Art Roman en France

Vous etes ICI : Accueil > France > Art Roman 
 
Votre Hôtel :  Paris    Val de Loire    Nice     Marseille     Alpes     Lyon     Toulouse     Bordeaux     Nantes     Rouen  
 
Pendant le Moyen-Age la religion chrétienne et la guerre ont été des composantes essentielles de la vie de la société.
 
En conséquence, les églises et les Châteaux-forts sont les principales réalisations architecturales de cette période. Cette page n'expose que les ouvrages religieux: cathédrales, églises, abbayes, collégiales, etc.
 
L'architecture religieuse du Moyen-Age comprend deux grandes périodes: la période Romane et la période Gothique.
 
Eglise Romane d'Aulnay en Saintonge
 
L'Art Roman est apparu en France à la fin du Xème siècle. Il a perduré jusqu'à la seconde partie du XIIème siècle où il a été progressivement remplacé par l'Art Gothique.
 
Son architecture a évolué dans le temps. Le plan est issu des basiliques de l'époque Romaine.
 
Les voûtes en pierre ont remplacé les charpentes en bois. Les contreforts se sont progressivement développés pour équilibrer le poids des toitures et stabiliser les travées.
 
Ceci et d'autres évolutions conduisent à distinguer deux périodes d'environ un siècle chacune : le premier art roman (960-1070) et le second art roman (1070-1150).
 
Eglise Romane d'Aulnay en Saintonge
 
Au delà de l'apect monumental (bâtiment) trois arts participent à l'Art Roman en contribuant à la décoration des églises : la sculpture, la peinture murale et celui du vitrail.
 
Les sculptures des églises se situent essentiellement sur les chapiteaux (nef, transept, choeur, abside, chevet) et sur les façades et portails.
 
La plupart des églises médiévales étaient peintes et certaines ont conservé les peintures murales de cette époque, on les qualifie aussi de fresques.
 
L'Art du vitrail s'est développé en relation avec la nécessité d'éclairer les églises, le style des vitraux est homogène avec celui des sculptures et peintures murales.
 
L'Art Roman a concerné toute l'Europe de l'Ouest. Dans cette page ne sont traités que les édifices français, pour autant on est conduit à distinguer des spécificités régionales en particulier pour le Val de Loire, la Bourgogne, le Poitou, les Charentes, le Limousin, l'Auvergne et le Périgord et Quercy.
 
 
Présentation de l'Art Roman     Architecture     Sculpture     Peinture murale     Vitraux       Ecoles régionales
 
Val de Loire   Anjou   Bourgogne   Poitou   Charentes   Berry   Limousin   Auvergne   Périgord-Quercy
 
Architecture Romane en Castille et Leon (Espagne)  
 



 
Hôtel en France     Hôtel de la Côte d'Azur     Hôtel du Val de Loire     Hôtel dans les Alpes     Hôtel en Europe     Autres Pays
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes de France :
Paris  Nice  Marseille   Aix en Provence  Montpellier  Toulouse  Bordeaux  La Rochelle  Nantes  Angers  Le Mans  Tours  Orléans
Brest   Rennes   Caen   Rouen   Amiens   Lille   Metz   Nancy   Strasbourg   Besançon   Lyon   Annecy   Grenoble   Clermont-Ferrand  


     Avec Google







Eglise Romane de Nourray en Vendômois
 

Présentation de l'Art Roman

La terminologie d'Art Roman a été créée au début du XIXème siècle pour caractériser les édifices construits pendant les deux premiers siècles après l'An Mil. Ils se caractérisent par des ouvertures réduites, et donc un faible éclairage intérieur, par des arcs en plein cintre devenus ensuite brisés sur les voûtes, arcades, portails et fenêtres.
 
L'église de Nourray en Vendômois (cf photo ci-contre) illustre bien certains de ces caractères (arcs plein cintre, faibles ouvertures, ...).
 
Eglise Romane de Nourray en Vendômois
 
Du début du Xème siècle jusqu'au XIIIème siècle, l'Europe Occidentale et la France, ont connu une période de paix relative (arrêt des invasions Normandes et Arabes, et Paix de Dieu limitant les guerres féodales) et de prospérité économique (défrichements, croissance démographique, etc).
 
Corrélativement l'emprise de la religion chrétienne sur la population s'est accentuée avec en particulier le développement du culte des reliques et des pélerinages (Saint Martin de Tours, Saint Jacques de Compostelle, ...).
 
Au Haut Moyen-Age, le Pape est de fait contrôlé par l'Empereur Carolingien puis par celui du Saint Empire Romain Germanique. Les monastères et églises étaient bien souvent la propriété des aristocrates qui les avaient fondés et les évêchés étaient détenus par des membres des grandes familles féodales.
 
En réaction à cette situation un mouvement de réforme se développe à partir de certains monastères. D'abord celui de Cluny, en Bourgogne, qui suit la règle de Saint Benoît du VIème siècle, il rencontre un grand succès. Plus tard, au XIIème siècle, apparait l'Ordre de Cîteaux qui prône la pauvreté, ce qui conduit à la construction d'édifices sobres et austères qualifiés de Cisterciens.
 
La transition de l'Art Roman vers l'Art Gothique a commencé dans le Nord de la France puis s'est répandue progressivement vers le Sud. Pour autant le Sud du pays a conservé beaucoup plus d'édifices Romans que le Nord.
 
En pratique la plupart des églises Gothiques ont été réalisées sur des substructures Romanes et bien souvent elles en conservent des parties significatives.
 

Le premier art Roman

Le plan d'une église est simple dans le premier art roman, il se complexifie progressivement, en particulier dans la partie orientale de l'édifice (transept, chœur, abside et chevet).
 
La construction d'une église s'appuie bien souvent sur un édifice plus ancien dont les fondations sont réutilisées. En même temps ceci permet d'assurer la continuité du service religieux pendant la construction du nouveau bâtiment.
 
Les édifices religieux anciens ont été le plus souvent construits en bois et donc victimes d'incendies fréquents, l'utilisation de la pierre a favorisé le développement de l'Art Roman et sa pérennisation. Les voûtes de pierre ont d'abord été réalisées en berceau plein cintre, le plus souvent renforcées par des doubleaux. La nef comporte plusieurs travées qui sont stabilisées par des contreforts. Ensuite sont apparues les voûtes d'arêtes et les coupoles, l'abside est parfois voûtée en cul-de-four (quart de sphère).
Les églises les plus simples (rurales) sont souvent sans transept.
 

Le deuxième âge roman

Il se développe sur un siècle à partir du milieu du XIème siècle et s'effectue selon un double mouvement: clunisien et cistercien.
 
L'église Romane de Châtel-Montagne dans les Monts de la Madeleine (Allier)
L'église Romane de Châtel-Montagne dans les Monts de la Madeleine (Allier)
 
 
Cluny
De nombreuses églises et monastères sont influencés par les Bénédictins et l'Abbaye de Cluny.
Les nefs des églises s'agrandissent en longueur, largeur et hauteur pour accueillir plus de fidèles, certaines dépassent les 100 mètres de longueur. En conséquence les murs gouttereaux sont renforcés à l'extérieur par des collatéraux et des contreforts puissants.
 
La circulation et l'accès aux reliques sont facilités par ces collatéraux et des déambulatoires entourant le choeur et qui desservent des chapelles rayonnantes.
 
Les voûtes deviennent plus élaborées avec le berceau brisé et les voûtes d'arêtes. Les coupoles apparaissent dans le le Sud-Ouest de la France.
La décoration, sculptures, fresques murales, ... devient plus riche.
 
Les Cisterciens
Les cisterciens sont conduits par Saint Bernard. Ils réagissent contre la richesses des établissements clunisiens. Ils construisent des églises sobres et austères et reservées aux moines. La décoration est dépouillée, il y a peu de sculptures et de peintures murales et souvent les vitraux sont incolores ou avec des motifs simples.
 
On reste toujours étonné par l'envergure des édifices religieux construits au Moyen-Age et aussi par la qualité des sculptures et de leur décoration. Elles symbolisent la puissance du christianisme dans la société médiévale. Il suffit d'imaginer la somme d'efforts nécessaires à leur réalisation pour s'en convaincre surtout avec les moyens techniques de l'époque.
 





L'Architecture Romane   de Jean-Marie Guillouët - ISBN: 2755802057




Architecture Romane, architecture Gothique   Alain Erlande-Brandenburg   -- ISBN: 2877476820



Memento Gisserot des Cathedrales Eglises et Abbayes-- ISBN: 2877477622





L'Architecture des églises Romanes

L'architecture des églises a évolué dans le temps. Ainsi, initialement les charpentes en bois ont permis de gérer le poids des toitures et d'équilibrer l'édifice. Victimes d'incendies fréquentes, ces charpentes ont cèdé la place à des voûtes de pierre en plein cintre. Les contreforts se sont progressivement développés pour stabiliser les travées.

Le plan     L'élévation     Les piliers et colonnes     La voûte     La façade     La nef et les collatéraux     Le transept    
 
Le choeur, l'abside et le déambulatoire     Le chevet     La crypte     Le cloître    
 

 

Le Plan

Le plan des églises est dans la continuité de celui des basiliques romaines. Il évolue pour dessiner une croix latine, allongée selon la nef, qui évoque la cruxifiction du Christ. Les bras de cette croix forment le transept. Pour autant certaines églises n'ont pas de transept, en particulier les églises rurales.
 
Plan d'une église
Plan d'une église
 
Les églises Romanes ont la façade de la nef orientée à l'Ouest et le chevet à l'Est (vers l'Orient). Les monastères et cathédrales ont souvent un cloître et une salle capitulaire accolés à l'église.
 

L'élévation

Ce terme est associé à tout ce qui s'éleve en hauteur: murs latéraux (goutteraux), façade, clocher, ... Les constructeurs utilisent des matériaux locaux: tuffeau en Val de Loire, pierre volcanique en Auvergne, granit en Bretagne, briques, etc.
Les pierres de construction peuvent être en petit appareil, moyen appareil et grand appareil selon leur taille. Les joints d'assemblage sont importants.
 
Dans la premier art roman, les murs sont épais avec des ouvertures étroites, ils sont souvent renforcés par des arcatures intérieures et des contreforts.
 
Eglise Romane de Thors près de Matha en Saintonge
Eglise Romane de Thors près de Matha en Saintonge
 
Ensuite les murs s'élèvent hauteur, ils sont équilibrés par des collatéraux et des contreforts plus puissants comme le montre la photo ci-dessous de l'Abbaye de Solignac en Limousin.
 
Eglise abbatiale de Solignac en Limousin
Eglise abbatiale de Solignac en Limousin vue du côté Nord, élévation des murs goutteraux avec contreforts et arcatures de renfort

 

Les piliers et colonnes

Les piliers et colonnes soutiennent les arcades supportant le poids de la toiture et des voûtes, ils séparent la nef et les collatéraux (bas-côtés).
La forme des piliers évolue avec en particulier les piles carrées avec des colonnes cylindriques engagées.
Le passage du pilier à la voûte (qui est courbe) s'effectue grace au mécanisme de l'encorbellement: les pierres sont posées les unes sur les autres avec à chaque fois un petit retrait.
 
Voûtes d'arêtes de l'Abbaye de Brantôme

La voûte

La voûte est un assemblage de pierres plates liées par du mortier et taillées spécialement pour s'adapter les unes aux autres et formant un demi-cercle, leur poids est important.
Les voûtes Romanes sont en berceau, l'arc formé est dit en plein cintre, il est souvent renforcé par une arc (dit doubleau) au niveau des piliers.
Le maitre d'oeuvre doit résoudre le problème des poussées obliques issues de la voûte en pierre, ce type de voûte est lourd et exerce une forte pression latérale sur les murs de l'édifice.
Pour l'équilibrer des contreforts massifs (extérieurs) sont réalisés et les fenêtres sont de taille réduites afin de ne pas fragiliser les murs.
La voûte en berceau évolue en berceau brisé au XIIème siècle. le même procédé est généralisé pour la construction des coupoles.
 
Voûtes en berceau brisé et voûtes d'arêtes de l'Abbaye de Brantôme
 
A partir de la fin du XIIème siècle, les voûtes en berceau deviennent à profil brisé, l'arc est brisé au sommet. On utilise aussi les voûtes d'arêtes issues de l'intersection de deux voûtes en berceau, le poids de la voûte est concentrée sur les piliers aux quatre points de retombée des arcs (cf photo ci-contre).
 

La façade

La façade est l'entrée principale des fidèles dans l'église. Il peut y avoir plusieurs facades, mais la facade principale est toujours clairement individualisée et décorée.
A la base le portail permet d'accéder à la nef, il est entouré de baies qui peuvent être aveugles. Un ou plusieurs étages sont décorés par des arcatures, un bon exemple est donné par l'église Saint Nicolas de Civray en Poitou.
Assez souvent, le pignon de la partie supérieure est triangulaire.
Le narthex est un espace aménagé en avant du portail ou entre le portail et la nef. Le porche est un auvent ou espace ouvert sur l'extérieur en avant du portail de l'église. Il permet d'abriter les fidèles qui rentrent dans l'église
 
Façade de l'église Saint Nicolas de Civray
Façade de l'église Saint Nicolas de Civray en Poitou
 
La façade donne en général à l'Ouest sauf dans les régions froides (Auvergne par exemple) où elles sont plutôt orientées Sud.
 

