Issoudun et son arrondissement

Vous etes ICI : Accueil > France > Val de Loire > Le Berry > Departement de l'Indre > Issoudun et son arrondissement 
 
Votre Hôtel :   Indre (36)    Châteauroux    Issoudun    Le Blanc       Indre et Loire (37)    Tours    Loches
 
Le département de l'Indre se situe au centre de la France. Il tire son nom de la rivière l'Indre qui le traverse du Sud-Est au Nord-Ouest sur environ 130 kilomètres de longueur.
 
Le chef-lieu est Châteauroux avec trois sous-préfectures: Issoudun, La Châtre et Le Blanc.
 
Carte de l'arrondissement d'Issoudun
 
L'arrondissement d'Issoudun est au Nord-Est du département, il borde le département du Cher.
 
Il comporte quatre cantons, deux pour Issoudun, celui de Vatan et celui de Saint Christophe en Bazelle.
 
Issoudun est une ville qui était importante au Moyen-Age, c'est autour du XIIème siècle qu'ont été construits les principaux édifices de la ville.
 
Carte de l'arrondissement d'Issoudun
 
Après avoir visité Issoudun l'exploration du département se fait du Sud vers le Nord.
 
Bommiers conserve l'église Saint Pierre, un édifice Roman du XIIème siècle.
 
Juste à côté l'église de Vouillon est également d'origine Romane, il en est de même de l'église de Neuvy-Pailloux et de celle de La Champenoise.
 
Vatan est une ville d'origine ancienne, mais la plupart de ses monuments ont disparu au XIXème siècle.
 
Saint Christophe en Bazelle est un village modeste, pour autant il est resté chef-lieu de canton qui comprend en particulier la petite ville de Chabris près du Cher.


 
     Avec Google


 
Votre Hôtel en   Val de loire      Indre et Loire (37)    Tours    Amboise    Loches    Chinon    Châtellerault    Poitiers   
 
Indre (36)    Châteauroux     Issoudun     Le Blanc       Argenton sur Creuse           Cher (18)    Bourges     Vierzon   
 



 
 
Bas-Berry -   Congres Archéologique de France 1984 142e Session       de  Société Française d'Archéologie --    ISBN : 2369190086
 



Issoudun

Issoudun est la deuxième ville du département de l'Indre après Châteauroux. Cette ville n'en est d'ailleurs qu'à 25 kilomètres au Sud-Ouest.
 
La ville est bordée par une rivière la Théols qui reçoit à cet endroit les eaux de plusieurs petites rivières.
 

Histoire

Issoudun est une ville d'origine ancienne, elle existait à l'époque Celtique. Son nom: Uxellodunum, indique que c'était un oppidum (site fortifié).
 
Panorama sur Issoudun
 
Au Moyen-Age c'est une place forte dont la possession a donné lieu à de nombreux conflits, ainsi à la fin du XIIème siècle entre Philippe II Auguste et Richard Coeur de lion.
 
La ville fait partie de la dot de Blanche de Castille qui la cède en 1240 à son fils Saint Louis, elle rentre alors dans le domaine direct des rois de France.
 
En 1356, au début de la Guerre de Cent Ans, Issoudun est incendiée et détruite par l'armée du Prince Noir. Les habitants se refugient au château. Issoudun est à nouveau victime d'un important incendie au moment de la Fronde, au milieu du XVIIème siècle.
 
La ville est assez prospère au Moyen-Age grâce à ses marchés et ses foires. Des artisans travaillent le cuir et fabriquent des parchemins. La production viticole (vins de Reuilly) est significative.
 
A la fin du XVIIème siècle, la ville est frappée par la Révocation de l'Edit de Nantes qui conduit des Protestants à s'exiler. Il s'ensuit une période de déclin.
 
Panorama sur Issoudun avec la Théols et la Tour Blanche
 
 
Avant la Révolution Française, Issoudun avait quatre églises: Saint Cyr, Saint Jean, Saint Paterne et Saint Denis, il n'en reste qu'une seule, Saint Cyr.
 
