean-Noël Barnoud, Gilles Rollier, Jean-Pierre Gobillot - Editions Zodiaque - ISBN: 2736903102
Les récentes fouilles archéologiques entreprises dans l'église de Paray-le-Monial ont réécrit l'histoire monumentale de cet édifice, inscrit à l'inventaire des Monuments historiques en 1842, devenu basilique en 1875 et placé sous le vocable du Sacré-Coeur. Dans les années quatre-vingt-dix, les premières études menées sur les élévations de l'ancienne priorale ont décrypté le lent déroulement d'une construction mariant dans la durée les impératifs du chantier, les exigences de la vie monastique et les nécessités de la liturgie. Il ne reste aujourd'hui aucune trace de la première église (Paray I), fondée en 973 par Lambert, comte de Chalon, et totalement reconstruite après son rattachement à l'ordre de Cluny en 999. La nouvelle église (Paray II), consacrée par l'abbé de Cluny Odilon, le 9 décembre 1004, fut augmentée d'une avant-nef vers la fin du XI siècle. Elle céda la place à l'actuel édifice (Paray III), projet démesuré pour les finances du prieuré, dont le chantier de construction s'étendit sur l'ensemble du XIIe siècle et déborda sur le XIIIe siècle. En confrontant textes, données archéologiques, archéologie du bâti et stylistique architecturale, les auteurs nous racontent l'histoire de Paray, de manière claire et accessible, depuis le choix du site jusqu'aux restaurations du XIXe siècle, en passant par la rénovation radicale de l'église au XVe siècle et les divers aménagements qui se sont succédés jusqu'au XVIIe siècle. Un campagne photographique inédite accompagne le texte.



Charlieu

Charlieu est une petite ville qui se situe sur les premiers contreforts des Monts du Beaujolais à 5 kilomètres à l'Est des rives de la Loire. Il est arrosé par une petite rivière, le Sornin, qui se jette dans la Loire à Pouilly sous Charlieu.
Cloitre de l'Abbaye de Charlieu
Cloitre de l'Abbaye de Charlieu
Charlieu a été construite autour d'un monastère Bénédictin fondé en 872, il a été rattaché à l'Abbaye de Cluny vers 930. Celle-ci fait édifier au XIème siècle l'église Saint Fortunat qui a été en bonne partie détruite lors de la Révolution Française. Il n'en reste que la première travée de la nef et le narthex (XIIème siècle) qui précèdait la façade. Le portail de ce narthex est particulièrement bien décoré (cf photo ci-dessous). Le cloitre Gothique conserve toujours trois de ses galeries (cf photo ci-dessus).
Portail du narthex de l'église de Charlieu   Vue d'une partie de l'Abbaye de Charlieu
Portail du narthex de l'église de Charlieu                                                     Vue d'une partie de l'Abbaye de Charlieu
A environ 500 mètres à l'Ouest du monastère subsiste le cloitre des Cordeliers (XIVème et XVèmes siècles), il conserve quatre galeries de style Gothique avec des sculptures.
La position géographique de la ville face à la Bourgogne conduit Philippe II Auguste à la faire fortifier au début du XIIIème siècle, il en subsiste une grande Tour cylindrique.
Dans les ruelles étroites de Charlieu, de nombreuses maisons remontent à l'époque médiévale, certaines conservent de belles charpentes en chêne.
Au XIXème siècle, la ville a développé une production textile orientée vers le luxe (tissus d'apparat, etc).
Charlieu à l'époque Médiévale - l'Abbaye, la Ville, le Cloitre   de Elizabeth Sunderland - Edition Lescuyer


Visitez:      Paris            Le Val de Loire           La Côte d'Azur           Les Alpes          Le Pays Basque   
La Loire           La Vallée du Cher           La Vallée de la Vienne           La Vallée de la Creuse          
La Touraine         L'Anjou         Le Maine         L'Eure et Loir         Le Loiret         Le Loir et Cher         Le Poitou

 
Achetez des Livres sur : Paris     Le Val de Loire     La Côte d'Azur et la Provence     Les Alpes     La Bretagne    
Librairie de FranceBalade




Touraine

Tours

Au Moyen-Age, Tours est une grande métropole religieuse. Ceci est du au prestige de Saint Martin, l'évangélisateur des Gaules à la fin du IVème siècle, devenu évêque de Tours. Il a d'abord fondé le monastère de Marmoutier.
L'Abbaye de Saint Martin à Tours même avait une telle importance qu'à un moment les rois de France en devenaient Abbé de droit. Elle était le centre d'un pélérinage sur le tombeau de Saint Martin qui était très renommé et fréquenté à l'époque médiévale.
A proximité de Tours, l'Abbaye de Cormery dépendait de celle de Saint Martin, mais elle avait une importance propre significative.
L'Abbaye Saint Julien de Tours est également très ancienne.

En Outre, Tours était le siège d'un Archevêché important, héritage direct de son statut de capitale de la IIIème Lyonnaise pendant l'époque Gallo-Romaine.


Abbaye Saint Martin de Tours


Gravure du XVIIème siècle de l'Abbaye Saint Martin de Tours

La Basilique Saint Martin de Tours n'existe plus, négligée pendant le XVIIIème siècle, tombant en ruines, elle a été détruite au moment de la Révolution Francaise.
La rue des Halles a été tracée sur son emplacement et seuls deux vestiges en restent bien visibles: la Tour Charlemagne et la Tour de l'Horloge.
 
Ruines de l'Abbaye Saint Martin de Tours au XVIIIème siècle
 
Jusqu'à l'époque de Saint Martin, Tours était restée une ville Gallo-Romaine de moyenne importance. Mais très vite la renommée du Saint et le pélerinage sur son tombeau, un des principaux du monde chrétien, transforma le destin de la ville.
Pendant plus d'un millénaire Tours allait devenir une des principales cités de l'Europe Occidentale et une métropole de la chrétienté. Près de 700 paroisses et 500 localités portent le nom de Saint Martin.
 
La Basilique Saint Martin de Tours était un des plus grands édifices religieux d'occident (le second derrière l'église abbatiale de Cluny, elle s'est effondrée et a été détruite lors de la Révolution Française.
Un bourg important, Châteauneuf, s'est développé autour de l'abbaye au Moyen-Age, il constitue aujourd'hui le Quartier Plumereau à Tours, c'est un lieu très touristique avec ses nombreuses maisons et édifices anciens.
 
En savoir plus sur la Basilique Saint Martin de Tours         Saint Martin de Tours         Tours Quartier Plumereau        
 

Votre Hôtel à Tours   


Marmoutier

Portail de la Crosse   Plan de l'Abbaye au début du XVIIIème siècle
Abbaye de Marmoutier: Portail de la Crosse                                                                 Plan de l'Abbaye au début du XVIIIème siècle            
 
Martin est venu s'installer à Marmoutier, sur la rive Nord de la Loire, en mémoire du premier évêque de Tours, Saint Gatien qui l'y avait précédé.
 