La nef et les collatéraux

La nef est la partie la plus grande de l'église, elle abrite les fidèles qui participent à l'office. Le mot est issu du latin navis: vaisseau, terme également utilisé pour décrire une église. Dans beaucoup d'églises Romanes la nef est unique.
La travée est la partie de la nef (ou du transept ou du choeur) allant d'une pilier de soutien à l'autre. Les travées de la nef se comptent à partir du choeur parce que ce sont les premières construites.
 
La nef de l'Abbaye de Fontevraud en Anjou montre bien la voûte en berceau de l'édifice (cf photo ci-dessous à gauche).
 
Nef Romane de l'église de l'Abbaye de Fontevraud Collatéral Roman de la cathédrale Saint Julien au Mans
Nef Romane de l'église de l'Abbaye de Fontevraud                                         Collatéral Roman de la cathédrale Saint Julien au Mans
 
Le collatéral est une nef latérale, on emploie ce mot de préférence à bas-côté lorsque la hauteur de sa voûte est presque égale à celle de la nef centrale. Il permet de circuler sur les côtés de l'église.
Les premières travées de la cathédrale Saint Julien du Mans sont de style Roman, ceci est bien visible dans le collatéral Nord (cf photo ci-dessus à droite).
 

Le transept

Le transept est une nef transversale coupant perpendiculairement la nef principale et donnant à l'église la forme d'une croix. Parfois l'église n'a pas de transept.
 
Transept, clocher et chevet avec absidioles en plan tréflé de l'église Saint Pierre de Chauvigny en Poitou     Vue intérieure du bras Nord du transept de la Collégiale de Saint Junien en Limousin
Transept, clocher et chevet avec absidioles en plan tréflé                                                                   Vue intérieure du bras Nord du transept
           Collégiale Saint Pierre de Chauvigny en Poitou                                                                             Collégiale de Saint Junien en Limousin
 
La travée formée par l'intersection de la nef et du transept s'appelle le carré du transept ou la croisée.
 
La tour-clocher est parfois à la croisée du transept comme le montre la photo ci-contre de la Collégiale Saint Pierre de Chauvigny dans le Poitou.
Le terme croisillon est synonyme de bras du transept.
 
Choeur, rond-point et déambulatoire de l'église Saint Hilaire de Poitiers

Le choeur, l'abside et le déambulatoire

Le choeur est l'ensemble qui entoure l'autel principal où opère le prêtre. Il est réservé au clergé, aussi c'est la partie de la construction qui est la plus travaillée.
 
Le choeur principal est à l'arrière de l'église par rapport à la façade.
 
Il est entouré par l'abside de forme semi-circulaire ou en cul-de-four. Vue de l'intérieur, c'est l'extrémité de l'église vers l'orient (vers l'est). Vu de l'extérieur l'abside correspond au chevet.
 
Le déambulatoire est une galerie permettant de faire le tour du choeur et de l'abside.
 
L'absidiole est une abside secondaire, plus petite, greffée soit sur le déambulatoire, soit sur un bras de transept.
 
Choeur, rond-point, déambulatoire, fresques et chapiteaux
Eglise Saint Hilaire de Poitiers

 




 

Le chevet

Le chevet est, vu de l'extérieur, la partie arrière de l'église, elle est arrondie et abrite le choeur. Le mot est issu du latin caput: tête.
En général, le chevet donne vers l'orient (vers l'Est). Vu de l'intérieur de l'église on désigne le même élement par le nom d'abside.
 
Chevet avec absidioles de l'église Saint Julien de Brioude       Chevet avec absidioles et transept de l'église Saint Pierre de Marestay à Matha en Saintonge
          Chevet avec absidioles de l'église Saint Julien de Brioude en Auvergne                         Chevet et transept de l'église Saint Pierre de Marestay à Matha en Saintonge
 
Les chevets anciens sont plats ou en hémicycle. Dans une deuxieme temps, en relation avec les déambulatoires autour du choeur, apparaissent les absidioles de différentes formes. Sur la photo ci-dessus à gauche, les absidioles sont renforcées par des contreforts plats.
 

 
Clocher Roman de l'église de la Trinité de Vendôme Clocher Roman de l'église de Saint Léonard de Noblat
 

Le clocher (et les tours)

Le clocher est la partie la plus haute de l'édifice, il contient les cloches qui permettent d'appeler les fidèles à l'office religieux.
Les clochers ont des formes variées en général en relation avec le climat: en pointe dans les régions du Nord et du Centre à cause de la pluie, clocher-mur, clocher-peigne ou campanile dans le Sud. Parfois deux clochers encadrent la façade.
 
Clocher Roman de l'église de la Trinité de Vendôme
 

 
                                              Clocher Roman de l'église de Saint Léonard de Noblat
 

Le clocher-porche est une tour élévée au-devant de l'église, faisant offiche de porche au rez-de-chaussée et de clocher au dessus.

Le clocher-peigne est implanté au-dessus de l'église, il est composé d'une maçonnerie droite percée de baies abritant des cloches.




 

 

La crypte

La crypte est une chapelle souterraine généralement située sous le choeur. Elle accueille souvent les sépultures ou reliques de saints.
 

Le cloître et la salle capitulaire

Le cloître est un espace de circulation et de promenades qui relie les différentes parties d'un couvent. La salle capitulaire est, comme son nom l'indique, la salle de réunion du chapitre (composé de chanoines).
 
Cloître de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
Cloître de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac (classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco)
 
Le Cloître de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac (cf photo ci-dessus), dans le département du Tarn et Garonne, est remarquable. L'essentiel de ses 76 chapiteaux et bas reliefs sculptés sont de l'époque Romane.
 


 
En savoir plus sur:     L'Art Roman en France       Les Abbayes de France       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Visitez:    Abbaye du Mont St Michel     Abbaye St Germain des Prés à Paris     Abbaye Saint Père à Chartres    
Abbaye de Vézelay     Abbaye de Cluny     Abbaye de Paray le Monial     Abbaye de Charlieu    
Abbaye St Martin de Tours     Abbaye de Marmoutier     Abbaye St Julien de Tours     Abbaye de Cormery     Collégiale de Candes    
Abbaye de Fontevraud     Collégiale de Cunault     Abbaye de Vendôme     Abbaye Notre-Dame de la Couture - Le Mans
Eglises Romanes du Poitou     Eglise Notre-Dame la Grande     Abbaye de Saint-Savin    
Collégiale de Chauvigny     Abbaye de Saint-Jouin de Marnes     Abbaye Saint Eutrope de Saintes
Abbaye de Solignac             Abbaye Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne      
Abbaye Saint Pierre de Moissac                         Abbaye de Lérins    
 
L'Architecture Romane en Castille et Leon (Espagne)    
 
 


La Sculpture

Elle reste relativement simple pendant le premier Art Roman puis s'enrichit dans la deuxième période.
 
La sculpture enseigne l'Ancien et le Nouveau Testament, elle édifie les fidèles avec la vie des apôtres et des saints. Elle représente aussi des animaux, des feuillages et même des hommes dans différentes situations de la vie.
 
La façade
La sculpture est d'abord sur la partie extérieure de l'édifice, en particulier la façade avec le portail, les fenêtres et les modillons. Les grands thèmes iconographiques sacrés sont le Jugement dernier, la Pentecôte et l’Apocalypse, etc.
 
La façade de l'église Notre-Dame la Grande de Poitiers est un chef-d'œuvre de même que celle de la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême.
 
Sculptures de la façade de l'église Notre-Dame la Grande à Poitiers
Sculptures de la façade de l'église Notre-Dame la Grande à Poitiers
 
Le tympan du portail
A partir de la fin du XIème siècle, le tympan du portail porte assez souvent des sculptures remarquables avec une prédilection pour le thème du Jugement Dernier et d'autres thèmes religieux. Deux exemples remarquables sont le tympan de l'église abbatiale de Beaulieu sur Dordogne et de cellui de l'église abbatiale Saint Pierre de Moissac.
 
Sculptures du tympan de l'église abbatiale de Beaulieu sur Dordogne
Sculptures du tympan de l'église abbatiale de Beaulieu sur Dordogne
 
Les chapiteaux du chevet
Les chapiteaux et modillons du chevet sont également porteurs de sculptures sur des thèmes variés, à la fois religieux et profanes. Un bon exemple en est donné par le chevet de l'église Saint Etienne de Lubersac en Limousin (cf photos ci-dessous).
 
Sculpture du chevet de l'église Saint Etienne de Lubersac   Sculpture du chevet de l'église Saint Etienne de Lubersac   Sculpture du chevet de l'église Saint Etienne de Lubersac
Sculptures du chevet de l'église Saint Etienne de Lubersac: translation des reliques de Saint Etienne
 
Les chapiteaux de la nef et du choeur
A l'intérieur de la nef et du choeur, de nombreux chapiteaux en haut des colonnes et piliers sont sculptés, là encore sur des thèmes à la fois religieux et profanes (chapiteaux dits historiés).
 
Sculpture de chapiteaux de la nef de Notre-Dame de Cunault: scène guerrière
Sculptures de chapiteaux de la nef de Notre-Dame de Cunault: scène guerrière
 
Certains chapiteaux de l'église Notre-Dame de Cunault illustrent des scènes guerrières. La photo ci-dessus est dans la nef, elle montre un guerrier avec son épée, son bouclier et sa cotte de maille, son cheval est derrière lui. Il combat deux personnages semi-monstrueux (des barbares ?) équipés d'une lance et d'un bouclier. L'allure et l'équipement des guerriers facilitent la datation de la réalisation du chapiteau et parfois aussi celle d'une partie de l'église. La Collégiale de Cunault possède d'ailleurs un ensemble important de sculptures Romanes.
 
Les cryptes, sous la nef ou le choeur, ont des sculptures parfois très anciennes.
 
Les chapiteaux du cloître
Souvent accolé à l'église, le cloître possède des chapiteaux sculptés, un des exemples le plus remarquable est le cloître de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac (classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco).
 
Sculpture du cloître de l'église abbatiale Saint Pierre de Moissac   Sculpturedu cloître de l'église abbatiale Saint Pierre de Moissac   Sculptures du cloître de l'église abbatiale Saint Pierre de Moissac
Sculptures du cloître de l'église abbatiale Saint Pierre de Moissac
 




La Peinture murale

Le succès de la peinture romane est attesté par la multiplicité des vestiges conservés. Il arrive que l'on découvre encore des fresques sous des enduits.
 
Les larges surfaces murées et les voûtes de la période romane se sont prêtées facilement à la décoration murale. Malheureusement, de nombreuses peintures initiales ont été détruites soit par des restaurations mal menées, ou par le fait que les murs ont été replâtrés ou repeints.
 
La technique de production des fresques est assez facile à mettre en oeuvre, mais il faut aller vite car l'artiste peint sur un enduit frais. Cette technique peu onéreuse explique que de modestes églises rurales, de simples cures priorales, reçoivent de somptueux décors peints avec souvent des couleurs vives comme l'ocre jaune et rouge avec des teintes de blanc, de vert et de rose.
 
La peinture d'une église suit un schéma classique, dérivé d'exemples antérieurs de mosaïques. Elle a son point focal dans la voûte en cul-de-four de la nef, avec souvent un Christ en Majesté ou un Christ rédempteur sur son trône et une mandorle encadrée par les symboles des Quatre Évangélistes.
 
Fresques de la nef de l'église abbatiale de Saint Savin en Poitou
Fresques de la nef de l'église abbatiale de Saint Savin en Poitou
 
Dans le Poitou, l'Abbaye de Saint Savin sur Gartempe présente un extraordinaire ensemble de fresques murales, elle est classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
 
La Pêche Miraculeuse, fresque de la Salle Capitulaire de l'Abbaye de la Trinité à Vendôme   Fresque murale de l'église Saint Genest de Lavardin en Vendômois
La Pêche Miraculeuse, fresque de la Salle Capitulaire de l'Abbaye de la Trinité à Vendôme                   Fresque murale de l'église Saint Genest de Lavardin en Vendômois
 
On trouve également de nombreuses fresques murales en Vendômois avec la Pêche Miraculeuse dans la Salle Capitulaire de l'Abbaye de la Trinité de Vendôme (cf photo ci-dessus à gauche), mais aussi dans la chapelle Saint Gilles de Montoire, les églises Saint Genest de Lavardin (cf photo ci-dessus à droite), Saint Jacques des des Guérets (cf photos ci-dessous) et bien d'autres églises rurales.
 
Fresque murale de Saint Jacques des GueretsFresque murale de Saint Jacques des Guerets
Fresques murales de Saint Jacques des Guerets
 




Vitrail de la Vierge de Vendome dans l'église abbatiale de la Trinité à Vendôme Vitrail de la Crucifixion sur le chevet de la cathédrale Saint Pierre de Poitiers, il est du XIIème siècle

Les Vitraux

Les plus anciens fragments connus de vitraux peints médiévaux semblent dater du Xe siècle. Peu de vitraux importants du XIIe siècle sont restés intacts.
 
Dans les cathédrales du Mans, de Chartres, Poitiers et la basilique Saint-Denis, de nombreux panneaux du XIIe siècle sont encore présents.
 
Les artisans du vitrail ont été plus lents que les architectes à changer leurs styles, et beaucoup de vitraux de la première partie du XIIIe siècle peuvent être considérés comme romans.
 