En dépit de ces destructions d'édifices, en particulier au XIXème siècle, la ville conserve des monuments intéressants. Le Musée Saint Roch possède en particulier la sculpture d'un Arbre de Jessé du XVème siècle.
 
Le Château et l'Hôtel de Ville             Le Beffroi             L'église Saint Cyr             Balzac et Issoudun             Le Musée Saint Roch
 

Le Château et l'Hôtel de Ville

Le plan ci-dessous à gauche montre l'organisation d'Issoudun au XIIème siècle. Sur la gauche le château est entouré par une enceinte carrée. Il communique sur la droite avec la ville par une porte appelée le Beffroi.
 
La ville était protégée par une enceinte rectangulaire commencée au XIIème siècle et renforcée à partir de 1358. Elle a été démolie au XIXème siècle.
 
Plan d'Issoudun au XIIème siècle   Tour Blanche à Issoudun
Plan d'Issoudun au XIIème siècle                                           Tour Blanche à Issoudun
 
Près de la rivière Théols a été édifié un donjon: la Tour Blanche, son nom vient de la reine Blanche de Castille qui avait apporté Issoudun dans sa dot lors de son mariage avec le futur roi de France Louis VIII.
 
Commencée sans doute par Mercadier, un chef de guerre, pour le compte de Richard Coeur de Lion à la fin du XIIème siècle, elle a été achevée quelques années plus tard par le roi de France Philippe II Auguste qui en avait pris le contrôle suite au Traité du Goulet (mai 1200).
 
Le donjon est de forme circulaire avec un éperon sur le flanc le plus vulnérable. Sa hauteur est de 27 mètres et son diamètre de 15. Ses murs font près de 4 mètres d'épaisseur.
 
Hôtel de Ville d'Issoudun
 
Juste à côté du donjon, les ruines d'un Temple Romain et d'un oratoire Chrétien antique ont été découverts en 1833.
 
Le donjon occupait un angle d'une enceinte rectangulaire (cf plan ci-dessus) qui dominait la rivière Théols, cette enceinte comportait dix tours circulaires et une tour carrée, elle était percée de deux portes dont celle sur la ville (le Beffroi).
 
Elle était protégée par un fossé qui a été comblé à la demande des habitants d'Issoudun en 1447.
 
A l'intérieur de l'enceinte se trouvait le Logis du Roi et l'Abbaye Notre-Dame.
 
                                                                Hôtel de Ville d'Issoudun
 
L'Hôtel de Ville (cf photo ci-contre)
Il est au pied de la Tour Blanche, c'est une construction du XVIIème siècle qui a été remaniée postérieurement.
 
Il a succédé à un ancien Logis du Roi où deux soeurs des rois François Ier et Henri II tenaient une cour où elles recevaient des gens de lettres.
 
Le pourtour de l'Hôtel de ville est occupé par des jardins.
 
 

Le Beffroi

Le Beffroi est en fait une ancienne porte qui permettait la communication entre le château et la ville, sa première construction est du XIIème siècle. Cette porte comporte deux tours rondes inégales (cf photo ci-dessus à gauche).
 
L'horloge est appelée L'Grous, elle sonne les heures sur une cloche datant de 1511 et qui est surnommée Bonne-Aventure.
 
Ancienne Porte du château à Issoudun   Porte à Issoudun
Vue côté ville avec l'horloge                         Ancienne Porte du château à Issoudun                       Vue côté château
 
Elle a été endommagée en 1561 au moment des Guerres de Religion puis restaurée en 1583 dans le style Renaissance. Cet édifice a servi de prison jusqu'en 1914.
 

Eglise Saint Cyr

Une légende attribue la fondation initiale de cette église à Charlemagne. Plus concrètement, l'origine de l'église Saint Cyr remonte à la seconde partie du IXème siècle (règne de Charles le Chauve), elle devient alors une Collégiale avec un Chapitre de Chanoines.
 