Il fonde le monastère de Marmoutier en 372. Au départ il se compose d'un ensemble de grottes troglodytes qui servent de cellules pour ses fidèles. Assez rapidement les effectifs croissent, le monastère compte bientôt jusqu'à 80 moines. A partir de 980 il est tenu par des moines de l'Ordre de Cluny. Il reçoit de nombreux dons qui en fait un des plus puissants établissements de la chrétienté.
Pendant la Révolution Française, les bâtiments de l'Abbaye deviennent un hôpital militaire. L'essentiel des bâtiments a été détruit en 1818, il ne reste que le Portail de la Crosse (cf photo ci-dessus), la maison du Prieur, la Tour des Cloches (cf photo ci-dessous) et des éléments de l'enceinte.
 
En savoir plus sur l'Abbaye de Marmoutier
 
Abbaye de Marmoutier: Tour des Cloches
Abbaye de Marmoutier: Tour des Cloches
 

En savoir plus sur Tours       Tours-centre       La Touraine      
 

Votre Hôtel à Tours   

Communities of Saint Martin -- Legend and Ritual in Medieval Tours
Sharon Farmer here investigates the ways in which three medieval communities--the Town of Tours, the Basilica of Saint-Martin there, and the Abbey of Marmoutier nearby--all defined themselves through the cult of Saint Martin. She demonstrates how in the early Middle Ages the bishops of Tours used the cult of Martin, their fourth-century predecessor, to shape an idealized image of Tours as Martin's town.

Collégiale de Candes-Saint-Martin

La Collègiale de Candes

Le nom de Candes est issu du mot latin Condate (confluent, ici de la Vienne et de la Loire).
La petite ville possède une très belle Eglise construite en hommage à Saint Martin. Elle domine la Vienne et la Loire.
L'Eglise a été édifiée à la fin du XIIème siècle à l'emplacement de la maison qu'habitait Saint Martin et c'est là qu'il est mort en 397.
Son corps fut ensuite ramené et à Tours et placé dans la Basilique du meme nom. Avant la Révolution, l'Eglise Saint Martin de Candes était un lieu de pélerinage.

En savoir plus sur Candes et Montsoreau






Abbaye de la Trinité de Vendôme

L'Abbaye de la Trinité de Vendôme

L'Abbaye de la Trinité de Vendôme a été fondée par Geoffroy Martel alors comte de Vendome et son épouse Agnès de Bourgogne. En construction à partir de 1035, elle a été dédiée le 31 mai 1040, un mois avant que Geoffroy devienne comte d'Anjou à la mort de son père Foulques III Nerra.
 
La construction de l'église est rapide puisque elle n'a nécessité qu'une trentaine d'années, elle est achevée autour de 1070. Cette église initiale est de style Roman, elle est en forme de croix latine, il en subsiste le transept et ses quatre piliers. Au XIIème siècle des travaux l'améliorent avec en particulier le clocher, le vitrail De Notre-Dame et les fresques de la salle capitulaire (dans le cloître).
En 1271, l'abbé Renaud IV de Villedieu engage le remaniement de l'église abbatiale en commençant par le chevet qui est de style Gothique avec cinq chapelles rayonnantes. Les travaux dureront près de deux cent ans, interrompus par la Guerre de Cent Ans. L'église est vraiment achevée au début du XVIème siècle avec la construction de la façade (Gothique flamboyant) et de la première travée de la nef.
 
Le Clocher de l'église abbatiale a été construit au XIIème siècle et s'élève à 80 mètres de hauteur. Toute sa construction, en particulier ses fondations sur un sol mouvant (marais), témoigne de l'ingéniosité des architectes de cette époque.
 
L'église conserve plusieurs vitraux remarquables. D'abord celui de la Vierge de Vendôme (XIIème siècle), des vitraux du XIIIème siècle situés dans le choeur et un vitrail du XIVème où le comte Geoffroy Martel remet le Reliquaire de la Sainte Larme à l'Abbé de la Trinité.
 
Une partie du Logis abbatial est près du chevet de l'église, il a été realisé au XVème siècle.
 
Cloitre de l'Abbaye de la Trinité à Vendôme
Cloitre de l'Abbaye de la Trinité à Vendôme
Fresque Romane du cloitre de l'Abbaye de la Trinité à Vendôme
 
Le Cloître de l'Abbaye a été mutilé par une unité de l'armée Française en garnison à Vendôme (le XXème Chasseurs) au XIXème siècle. Les éléments qui en subsistent permettent de s'en faire une idée (cf photo ci-dessus).
Surtout il conserve une fresque murale Romane de grande qualité dénommée La Pêche Miraculeuse (cf photo ci-contre).
 
Fresque Romane du cloitre de l'Abbaye de la Trinité à Vendôme

A proximité immédiate de l'église subsistent des éléments des Greniers Romans, à l'origine ils faisaient plus de 100 mètres de long. Des baies romanes du XIIème siècles sont toujours visibles.

La Vallée du Loir et le Vendômois sont d'ailleurs renommés pour leurs églises rurales, qui présentent de nombreuses fresques murales de style Roman.

Eglises à fresques murales en Vendômois    
  Souday     Boursay     Sargé     Areines     Villiers     Lavardin     Montoire     Trôo     Saint Jacques de Guérets



En savoir plus sur :     Vendôme           L'Abbaye de Vendôme           Le Vendômois           La Vallée du Loir

 
Votre Hôtel à Vendôme       Votre Hôtel à Tours       Votre Hôtel à Blois
 


 
En savoir plus sur:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales de France       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Cathédrale de Chartres       Cathédrale de Paris       Cathédrale d'Amiens       Cathédrale de Reims      
 
Cathédrale d'Orléans       Cathédrale du Mans       Cathédrale d'Angers       Cathédrale de Tours      
 
Cathédrale de Bourges       Cathédrale de Nevers       Cathédrale de Poitiers       Cathédrale d'Angoulême       Cathédrale de Saintes
 
Cathédrale de Périgueux       Cathédrale du Puy en Velay       Cathédrale d'Albi       Cathédrale de Narbonne      
 
Cathédrale de Bordeaux                         Cathédrale de Bazas                         Cathédrale de Bayonne




Maine & Anjou

Abbaye Notre-Dame de la Couture - Le Mans

L'Abbaye Notre-Dame de la Couture est située au Mans, la capitale de l'ancienne province du Maine. Le Mans: Eglise Notre-Dame de la Couture
L'Abbaye Bénédictine Saint Pierre de la Couture a été fondée au début du VIIème siècle par l'évêque du Mans Saint Bertrand. Elle est en partie détruite par les Bretons et les Normands à la fin du IXème siècle. Elle est restaurée au Xème siècle puis à nouveau dévastée par un incendie qui frappe Le Mans au début du XIIème siècle.

Le Mans: Eglise Notre-Dame de la Couture

Elle est restaurée à partir du milieu du XIIème siècle. La nef fait 40 mètres de long et 23 mètres de haut, elle a été construite à la fin du XIIème siècle en s'appuyant sur l'assise d'un édifice du XIème siècle. Elle a été remaniée au XIVème siècle en style Gothique, elle comporte trois travées (il y en avait sept dans l'église Romane) dont les voûtes sont en ogives.
Le choeur a été transformé à plusieurs reprises, la partie inférieure est du XIème et XIIème siècle de style Roman, la partie supérieure, dont les voûtes et les fenêtres, est du XIVème, de style Gothique. Le déambulatoire a conservé sa voûte Romane.
Le Porche (cf photos ci-contre et ci-dessous) a été réalisé aux XIIIème et XIVème siècles, il est couvert avec une voûte sur ogives et contient un portail sculpté. Le tympan représente le jugement dernier. Sur les côté se trouvent de grandes statues d'apôtres. Les deux Tours ont été construites à la fin du XIIIème siècle. Celle à droite a été restaurée après l'incendie de 1915.