Vitrail de la Vierge de Vendôme
dans l'église abbatiale de la Trinité, il est du XIIème siècle
 
 
                                                                      Vitrail de la Crucifixion,
    Chevet de la cathédrale Saint Pierre de Poitiers, il est du XIIème siècle

 
La Crucifixion de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers est une composition remarquable qui s'étend sur trois étages, le plus bas avec un trèfle à quatre feuilles présentant le martyre de Saint Pierre, le plus grand central où domine la crucifixion et le plus haut l'Ascension du Christ dans une mandorle.

 
Vitrail de Notre-Dame de la Belle Verrière (la Vierge Bleue)



Vitrail de la cathédrale de Chartres
 
Les trois verrières de la façade occidentale datent du XIIème siècle.
 
Le vitrail de Notre-Dame de la Belle Verrière est de la même époque. Il se situe dans le collatéral Sud du choeur, les armatures qui se coupent à angle droit et le ton bleu caractérisent le XIIème siècle.
 
Le vitrail de Notre-Dame de la Belle Verrière a été épargné par l'incendie de 1194 et puis remonté dans une verrière du XIIIème siècle, au Sud du choeur.
 
Elle a été restaurée par le peintre-verrier Gaudin en 1906.









Livres des Editions Zodiaque, Collection La Nuit des Temps


Invention de l'Architecture Romane de Raymond Oursel         Initiation à l'Art Roman de François Leriche-Andrieu

Atlas de la France Romane de Pauline de La Malène         Cloitres Romans de Jacqueline Carron-Touchard

France Romane - Tome 1 - XIème siècle         Tome 1 - XIIème siècle         Tome 2 - XIIème siècle   de Raymond Oursel

Routes Romanes - Tome 1         Tome 2         Tome 3     de Raymond Oursel


Haut-Poitou Roman     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque



Touraine Romane de Charles Lelong        Val de Loire Roman de Jean-Marie Berland

Ile de France Romane   de Anne Prache

Normandie Romane - Tome 1       La Tapisserie de Bayeux   de Lucien Musset

Anjou Roman     Maine Roman   de Marcel Deyres, Jean Porcher

Limousin Roman de Jean Maury, M. Gauthier       Quercy Roman   de Maury J, Porcher J, Vidal Marguerite

Forez-Velay Roman de Olivier Beigbeder         Bourgogne Romane   de Raymond Oursel

Auvergne Romane (1) de Bernard Craplet         Auvergne Romane (2)


Plus de livres des Editions Zodiaque sur l'Art Roman


 
En savoir plus sur:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales de France       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Cathédrale de Chartres       Cathédrale de Paris       Cathédrale d'Amiens       Cathédrale de Reims      
 
Cathédrale d'Orléans       Cathédrale du Mans       Cathédrale d'Angers       Cathédrale de Tours      
 
Cathédrale de Bourges       Cathédrale de Nevers       Cathédrale de Poitiers       Cathédrale d'Angoulême      
 
Cathédrale de Périgueux       Cathédrale du Puy en Velay     Cathédrale d'Albi       Cathédrale de Narbonne      
 
Cathédrale de Bayonne      
 

 
 
Abbaye du Mont St Michel     Abbaye St Germain des Prés à Paris     Abbaye Saint Père à Chartres    
 
Abbaye de Vézelay     Abbaye de Cluny     Abbaye de Paray le Monial     Abbaye de Charlieu    
 
Abbaye St Martin de Tours     Abbaye de Marmoutier     Abbaye St Julien de Tours     Abbaye de Cormery     Collégiale de Candes    
 
Abbaye de Fontevraud     Collégiale de Cunault     Abbaye de Vendôme     Abbaye Notre-Dame de la Couture - Le Mans
 
Eglises Romanes du Poitou     Eglise Notre-Dame la Grande     Abbaye de Saint-Savin    
 
Collégiale de Chauvigny     Abbaye de Saint-Jouin de Marnes     Abbaye Saint Eutrope de Saintes    
 
Eglise Notre-Dame du Port à Clermont-Ferrand         Eglise Notre-Dame d'Orcival         Eglise Saint Austremoine d'Issoire
 
Abbaye de Saint Nectaire         Abbaye Saint Robert de La Chaise-Dieu         Basilique Notre-Dame des Miracles à Mauriac  
 
Abbaye de Solignac               Abbaye Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne
 
Abbaye Sainte Marie de Souillac       Abbaye Saint Pierre de Moissac       Abbaye de Lérins
 




Les écoles Régionales

L'église Romane de Vieille Brioude
L'église Romane de Vieille Brioude en Auvergne
 
Les églises Romanes se sont adaptées aux conditions de chaque région: relief, pierres et matériaux disponibles, climat, etc.
 
En outre les maitres d'oeuvre régionaux reproduisaient des modèles semblables dans leur périmètre d'action: emplacement et forme des clochers, forme des chevets, style et décoration des façades et des portails, etc. Ceci conduit à distinguer des écoles régionales dont les limites sont imprécises car par proximité géographique elles s'influençaient les unes les autres.
 
Les régions individualisées dans cette page sont le Val de Loire, l'Anjou, la Bourgogne, le Poitou-Charentes, le Berry, le Limousin, l'Auvergne et le Périgord - Quercy.
 


Le Val de Loire

 
Orléanais             Touraine             Vendômois            


Orléanais

 
Eglise de Saint Benoît sur Loire Abbaye de Saint Benoit sur Loire (Fleury)
L'Abbaye de Fleury, futur Saint Benoit sur Loire, a été construite à partir de 651. Un abbé de Fleury, Mommulus, rapporte vers 660 les reliques de Saint Benoit (elles étaient dans un batiment de l'Abbaye du Mont Cassin en Italie, celle-ci venait d'être détruite par les Lombards).
L'Abbé Théodulfe est un conseiller des Empereurs Charlemagne et Louis le Pieux, il fonde une école qui rassemble un nombre considérable d'élèves, jusqu'à 5000. Des moines copistes et enlumineurs créent des oeuvres remarquables.
Au IXème siècle l'Abbaye possède deux églises, Notre Dame et Saint Pierre, elles sont détruites par plusieurs raids des Normands (865, 876 puis 897), les moines parvienne à mettre à l'abri les reliques de Saint Benoît. A la fin du Xème siècle, sous la tutelle des Abbés Odon, Abbon et Gauzlin (un fils naturel d'Hugues Capet), l'abbaye reprend vie.
L'Abbaye est incendiée en 1026 et les travaux de reconstruction commencent en 1070, ils s'achèvent en 1218, l'église est consacrée le 26 octobre. Le Transept et le Choeur ont été batis de 1067 à 1108, la nef est du milieu du XIIème siècle.
 
La chapelle carolingienne de Germigny des Prés est à proximité de Abbaye de Saint Benoit sur Loire


Eglise abbatiale Notre-Dame de Beaugency
L'église Notre Dame faisait partie d'une abbaye fondée en 580 par Simon, seigneur de Beaugency. A l'origine elle se situait dans l'enceinte du château-fort des sires de Beaugency. Elle était dédiée à Saint Firmin, Saint Gentien, Saint Fuschien et Saint Victoric.
 
Eglise abbatiale Notre Dame de BeaugencyEglise abbatiale Notre Dame de Beaugency
Façade de l'église                               Eglise abbatiale Notre Dame de Beaugency                                Nef et choeur de l'église
 
Elle est de style Roman avec un transept réduit. Le choeur est doté d'un déambulatoire sur lequel donnent trois chapelles. Dans la nef, les colonnes sont puissantes et supportent des arcades en arc brisé (cf photo ci-dessus à droite).
 
C'est dans cette église que, le 21 mars 1152, a été prononcé le divorce du roi de France Louis VII et d' Aliénor d'Aquitaine. Ce divorce et le remariage d'Aliénor avec Henri II Plantagenet a eu des consequences sur plusieurs siècles dans l'Histoire de la France et celle de l'Angleterre.
 
Le Loiret         Orléans         Beaugency        
 


Tour Charlemagne de l'ancienne Basilique Saint Martin de Tours Tour de l'Horloge de l'ancienne Basilique Saint Martin de Tours

Touraine

Tours et sa région ont eu une grande importance au Moyen-Age, ceci est dû au pélerinage qui s'est développé sur le tombeau de Saint Martin.
 
Tours
Les deux principaux édifices Romans de la Touraine ont quasiment disparu, il s'agit de la Basilique Saint Martin de Tours (cf photos ci-contre) et de l'Abbaye de Marmoutier près de Tours.
 
Tour Charlemagne de l'ancienne Basilique Saint Martin de Tours
 
 
                                Tour de l'Horloge de l'ancienne Basilique Saint Martin de Tours
 
Tours         La Basilique Saint Martin de Tours        
 
Saint Martin de Tours         Abbaye de Marmoutier        
 

 
Loches
A Loches, la Collégiale Saint Ours conserve un clocher-porche et un chevet de style Roman. A un kilomètre vers l'Est, l'église abbatiale de Beaulieu lès Loches conserve un clocher et des murs Romans.
 
Dans la Vallée de l'Indre, l'Abbaye de Cormery conserve des éléments Romans, dont la Tour Saint Paul. Toujours à Cormery, l'église Notre-Dame du Fougeray est Romane, elle date du XIIème siècle.


 
Vallée de la Vienne
En Touraine, la Vallée de la Vienne est jalonnée de communes avec des églises rurales Romanes: Antogny le Tillac, Pussigny, l'Abbaye de Bois-Aubry en ruines, Rilly et surtout l'église Saint Pierre de Parçay sur Vienne qui est du milieu du XIIème siècle, elle possède un beau portail et des sculptures intéressantes.
 
L'Ile-Bouchard
Sur les rives de la Vienne, L'Ile-Bouchard conserve deux édifices Romans: l'église Saint Gilles et les ruines du Prieuré Saint Léonard avec des chapiteaux sculptés intéressants.
 
Deux kilomètres vers l'Ouest, l'église Saint Nicolas de Tavant conserve des fresques Romanes du XIIème siècle dans la crypte, l'abside et le choeur.
A proximité se trouve aussi l'église du Prieuré de Crouzilles d'origine Romane et quelques kilomètres vers le Nord l'église d'Avon les Roches conserve un beau porche Roman (cf photo ci-dessous)
 
Porche Roman de l'église d'Avon les Roches
Porche Roman de l'église d'Avon les Roches en Touraine
 
 
Tours et façade de l'église Saint Mexme
Chinon
 
Eglise Saint Mexme
L'église Saint Mexme se situe dans la partie Est de Chinon, c'était l'édifice religieux le plus important de la ville.
Il ne subsiste de l'édifice original que les deux tours et le narthex (XIème siècle) (photo ci-contre) ainsi que la nef principale qui date du XIème siècle, elle est de style Roman. Des travaux significatifs ont été réalisés aux XIIème et XVème siècles. le grand clocher au-dessus de la croisé du transept s'est effondré au début du XIXème siècle.
 
Une partie des fresques murales ont été réalisées au XIème siècle et une sculpture de la crucifixion est du XIème siècle également.
 
                                                                                                                Tours et façade de l'église Saint Mexme
 
La Chapelle Sainte Radegonde est également un édifice de style Roman.
 
A proximité de Chinon plusieurs églises rurales sont de style Roman: Rivière, La Roche-Clermault, Lerné, Saint Germain sur Vienne, etc.
 
En savoir plus sur Chinon      Le Chinonais      Le Château de Chinon     
 



Eglises rurales du Vendômois

Eglise Saint Martin de Troo en Vendômois         Chevet de l'église de Lancé en Vendômois
Eglise Saint Martin de Troo en Vendômois                                                                   Chevet de l'église de Lancé en Vendômois
 
Nef, choeur et fresques de l'église d'Huisseau en Beauce Fresque murale dans l'église d'Areines près de Vendôme
 
Le Vendômois conserve de nombreuses églises rurales Romanes. Les plus remarquables sont celles de Troo, Nourray, Lancé, Huisseau en Beauce (cf photo ci-contre), etc.
 
Nef, choeur et fresques de l'église d'Huisseau en Beauce
 

 
Les fresques murales
Les églises de vallée du Loir possèdent de nombreuses fresques murales en particulier en Vendômois. Ainsi dans la chapelle Saint Gilles de Montoire, Saint Genest de Lavardin, dans l'église Notre-Dame d'Areines (cf photo ci-contre), Saint Jacques de Guérets et bien d'autres églises rurales.
 
                  Fresque murale dans l'église d'Areines
                                                    près de Vendôme

 
 
 
En savoir plus sur :     Vendôme           L'Abbaye de Vendôme           Le Vendômois           La Vallée du Loir
 

Votre Hôtel à :     Chinon      Tours      Vendôme      Amboise      Blois      Orléans
 

Communities of Saint Martin -- Legend and Ritual in Medieval Tours
Sharon Farmer here investigates the ways in which three medieval communities--the Town of Tours, the Basilica of Saint-Martin there, and the Abbey of Marmoutier nearby--all defined themselves through the cult of Saint Martin. She demonstrates how in the early Middle Ages the bishops of Tours used the cult of Martin, their fourth-century predecessor, to shape an idealized image of Tours as Martin's town.