Ce premier édifice est remplacé par une église Romane au XIIème siècle. Celle-ci est incendiée par les troupes Anglaises et Gasconnes du Prince Noir pendant sa chevauchée de 1356, elle est en bonne partie détruite.
 
La nef est reprise et le choeur reconstruit entre 1446 et 1483 en style Gothique sur le même emplacement.
 
L'église avait alors deux clochers, un petit en façade et le principal était une tour près du choeur. Ce dernier a été endommagé par une tempête en 1584, il était porté par des piliers puissants, il surmontait une coupole intérieure et se terminait par une flèche à huit pans. Ces clochers ont été détruits au moment de la Révolution Française.
 
La nef a été remaniée au XIXème siècle en assurant une homogènéité avec le choeur Gothique, les travaux sont achevés en 1882. Le clocher est une réalisation de 1934.
 
Eglise Saint Cyr à Issoudun   Intérieur de l'église Saint Cyr à Issoudun
Vue côté Sud                           Eglise Saint Cyr à Issoudun                         Vue intérieure de la nef
 
A l'intérieur, la nef est longue (70 mètres) et haute (18 mètres), de grands arcs brisés (certains sont surbaissés) assurent la communication avec les collatéraux (cf photo ci-dessus à droite). Les piliers possèdent des colonnes engagées et les fenêtres sont en hauteur, elles assurent un bon éclairage de l'édifice.
 
Les six travées à partir du chevet sont du XVème siècle, le six suivantes vers la façade sont des compléments du XIXème siècle. Toutes sont voûtées en ogives.
 
Les doubleaux des voûtes reposent sur de consoles portant des chapiteaux sculptés avec des personnages et des animaux, etc.
 
Verrière de l'église Saint Cyr d'Issoudun
 
L'église a un chevet plat qui comporte une verrière des XIVème et XVème siècles, elle fait 15 mètres de hauteur sur 6 mètres de large (cf photo ci-contre), elle est en style Gothique flamboyant.
 
Elle possède cinq registres verticaux qui évoquent les thèmes de la Crucifixion et de la vie de Saint Cyr et de sa mère Sainte Julitte. Au-dessus se trouvent les armes du Berry, de Savoie, de France, du Dauphin et de Jean Coeur archevêque de Bourges de 1450 à 1482.
 
Dans les volutes de la partie supérieure sont représentés des anges musiciens.
 
Verrière l'église Saint Cyr
 

 

 
Maison ancienne (Office du Tourisme) et reste de l'église Romane de Saint Cyr à Issoudun
Maison ancienne (Office du Tourisme)
et reste de l'église Romane de Saint Cyr à Issoudun
 
La maison ancienne sur la photo ci-dessus est une construction de la seconde moitié du XVème siècle. Elle accueille maintenant l'Office du Tourisme du Pays d'Issoudun.
 
Le mur sur la gauche de cette maison est un vestige de l'ancienne église Romane construite au XIIème siècle.
 
Manoir de Frapesle où a résidé Balzac
 

Balzac et Issoudun

Honoré de Balzac a séjourné a Issoudun en 1834, il résidait dans le Manoir de Frapesle (cf photo ci-contre) qui se situe sur le côté Ouest de la ville. C'est alors qu'il a commencé à écrire son roman César Birotteau et qu'il y a préparé un autre roman: La Rabouilleuse.
 
Il est revenu en 1835 puis plus longuement en 1838, à cette oxccasion il va voir George Sand à Nohant.
 
                                                            Manoir de Frapesle où a résidé Balzac
 
Balzac a décrit Issoudun dans son roman: Un ménage de garçon en province, avec un chapitre consacré à la ville telle qu'il l'a vue au milieu du XIXème siècle.
 
Il regrette la destruction de nombreux monuments du passé et en particulier celle de l'église Saint Paterne.
 