 
Notre-Dame de la Couture: haut du Porche de la façadeNotre-Dame de la Couture: vue de la Nef
              Porche de la façade                                       Abbaye Notre-Dame de la Couture:                                   Vue de la Nef et du Choeur                    
Les batiments conventuels de cette Abbaye se situent sur la droite de l'église, ils sont maintenant occupés par la Préfecture du département de la Sarthe. Quant à l'église Abbatiale elle s'appelle maintenant Notre Dame de la Couture.
En savoir plus sur Le Mans

Votre Hôtel au Mans   

 
Moines et seigneurs du Bas-Maine : Les prieurés bénédictins du Xe au XIIIe siècle
 
  de  Stéphane Legros -- Presses Universitaires de Rennes --    ISBN : 275351089X
 
Une soixante de prieurés bénédictins ont été fondés dans le Bas-Maine entre la fin du Xe siècle et le début du XIIIe siècle. Sous la responsabilité d'un prieur, dont le rôle paraît essentiel dans la consolidation des établissements, vit une petite communauté de moines (souvent deux ou trois, rarement plus de cinq) qui travaillent à mettre en place des seigneuries monastiques autonomes et assurent les obligations religieuses de leur ordre. Après avoir présenté les origines de ces établissements, le processus de fondation et la mise en place matérielle et les modalités de fonctionnement des prieurés, la majeure partie de cette étude s'attache à répondre à quelques questions simples : pourquoi les abbayes ont-elles délocalisé leurs moines et constitué ces petites entités seigneuriales autonomes ? Quels projets seigneuriaux et religieux poursuivaient-elles ? Pourquoi leurs partenaires laïcs ont-ils accepté, surtout au XIe siècle, de se défaire d'une partie de leurs prérogatives seigneuriales au profit des bénédictins et de leurs prieurés ? Comment expliquer la dissociation qui paraît s'opérer entre les moines et leurs bienfaiteurs laïcs à partir des années 1130 ? Les réponses passent par l'observation des dynamiques géopolitiques à l'oeuvre dans un Bas-Maine où s'affrontent les ambitions angevine, mancelle et normande. Dans ce cadre d'affrontement, les prieurés, loin de rester à l'écart des enjeux séculiers, s'alimentent des rivalités seigneuriales laïques. Ils servent aussi les idéaux réformateurs de bénédictins désireux de monachiser l'espace social. Jusque là restés méconnus dans leur signification géopolitique, les prieurés révèlent ainsi leur importance dans une époque marquée par le flux puis le reflux des pouvoirs locaux (les châtelains) face aux pouvoirs englobant (le roi).



L'Abbaye de Fontevraud

L'Abbaye de Fontevraud se situe aux confins de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou. Elle est à peu près à égale distance entre Chinon et Saumur. L'Abbaye de Fontevraud est la nécropole des premiers Plantagenets qui de comtes d'Anjou sont devenus ensuite ducs de Normandie, ducs d'Aquitaine puis rois d'Angleterre pendant plus de trois cent ans.
C'est Robert d'Arbrissel qui a fondé cette Abbaye à la fin du XIème siècle. Elle était destinée principalement aux femmes et accessoirement aux hommes (pour les emplois de service). Elle a toujours été dirigée par une Abbesse issue de la haute noblesse, au temporel elle ne relevait que du roi de France. Dès sa fondation elle a bénéficié du soutien des comtes d'Anjou et des Plantagenets.
 
Le plan de l'abbaye est conforme au schéma habituel des établissements bénédictins avec la paricularité de bâtiments spécifiques pour les femmes et d'autres pour les hommes.
 
L'église Abbatiale a été construite au XIIème siècle. Ses dimensions (85m sur 16m et le transept fait 38 m de long) sont le témoignage de l'importance du monastère. L'Abbaye comprenait de nombreux bâtiments répartis sur une surface de près de 15 hectares.
Chaque bâtiment était affecté à une catégorie monastique.
 
                                             La façade de l'église Abbatiale De Fontevraud

Les Cuisines et le refectoire de l'Abbaye de Fontevraud
Les Cuisines et le refectoire de l'Abbaye de Fontevraud
 
La Révolution Francaise a mis fin à l'existence de l'Ordre de Fontevraud. En 1804, pendant le Premier Empire, Napoléon Ier fait affecter les bâtiments de l'Abbaye en prison pour les condamnés de droit commun. Elle le restera jusqu'en 1963.
 

Depuis elle a bénéficié de travaux de restauration importants. C'est devenu un des monuments les plus visités du Val de Loire.

En savoir plus sur l' Abbaye de Fontevraud

Visitez Chinon      Visitez Saumur      Visitez Angers     

Votre Hôtel à :     Angers      Saumur      Chinon      Tours     


Fontevraud, Abbaye royale entre Chinon et Saumur
  - de François Collombet ---   ISBN : 2951296819


Robert d'Arbrissel, fondateur de Fontevraud
  - de Jacques Dalarun ---   ISBN : 2226026282



Abbaye de Fontevrault   de  Melot --   ISBN : 2862681040



Abbaye de Fontevraud, Abbaye Royale en pays de la Loire   -   ISBN : 2910685209
 
Femmes au pouvoir (les) : deux Abbesses de Fontevraud au XII et XVIIèmes siecles
  - de  Suzanne Tunc ---   ISBN : 2204048364
En décrivant la fonction, l'autorité, les relations avec l'Eglise et le pouvoir civil de deux Abbesses de l'Abbaye de Fontevraud, l'auteur pose des questions pertinentes sur la place de la femme dans l'Eglise.

Eglise Notre-Dame de Cunault

Notre Dame de Cunault

L'Eglise Notre Dame de Cunault est issue d'un Prieuré fondé au IXème siècle. L'essentiel de la construction remonte à la fin du XIIème siècle.
 
La nef a une longueur supérieur à 70 mètres. A l'intérieur de l'église les piles de la nef et du choeur supportent de nombreux chapiteaux représentant des scènes sacrées.
 
La facade ouest possède un porche avec une sculpture de la Sainte Vierge datant du début du XIIIème siècle.
 
Juste en face du porche se trouve l'ancien logis du Prieur qui date du XVIème siècle.
 

En savoir plus sur la Collégiale de Cunault

En savoir plus sur la Loire de Saumur à Angers


 






Poitou-Saintonge

Eglise d'Aulnay

Eglises Romanes du Poitou

Le Poitou est une des régions où l'Art Roman (XI et XIIèmes siècles) s'est le mieux épanoui. Bénéficiant de l'acquis, même lointain, des modèles de l'architecture Gallo-Romaine, les architectes et artistes médiévaux sont parvenus a concevoir et réaliser en Poitou des édifices exceptionnels. L'Eglise de Saint Savin, connue surtout pour l'ensembles de ses peintures murales, est classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Eglise Saint Pierre d'Aulnay: transept et abside

Ces édifices sont parfois dûs à l'initiative de grands féodaux, à commencer par les Comtes de Poitou (devenus aussi ducs d'Aquitaine) ou leurs principaux vassaux: les Vicomtes et Sires. Elles sont aussi dûes aux Abbayes qui développent leur réseau de Prieurés. Autre facteur important, les chemins du pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle, en effet les ressources données par les nombreux pélérins contribuent à l'édification des plus belles églises Romanes. En pratique, souvent, tous ces facteurs jouent simultanément.