Anjou

 
Abbaye de Fontevraud
L'Abbaye de Fontevraud se situe aux confins de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou. Elle est la nécropole des premiers Plantagenets qui de comtes d'Anjou sont devenus ensuite ducs de Normandie, ducs d'Aquitaine puis rois d'Angleterre pendant plus de trois cent ans.
Robert d'Arbrissel a fondé cette Abbaye à la fin du XIème siècle. Elle était destinée principalement aux femmes et elle a toujours été dirigée par une Abbesse issue de la haute noblesse, au temporel elle ne relevait que du roi de France.
 
Le plan de l'abbaye est conforme au schéma habituel des établissements bénédictins avec la particularité de bâtiments spécifiques pour les femmes et d'autres pour les hommes.
L'église Abbatiale a été construite au XIIème siècle. Ses dimensions (85m sur 16m et le transept fait 38 m de long) sont le témoignage de l'importance du monastère. L'Abbaye comprenait de nombreux bâtiments répartis sur une surface de près de 15 hectares. Chaque bâtiment était affecté à une catégorie monastique.
La nef est très longue et large, elle n'a pas de collatéraux. Elle est très caractèristique avec ses quatre coupoles sur pendentifs qui sont portés par de puissant piliers carrés sur lesquels sont accolées des colonnes. Les chapiteaux sont ornés de feuillages, de personnages bibliques et d'animaux fantastiques.
 
En savoir plus sur l' Abbaye de Fontevraud             Candes et Montsoreau      Chinon      Saumur     
 
Côté Nord de la Collégiale Notre Dame de Cunault en Anjou   Chevet de l'Abbaye de Fontevraud en Anjou
Côté Nord de la Collégiale Notre Dame de Cunault en Anjou                                                 Chevet de l'Abbaye de Fontevraud en Anjou
 
Collégiale Notre-Dame de Cunault
La Collégiale Notre-Dame de Cunault est un des plus beaux édifices Romans de l'Anjou. Elle est issue d'un Prieuré fondé au IXème siècle. L'essentiel de la construction remonte à la fin du XIIème siècle.
La nef a une longueur supérieur à 70 mètres. Au delà de son architecture, l'église de Cunault possède un remarquable ensemble de chapiteaux sculptés sur des thèmes diversifiés (cf photo ci-dessous).
 
Sculpture d'un chapiteau de Notre-Dame de Cunault: Saint Philibert   Sculpture d'un chapiteau de Notre-Dame de Cunault: Moines
Saint Philibert                  Sculptures polychromes de chapiteaux de Notre-Dame de Cunault                   Moines
 
En savoir plus sur l'église Notre-Dame de Cunault      La Loire de Saumur à Angers      Angers     
 

Votre Hôtel à :     Le Mans      Nantes      Cholet      Angers      Saumur      Chinon     
 

L'Art Roman de l'Ancien Anjou
de J Mallet -- Editions Picard   --    ISBN : 2708401106
 

 
Cet ouvrage fait une étude d'ensemble de l'Art Roman en Anjou.
 
Pour autant de nombreux édifices de ce style sont maintenant disparus. L'auteur s'est attaché à reconstituer ces églises détruites. L'Abbaye de Fontevraud, la Collégiale de Cunault et l'Abbaye du Ronceray sont étudiés en détail.
 
L'ouvrage examine avec attention de nombreuses églises rurales.







L'Abbaye de Fontevraud
de Claire Giraud-Labalte   --    ISBN : 2737342392
 
L'Abbaye de Fontevraud a été fondée par Robert d'Arbrissel à la fin du XIème siècle.
 
L'église abbatiale est une très brlle illustration de l'architecture Romane.
 
A la fin du XIIème siècle, elle est devenue la nécropole des premiers Plantagenets dont elle possède toujours les gisants.
 








Fontevraud, Abbaye royale entre Chinon et Saumur
  - de François Collombet ---   ISBN : 2951296819


Robert d'Arbrissel, fondateur de Fontevraud
  - de Jacques Dalarun ---   ISBN : 2226026282



Abbaye de Fontevrault   de  Melot --   ISBN : 2862681040



Abbaye de Fontevraud, Abbaye Royale en pays de la Loire   -   ISBN : 2910685209
 
Femmes au pouvoir (les) : deux Abbesses de Fontevraud au XII et XVIIèmes siecles
  - de  Suzanne Tunc ---   ISBN : 2204048364
En décrivant la fonction, l'autorité, les relations avec l'Eglise et le pouvoir civil de deux Abbesses de l'Abbaye de Fontevraud, l'auteur pose des questions pertinentes sur la place de la femme dans l'Eglise.

 
Moines et seigneurs du Bas-Maine : Les prieurés bénédictins du Xe au XIIIe siècle
 
  de  Stéphane Legros -- Presses Universitaires de Rennes --    ISBN : 275351089X
 
Une soixante de prieurés bénédictins ont été fondés dans le Bas-Maine entre la fin du Xe siècle et le début du XIIIe siècle. Sous la responsabilité d'un prieur, dont le rôle paraît essentiel dans la consolidation des établissements, vit une petite communauté de moines (souvent deux ou trois, rarement plus de cinq) qui travaillent à mettre en place des seigneuries monastiques autonomes et assurent les obligations religieuses de leur ordre. Après avoir présenté les origines de ces établissements, le processus de fondation et la mise en place matérielle et les modalités de fonctionnement des prieurés, la majeure partie de cette étude s'attache à répondre à quelques questions simples : pourquoi les abbayes ont-elles délocalisé leurs moines et constitué ces petites entités seigneuriales autonomes ? Quels projets seigneuriaux et religieux poursuivaient-elles ? Pourquoi leurs partenaires laïcs ont-ils accepté, surtout au XIe siècle, de se défaire d'une partie de leurs prérogatives seigneuriales au profit des bénédictins et de leurs prieurés ? Comment expliquer la dissociation qui paraît s'opérer entre les moines et leurs bienfaiteurs laïcs à partir des années 1130 ? Les réponses passent par l'observation des dynamiques géopolitiques à l'oeuvre dans un Bas-Maine où s'affrontent les ambitions angevine, mancelle et normande. Dans ce cadre d'affrontement, les prieurés, loin de rester à l'écart des enjeux séculiers, s'alimentent des rivalités seigneuriales laïques. Ils servent aussi les idéaux réformateurs de bénédictins désireux de monachiser l'espace social. Jusque là restés méconnus dans leur signification géopolitique, les prieurés révèlent ainsi leur importance dans une époque marquée par le flux puis le reflux des pouvoirs locaux (les châtelains) face aux pouvoirs englobant (le roi).


Visitez:      Paris            Le Val de Loire           La Côte d'Azur           Les Alpes          Le Pays Basque   
La Loire           La Vallée du Cher           La Vallée de la Vienne           La Vallée de la Creuse          
La Touraine         L'Anjou         Le Maine         L'Eure et Loir         Le Loiret         Le Loir et Cher         Le Poitou

 
Achetez des Livres sur : Paris     Le Val de Loire     La Côte d'Azur et la Provence     Les Alpes     La Bretagne    
Librairie de FranceBalade






La Bourgogne

La Bourgogne est bien dotée en édifices Romans, d'abord par de grandes abbayes qu'elles soit clunisiennes (Cluny, Vézelay, Paray le Monial, La Charité sur Loire) ou cisterciennes (Cîteaux, Pontigny, Clairvaux).
 
Certaines églises Romanes sont également remarquables comme la cathédrale Saint Lazare d'Autun, l'église Saint Lazare d'Avallon, l'église abbatiale Saint Philibert de Tournus, l'église Saint Andoche de Saulieu, ainsi que plusieurs églises du Brionnais.
 
 
Beaucoup d'édifices possèdent un narthex en avant de la nef qui elle-même a été précocement couverte par des voûtes d'arêtes.
 
La sculpture est souvent remarquable, ainsi pour les portails de l'église de Charlieu, de Saint Lazare d'Autun et et Vézelay, mais ceci est également vrais de nombreux chapiteaux sculptés.


L'Abbaye de Cluny

L'Abbaye de Cluny a été fondée en 910 par le duc Guillaume d'Aquitaine (également comte d'Auvergne). Il la fait relever directement du Pape.
La première abbaye est consacrée en 927. Une nouvelle église abbatiale est construite dans la seconde partie du Xème siècle.
Un nouveau chantier est lancé à partir de 1088 par l'abbé Hugues de Semur. Il fait reconstruire l'église abbatiale de Cluny qui devient le plus grand édifice chrétien de son temps (elle n'a été dépassée ensuite que par Saint Pierre de Rome).
 
Abbaye de Cluny, bras sud du transept avec le clocher de l'Eau Benite et la tour de l'Horloge
 
L'église faisait 187 mètres de long et la nef s'élevait à 33 mètres de hauteur. La nef a été achevée en 1130, elle comportait quatre collatéraux. Ensuite ont été réalisés le bras nord du transept, les tours et l'avant-nef.
Les constructions qui ont suivi étaient de style Gothique. Elle a été démantelée au moment de la Révolution Française.
 
En savoir plus sur l'Abbaye de Cluny
 

L'Abbaye de Vézelay

Vézelay est une petite ville située sur une colline à une quinzaine de kilomètres à l'Ouest d'Avallon, dans le département de l'Yonne. L'Abbaye de la Madeleine est sur le sommet de la colline, elle est inscrite au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
L'église abbatiale de Vézelay est une Basilique car elle contenait des reliques de Sainte Marie-Madeleine et elle est devenue au Moyen-Age un important lieu de pélerinage.
L'Abbaye de Vézelay a été affiliée à celle de Cluny à la fin du XIème siècle. La construction de l'église abbatiale est décidée à la même époque, elle est perturbée par un incendie en 1120.
L'église a une taille importante puisqu'elle fait 120 mètres de longueur totale. La nef est de style Roman, achevée vers 1140 (cf photo ci-dessous à droite), elle fait plus de 60 mètres de longueur et 18 mètres de hauteur avec des bas-côtés. C'est un des premiers édifices où la nef est couverte par une voute d'arêtes.
Elle comporte dix travées avec des arcs en plein cintre, ceux-ci sont bicolores, elles sont éclairées par une double rangée de fenêtres. La nef est jalonnée par des pliliers cantonnés par quatre colonnes, ils sont surmontés de chapiteaux sculptés qui racontent des scènes inspirées de la Bible ou même de la mythologie. Ces sculptures sont remarquables pour leur qualité.
Le narthex a été réalisé au milieu du XIIème siècle. Il est vaste et au fond trois portails donnent sur la nef de la basilique. Au dessus du portail principal se trouve un magnifique tympan où le Christ envoie ses apôtres en mission. C'est un des chefs-d'oeuvre de l'art Roman.
Le choeur et le transept ont été réalisés à partir de la fin du XIIème siècle et l'édifice a été achevé au milieu du XIIIème siècle.
C'est à Vézelay que Bernard de Clairvaux a prêché la IIème croisade vers la Terre Sainte, en 1146, en présence du roi de France Louis VII. Thomas Becket est souvent venu se réfugier dans l'abbaye pendant son conflit avec Henri II Plantagenet.
 
Eglise de Paray le Monial  
Eglise de Paray le Monial                                                                     Nef de l'abbaye de la Madeleine à Vézelay
 

La Basilique de Paray le Monial

Paray le Monial est à la limite du Brionnais et du Charolais. La petite ville est à 9 kilomètres à l'Est de la Loire et de Digoin.
La premier monastère de Paray le Monial a été fondé en 973 par Lambert comte de Chalon, un bourg se forme autour de lui. En 999, ce monastère est placé sous l'autorité de l'Abbaye de Cluny.
L'église abbatiale (cf photo ci-dessous à gauche) a été initiée par Hugues Abbé de Cluny vers 1090, elle a été achevée en 1110. Il en a fait une sorte de réplique (réduite) de l'église de Cluny, sa maison-mère. La Basilique de Paray le Monial sert de référence pour l'Architecture Clunisienne qui est avant tout de style Roman.
La façade est sobre avec deux tours qui encadrent un narthex à deux étages (cf photo ci-contre), la décoration du portail est relativement simple. Les tours et le clocher octogonal au dessus de la croisée du transept sont surmontés par des flèches couvertes d'ardoise et en pointe.
 
La nef est relativement haute (27 mètres), elle est supportée par des collatéraux, à l'intérieur elle comporte la nef principale et deux nefs latérales qui sont voûtées en berceau brisé, chacune avec trois travées.
Autour du choeur, le déambulatoire parcourt l'abside (en cul-de-four) et s'ouvre sur trois absidioles, il comporte des colonnes élancées avec des chapiteaux historiés, ils donnent une bonne illustration de l'art bourguignon du XIIème siècle.
 

L'Abbaye de La Charité sur Loire


Vue de l'église Sainte Croix de l'abbaye de la Charité sur Loire
 
La Charité sur Loire s'est développée au Moyen-Age autour d'une grande Abbaye Bénédictine. Vers 1050, Hugues, abbé de Cluny, fait reconstruire à Seyr, ancien nom de La Charité, un monastère appelé à avoir une grande importance. Il est en effet sur une des principales routes du pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle, celle qui conduit à Vézelay.
L'église Sainte Croix de cette abbaye était un des plus grands édifices religieux de France. Elle a été endommagée au XIIème et pendant la Guerre de Cent Ans. Il ne subsiste que la Tour (photo ci-dessus), le transept et le choeur avec des chapiteaux d'inspiration byzantine (cf photo ci-dessous à droite).
 