Le Musée Saint Roch

Il se situe sur le côté Sud de la ville au débouché du Parc de la Théols et du pont Saint Paterne sur la Théols. Le musée est installé dans l'ancien Hôtel-Dieu fondé au XIIème siècle par le Chapitre de Saint Cyr et reconstruit au XVème siècle sur des pilotis au-dessus de la rivière. Il a été agrandi les siècles suivants.
 
Le musée Lapidaire propose des vestiges du Pays d'Issoudun remontant à l'Age de Fer, à l'époque Gallo-Romaine et à l'époque Médiévale.
 
La Chapelle date du début du XVIème siècle, Il subsiste deux des quatre sculptures en forme d'Arbre de Jessé réalisées à la fin du XVème siècle qui représentent des généalogies du Christ. A l'origine, la chapelle et les sculptures étaient polychromes.
 


Bommiers

Bommiers est un village qui se situe à une vingtaine de kilomètres au Sud d'Issoudun.
 
Il est à la limite entre la Champagne Berrichonne et le Boischaut Sud. Son nom est issu d'un seigneur du milieu du XIème siècle, Robert de Bommiers qui occupait le château des Minimes situé un kilomètre au Nord du bourg.
 
La commune de Bommiers abrite la source de la rivière la Théols qui remonte ensuite vers Issoudun.
 

Eglise Saint Pierre de Bommiers

Bommiers conserve l'église Saint Pierre, un édifice Roman du XIIème siècle qui était l'église paroissiale, elle relevait du Prieuré de Vouillon qui lui-même appartenait à l'Abbaye de Déols.
 
L'église Saint Pierre donne une bonne représentation de la configuration de la plupart des églises paroissiales de cette partie du Berry au Moyen-Age.
 
Elle a un vaisseau unique qui débouche sur le transept, sur chaque croisillon du transept se trouve une absidiole en cul-de-four avec une seule fenêtre. La particularité du chevet consiste en des secretaria qui sont des sacristies en absidioles logées entre le choeur et les absidioles des croisillons du transept (cf photo ci-dessous à gauche).
 
L'église a été reprise à travers les siècles et en particulier en 1773, 1838 et surtout en 1854 quand la façade Ouest est reconstruite avec en particulier un portail neuf. Par contre la partie Est de l'édifice a été peu modifiée et respecte la construction d'origine.
 
Chevet et transept Nord de l'église Saint Pierre de Bommiers Chapiteau sculpté de la croisée du transept de l'église Saint Pierre de Bommiers
          Chevet et transept Nord                     Eglise Saint Pierre de Bommiers           Chapiteau sculpté de la croisée du transept: le Christ avec St Pierre et St Paul
 
Chapiteau de l'église Saint Pierre de Bommiers: le Sacrifice d'Abraham
 
A l'intérieur la nef est allongée avec quatre travées et couverte par une charpente (cf photo ci-dessous à droite).
 
La croisée du transept est couverte par une coupole octogonale sur trompes, deux contreforts côté Ouest renforcent les supports de cette coupole.
 
Une travée de choeur précède l'abside qui a été restaurée au XIXème siècle, la fenêtre centrale de l'abside a été remaniée en 1838.
 

Les chapiteaux sculptés
La croisée conserve aussi de beaux chapiteaux du XIIème dont celui présenté sur la photo au-dessus à droite: le Christ remet les Clefs à Saint Pierre et la Loi à Saint Paul (symbolisée par un parchemin déroulé).
 
Un autre chapiteau représente le sacrifice d'Abraham (cf photo ci-contre): un Ange retient le bras d'Abraham qui va frapper Isaac qui est à genoux.
 
Chapiteau représentant le Sacrifice d'Abraham
 
D'autres chapiteaux sculptés présentent des feuillages avec des personnages et des animaux fantastiques.
 
Intérieur de l'église Saint Pierre de Bommiers avec les stalles
 
Les Stalles
Les 48 stalles sont du début du XVIème siècle, elles proviennent du Couvent des Minimes de Bommiers auquel elles avaient été offertes par Jacques de La Trémoïlle à l'occasion de son mariage avec Avoye de Chabannes en 1512.
 