Le parcours commençe par la ville de Poitiers où quatre églises Romanes sont présentées. La petite ville de Melle possède trois édifices remarquables, dont le plus significatif est Saint Hilaire. Tout aussi intéressante est l'église Saint Pierre d'Aulnay.

La visite se poursuit dans la région de Chatellerault qui est dotée de plusieurs belles églises Romanes. Ensuite c'est Saint Savin avec ses fresques murales, classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco, puis Chauvigny. La région de Thouars est également bien pourvue avec en particulier Saint Jouin de Marnes et Airvault.

En savoir plus sur les Eglises Romanes du Poitou



Eglise Notre-Dame la Grande de Poitiers

Eglise Notre Dame la Grande

Notre Dame la Grande à Poitiers n'est ni une cathédrale ni une abbaye, mais sa qualité est telle qu'elle mérite de figurer dans cette page.

Contrairement à ce que son nom indique cette église n'est pas très grande. Sa construction remonte au XIème siècle. C'est un des joyaux de l'Art Roman en France en particulier avec la façade ouest (du XIIème siècle) qui est particulièrement remarquable et spectaculaire, le nombre de sculptures et leur finesse impressionnent d'emblée.
 
Des peintures murales subsistent dans la Crypte.
 
Notre Dame la Grande s'élève sur l'emplacement d'une ancienne église Carolingienne qui elle-même succèdait à des constructions Gallo-Romaines.
A la fin du Moyen Age quatre chapelles seigneuriales sont insérées dans le choeur .
 
En 1174 Richard Coeur de Lion confie au Chapitre de l'église le soin de conserver les clefs de la ville.
En 1562, au début des Guerres de Religion, elle est assez sérieusement endommagée par les Protestants.

Eglise Notre-Dame la Grande de Poitiers
Eglise Notre-Dame la Grande de Poitiers

En savoir plus sur les églises de Poitiers

Votre Hôtel à Poitiers   

Abbaye de Maillezais   --   ISBN : 2737311764

Fondation de l'Abbaye de Maillezais   de Moine Pierre -   ISBN : 2911253094



L'Abbaye de Saint Savin

Le village de Saint Savin compte un peu plus de mille habitants, il est situé en Poitou dans le département de la Vienne à 20 kilomètres à l'Est de Chauvigny et à la meme distance à l'ouest du Blanc dans le département de l'Indre. La ville de Montmorillon est à 20 kilomètres au sud.
Abbaye de Saint Savin
Abbaye de Saint Savin
L'Abbaye de Saint Savin est une église Romane du XIIème siècle contenant un remarquable ensemble de peintures murales de la même époque.
L'église a la forme d'une croix. Sa construction a commencé vers 1050 par le transept puis le choeur avec le déambulatoire autour duquel se répartissent plusieurs petites chapelles (absidioles) rayonnantes. Ensuite ont été réalisées les trois premières travées de la nef, le clocher et le porche et enfin les six dernières travées de la nef. Le porche est à la base du clocher et il colle à la façade de l'église. Le clocher se termine par une flèche très fine, d'une hauteur de près de 80 mètres, qui a été élevée au XIVème et restaurée au XIXème siècle.
Fresque murale de l'Abbaye de Saint-Savin
Les Fresques de l'église Abbatiale de Saint Savin sont inscrites depuis 1984 au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, ceci est du à la qualité exceptionnelle de ces Peintures Murales (on dit aussi Fresques) que cette abbaye contient.
 
Fresque murale de l'Abbaye de Saint-Savin
 
La plupart de ces fresques ont été réalisées à la fin du XIème siècle et sont caractèristiques de la période Romane.
Elles représentent des thèmes religieux inspirés de la Bible, source majeure pour l'art du Moyen Age: ce sont l'Apocalypse, la Passion, la Résurrection du Christ et bien d'autres analogues. Le berceau de la nef, long de plus de 40 mètres, est entièrement recouvert de peintures sur une surface d'environ 500 m2, elles illustrent la Genèse et l'Exode.

En savoir plus sur l' Abbaye de Saint Savin


Votre Hôtel à Montmorillon   


Saint-Savin : l'Abbaye et ses peintures murales   de Robert Favreau ---   ISBN : 290576421X


Collégiale Saint Pierre de Chauvigny
 

Collègiale Saint Pierre de Chauvigny

Chauvigny est une ville qui a conservé un bel ensemble de monuments médiévaux.
 
La première église présente sur l'emplacement de l'église Saint Pierrre remonte au début du XIème siècle. La Collègiale actuelle remonte, elle, aux XIIème et XIIIème siècles.
 
Le choeur et le transept ont été construits en premier au début du XIIème siècle, puis la nef dans la deuxième partie de ce siècle et enfin le clocher au XIIIème. Le choeur possède un riche décor sculpté.
 
Collégiale Saint Pierre de Chauvigny
 
Elle a été fortement endommagée au moment des Guerres de Religion en 1569 par les Protestants et à nouveau un siècle plus tard au moment de la Fronde.
 
Devenue quelque temps un Temple de la Raison au moment de la Révolution Française, l'église a ensuite été abandonnée.
 
Elle a été rendue au culte catholique en 1804. Sa restauration a été engagée en 1848.
 
En savoir plus sur Chauvigny         En savoir plus sur la Collégiale Saint Pierre


Abbaye Saint Jouin de Marnes

Abbaye Saint Jouin de Marnes

Saint Jouin de Marnes est un village qui est situé une quinzaine de kilomètres au Sud-Est de Thouars

L'Abbaye de Saint Jouin de Marnes a été fondée en 342 par un Ermite Jovinus, peut etre frère de l'évêque de Poitiers Saint Maixent et de l'évêque de Trèves (en Allemagne) Saint Maximin. Trèves était la capitale de la partie occidentale de l'Empire Romain à cette époque. Façade de l'église abbatiale à Saint Jouin de Marnes
 
En 843 des moines, fuyant les pirates Normands, se refugient dans l'Abbaye et y établissent la règle de Saint Benoit. Ils reconstruisent une nouvelle église abbatiale à la fin du IXème siècle. L'Abbaye prend de l'importance et devient très riche ce qui permet la construction de l'église actuelle au début du XIIème siècle.
A la fin du XIVème siècle, conséquence de la Guerre de Cent Ans, les moines fortifient l'Abbaye. Certaines parties du monument datent de ce moment. Le 28 février 1568, pendant les Guerres de Religion, l'Abbaye est dévastée par les Protestants.
                                                                                                                    Façade de l'église abbatiale à Saint Jouin de Marnes
 
L'Abbaye connait sa dernière période faste au XVIIème siècle. Lors de la Révolution Française les batiments monastiques de l'Abbaye sonnt vendus comme Biens Nationaux et une partie est démolie. L'église Abbatiale par contre a heureusement été conservée, c'est un véritable chef d'oeuvre de l'Art Roman.
 

Votre Hôtel à Thouars   



Saintes

Saintes est la capitale de l'ancienne Province de Saintonge. Elle un passé historique prestigieux, elle remonte à Mediolanum Santonum une des principales villes de la Gaule Romaine. Elle possède un patrimoine médiéval important de monuments Romans et Gothiques.
 