Chevet de l'église Sainte Croix de La Charité sur Loire  
Chevet de l'église Sainte Croix                               Abbaye de La Charité sur Loire                                      Choeur de l'église Sainte Croix
 

Votre Hôtel à :     Vézelay    Avallon    Auxerre    Clamecy    Corbigny   Paray le Monial

Cluny et l'art roman en Charolais-Brionnais : Influences & Résistances
de Nicolas Reveyron, Anelise Nicolier, Magali Guénot, Franck Chaléat, Aurélien Michel -- ISBN: 2905990120

En 910, le duc d'Aquitaine et comte de Mâcon Guillaume III fonde une abbaye encore faible, mais destinée à conquérir l'Europe : Cluny. Cet ouvrage présente le rôle fondamental joué par l'abbaye de Cluny dans la richesse et la densité du patrimoine roman du Charolais-Brionnais.
 

Paray-le-Monial : Une basilique à découvrir
de Marie-Thérèse Engel, Gérald Gambier -- ISBN: 2876293021

 

Paray le Monial
de Nicolas Reveyron, Jean-Noël Barnoud, Gilles Rollier, Jean-Pierre Gobillot - Editions Zodiaque - ISBN: 2736903102
Les récentes fouilles archéologiques entreprises dans l'église de Paray-le-Monial ont réécrit l'histoire monumentale de cet édifice, inscrit à l'inventaire des Monuments historiques en 1842, devenu basilique en 1875 et placé sous le vocable du Sacré-Coeur. Dans les années quatre-vingt-dix, les premières études menées sur les élévations de l'ancienne priorale ont décrypté le lent déroulement d'une construction mariant dans la durée les impératifs du chantier, les exigences de la vie monastique et les nécessités de la liturgie. Il ne reste aujourd'hui aucune trace de la première église (Paray I), fondée en 973 par Lambert, comte de Chalon, et totalement reconstruite après son rattachement à l'ordre de Cluny en 999. La nouvelle église (Paray II), consacrée par l'abbé de Cluny Odilon, le 9 décembre 1004, fut augmentée d'une avant-nef vers la fin du XI siècle. Elle céda la place à l'actuel édifice (Paray III), projet démesuré pour les finances du prieuré, dont le chantier de construction s'étendit sur l'ensemble du XIIe siècle et déborda sur le XIIIe siècle. En confrontant textes, données archéologiques, archéologie du bâti et stylistique architecturale, les auteurs nous racontent l'histoire de Paray, de manière claire et accessible, depuis le choix du site jusqu'aux restaurations du XIXe siècle, en passant par la rénovation radicale de l'église au XVe siècle et les divers aménagements qui se sont succédés jusqu'au XVIIe siècle. Un campagne photographique inédite accompagne le texte.

Charlieu à l'époque Médiévale - l'Abbaye, la Ville, le Cloitre   de Elizabeth Sunderland - Edition Lescuyer


L'Art Roman en France       Les Cathédrales de France       L'Architecture religieuse Médiévale      L'Histoire de France

Achetez des livres sur les Cathédrales de France, les Abbayes de France, les Chateaux Forts, les Chateaux de la Loire et le Moyen-Age. Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques.





Le Poitou

Le Poitou est une des régions où l'Art Roman (XI et XIIèmes siècles) s'est le mieux épanoui. Bénéficiant de l'acquis, même lointain, des modèles de l'architecture Gallo-Romaine, les architectes et artistes médiévaux sont parvenus a concevoir et réaliser en Poitou des édifices exceptionnels.
 
L'architecture Romane du Poitou se caractérise par l'absence de tympan sur le portail de la façade. Par contre les voussures de ce portail sont généralement recouvertes de sculptures. Les collatéraux de la nef ont une hauteur approchant celle de cette nef ce qui leur permet d'épauler celle-ci. Les clochers sont assez souvent une tour carrée avec un nombre réduit d'étages et surmontée par une pyramide (ou un cône) parfois recouverte par une simulation d'écailles.
 
En savoir plus sur les Eglises Romanes du Poitou et des Charentes
 
Fresque de la voûte de la Nef de l'église de Saint Savin: l'Arche de Noé
Fresque de la voûte de la Nef de l'église de Saint Savin: l'Arche de Noé
 
L'Abbaye de Saint Savin comporte une église Romane du XIIème siècle contenant un remarquable ensemble de peintures murales de la même époque, elles sont classées au Patrimoine Mondial de l'Unesco (cf photo ci-dessus).
L'église a la forme d'une croix. Sa construction a commencé vers 1050 par le transept puis le choeur avec le déambulatoire autour duquel se répartissent plusieurs petites chapelles (absidioles) rayonnantes. Ensuite ont été réalisées les trois premières travées de la nef, le clocher et le porche et enfin les six dernières travées de la nef. Le porche est à la base du clocher et il colle à la façade de l'église. Le clocher a été repris au XIXème siècle.
 
Façade de l'église Notre-Dame la Grande à Poitiers   L'église Romane Saint Pierre d'Aulnay en Saintonge
Façade de l'église Notre-Dame la Grande à Poitiers                                                 L'église Romane Saint Pierre d'Aulnay en Saintonge
 
Les édifices Romans sont souvent dûs à l'initiative de grands féodaux, à commencer par les comtes de Poitou (devenus aussi ducs d'Aquitaine) ou leurs principaux vassaux: les Vicomtes et Sires. Elles sont aussi dûes aux Abbayes qui développent leur réseau de Prieurés. Autre facteur important, les chemins du pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle, en effet les ressources données par les nombreux pélérins contribuent à l'édification des plus belles églises Romanes. En pratique, souvent, tous ces facteurs jouent simultanément.
 
Le parcours commençe par la ville de Poitiers où quatre églises Romanes sont présentées avec en particulier Notre-Dame la Grande.
 
Au Sud de Poitiers, les petites villes de Civray et Charroux possèdent des édifices intéressants.
 
La ville de Melle possède trois édifices remarquables, dont le plus significatif est Saint Hilaire. Tout aussi intéressante est l'église Saint Pierre d'Aulnay (cf photo ci dessus à droite).
 
La visite se poursuit dans la région de Chatellerault qui est dotée de plusieurs belles églises Romanes. Ensuite c'est Saint Savin avec ses fresques murales, puis Chauvigny.
 
La région de Thouars est également bien pourvue avec en particulier Saint Jouin de Marnes et Airvault.
 

 
En savoir plus sur les Eglises Romanes du Poitou               Les églises de Poitiers               Abbaye de Saint Savin
 

Eglises Romanes du Poitou

Le Poitou (département de la Vienne et département des Deux-Sèvres) possède de nombreuses églises Romanes.
 

 

Département de la Vienne

Voici celles que l'on peut visiter dans le département de la Vienne:
 
Eglises de Poitiers      Eglise Notre-Dame la Grande      Eglise Saint Hilaire de Poitiers      Eglise Sainte Radegonde de Poitiers     
 
Eglise Notre-Dame de Lusignan      Eglise Sainte Croix de Loudun      Eglise St Pierre et St Paul d'Ingrandes     
 
Eglise Saint Sulpice d'Oyré      Eglise Saint Ambroise de Monthoiron      Eglise de Lencloitre     
 
Collègiale Saint Pierre de Chauvigny      Eglise Notre-Dame de Chauvigny      Eglise de Saint Pierre les Eglises à Chauvigny     
 
Eglise St Gervais et St Protais de Civaux      Abbaye de Saint Savin      Eglise Notre-Dame d'Antigny     
 
Eglise Notre-Dame de Villesalem   Eglise Notre-Dame de Montmorillon  
 
Eglise Saint Maurice la Clouère         Eglise Saint Pierre d'Usson du Poitou  
 
Eglise Saint Martin de Brux   Eglise Saint Nicolas de Civray   Eglise Saint Sauveur de Charroux
 
Visitez le département de la Vienne      
 
 

 

Département des Deux-Sèvres

 
Voici les églises Romanes que l'on peut visiter dans le département des Deux-Sèvres:
 
Eglise Saint Hilaire de Melle   Eglise Saint Pierre de Melle   Eglise Saint Savinien de Melle   Eglise de Saint Romans les Melle  
 
Eglise Notre-Dame de Clussais   Eglise Saint Chartier de Chef-Boutonne  
 
Eglise Saint Cyprien de Bressuire   Eglise Saint Médard de Thouars   Eglise Saint Laon de Thouars   Eglise Saint Jouin de Marnes  
 
Eglise Saint Jean-Baptiste de Marnes   Eglise de Saint Généroux   Collégiale Saint Pierre d'Airvault  
 
Eglise Notre-Dame de la Couldre de Parthenay   Eglise Sainte Croix de Parthenay   Eglise Saint Pierre de Parthenay  
 
Eglise Sainte Eulalie de Secondigny   Eglise Notre-Dame de Champdeniers  
 
Visitez le département des Deux-Sèvres      
 
 


Saint-Savin : l'Abbaye et ses peintures murales   de Robert Favreau ---   ISBN : 290576421X


Abbaye de Maillezais   --   ISBN : 2737311764

Fondation de l'Abbaye de Maillezais   de Moine Pierre -   ISBN : 2911253094



Les Charentes

Les Charentes comprennent deux départements: la Charente et la Charente-Maritime. L'Art Roman s'y est épanoui avec des édifices exceptionnels et plus généralement un nombre très important d'églises rurales de qualité, en particulier dans la Saintonge Romane.
 

Le département de la Charente

Il correspond à peu près à l'ancien Angoumois, sa capitale est Angoulême qui conserve une remarquable église Romane: la Cathédrale Saint Pierre.

La façade sculptée de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême

Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême

Angoulême est le chef-lieu du département de la Charente à une centaine de kilomètres au Sud de Poitiers.

La Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême est de style Roman, elle est surtout remarquable par les sculptures de sa façade. Elle a été édifiée par l'évêque Gérard de Blay à partir de 1110 et achevée autour de 1160.

A deux reprises, pendant les Guerres de Religion en 1562 et 1568, elle est endommagée par les Protestants. Sa restauration s'étale sur de nombreuses années puisqu'elle ne s'achève qu'en 1634. Au XIXème siècle, la partie inférieure de la façade est rétablie dans son aspect d'origine.
 
La façade sculptée de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
La façade est très décorée (cf photo ci-contre) avec de nombreuses sculptures en bas-relief.
La nef comporte trois travées recouvertes par des coupoles, elle est unique, sans bas-côtés. De grands arcs s'appuyant sur des piliers rectangulaires flanqués de colonnes supportent les coupoles. Le transept a des bras assez courts qui sont voûtés en berceau légèrement brisé.
Le choeur est allongé et large, il est voûté en berceau brisé et l'abside est en cul-de-four. La coupole de la croisée du transept repose sur quatre arcs brisés, elle date de 1875.
A l'origine, la cathédrale avait deux clochers, le clocher Sud a été détruit en 1568. Le clocher Nord a six étages décorés avec des arcatures, il s'élève à près de 60 mètres de hauteur.
 
 

Le département de la Charente-Maritime: la Saintonge Romane

La Saintonge est une ancienne Province Française dont la capitale est Saintes. La région prise en compte ici correspond en fait au département de la Charente-Maritime.
 
La Saintonge est une des régions où l'Art Roman (XIème et XIIème siècles) s'est le mieux épanoui, cela traduit sans doute sa prospérité économique à cette époque.
 
Les plus modestes villages de cette région conservent des églises remarquables de style Roman, on en dénombre plusieurs centaines ce qui n'a pas d'équivalent en France et même au-delà.
 
Eglise Sainte Radegonde de Talmont sur Gironde Parfois en s'appuyant sur d'anciens bâtiments Gallo-Romains, les architectes et artistes médiévaux sont parvenus à concevoir et réaliser des édifices exceptionnels. Ainsi l'église d'Aulnay et celle de Talmont sur Gironde sont classées au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
 
Eglise Sainte Radegonde de Talmont sur Gironde
 
Le plus grands édifices se trouvent à Saintes. La plupart des autres, ceux des villages présentent un plan simple: une façade souvent tripartite qui débouche sur une nef unique suivie d'une travée surmontée par le clocher. Ensuite se trouve le choeur et une abside voûtée en cul-de-four.
 
Le portail de la façade est sans tympan mais possède bien souvent un décor sculpté significatif et varié, un cas spectaculaire est Fenioux.
 
Les chevets sont souvent en hémicycle avec des fenêtres étroites, quelques-uns sont originaux comme ceux de Rioux et Rétaud, là encore le décor sculpté est présent.
 
Ces édifices sont dûs aux évêques et nombreuses Abbayes du Poitou, de la Saintonge et des régions alentour qui développaient leur réseau de Prieurés.
 
Ils sont aussi parfois dûs à l'initiative de seigneurs féodaux qui, à cette époque, affirment leur pouvoir sur la société. A commencer par le premier d'entre eux, le comte de Poitiers (devenu aussi duc d'Aquitaine) ou ses principaux vassaux: les Vicomtes et Sires.
 
Autre facteur important, les chemins du pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle, en effet les ressources données par les nombreux pélérins contribuent à l'édification des plus belles églises Romanes. En pratique, souvent, tous ces facteurs jouent simultanément.
 