Intérieur de l'église Saint Pierre de Bommiers avec les stalles
 
Les sculptures des stalles représentent essentiellement des scènes Bibliques: Adam et Eve, David tuant Goliath, Samson terrassant le lion, Samson frappant un Philistin, etc.
 
Autrements on peut voir des anges portant les instruments de la Passion et des miséricordes avec des motifs diversifiés.
 
Le château des Minimes
Les Minimes est un hameau à un kilomètre au Nord du bourg de Bommiers, il comportait jadis deux monuments, un château et un couvent. Le château était celui des seigneurs de Bommiers. Après avoir appartenu à des seigneurs locaux, il est ensuite passé à la famille de La Trémoïlle.
 
Il ne reste que des ruines de ce château qui a été construit au XIIIème siècle et au début du XIVème, il comporte un donjon circulaire et une enceinte ovale.
 


Visitez:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Notre-Dame de Paris       Cathédrale de Chartres       Cathédrale de Tours       Abbaye de Fontevraud       Le Mont Saint Michel
 
Eglises Romanes du Poitou       Abbaye de Saint Savin       Eglises Romanes du Limousin       Abbaye de Moissac

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts



Façade de l'église de Vouillon

Eglise Saint Saturnin de Vouillon

Le village de Vouillon est à un peu plus de cinq kilomètres à l'Ouest de Bommiers, en direction de Châteauroux.
 
Histoire
En 938, une chapelle à Vouillon est donnée par un noble, Gérard, à l'Abbaye de Déols, ce que conteste l'archevêque de Bourges qui estime l'avoir déjà obtenue. Ceci montre l'ancienneté de l'édifice implanté à Vouillon, il était à cette époque près d'un château (disparu).
 
Par la suite l'église fait partie d'un Prieuré de l'Abbaye de Déols.
 
Elle subit un incendie en 1173 suite à une guerre locale entre Raoul VI de Déols et Jean II de Linières.
 
Elle a été très endommagée au moment des Guerres de Religion et remaniée par la suite et en particulier au XIXème siècle.
 
Cette église est maintenant dédiée à Saint Saturnin.
 
Façade de l'église Saint Saturnin de Vouillon
 
Description
A l'origine l'église comptait une nef et deux collatéraux avec neuf travées, elle était précédée par un porche réalisé autour de 1150.
 
Elle est principalement de style Roman comme le montre les arcs en plein cintre tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'édifice.
 
Suite aux différentes reprises de l'église il ne subsiste maintenant que la nef et le collatéral Nord.
 
Ceci est visible sur la façade Ouest (cf photo ci-contre) en observant le déséquilbre de cette façade et le contrefort tronqué sur la droite.
 
En outre l'arc supérieur à gauche qui correspond au collatéral Nord est bien plus petit que celui à droite qui correspond à la nef centrale d'origine.
 
L'intérieur de l'église comporte plusieurs chapiteaux sculptés intéressants.


Chevet de l'église Saint Laurent de Neuvy-Pailloux


Neuvy-Pailloux

Le village de Neuvy-Pailloux est à une dizaine de kilomètres au Sud-Ouest de Issoudun, en direction de Châteauroux.
 
Le village a une origine ancienne, on y a retrouvé en 1844 un tombeau Gallo-Romain remarquable.
 
Au Moyen-Age Neuvy-Pailloux s'est developpé autour d'un château-féodal établi sur une motte. Il a été alors le siège d'une seigneurie ayant appartenu à Guillaume de Chauvigny puis est ensuite passée aux familles de La Tremoïlle et de Montmorency.
 
Le village conserve une église d'origine Romane et les vestiges d'un château du XVème siècle.
 
Chevet de l'église Saint Laurent
 
L'église Saint Laurent est du début du XIIème siècle, elle relevait de l'Abbaye de Déols. Elle était alors dans l'enceinte du château-fort.
 
La partie Est (travées de la nef, choeur, crypte, chevet et clocher) est restée de style Roman.
 