En savoir plus sur Saintes            La Saintonge Romane                                 Votre Hôtel à Saintes
 

Eglise Saint Eutrope de Saintes

Prieuré Saint Eutrope de Saintes

Saint Eutrope est un personnage légendaire qui aurait évangélisé la Saintonge.
 
Grégoire de Tours signale son culte à la fin du VIème siècle. Des moines s'occupent de son sanctuaire. En 1081, Guy-Geoffroy, comte de Poitou et duc d'Aquitaine confie son sanctuaire à l'Abbaye de Cluny.
 
L'église Saint Eutrope de Saintes a été construite par des moines bénédictins de Cluny à partir de la fin du XIème siècle avec une église basse, la crypte qui est voûtée en berceau et est dotée d'un déambulatoire.
 
En 1096 le pape Urbain II consacre les autels avec l'évêque de Saintes, Ramnulphe. Les voûtes en demi-berceau des collatéraux du choeur ont sans doute été réalisées autour de 1100.
 
Partie Romane de l'église Saint Eutrope de Saintes


En savoir plus sur le Prieuré Saint Eutrope de Saintes
 

L'Abbaye aux Dames de Saintes

L'Abbaye aux Dames de Saintes est une abbaye bénédictine construite à l'initiative du comte d'Anjou Geoffroy Martel et de sa femme Agnès de Bourgogne, elle a été consacrée en 1047. Elle était réservée aux femmes. Les dons d'Aliénor d'Aquitaine ont permis de reconstruire l'église à la fin du XIIème siècle.
 
Façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes   Chevet de l'Abbaye aux Dames de Saintes
Façade                                                   Abbaye aux Dames de Saintes                                                   Chevet
 
En savoir plus sur l'Abbaye aux Dames de Saintes
 



Visitez 
La Vallée de la Vienne     Eglises Romanes du Poitou     Le Poitou     Poitiers     Eglises de Poitiers     Chauvigny     Chatellerault
 
La Charente-Maritime       La Rochelle et l'Aunis       Royan et la Côte de Beauté       Saintes        La Saintonge Romane
 
 






Le Limousin
 

Abbaye de Solignac

L'Abbaye de Solignac a été fondée en 631 par Saint Eloi, le conseiller de Clotaire II puis de Dagobert, à l'époque Mérovingienne. Cette abbaye est le berceau de l'orfèvrerie limousine.
L'église de Solignac est un des plus beaux édifices à coupoles de France. Elle est construite en granit. L'édifice actuel remonte au XIIème siècle, il a été complété au début du XIIIème. Il a la forme d'une croix latine, orienté Est-Ouest, sa longueur est de 70 mètres et celle du transept de 38 mètres.
 
Eglise abbatiale de Solignac
Eglise abbatiale de Solignac, vue du côté Nord, la base du clocher est bien souligné par le décrochage de la toiture
 
La nef comporte deux travées, elle est large (environ 15 mètres) et sans bas-côtés. Cette église possède quatre coupoles hémisphériques d'influence Byzantine sur pendentifs (triangles maçonnés en arc de cercle), deux sur la nef, une sur la croisée du transept et une sur le croisillon Nord. Ces pendentifs reposent sur de gros piliers carrés, les piliers sont reliés les uns aux autres par des arcs en berceau brisé (cf photo ci-dessus). Le bras du transept Sud est plus court, il est voûté en berceau.
Les chapiteaux de la nef sont ornées de sculptures réalisées pour certaines dans le granit (il est difficile à travailler) et d'autres dans du calcaire. Les sujets représentés sont des animaux et des humains.
Le choeur comporte sept arcades et trois chapelles rayonnantes, sa coupole est ovale, il est dépourvu de déambulatoire.
 
Chevet de l'église de Solignac
Chevet de l'église de Solignac
 
Le chevet est de style Roman (cf photo ci-dessus), il est polygonal avec cinq absidioles. Les nombreuses et amples fenêtres avec des arcs en plein cintre assurent un bon éclairage du choeur même si de nombreuses petites arcatures sont aveugles. Il comporte de nombreuses sculptures.
 
En savoir plus sur l'Abbaye de Solignac


L'Abbaye Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne

En 855, l'archevêque de Bourges, Raoul (Rodolphe) de Turenne (il était fils du comte de Quercy), fonde un monastère en y faisant venir des moines de l'Abbaye de Solignac. Ce monastère prend rapidement de l'importance et un bourg se forme autour de lui.
 
Le monastère est rattaché à l'Abbaye de Cluny au XIème siècle, l'abbé Géraud II engage la construction de l'église abbatiale, elle est de style Roman. L'église est vaste, ainsi elle fait 62 mètres de long et 38 mètres de large, sous la coupole sa hauteur est de 23 mètres.

 
Plan de l'abbaye Saint Pierre de Beaulieu   Chevet de l'abbaye Saint Pierre de Beaulieu
Plan de l'abbaye                               Abbaye Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne                       Chevet de l'abbaye avec les chapelles rayonnantes
 
Le chevet, le transept et la travée Est de la nef sont du début du XIIème siècle, les trois travées suivantes sont du milieu du XIIème siècle. Ces travées sont voûtées en berceau. La nef est épaulée par des collatéraux assez larges et voûtés d'arêtes, au dessus la galerie-tribune se poursuit autour du choeur.
 
Au dessus de la croisée du transept s'élève une coupole sur pendentifs surmontée d'un clocher à un seul étage de forme octogonale avec huit baies en arc brisé. Deux absidioles sont accolées aux croisillons du transept. Dans le prolongement du bras Nord du transept subsistent des restes de la Salle Capitulaire.
 
Le choeur est entouré par un déambulatoire sur lequel donnent trois chapelles rayonnantes (cf photo ci-dessus). L'abside est voûtée en cul-de-four (quart de sphère).
 
Exemples de sculptures sur les chapiteaux du chevet
Exemples de sculptures sur les chapiteaux du chevet
 
Le Portail méridional et son Tympan
Le Tympan du portail du Porche de l'Abbaye de Beaulieu sur Dordogne
Le Tympan du portail du Porche de l'église abbatiale de Beaulieu sur Dordogne
 
La partie la plus remarquable de l'église abbatiale est le portail méridional, il est abrité sous un porche. Il a été réalisé autour de 1130.
 
Ce portail est un des joyaux de la sculpture Romane (cf photo ci-dessus), il porte sur le thème du Jugement Dernier. La partie haute de ce tympan a des sculptures sur le thème du Ciel, la partie centrale sur celui de la Terre et enfin la partie basse sur celui de l'Enfer.
 
Le Christ en majesté est au centre, à ses côtés sont représentés les apôtres et des anges. Les forces du mal sont figurées sous les pieds du Christ: des monstres dévorant des damnés, la bête de l'Apocalypse avec ses sept têtes, etc.
Le Trésor de l'église Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne
 
Le Trumeau au centre du portail a des sculptures représentant les trois âges de la vie. Sur les côtés du porche les bas-reliefs décrivent la Tentation du Christ et l'épisode de Daniel dans la fosse aux lions.


 
Le Trésor de l'église Saint Pierre
Il est exposé dans le bras Nord du transept de l'église.
 