Quelques églises Romanes de la Saintonge

 
En savoir plus sur la Saintonge Romane                   Visitez la ville de Saintes
 
L'Aunis :       Esnandes       Surgères       Vandré      
 
Nord-Est :       Aulnay       Saint Mandé sur Brédoire       Cherbonnières       Matha       Varaize      
 
Nord de Saintes :       Les Nouillers       Bignay       Fenioux       Annepont       Le Douhet
 
Saintes :       Saint Eutrope       Abbaye aux Dames      
 
Sud-Ouest de Saintes :       Chermignac       Preguillac       Berneuil       Colombiers       Retaud       Thézac       Meursac       Rioux      
 
Montpellier de Médillan       Thaims       Tesson       Gémozac       Givrezac       Champagnolles       Bois      
 
Rives de la Gironde :       Corme-Ecluse       Grézac       Cozes       Arces       Talmont       Saint Fort
 
Sud-Est de la Saintonge :       Saint Léger en Pons       Pons       Avy       Biron       Chadenac       Marignac       Mosnac       Clion       Plassac
 
Saint Dizant du Bois       Mirambeau-Petit Niort       Jonzac       Montguyon      
 
 

 
Votre Hôtel à :     La Rochelle    Royan    Rochefort    Saintes    Angoulême   
 



Visitez 
La Vallée de la Vienne     Eglises Romanes du Poitou     Le Poitou     Poitiers     Eglises de Poitiers     Chauvigny     Chatellerault
 
 
La Charente-Maritime       La Rochelle et l'Aunis       Royan et la Côte de Beauté       Saintes        La Saintonge Romane
 
 

 
Visitez le Limousin        Le Limousin Roman        La Haute-Vienne (87)        La Creuse (23)        La Corrèze (19)
 






Le Berry

Le Berry comporte de nombreuses églises Romanes réalisées au XIème et XIIème siècles, pendant le Moyen-Age.
 
Il n'y a pas un style spécifique lié à cette province meme si certaines caractéristiques peuvent être mises en évidences. On retrouve dans ces édifices l'influence du Poitou et même de la Bourgogne.
 
 
Beaucoup d'églises du Berry ont un choeur comportant deux travées avec une abside en hémicycle, la croisée du transept est parfois surmontée d'une coupole sur trompes.
 
Le portail est unique sans tympan, avec l'exception du tympan Roman du portail Sud de la Cathédrale de Bourges.
 
En commençant par la Vallée de l'Indre, l'église Notre-Dame Chatillon sur Indre et l'église de Saint Genou sont intéressantes.
 
Dans la Vallée de la Creuse les édifices marquants sont Notre-Dame de Fontgombault et Notre-Dame de Gargilesse.
 
Chevet de l'église Notre-Dame de Fontgombault
 
Dans la Vallée du Cher plusieurs églises sont de l'époque Romane, en particulier: Saint Outrille en Graçay à l'Ouest de Vierzon, Notre-Dame de Mehun sur Yèvre, l'Abbaye de Noirlac et Saint Amand-Montrond.
 
Saint Pierre de Bommiers au Sud d'Issoudun mérite une visite.
 
L'église de Neuvy-Saint Sépulchre est unique avec sa forme en rotondre inspirée du Saint Sépulchre de Jérusalem. On peut aussi signaler les ruines de Notre-Dame de Déols.
 
 

Les fresques murales Romanes

Plusieurs églises conservent de belles fresques murales: Saint Aignan de Brinay près de Vierzon, Saint Laurent de Palluau et Saint Martin de Vic dans la Vallée de l'Indre, Saint Pierre et Saint Paul de Méobecq, Saint Etienne de Paulnay (même si leur datation est incertaine) dans la Brenne, etc.
 
Fresque murale de l'église Saint Laurent de Palluau sur Indre
 

Fresque murale de l'église Saint Aignan de Brinay
 



Le Limousin

L'Art Roman en Limousin a ses caractéristiques propres même si l'influence de l'école du Berry se ressent au Nord, celle du Poitou-Charentes à l'Ouest, celle du Périgord au Sud et celle de l'Auvergne à l'Est.
 
Ainsi la plupart des édifices limousins sont en granit gris ou coloré. Les clochers limousins sont parfois caractéristiques comme celui de la Collégiale de Saint Léonard de Noblat. Il en est de même pour les façades.
 
Certaines églises conservent des fresques murales et des vitraux d'époque. Parfois les chapiteaux des colonnes sont sculptés, en outre le savoir-faire régional sur les Emaux a favorisé la constitution de Trésors souvent remarquables.
 
Dans le département de la Haute-Vienne les principaux édifices Romans sont l'Abbaye de Solignac, la Collégiale de Saint Léonard de Noblat, La Collégiale Saint Pierre aux Liens du Dorat, la Collégiale de Saint Junien, l'église du Chalard, etc.
 
Dans le département de la Creuse sont à remarquer l'église Sainte Valérie de Chambon sur Voueize, l'église abbatiale de Bénévent, les deux petites églises de Boussac-Bourg avec des fresques murales.
 
Dans le Département de la Corrèze, l'Abbaye de Beaulieu sur Dordogne est incontournable, mais on y trouve aussi l'église Saint Pierre d'Uzerche, l'église Saint Pierre de Collonges la Rouge, etc.


Abbaye de Solignac

L'Abbaye de Solignac a été fondée en 631 par Saint Eloi, le conseiller de Clotaire II puis de Dagobert, à l'époque Mérovingienne. Cette abbaye est le berceau de l'orfèvrerie limousine.
L'église de Solignac est un des plus beaux édifices à coupoles de France. Elle est construite en granit. L'édifice actuel remonte au XIIème siècle, il a été complété au début du XIIIème. Il a la forme d'une croix latine, orienté Est-Ouest, sa longueur est de 70 mètres et celle du transept de 38 mètres.
 
Eglise abbatiale de Solignac
Eglise abbatiale de Solignac, vue du côté Nord, la base du clocher est bien souligné par le décrochage de la toiture
 
La nef comporte deux travées, elle est large (environ 15 mètres) et sans bas-côtés. Cette église possède quatre coupoles hémisphériques d'influence Byzantine sur pendentifs (triangles maçonnés en arc de cercle), deux sur la nef, une sur la croisée du transept et une sur le croisillon Nord. Ces pendentifs reposent sur de gros piliers carrés, les piliers sont reliés les uns aux autres par des arcs en berceau brisé (cf photo ci-dessus). Le bras du transept Sud est plus court, il est voûté en berceau.
Les chapiteaux de la nef sont ornées de sculptures réalisées pour certaines dans le granit (il est difficile à travailler) et d'autres dans du calcaire. Les sujets représentés sont des animaux et des humains.
Le choeur comporte sept arcades et trois chapelles rayonnantes, sa coupole est ovale, il est dépourvu de déambulatoire.
 
Chevet de l'église de Solignac
Chevet de l'église de Solignac
 
Le chevet est de style Roman (cf photo ci-dessus), il est polygonal avec cinq absidioles. Les nombreuses et amples fenêtres avec des arcs en plein cintre assurent un bon éclairage du choeur même si de nombreuses petites arcatures sont aveugles. Il comporte de nombreuses sculptures.
 
En savoir plus sur l'Abbaye de Solignac


La Collégiale de Saint Léonard de Noblat

Eglise Romane de Saint Léonard de Noblat   Eglise Romane de Saint Léonard de Noblat
Eglise Romane de Saint Léonard de Noblat
 
La Collégiale Saint Léonard est inscrite au Patrimone Mondial de l'Unesco au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle.
 
De l'édifice du XIème siècle il subsiste les travées de la nef et le transept. La nef a cinq travées dont deux sont voûtées en berceau et deux autres en berceau brisé. Les collatéraux sont du XIIème siècle.
Sur le côté Nord de la nef, entre le clocher et le croisillon Nord du transept, se trouve la chapelle du Sépulcre (en fait un baptistère) doté de quatre petites absidioles. Elle a été restaurée en 1880.
 
La croisée du transept est surmontée d'une coupole sur pendentifs, et de petites coupoles sont également implantées à l'extrémité de chaque croisillon.
 
Le choeur est plus large que la nef, il est de la la fin du XIIème siècle de même que le déambulatoire qui l'entoure. Celui-ci dessert sept chapelles voutées en cul-de-four (cf photo ci-dessus), les deux chapelles aux extrémités débordent légèrement les bras du transept.


L'église abbatiale Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne

En 855, l'archevêque de Bourges, Raoul (Rodolphe) de Turenne (il était fils du comte de Quercy), fonde un monastère en y faisant venir des moines de l'Abbaye de Solignac. Ce monastère prend rapidement de l'importance et un bourg se forme autour de lui.
 
Le monastère est rattaché à l'Abbaye de Cluny au XIème siècle, l'abbé Géraud II engage la construction de l'église abbatiale, elle est de style Roman. L'église est vaste, ainsi elle fait 62 mètres de long et 38 mètres de large, sous la coupole sa hauteur est de 23 mètres.

 
Plan de l'abbaye Saint Pierre de Beaulieu   Chevet de l'abbaye Saint Pierre de Beaulieu
Plan de l'abbaye                               Abbaye Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne                       Chevet de l'abbaye avec les chapelles rayonnantes
 
Le chevet, le transept et la travée Est de la nef sont du début du XIIème siècle, les trois travées suivantes sont du milieu du XIIème siècle. Ces travées sont voûtées en berceau. La nef est épaulée par des collatéraux assez larges et voûtés d'arêtes, au dessus la galerie-tribune se poursuit autour du choeur.
 
Au dessus de la croisée du transept s'élève une coupole sur pendentifs surmontée d'un clocher à un seul étage de forme octogonale avec huit baies en arc brisé. Deux absidioles sont accolées aux croisillons du transept. Dans le prolongement du bras Nord du transept subsistent des restes de la Salle Capitulaire.
 
Le choeur est entouré par un déambulatoire sur lequel donnent trois chapelles rayonnantes (cf photo ci-dessus). L'abside est voûtée en cul-de-four (quart de sphère).
 
Exemples de sculptures sur les chapiteaux du chevet
Exemples de sculptures sur les chapiteaux du chevet
 
Le Portail méridional et son Tympan
Le Tympan du portail du Porche de l'Abbaye de Beaulieu sur Dordogne
Le Tympan du portail du Porche de l'église abbatiale de Beaulieu sur Dordogne
 
La partie la plus remarquable de l'église abbatiale est le portail méridional, il est abrité sous un porche. Il a été réalisé autour de 1130.
 
Ce portail est un des joyaux de la sculpture Romane (cf photo ci-dessus), il porte sur le thème du Jugement Dernier. La partie haute de ce tympan a des sculptures sur le thème du Ciel, la partie centrale sur celui de la Terre et enfin la partie basse sur celui de l'Enfer.
 
Le Christ en majesté est au centre, à ses côtés sont représentés les apôtres et des anges. Les forces du mal sont figurées sous les pieds du Christ: des monstres dévorant des damnés, la bête de l'Apocalypse avec ses sept têtes, etc.
Le Trésor de l'église Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne
 
Le Trumeau au centre du portail a des sculptures représentant les trois âges de la vie. Sur les côtés du porche les bas-reliefs décrivent la Tentation du Christ et l'épisode de Daniel dans la fosse aux lions.


 
Le Trésor de l'église Saint Pierre
Il est exposé dans le bras Nord du transept de l'église.
 
Il comporte une Vierge en argent du XIIème siècle (cf photo ci-contre) et une chasse en émail du XIIIème siècle avec une représentation des Rois Mages.
 
On y trouve également un reliquaire qui remonte peut-être au XIème siècle et deux parties de reliquaires en argent du XIIIème siècle, celui de Sainte Félicité et celui de Saint Emilion.


 
Le Trésor de l'église Saint Pierre de Beaulieu sur Dordogne
 

 
En savoir plus sur Beaulieu sur Dordogne

 
En savoir plus sur les églises Romanes du Limousin

Votre Hôtel à :     Limoges    Brive    Tulle    Collonges la Rouge    Ussel    Bort les Orgues   
 






L'Auvergne

L'Art Roman Auvergnat s'est formé pendant l'époque pré-Romane (du VIIème au Xème siècle), en effet l'Auvergne a été moins touchée que d'autres régions par les Invasions Barbares. Le diocèse de Clermont a formé un espace politique, culturel, géographique bien typé et issu de l'ancien territoire des Arvernes.
 
L'évêque possède un domaine temporel important qui en fait un authentique seigneur féodal, depuis le XIème siècle il a le privilège de battre monnaie. Le chapitre de la Cathédrale a aussi un rôle important.
 
De nombreux monastères se sont développés, ils étaient les principaux centres intellectuels et culturels de l'époque. A partir du Xème siècle l'influence de l'Abbaye de Cluny est significative et de nombreux monastères lui sont rattachés: Souvigny, Sauxillanges, Saint Flour, Mozat, etc.
 
Toutes ces institutions et ces établissements religieux disposent de moyens financiers importants qui leur ont permis de construire de nombreux édifices.
 
Chevet de la Collégiale Sainte Austremoine d'Issoire
 
L'Art Roman Auvergnat est caractéristique, le style des églises est homogène, seuls les matériaux employés diffèrent: un grès, l'arkose, mais aussi des pierres de lave volcanique. En même temps il faut distinguer les principaux édifices des petites églises rurales.
 
Caractères des principales églises Romanes
Sur la façade Ouest qui subit les intempéries le portail est relativement simple par rapport à ceux de régions voisines et parfois la porte d'entrée est sur le flanc Sud.
 