Des fresques murales y ont été remises à jour (cf photo ci-dessous).
 
Le clocher carré est fortifié. Par contre la nef est une reconstruction récente en style moderne.
 
Fresque murale dans l'église Saint Laurent de Neuvy-Pailloux
Fresque murale: Christ en gloire dans l'église Saint Laurent de Neuvy-Pailloux
 


 
L'Art Roman en France     Abbaye de Saint Savin     Poitou Roman     Limousin Roman     Abbaye de Moissac
 


La Champenoise

Le village de La Champenoise est à une vingtaine de kilomètres à l'Ouest de Issoudun.
 
Comme beaucoup de communes de cette partie du Département de l'Indre elle a subi un net déclin de sa population, ainsi elle comptait près de 1000 habitants en 1890 et seulement environ 300 maintenant, même si le proximité de Châteauroux contribue à la repeupler un peu.
 
Chevet et clocher   Fresques murales de l'abside
Chevet et clocher                         Eglise de La Champenoise                       Fresques murales de l'abside
 
L'église (cf photo ci-dessus à gauche) est d'origine Romane comme le montre le chevet en hémicycle et les ouvertures surmontées d'arcs en plein cintre. A l'intérieur la nef est voûtée en ogives. La tour-clocher est carrée et massive avec une flèche hexagonale, à l'intérieur elle surmonte une coupole.
 
Des fresques murales décorent l'édifice, en particulier la voûte de l'abside (cf photo ci-dessus à droite).
 



Vatan

La ville de Vatan est à une vingtaine de kilomètres au Nord-Ouest de Issoudun sur les rives du Pozon.
 
En centre-ville la Halle au blé remonte au XVIème siècle, elle a été reconstruite en 1749. Elle est devenue ensuite un marché couvert et accueille maintent l'Office du Tourisme.
 
La ville conserve des vielles rues, l'église Saint Laurian et la Grange des Dîmes du XVIIIème siècle. L'Hôtel de Ville (cf photo ci-dessous) a été édifié à la fin du XIXème siècle sur l'emplacement d'un Hôtel-Dieu et de la chapelle Sainte Anne qui dataient de Moyen-Age et ont été détruits à cette occasion.
 
Centre de Vatan avec l'Hôtel de Ville et à gauche la Halle au blé
Centre de Vatan avec la Mairie et à gauche la Halle
 
Au Moyen-Age Vatan s'est formé d'une part autour d'une forteresse établie sur une motte et d'un bourg qui s'est développé près de la Collégiale Saint Laurian. Les deux se sont rassemblés et ont été protégés par une enceinte unique entourée de fossés en eau grâce à un détournement du cours de la rivière Pozon.
 
Halles de Vatan En plus de la Collégiale, qui n'était pas une paroisse, Vatan avait deux églises paroissiales, l'une dédiée à Saint Christophe et une autre à Saint Laurent, celle-ci était en dehors de l'enceinte (il en reste quelques éléments).
 
Saint Sulpice, archevêque de Bourges, est né en 570 à Vatan sous le règne des Mérovingiens. Il est mort à Bourges en 647.
 
                                                                                           Halle au blé du XVIIIème siècle
 
La Collégiale Saint Laurian aurait été créée à la fin du VIème siècle par le roi Mérovingien Gontran.
 
La nouvelle église dédiée à Saint Laurian est construite au début du XVIème siècle. Elle est endommagée par les Protestants en 1550 puis à nouveau en 1563, les reliques de Saint Laurian sont brulées.
 
L'église est restaurée mais le clocher s'effondre en 1879, il a été reconstruit et l'édifice a été globalement remanié au XIXème siècle.
 
Depuis la fin du Moyen-Age, un Couvent des Cordeliers est établi à Vatan. En 1650 ils sont remplacés par les Récollets. Ce couvent se trouvait à l'emplacement de la grande place (cf photo au-dessus).
 