Il comporte une Vierge en argent du XIIème siècle (cf photo ci-contre) et une chasse en émail du XIIIème siècle avec une représentation des Rois Mages.
 
On y trouve également un reliquaire qui remonte peut-être au XIème siècle et deux parties de reliquaires en argent du XIIIème siècle, celui de Sainte Félicité et celui de Saint Emilion.
 
Le Trésor de l'église Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne
 

En savoir plus sur Beaulieu sur Dordogne

En savoir plus sur les églises Romanes du Limousin

Votre Hôtel à :     Limoges    Brive    Tulle    Collonges la Rouge    Ussel    Bort les Orgues   
 


Visitez 
 
Visitez le Limousin        Le Limousin Roman        La Haute-Vienne (87)        La Creuse (23)        La Corrèze (19)
 




Périgord et Quercy
 


L'Abbaye Sainte Marie de Souillac

Abbaye Sainte Marie de Souillac
Transept, chevet et absidioles pentagonales à pans de l'abbaye Sainte Marie de Souillac
 
L'origine du monastère remonte au Xème siècle quand Saint Géraud, comte et abbé d'Aurillac, meurt. Il laisse aux moines de son abbaye des biens sur le site de Souillac. Ceux-ci sont accrus par des dons du vicomte de Cahors Frotard et de sa femme Adalbergue. Certains moines viennent s'y installer et établissent un monastère.
 
Une importante église est construite de 1075 à 1150, grâce à l'action des abbés et de doyens de l'abbaye Saint Géraud d'Aurillac, elle est de style Roman. Elle a subi de nombreuses vicissitudes à travers les siècles.
 
L'église a été restaurée au milieu du XIXème siècle puis à nouveau régulièrement à partir des années 1930 redonnant à l'édifice une allure proche de celle d'origine (en particulier pour les coupoles). Un lanternon a été placé au-dessus de chaque coupole.
 
L'église abbatiale est en forme de croix latine, elle comporte une grande nef (55 mètres de longueur et 14 mètres de largeur) surmontée de trois coupoles (cf photo ci-dessus à gauche) et présente ainsi une similtude avec la cathédrale Saint Front de Périgueux.
 
Le transept est vaste (33 mètres) avec des croisillons voûtés en berceau brisé. L'abside dessert trois chapelles pentagonales rayonnantes (cf photo au-dessus) et le déambulatoire est surélevé.
 
Le décor sculpté de l'église abbatiale est remarquable. Des fragments du portail antérieur ont été réutilisés à l'intérieur de l'église au XVIIème siècle sur le mur Ouest de la nef (cf photo ci-dessus à droite).
 
Sculpture montrant la légende de Théophile dans l'église Sainte Marie de Souillac Sculpture du Prophète Isaïe dans l'église Sainte Marie de SouillacSculpture montrant un enchevêtrement de monstres dans l'église Sainte Marie de Souillac
                      Sculptures montrant (au centre) la Légende de Théophile                                                             Le Prophète Isaïe               Un enchevêtrement de monstres
 
Au dessus de la porte, un bas-relief est composé de trois registres, les registres latéraux portent des sculptures de Saint Benoit (à gauche, identifié par la crosse) et de Saint Pierre (à droite, identifié par les clefs).
 
Le registre central (cf photo ci-dessus à gauche) raconte La Légende du Miracle de Théophile qui a vendu son âme au diable:
 
La photo ci-dessus, au milieu, montre le Prophète Isaïe, la sihouette est élancée et la chevelure flottante illustre la qualité du travail du sculpteur, cette statue est considérée comme un des chefs-d'oeuvre de l'Art Roman.
 
Le pilier sur la photo de droite présente un enchevêtrement de monstres.
 
D'autres sculptures de qualité sont présentes, par exemple la scène du sacrifice d'Isaac par Abraham, etc.
 
En savoir plus sur L'Abbaye Sainte Marie et l'église Saint Martin de Souillac
 

L'Aquitaine       le département de la Dordogne       La Vallée de la Dordogne      
 



L'Abbaye Saint Pierre de Moissac

L'Abbaye Saint Pierre de Moissac a été fondée au milieu du VIIème siècle, une importante donation à la fin de ce siècle lui permet de disposer d'une base foncière importante en Aquitaine, en Languedoc et en Auvergne.
 
L'abbaye de Moissac est affiliée à l'Abbaye de Cluny en 1047 avec l'accord du comte de Toulouse, des évêques de Toulouse et de Cahors.
 
Vue du côté Sud de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac Portail Sud de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
            Vue du côté Sud de l'abbaye                                           Abbaye Saint Pierre de Moissac                   Portail Sud avec le tympan Roman            
 
Après que la toiture de l'ancien édifice se soit effondrée en 1031, une nouvelle église abbatiale est construite, elle est dédicacée en 1063 en présence de nombreux évêques.
 
Le cloître est édifié à la fin du XIème siècle. L'autel de l'église abbatiale est consacré par le Pape Urbain II en 1097. La Tour-clocher, le portail et son tympan sont réalisés entre 1115 et 1135.
 
L'église est reprise au milieu du XIIème siècle et achevée autour de 1180. Moissac est prise et pillée par les croisés de Simon de Montfort en 1212, un incendie dévaste les parties supérieures de l'abbatiale et du cloître qui sont ensuite reconstruites.
 
Au siècle suivant, l'abbaye est à nouveau victime des armées de la Guerre de Cent Ans, les voûtes et le choeur de l'église sont reconstruits en style Gothique au XVème siècle.
 
 

Le Portail Sud et le Tympan de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac

Tympan du portail Sud de l'église Saint Pierre de Moissac
Tympan Roman du portail Sud de l'église Saint Pierre de Moissac
 
Le Tympan de l'Abbaye de Moissac est un des chefs-d'oeuvre de l'Art Roman. Initialement placé sur la façade Ouest, il a été déplacé lors de la fortification de cette façade au milieu du XIIème siècle.
 
Le tympan représente l'Apparition du Christ à la fin du Monde, il est entouré par les quatre Evangélistes et les 24 vieillards de l'Apocalypse avec leur coupe remplie de parfum. Il est probable que ce tympan a servi de modèle pour la réalisation de ceux de Beaulieu sur Dordogne et du porche Nord de Notre-Dame de Chartres.
 

Le Cloître de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac

Sculptures des chapiteaux du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
Sculptures des chapiteaux du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 
Chapiteau du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 
Le Cloître de l'Abbaye de Moissac est un des plus beaux exemplaires de l'Art Roman, il est classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
 
Ce cloître a été réalisé à l'initiative de l'abbé Ansquitil et achevé en 1100 comme l'indique une inscription gravée sur un des piliers.
 
Les arcades ont été refaites au XIIIème siècle mais en préservant les colonnes et chapiteaux sculptés. On compte 76 chapiteaux sculptés, une cinquantaine sont des chapiteaux historiés, c'est à dire qu'ils racontent des scènes inspirées de la Bible ou d'épisode de la vie de l'Eglise Catholique.
 
Aux angles et au centre de chaque côté des piliers rectangulaires sont couverts de marbre blanc et sculptés également.
 
Les chapiteaux sont en pierre calcaire, ils représentent des scènes de l'Ecriture ou de la vie des Saints.
 