L'édifice est robuste, au-dessus de la nef les voûtes de pierre ont remplacé les charpentes. L'équilibre des voûtes en berceau fait que l'éclairage de l'édifice ne vient que des bas-côtés qui sont eux voûtés en arêtes. La nef est ainsi éclairée de manière indirecte ce qui fait qu'elle apparait comme sombre.
 
La croisée du transept porte assez souvent une coupole surmontée d'un clocher octogonal avec des baies sur chaque face.
 
Le choeur est en hémicycle avec de grandes colonnes surmontées de chapiteaux sculptés.
 
Le chevet est le plus souvent remarquable même si la décoration est parfois difficile en raison des pierres utilisées qui ne facilitent pas la sculpture. Il servent aussi à contrebutter la poussée du clocher octogonal.
 
Chevet et transept de la Collégiale Sainte Austremoine d'Issoire
 
 
 
En savoir plus sur l'Art Roman Auvergnat
 
Art Roman dans le Puy de Dôme     Notre-Dame du Port     Mozac     Ennezat     Saint Nectaire     Saint Saturnin    
 
Saint Austremoine d'Issoire     Orcival     Bourg-Lastic    
 
Art Roman dans le Bourbonnais         Chantelle         Châtel-Montagne        
 
Art Roman dans le Cantal         Bredons         Roffiac         Notre-Dame des Miracles de Mauriac
 
 


Le livre d'Umberto Eco, Le Nom de la Rose et le film qui en a été tiré donne une très intéressante description de l'organisation et de la vie d'un monastère médiéval.
Le Nom de la Rose
de Umberto Eco, Jean-Noël Schifano -- ISBN: 2253033138
An de grâce 1327, la chrétienté est en crise. L'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville se rend dans une abbaye bénédictine du Sud de la France pour participer à une rencontre entre franciscains prônant la pauvreté du Christ et partisans d'un pape amateur de richesses. Dès son arrivée, il se voit prié par l'abbé de découvrir au plus vite la raison de la mort violente d'un de ses moines, retrouvé assassiné. L'inquisiteur Bernard Gui, dont la réputation de cruauté n'est plus à faire, est attendu, et l'abbé craint pour l'avenir de son abbaye. Tel un ancêtre de Sherlock Holmes, Baskerville se met à l'ouvrage, assisté du jeune Adso de Melk. D'autres morts vont venir compliquer sa tâche.
Umberto Eco n'est pas seulement un romancier, c'est surtout un érudit qui connaît son sujet sur le bout des doigts. Il entraîne le lecteur dans une aventure à la fois philosophique et policière, où il est question d'Aristote, de liberté, d'injustice et de cyanure.


Le Nom de la Rose     DVD
Le livre de Umberto Eco a été porté à l'écran par Jean-Jacques Annaud avec Sean Connery dans le rôle de Guillaume, Le Nom de la Rose fait date dans l'histoire des romans policiers historiques.


Visitez:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Notre-Dame de Paris       La Cathédrale de Chartres       Abbaye de Fontevraud       Le Mont Saint Michel
 
Eglises Romanes du Poitou     Saintonge Romane     Abbaye de Saint Savin     Eglises Romanes du Limousin     Abbaye de Moissac
 
L'Architecture Romane en Castille et Leon (Espagne)    

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts






Le Périgord et le Quercy

Les églises Romanes du Périgord et du Quercy sont parfois influencées par l'Art Byzantin avec la coupole sur pendentifs sphériques. Ceci est bien apparent sur la Cathédrale Saint Front de Périgueux directement inspirée de la Basilique Saint Marc de Venise, sur l'Abbaye Sainte Marie de Souillac et sur la Cathédrale Saint Etienne de Cahors.
 
Le Périgord conserve de nombreuses églises Romanes, en allant du Nord vers le Sud: Saint Martial de Valette, Vieux-Mareuil, le clocher de l'Abbaye de Brantôme, Grand-Brassac, Montagrier, Douchapt Segonzac, Ribérac, Saint Jean de Cole, Beauronne, Cadouin, etc.
 
 
Cathédrale Saint Front de Périgueux       Eglise Saint Etienne de la Cité à Périgueux      
 
Abbaye Sainte Marie de Souillac       Cathédrale Saint Etienne de Cahors       Abbaye Saint Pierre de Moissac
 

 
 

Périgueux

Périgueux conserve deux édifices Romans intéressants: la Cathédrale Saint Front et l'église Saint Etienne de la Cité.
 

La Cathédrale Saint Front de Périgueux avec ses coupoles
 
 
La Cathédrale Saint Front
La première église édifiée sur ce site remonte au VIème siècle, elle est détruite trois siècles plus tard par les Normands.
 
Une nouvelle église est construite à partir de la fin du Xème siècle, elle est consacrée en 1047, elle est en grande partie détruite par un incendie en 1120.
 
La reconstruction commence peu après et le nouvel édifice est achevé en 1173. Son plan correspond à un croix grecque et il est couvert par cinq coupoles au-dessus du centre et de chaque branche de la croix.
 
Intérieur de la cathédrale Saint Front
 
Au moment des Guerres de Religion, les Protestants s'emparent de Périgueux et l'église Saint Front est endommagée ainsi le tombeau de Saint Front est détruit.
 
L'église devient cathédrale en 1669 aux dépens de Saint Etienne de la Cité.
 
Afin de la protéger des dégradations, les cinq coupoles et les clochetons sont recouverts d'une toiture au XIXème siècle, ils ne sont alors plus visibles et cet état va durer un siècle.
 
L'architecte Paul Abadie engage la restauration en 1852, il dépose les coupoles puis les remonte ensuite. Cette restauration va s'étaler jusqu'en 1908.
 
La partie Ouest de la cathédrale conserve des parties issues de l'édifice médiéval: crypte, cloitre et salle capitulaire et le clocher. Celui-ci est légèrement séparé du nouvel édifice, il est du XIIème siècle, de style Roman.

 
 
L'Eglise Saint Etienne de la Cité
 
Eglise Saint Etienne de la Cité
 
L'église est située dans l'enceinte Gallo-Romaine de l'antique Vesuna. Elle a été bâtie, peut-être dès le Vème siècle, sur l'emplacement d'un temple Romain dédiée au dieu Mars. En tout cas dès cette époque elle est le siège de l'évêché de Périgueux.
 
L'édifice actuel remonte au XIème siècle, il comportait alors un choeur, une nef à quatre travées surmontées chacune d'une coupole, et en avant un clocher qui ressemblait à celui de Saint Front. Les deux premières travées et le clocher ont ont été endommagées en 1577, au moment des Guerres de Religion. Les tentatives pour les remettre en état au XVIIème siècle ont échoué. La façade Ouest actuelle (cf photo ci-dessus à gauche) n'est que l'obturation au XVIIème siècle de la troisième travée par un mur avec un portail simple.
Il subsiste de l'époque Romane deux coupoles de la nef des XIème et XIIème siècles (cf photo ci-dessus à droite).
 
L'église Saint Etienne a perdu son statut de cathédrale au bénéfice de l'église Saint Front en 1669.

 

Le Quercy

Le Quercy possède plusieurs édifices Romans significatifs: l'Abbaye de Souillac, la Cathédrale Saint Etienne de Cahors et à l'extrémité Sud l'Abbaye Saint Pierre de Moissac.
 

 

L'Abbaye Sainte Marie de Souillac

Abbaye Sainte Marie de Souillac
Transept, chevet et absidioles pentagonales à pans de l'abbaye Sainte Marie de Souillac
 
L'origine du monastère remonte au Xème siècle quand Saint Géraud, comte et abbé d'Aurillac, meurt. Il laisse aux moines de son abbaye des biens sur le site de Souillac. Ceux-ci sont accrus par des dons du vicomte de Cahors Frotard et de sa femme Adalbergue. Certains moines viennent s'y installer et établissent un monastère.
 
Une importante église est construite de 1075 à 1150, grâce à l'action des abbés et de doyens de l'abbaye Saint Géraud d'Aurillac, elle est de style Roman. Elle a subi de nombreuses vicissitudes à travers les siècles.
 
L'église a été restaurée au milieu du XIXème siècle puis à nouveau régulièrement à partir des années 1930 redonnant à l'édifice une allure proche de celle d'origine (en particulier pour les coupoles). Un lanternon a été placé au-dessus de chaque coupole.
 
L'église abbatiale est en forme de croix latine, elle comporte une grande nef (55 mètres de longueur et 14 mètres de largeur) surmontée de trois coupoles (cf photo ci-dessus à gauche) et présente ainsi une similtude avec la cathédrale Saint Front de Périgueux.
 
Le transept est vaste (33 mètres) avec des croisillons voûtés en berceau brisé. L'abside dessert trois chapelles pentagonales rayonnantes (cf photo au-dessus) et le déambulatoire est surélevé.
 
Le décor sculpté de l'église abbatiale est remarquable. Des fragments du portail antérieur ont été réutilisés à l'intérieur de l'église au XVIIème siècle sur le mur Ouest de la nef (cf photo ci-dessus à droite).
 
Sculpture montrant la légende de Théophile dans l'église Sainte Marie de Souillac Sculpture du Prophète Isaïe dans l'église Sainte Marie de SouillacSculpture montrant un enchevêtrement de monstres dans l'église Sainte Marie de Souillac
                      Sculptures montrant (au centre) la Légende de Théophile                                                             Le Prophète Isaïe               Un enchevêtrement de monstres
 
Au dessus de la porte, un bas-relief est composé de trois registres, les registres latéraux portent des sculptures de Saint Benoit (à gauche, identifié par la crosse) et de Saint Pierre (à droite, identifié par les clefs).
 
Le registre central (cf photo ci-dessus à gauche) raconte La Légende du Miracle de Théophile qui a vendu son âme au diable:
 
La photo ci-dessus, au milieu, montre le Prophète Isaïe, la sihouette est élancée et la chevelure flottante illustre la qualité du travail du sculpteur, cette statue est considérée comme un des chefs-d'oeuvre de l'Art Roman.
 
Le pilier sur la photo de droite présente un enchevêtrement de monstres.
 
D'autres sculptures de qualité sont présentes, par exemple la scène du sacrifice d'Isaac par Abraham, etc.
 
En savoir plus sur L'Abbaye Sainte Marie et l'église Saint Martin de Souillac
 

L'Aquitaine       le département de la Dordogne       La Vallée de la Dordogne      
 

 

La Cathédrale Saint Etienne de Cahors

Cahors et sa région ont été évangélisés au VIIème siècle par l'évêque Saint Didier (mort vers 650). L'église actuelle a été bâtie aux XIème et XIIème siècles sur l'emplacement d'une église d'origine Carolingienne, sans doute en bois et détruite au XIème siècle.
 
Le nouvel édifice est commencé par l'évêque Géraud de Gourdon, qui instaure aussi la réforme prônée par l'Abbaye de Cluny. Les travaux sont poursuivis par l'évêque Géraud de Cardaillac. A cette époque les évêques sont aussi comtes de Cahors et relèvent à ce titre du comte de Toulouse.
 
Coupoles au-dessus de la nef et portail Nord de la cathédrale Saint Etienne de Cahors Portail Nord avec le tympan Roman de la cathédrale Saint Etienne de Cahors
Coupoles au-dessus de la nef et portail Nord                   Cathédrale Saint Etienne de Cahors                   Portail Nord avec le tympan Roman            
 
L'autel de la cathédrale est consacré par le Pape Calixte II en 1119. A cette date la nef qui a été construite entre 1085 et 1120 est quasiment achevée, elle a un vaisseau unique de 45 mètres de longueur et elle est couverte par deux coupoles sur pendentifs de 18 mètres de diamètre, à plus de 30 mètres de hauteur. Le choeur est surmonté par une demi-coupole adjacente, l'abside a été reprise autour des années 1300.
 
Le mauvais état de la cathédrale au milieu du XIIIème siècle entraine d'importants travaux de restaurations qui se déroulent de 1290 à 1320.
 
La façade Ouest comportait au XIIème siècle un beau portail Roman, celui-ci est déplacé sur le flanc Nord au XIIIème quand la façade a été complètement refaite en style Gothique.
 
Tympan du portail Nord de la cathédrale Saint Etienne de Cahors
Tympan du portail Nord de la cathédrale Saint Etienne de Cahors
 
Le tympan de ce portail représente la scène de l'Ascension, il était achevé en 1135. Le Christ est au centre dans une mandorle, la main droite est levée et il tient le Livre de Vie dans la main gauche, au-dessus des angelots l'accueillent. De chaque côté, un ange explique le miracle aux apôtres qui sont situés sous des arcatures trilobées. Au milieu, la Vierge lève le bras vers son fils.
En haut, de part et d'autre de la scène centrale des sculptures symbolisent la vie de Saint Etienne avec en particulier son martyre. Tout en haut, les médaillons portent des personnages rampants.
 
Les peintures murales de la cathédrale sont des XIIIème et XIVème siècles.
 

 

L'Abbaye Saint Pierre de Moissac

L'Abbaye Saint Pierre de Moissac a été fondée au milieu du VIIème siècle, une importante donation à la fin de ce siècle lui permet de disposer d'une base foncière importante en Aquitaine, en Languedoc et en Auvergne.
L'abbaye est dévastée par les Arabes entre 720 et 730 puis bénéficie de la protection de Charlemagne et surout de Louis I le Pieux dans la première moiié du IXème siècle. Elle est ensuite à nouveau victime d'incursions des Normands autour des années 860.
 