A la fin du XVIIIème siècle la vie de la ville est transformée par l'ouverture, en 1767, d'un grande route conduisant de Paris à Toulouse (devenue la N20 puis l'A20). De nombreux hôtels et commerces se crééent alors dans la ville.
 

Les sires et le château de Vatan

Les sires de Vatan résidaient dans un château qui se situait sur l'emplacement de l'actuel Collège d'Enseignement Général.
 
Autour de l'An Mil, la seigneurie de Vatan est détenue par la famille des sires d'Issoudun juqu'au début du XIIIème siècle quand elle passe par mariage aux sires de Déols.
 
En 1220 la seigneurie revient à Etienne de Saint Palais. Pierre Ier de Saint Palais a accompagné Saint Louis lors de sa dernière croisade (il est décédé à Tunis en 1270).
 
En 1360, Pierre V de Saint Palais fait partie des otages que Jean II le Bon livre au roi d'Angleterre Edouard III en garantie du Traité de Brétigny.
 
Au début du XVème siècle Isabelle de Saint Palais apporte la seigneurie de Vatan à son mari Jean du Puy, il meurt à la bataille d'Azincourt en 1415.
 
En 1489 Pierre II du Puy épouse la fille du Maréchal de Gaucourt, seigneur de Cluis, il est dans l'entourage des rois Louis XII et François Ier.
 
A la fin du XVIème siècle, le sire de Vatan est Vincent II du Puy, lui-même et son fils, Florimond, sont du parti Protestant.
 
Florimond du Puy s'estime mal récompensé de sa contribution à la victoire finale de Henri IV. Il se révolte et commet de multiples déprédation et crimes, ceci aboutit à son exécution à Paris au début de 1612. Sa soeur Marie du Puy devient alors Dame de Vatan, elle est l'épouse irrégulière de Eric de Lorraine, évêque de Verdun, qui pour cela subira les foudres de l'Inquisition. Marie du Puy est morte en 1640.
 
Le château passe ensuite aux Princes de Condé. Il est quasiment disparu, il n'en subsiste que les écuries.
 


Eglise de Saint Christophe en Bazelle

Saint Christophe en Bazelle

Le village de Saint Christophe en Bazelle est à une quinzaine de kilomètres au Nord-Ouest de Vatan.
 
Bien que peu peuplé (environ 350 habitants), le village est un chef-lieu de canton.

 
Saint Christophe possède un château qui date du XIème siècle puis a été reconstruit au XVème siècle.
 
Il a été restauré au XIXème siècle avec le souci de préserver son allure féodale (implantation des tours).

 
Eglise Saint Christophe
 
L'église Saint Christophe (cf photo ci-contre) remonte au XIIème siècle, elle en conserve un portail Roman. Elle a été remaniée dans les siècles postérieurs.
 
A l'intérieur les stalles sont du XVIème siècle.


Chabris

Le village de Chabris est à une quinzaine de kilomètres au Nord de Valençay. Il est indissociable de celui de Gièvres qui est de l'autre côté du Cher et dans le Loir et Cher.
 
Le site est occupé par l'homme depuis l'époque Néolithique. A l'époque Gallo-Romaine Chabris et Gièvres sont à un carrefour de voies romaines qui joignaient Avaricum (Bourges) à Subdunum (Le Mans) et à Caesarodunum (Tours), Genabum (Orléans) à Limonum (Poitiers) et à Argentomagus (Argenton sur Creuse).
 
Au Moyen-Age, les archevêques de Bourges y avait une maison forte (le château de Bourges) qui a été détruite par les Protestants pendant les Guerres de Religion.
 
Eglise Saint Phalier de Chabris
 

L'église Saint Phalier

Elle a a été construite à partir du XIIème siècle et conserve quelques éléments Romans dans le transept, le choeur et l'abside.
 
Elle a été reconstruite dans la seconde partie du XVème siècle à l'initiative de Jean Coeur archevêque de Bourges (Jean est le fils de Jacques Coeur, le financier de Charles VII).
 