Chapiteau du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 
La salle capitulaire est sur le flanc Ouest du cloître, une partie des voûtes d'ogives a été refaite au XIXème siècle.
 
En savoir plus sur l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 

Votre Hôtel à :     Périgueux    Bergerac    Souillac    Cahors    Moissac   
 






Provence & Côte d'Azur

Abbaye Saint Honorat aux îles Lérins

Les îles Lérins se situent à un peu plus d'1 kilomètre au Sud de Cannes sur la Côte d'Azur. Elles comprennent deux iles: l'Ile Sainte Marguerite, la plus grande, et l'Ile Saint Honorat où se situe un monastère trés ancien et trés célèbre: l'Abbaye de Lérins. Les iles sont accessibles par des bateaux navettes à partir de Cannes, Golfe-Juan et Juan les Pins.
Ile Saint Honorat
Île Saint Honorat avec le Monastère et la Tour, à gauche, l'île Sainte Marguerite
L'Ile Saint Honorat possède un puits d'eau douce, ceci fait qu'elle a été habitée depuis la plus haute antiquité. Mais au IVème siècle, victime des invasions Barbares, elle est redevenue déserte. L'Abbaye Saint Honorat a été fondée autour de l'an 400 par une ermite nommé Honorat. Elle est également désignée sous le nom d'Abbaye de Lérins, elle était trés puissante au Moyen-Age. Il en reste une Tour du XIème siècle sur la côte Sud de l'ile, elle permettait aux moines de se protèger des incursions hostiles conduites par les Barbares, les Arabes, puis les Génois, les Espagnols, ...
Ile et Monastère Saint Honorat
Ile Saint Honorat avec son Monastère

Histoire de l'Abbaye de Lérins
Monastère Saint Honorat
Monastère Saint Honorat
Honorat, issu d'une riche famille de la Bourgogne ou de la Lorraine, décide entre 400 et 410 de mener une vie d'austérité et d'ascèse. Il s'installe d'abord au Cap Roux à la pointe de l'Estérel. Puis avec quelques fidèles il vient dans la plus petite des îles de Lérins qui porte maintenant son nom et il y crée un monastère. En quelques années ce monastère devient trés important, en 426 Honorat le quitte pour occuper le poste d'évêque d'Arles. Honorat est mort en 429, ses reliques ont été ramenées d'Arles sur l'ile Saint Honorat en 1391.
Tour du monastère Saint HonoratL'Abbaye de Lérins a contribué à la christianisation de la Provence puis de la Gaule et même de l'Angleterre et de l'Irlande en formant des moines qui sont devenus évêques dans ces régions: Hilaire et Césaire à Arles, Eucher à Lyon, Loup à Troyes (celui qui contribua à arreter Attila), Salvien, Augustin en Angleterre, Patrick en Irlande dont il est devenu le patron.
Au VIème siècle, l'Abbaye de Lérins est rattachée au diocèse d'Antibes (cette tutelle sera transférée au diocèse de Grasse en 1244). Aygulfe, un moine de l'Abbaye de Fleury sur Loire, vient y établit en 660 la règle de Saint-Benoit. En 690 l'Abbé Amand dirige une communauté de plus de 3500 moines.
A partir du milieu du VIIIe siècle, l'Abbaye doit résister aux attaques des Sarrazins, en 730 ceux-ci massacrent plus de 500 moines. Après une période faste au temps de Charlemagne, elle perd de son influence.

Tour du monastère Saint Honorat

En 976 le Pape Benoît VII en confie la direction aux moines de l'Abbaye de Cluny. En 990 le comte Rodoard d'Antibes fait don à l'Abbaye des territoires de La Napoule, Valbonne, Mougins, Biot ainsi que du village de Cannes. L'Abbaye conservera la suzeraineté sur ces domaines jusqu'à la Révolution Francaise.
Au XIe siècle les Abbés obtiennent de grands privilèges et recoivent des donations importantes. L'Abbaye devient trés riche. La plupart des bâtiments anciens qui se trouvent sur l'ile datent de cette époque, en particulier le Monastère fortifié. Celui-ci se composait d'un ensemble de constructions réalisées du Xème au XVème siècles. La première Tour de défense est construite à partir de 1070 par l'abbé Adalbert II. Au début du XIVème siècle une grande Tour carrée est construite dans le Sud-Est de l'ile.
Le pèlerinage à Saint Honorat se développe à partir du XIIème siècle et il reste populaire en Provence jusqu'à la Révolution Française. Il se déroulait entre l'Ascension et la Pentecôte. En 1366, L'Abbaye de Lérins est placée sous la dépendance de l'Abbaye Saint Victor de Marseille.
L'Abbaye est pillée en 1400 par des corsaires et pirates Génois commandés par Salageri, ils s'installent sur l'ile et il faudra une coalition des forces de la Provence pour les faire partir l'année suivante.
A partir de 1464, l'Abbaye devient la propriété d'Abbés à Commende (qui n'y résident pas mais bénéficient de ses revenus). L'un d'eux, Auguste Grimaldi de la famille des seigneurs de Monaco, l'affilie aux Bénédictins. Au XVIème siècle, l'Abbaye est donnée par François I au Cardinal de Bourbon puis à Jean du Bellay. Au XVIIème siècle Mazarin devient également Abbé de Lérins.
En 1524 l'armée de l'Empereur Charles-Quint, qui est en guerre contre le roi de France François I, s'empare de l'ile et pille le couvent. L'Ile subit d'autres attaques à cette époque et c'est dans ce contexte que le village de Cannes parvient à s'émanciper de la tutelle de l'Abbaye de Lérins. Au XVIIème siècle, en 1635, les Espagnols s'emparent des Iles Lérins, les Francais les en chassent. Puis c'est au tour des Autrichiens de s'approprier les deux iles en 1746, ils sont également chassés par une troupe Francaise commandée par le Chevalier de Belle-Isle.
L'Abbaye passe ensuite sous la tutelle de l'évêque de Grasse en 1732 puis sous celle de l'évêque de Digne en 1752. En 1791, lors de la Révolution Francaise, l'Abbaye est vendue aux enchères. Le Monastère est racheté par Mademoiselle Sainval, une comédienne du Théatre Francais, elle y a vécu pendant 20 ans.
L'évêque de Fréjus rachète l'ile en 1859 et y fait rétablir une communauté de moines Cisterciens à partir de 1869, celle-ci existe toujours actuellement.

En savoir plus sur Cannes             En savoir plus sur Antibes - Juan les Pins
 

Votre Hôtel à :  Cannes      Vallauris      Mougins      Juan les Pins      Antibes



Découvrir :
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans   L'Anjou   Angers   Saumur   Le Saumurois                   Le Poitou Roman      La Saintonge Romane
 
Le Poitou   Poitiers   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres    La Charente-Maritime    La Rochelle    Royan    Saintes   
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux  Issoudun  La Châtre  Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne  Creuse  Corrèze  Limousin Roman   Auvergne  Allier  Puy de Dôme  Cantal  Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


     Avec Google




Plan de ParisVisitez Paris
                Accueil Paris    Plan de Paris: liste des sites à visiter   

Champs Elysées - Concorde    Tour Eiffel et 7° arrondisst    Le Louvre

Ile de la Cité   Notre Dame de Paris    St Germain des Prés   

Quartier Latin    Montparnasse   Halles, Chatelet, Hotel de Ville

Opéra & Grands Boulevards    Marais   Bastille & Bercy

Montmartre    Chateau de Versailles   


      Hotel à Paris et en Ile de France             Librairie sur Paris et l'Ile de France      







 
Voici un site sur l' Art Roman en France
 


Livres des Editions Zodiaque, Collection La Nuit des Temps

Les Editions Zodiaque ont publié un ensemble impressionnant de livres sur les églises Romanes de France et d'Europe de l'Ouest.