L'abbaye de Moissac est affiliée à l'Abbaye de Cluny en 1047 avec l'accord du comte de Toulouse, des évêques de Toulouse et de Cahors.
 
Vue du côté Sud de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac Portail Sud de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
            Vue du côté Sud de l'abbaye                                           Abbaye Saint Pierre de Moissac                   Portail Sud avec le tympan Roman            
 
Après que la toiture de l'ancien édifice se soit effondrée en 1031, une nouvelle église abbatiale est construite, elle est dédicacée en 1063 en présence de nombreux évêques.
 
Le cloître est édifié à la fin du XIème siècle. L'autel de l'église abbatiale est consacré par le Pape Urbain II en 1097. La Tour-clocher, le portail et son tympan sont réalisés entre 1115 et 1135.
 
L'église est reprise au milieu du XIIème siècle et achevée autour de 1180. Moissac est prise et pillée par les croisés de Simon de Montfort en 1212, un incendie dévaste les parties supérieures de l'abbatiale et du cloître qui sont ensuite reconstruites.
 
Au siècle suivant, l'abbaye est à nouveau victime des armées de la Guerre de Cent Ans, les voûtes et le choeur de l'église sont reconstruits en style Gothique au XVème siècle.
 
Le monastère devient un chapitre de chanoines au XVIIème siècle et finalement il est supprimé au moment de la Révolution Française. Au milieu du XIXème siècle, la construction de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Sète entraine la démolition du refectoire de l'abbaye !
 
En savoir plus sur l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 
 
Le Portail Sud et le Tympan de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
Tympan du portail Sud de l'église Saint Pierre de Moissac
Tympan Roman du portail Sud de l'église Saint Pierre de Moissac
 
Le Tympan de l'Abbaye de Moissac est un des chefs-d'oeuvre de l'Art Roman. Initialement placé sur la façade Ouest, il a été déplacé lors de la fortification de cette façade au milieu du XIIème siècle.
 
Le tympan représente l'Apparition du Christ à la fin du Monde, il est entouré par les quatre Evangélistes et les 24 vieillards de l'Apocalypse avec leur coupe remplie de parfum. Il est probable que ce tympan a servi de modèle pour la réalisation de ceux de Beaulieu sur Dordogne et du porche Nord de Notre-Dame de Chartres.
 
Le tympan est encadré par trois voussures séparées par des tores sculptés qui retombent sur des colonnettes. Au centre, un trumeau en marbre blanc est orné de lions entrelacés, il supporte un linteau lui aussi en marbre blanc avec des sculptures de rosaces.
 
Le Cloître de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
Sculptures des chapiteaux du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
Sculptures des chapiteaux du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 
Chapiteau du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 
Le Cloître de l'Abbaye de Moissac est un des plus beaux exemplaires de l'Art Roman, il est classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
 
Ce cloître a été réalisé à l'initiative de l'abbé Ansquitil et achevé en 1100 comme l'indique une inscription gravée sur un des piliers.
 
Les arcades ont été refaites au XIIIème siècle mais en préservant les colonnes et chapiteaux sculptés. On compte 76 chapiteaux sculptés, une cinquantaine sont des chapiteaux historiés, c'est à dire qu'ils racontent des scènes inspirées de la Bible ou d'épisode de la vie de l'Eglise Catholique.
 
Aux angles et au centre de chaque côté des piliers rectangulaires sont couverts de marbre blanc et sculptés également.
 
Les chapiteaux sont en pierre calcaire, ils représentent des scènes de l'Ecriture ou de la vie des Saints.
 
Chapiteau du cloitre de l'Abbaye Saint Pierre de Moissac
 
La salle capitulaire est sur le flanc Ouest du cloître, une partie des voûtes d'ogives a été refaite au XIXème siècle.
 
En savoir plus sur       l'Abbaye Saint Pierre de Moissac                                 l'Abbaye de Flaran
 

Votre Hôtel à :     Périgueux    Bergerac    Souillac    Cahors    Moissac   
 



L'architecture Romane en Castille et Leon

L'église Romane Saint Martin de Fromista vue du Sud-Ouest L'église Romane Saint Martin de Fromista vue de l'Est
Vue du Sud-Ouest                               Eglise Romane Saint Martin de Fromista                               Vue de l'Est
 
A la suite de l'invasion Arabe du début du VIIIème siècle, l'Espagne s'est retrouvée coupée du reste de l'Europe et regardant vers Byzance ou l'Orient Musulman. Il en est résulté dans la partie Nord, un art mélangeant les influences Wisigothiques et Mozarabes. Les églises les plus anciennes (Wisigothiques) sont en Galice et dans les Asturies qui ont été peu touchées par la conquête Arabe.
 
A partir du XIème siècle, l'Espagne chrétienne et le royaume de Castille reprennent l'offensive et engagent la Reconquista. Le développement de l'architecture Romane en Castille et Leon s'est effectué en fonction des progrès de cette Reconquista.
 
La plupart du temps les chrétiens ont tenu a construire leurs propres édifices religieux. Pour autant ils ont parfois fait appel à des maitres d'oeuvre et à des maçons venant du Sud ou même d'origine Maure d'où le style Mozarabe ou les influences du style Mudéjar de certains édifices.
 
En même temps l'influence architecturale des constructions romanes du Sud de la France est bien perceptible en particulier le long des chemins conduisant à Saint Jacques de Compostelle à partir de l'Europe du Nord.
 
L'Art Roman est l'art de la formation et de la fondation de la Castille.
 

Quelques églises Romanes de Castille et Leon

 
Collégiale San Isidoro de Leon         Eglises Romanes de Sahagun         Eglises Romanes de Zamora
 
Eglise Saint Martin de Fromista         Eglises Romanes de Ségovie         Eglises Romanes d'Avila
 



Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans      L'Anjou   Angers   Saumur   Le Saumurois   Fontevraud   Candes et Montsoreau
 
Le Poitou   Poitiers   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres       Le Poitou Roman   La Saintonge Romane   L'Angoumois Roman
 
Les Charentes    La Charente-Maritime   La Rochelle   Royan   Saintes      La Charente   Angoulême   La Rochefoucauld   Confolens
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux Issoudun La Châtre Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne Creuse Corrèze Limousin Roman   Auvergne  Allier Puy de Dôme Cantal Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac    Le Gers        L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


     Avec Google











Livres des Editions Zodiaque, Collection La Nuit des Temps

Les Editions Zodiaque ont publié un ensemble impressionnant de livres sur les églises Romanes de France et d'Europe de l'Ouest.

Invention de l'Architecture Romane     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Initiation à l'Art Roman     de François Leriche-Andrieu --- Editions Zodiaque

Atlas de la France Romane     de Pauline de La Malène --- Editions Zodiaque

France Romane - Tome 1 - XIème siècle     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

France Romane - Tome 1 - XIIème siècle     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

France Romane - Tome 2 - XIIème siècle     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Cloitres Romans     de Jacqueline Carron-Touchard --- Editions Zodiaque

Routes Romanes - Tome 1     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Routes Romanes - Tome 2     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Routes Romanes - Tome 3     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque



Haut-Poitou Roman     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque



Touraine Romane     de Charles Lelong --- Editions Zodiaque

Val de Loire Roman     de Jean-Marie Berland --- Editions Zodiaque

Ile de France Roman     de Anne Prache --- Editions Zodiaque

Normandie Romane - Tome 1     de Lucien Musset --- Editions Zodiaque

La Tapisserie de Bayeux     de Lucien Musset --- Editions Zodiaque

Anjou Roman     de Marcel Deyres, Jean Porcher --- Editions Zodiaque

Maine Roman     de Marcel Deyres, Jean Porcher --- Editions Zodiaque

Bretagne Romane     de Louise-Marie Tillet --- Editions Zodiaque

Saintonge Romane     de François, Dupont, Eygun --- Editions Zodiaque

Berry Roman     de Jean Favière, de Basche --- Editions Zodiaque

Angoumois Roman     de Charles Daras, Pierre Belzeaux -- Editions Zodiaque


Bourgogne Romane     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Terres de Bourgogne     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque



Forez-Velay Roman     de Olivier Beigbeder --- Editions Zodiaque

Limousin Roman     de Jean Maury, M. Gauthier --- Editions Zodiaque

Auvergne Romane (1)     Bernard Craplet --- Editions Zodiaque

Auvergne Romane (2)     --- Editions Zodiaque

Vivarais, Gévaudan Romans     de Robert Saint-Jean --- Editions Zodiaque

Lyonnais, Dombes, Bugey et Savoie Romans     de Raymond Oursel --- Edition Zodiaque

Dauphiné Roman     de Guy Barruol --- Edition Zodiaque

Alpes Romanes     de Jacques Thirion --- Edition Zodiaque

Suisse Romane     de Hans Rudolf Meier -- Editions Zodiaque

Provence Romane (Tome 1)     de Jean-Maurice Rouquette --- Edition Zodiaque

Provence Romane (Tome 2)     de Guy Barruol --- Edition Zodiaque


Guyenne Romane     de Pierre Dubourg-Noves --- Editions Zodiaque

Gascogne Romane     de Jean Cabanot --- Editions Zodiaque

Roussillon Roman     de Marcel Durliat --- Editions Zodiaque

Quercy Roman     de Maury Jean, Porcher Jean, Vidal Marguerite -- Editions Zodiaque

Haut-Languedoc Roman     de Marcel Durliat -- Editions Zodiaque

Rouergue Roman     de Jean-Claude Fau --- Editions Zodiaque

Pyrénées Romanes     de Marcel Durliat --- Editions Zodiaque


Nord Roman     de Hervé Oursel, Colette Deremble-Manhès, Jacques Thiébaut -- Editions Zodiaque

Alsace Romane     de Will Robert, Hans Haug -- Editions Zodiaque

Lorraine Romane     de Hans-Günther Marschall, Rainer Slotta -- Editions Zodiaque

Champagne Romane     -- Editions Zodiaque

Franche-Comté, Bresse Romane     de René Tournier -- Editions Zodiaque

Eglises romanes de la vallée de l'Ardre     Editions Zodiaque

Eglises en bois de Champagne     Patrick Corbet -- Editions Zodiaque

Vierges Romanes     de René Laurentin, Raymond Oursel -- Editions Zodiaque

Italie

Piémont-Ligurie Roman     de Sandro Chierici -- Editions Zodiaque

Lombardie Romane     de Sandro Chierici -- Editions Zodiaque

Vénétie Romane     de Gianna Suitner Nicolini -- Editions Zodiaque

Toscane Romane     de Italo Moretti, Stopani -- Editions Zodiaque

Rome et Latium Romans     de Enrico Parlato, Serena Romano -- Editions Zodiaque

Emilie Romane     de Sergio Stocchi -- Editions Zodiaque

Marches Romanes     de Paolo Favole -- Editions Zodiaque

Abruzzes, Molise Romans     de Paolo Favole, Francesca Del Vitto -- Editions Zodiaque

Campanie Romane     de Mario d' Onofrio -- Editions Zodiaque

Calabre et Basilicate Romans     de Chiara Garzya Romano -- Editions Zodiaque

Sicile Romane     de Giovanella Cassata, Gabriella Costantino, Rodo Santoro -- Editions Zodiaque

Sardaigne Romane     de Renata Serra, Roberto Coroneo -- Editions Zodiaque

Espagne - Portugal

Espagne Romane     de Marcel Durliat -- Editions Zodiaque

Pays Basque Roman: Alava, Biscaye, Guipuzcoa     de Lopez de Ocariz --- Editions Zodiaque

Navarre Romane     de Luis-Maria De Lojendio -- Editions Zodiaque

Galice Romane     -- Editions Zodiaque

Catalogne Romane     de Juan Ainaud de Lasarte -- Editions Zodiaque

Aragon Roman     de S Canellas-Lopez -- Editions Zodiaque

Castille Romane - Tome 1     de Luis-Maria de Lojendio, Abundio de Rodriguez -- Editions Zodiaque

Castille Romane - Tome 2     de Luis-Maria de Lojendio, Abundio de Rodriguez -- Editions Zodiaque

Portugal Roman     de Gerhard N Graf -- Editions Zodiaque

Europe Nord et Centre

Belgique et Luxembourg Romans     de Xavier Barral i Altet -- Editions Zodiaque

Pays-Bas Romans     de Ada van Deijk -- Editions Zodiaque

Angleterre Romane (1)     de Lucien Musset -- Editions Zodiaque

Angleterre Romane (2)     de Lucien Musset -- Editions Zodiaque

Ecosse Romane     de France Sharratt, Peter Sharratt -- Editions Zodiaque

Palatinat Roman     de Dethard von Winterfeld -- Editions Zodiaque

Westphalie Romane     -- Editions Zodiaque

Bavière Romane     de Richard Strobel, Markus Weis -- Editions Zodiaque

Saxe Romane     de Wulf Walter -- Editions Zodiaque



 Votre Hotel en France       Votre Hotel en Italie       Votre Hotel dans les Alpes     Hotels des autres Pays

Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Europe :
Paris   Nice   Lyon   Londres   Edimbourg   Dublin   York   Rome  Florence   Venise   Milan   Naples   Sicile
Barcelone   Saint Sébastien   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Berlin   Munich   Prague