Invention de l'Architecture Romane     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Initiation à l'Art Roman     de François Leriche-Andrieu --- Editions Zodiaque

Atlas de la France Romane     de Pauline de La Malène --- Editions Zodiaque

France Romane - Tome 1 - XIème siècle     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

France Romane - Tome 1 - XIIème siècle     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

France Romane - Tome 2 - XIIème siècle     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Cloitres Romans     de Jacqueline Carron-Touchard --- Editions Zodiaque

Routes Romanes - Tome 1     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Routes Romanes - Tome 2     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Routes Romanes - Tome 3     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque



Haut-Poitou Roman     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque



Touraine Romane     de Charles Lelong --- Editions Zodiaque

Val de Loire Roman     de Jean-Marie Berland --- Editions Zodiaque

Ile de France Roman     de Anne Prache --- Editions Zodiaque

Normandie Romane - Tome 1     de Lucien Musset --- Editions Zodiaque

La Tapisserie de Bayeux     de Lucien Musset --- Editions Zodiaque

Anjou Roman     de Marcel Deyres, Jean Porcher --- Editions Zodiaque

Maine Roman     de Marcel Deyres, Jean Porcher --- Editions Zodiaque

Bretagne Romane     de Louise-Marie Tillet --- Editions Zodiaque

Saintonge Romane     de François, Dupont, Eygun --- Editions Zodiaque

Berry Roman     de Jean Favière, de Basche --- Editions Zodiaque

Angoumois Roman     de Charles Daras, Pierre Belzeaux -- Editions Zodiaque


Bourgogne Romane     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Terres de Bourgogne     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque



Forez-Velay Roman     de Olivier Beigbeder --- Editions Zodiaque

Limousin Roman     de Jean Maury, M. Gauthier --- Editions Zodiaque

Auvergne Romane (1)     Bernard Craplet --- Editions Zodiaque

Auvergne Romane (2)     --- Editions Zodiaque

Vivarais, Gévaudan Romans     de Robert Saint-Jean --- Editions Zodiaque

Lyonnais, Dombes, Bugey et Savoie Romans     de Raymond Oursel --- Edition Zodiaque

Dauphiné Roman     de Guy Barruol --- Edition Zodiaque

Alpes Romanes     de Jacques Thirion --- Edition Zodiaque

Suisse Romane     de Hans Rudolf Meier -- Editions Zodiaque

Provence Romane (Tome 1)     de Jean-Maurice Rouquette --- Edition Zodiaque

Provence Romane (Tome 2)     de Guy Barruol --- Edition Zodiaque


Guyenne Romane     de Pierre Dubourg-Noves --- Editions Zodiaque

Gascogne Romane     de Jean Cabanot --- Editions Zodiaque

Roussillon Roman     de Marcel Durliat --- Editions Zodiaque

Quercy Roman     de Maury Jean, Porcher Jean, Vidal Marguerite -- Editions Zodiaque

Haut-Languedoc Roman     de Marcel Durliat -- Editions Zodiaque

Rouergue Roman     de Jean-Claude Fau --- Editions Zodiaque

Pyrénées Romanes     de Marcel Durliat --- Editions Zodiaque


Nord Roman     de Hervé Oursel, Colette Deremble-Manhès, Jacques Thiébaut -- Editions Zodiaque

Alsace Romane     de Will Robert, Hans Haug -- Editions Zodiaque

Lorraine Romane     de Hans-Günther Marschall, Rainer Slotta -- Editions Zodiaque

Champagne Romane     -- Editions Zodiaque

Franche-Comté, Bresse Romane     de René Tournier -- Editions Zodiaque

Eglises romanes de la vallée de l'Ardre     Editions Zodiaque

Eglises en bois de Champagne     Patrick Corbet -- Editions Zodiaque

Vierges Romanes     de René Laurentin, Raymond Oursel -- Editions Zodiaque

Italie

Piémont-Ligurie Roman     de Sandro Chierici -- Editions Zodiaque

Lombardie Romane     de Sandro Chierici -- Editions Zodiaque

Vénétie Romane     de Gianna Suitner Nicolini -- Editions Zodiaque

Toscane Romane     de Italo Moretti, Stopani -- Editions Zodiaque

Rome et Latium Romans     de Enrico Parlato, Serena Romano -- Editions Zodiaque

Emilie Romane     de Sergio Stocchi -- Editions Zodiaque

Marches Romanes     de Paolo Favole -- Editions Zodiaque

Abruzzes, Molise Romans     de Paolo Favole, Francesca Del Vitto -- Editions Zodiaque

Campanie Romane     de Mario d' Onofrio -- Editions Zodiaque

Calabre et Basilicate Romans     de Chiara Garzya Romano -- Editions Zodiaque

Sicile Romane     de Giovanella Cassata, Gabriella Costantino, Rodo Santoro -- Editions Zodiaque

Sardaigne Romane     de Renata Serra, Roberto Coroneo -- Editions Zodiaque

Espagne - Portugal

Espagne Romane     de Marcel Durliat -- Editions Zodiaque

Pays Basque Roman: Alava, Biscaye, Guipuzcoa     de Lopez de Ocariz --- Editions Zodiaque

Navarre Romane     de Luis-Maria De Lojendio -- Editions Zodiaque

Galice Romane     -- Editions Zodiaque

Catalogne Romane     de Juan Ainaud de Lasarte -- Editions Zodiaque

Aragon Roman     de S Canellas-Lopez -- Editions Zodiaque

Castille Romane - Tome 1     de Luis-Maria de Lojendio, Abundio de Rodriguez -- Editions Zodiaque

Castille Romane - Tome 2     de Luis-Maria de Lojendio, Abundio de Rodriguez -- Editions Zodiaque

Portugal Roman     de Gerhard N Graf -- Editions Zodiaque

Europe Nord et Centre

Belgique et Luxembourg Romans     de Xavier Barral i Altet -- Editions Zodiaque

Pays-Bas Romans     de Ada van Deijk -- Editions Zodiaque

Angleterre Romane (1)     de Lucien Musset -- Editions Zodiaque

Angleterre Romane (2)     de Lucien Musset -- Editions Zodiaque

Ecosse Romane     de France Sharratt, Peter Sharratt -- Editions Zodiaque

Palatinat Roman     de Dethard von Winterfeld -- Editions Zodiaque

Westphalie Romane     -- Editions Zodiaque

Bavière Romane     de Richard Strobel, Markus Weis -- Editions Zodiaque

Saxe Romane     de Wulf Walter -- Editions Zodiaque



 Votre Hotel en France       Votre Hotel en Italie       Votre Hotel dans les Alpes     Hotels des autres Pays

Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Europe :
Paris   Nice   Lyon   Londres   Edimbourg   Dublin   York   Rome  Florence   Venise   Milan   Naples   Sicile
Barcelone   Saint Sébastien   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Berlin   Munich   Prague