L'église a été endommagée par les Protestants en 1562, pendant les Guerres de Religion.
 
Elle a été restaurée de manière significative entre 1859 et 1879 et la crypte en 1927.
 
Eglise Saint Phalier de Chabris
 
En commençant par la façade occidentale qui est du XVème siècle, sous le pignon un double porche précède deux portes d'entrée dans l'édifice.
 
La nef est unique avec quatre travées voûtées en ogives, elle donne sur le transept dont les bras avaient des absidioles à l'époque Romane.
 
Le clocher est carré, il s'élève au-dessus de la croisée du transept et se termine par une flèche octogonale.
 
Le choeur donne sur une abside en hémicycle. L'église conserve une crypte sous le choeur avec le tombeau de Saint Phalier, elle est issue de l'édifice du XIIème siècle.




Arrondissement de Chateauroux
 

Arrondissement de Châteauroux

Après Châteauroux, chef-lieu du Département de l'Indre, et Déols qui lui est attenant, la visite de l'arrondissement s'effectue du Sud vers le Nord.
 
Il comporte quelques communes le long de la Creuse: Argenton sur Creuse et le site d'Argentomagus qui est sur le territoire de Saint Marcel
 
Ensuite le parcours suit la Vallée de l'Indre, d'Ardentes à Buzançais puis Châtillon sur Indre.
 
On rejoint ensuite vers l'Est Levroux puis Bouges le Château, on revient à Ecueillé puis Luçay le Mâle et Valençay avec son château.
 
Le parcours s'achève avec Villentrois et tout à fait au Nord Chabris qui est sur le Cher.
 
Arrondissement de Chateauroux
 
 
Châteauroux   Déols   Argenton sur Creuse   Argentomagus   Saint Marcel
 
Ardentes     Buzançais     Argy      Pellevoisin  
 
Saint Genou    Palluau    Clion (Isle-Savary)    Châtillon sur Indre    
 
Levroux     Bouges le Château     Ecueillé     Luçay le Mâle    
 
Veuil     Vicq sur Nahon     Valençay     Villentrois    
 




Arrondissement de La Châtre
 

Arrondissement de La Châtre

L'arrondissement de La Châtre est structuré par l'Indre, mais une partie est aussi parcourue par la Creuse.
 
L'Indre pénètre dans le département près de Sainte Sévère puis rejoint La Châtre avec le souvenir de George Sand en particulier à Nohant et Vicq. Au delà l'Indre traverse Mers sur Indre.
 
A quelques kilomètres à l'Ouest de La Châtre se situe le château de Sarzay.
 
Carte de l'arrondissement de La Châtre
 
Tout au Sud de l'arrondissement, Aigurande est à la limite du Département de la Creuse. En remontant vers le Nord et en suivant la Bouzanne on passe à Cluis, Neuvy Saint Sepulchre qui possède une église remarquable et Lys Saint Georges.
 
La Creuse rentre dans l'arrondissement juste après Crozant avec Chambon puis Eguzon-Chantôme et Gargilesse.
 

 
Sainte Sévère   La Châtre   Sarzay   La Vallée Noire   Lourouer-St Laurent   Nohant et Vicq   Mers  
 
Aigurande     Cluis     Neuvy Saint Sepulchre     Lys Saint Georges    
 
Chambon     Eguzon-Chantôme     Gargilesse    
 




Librairie

Vous pouvez acheter des livres sur   le Blésois-Sologne, Paris, le Val de Loire, le Maine, l' Anjou, le Pays Chartrain, l' Orléanais-Berry, le Poitou, et les Charentes ainsi que des ouvrages plus spécialisés sur l'Histoire de France et les Chateaux de la Loire, le Moyen-Age, les Chateaux-Forts, les Cathédrales, les Abbayes et l'Art Gothique.

La Librairie de FranceBalade vous permet d'acheter des Livres sur la Rome Antique, la Provence et la Cote d'Azur, les Régions du Sud-Est, les Régions du Nord-Ouest, les Régions de l'Est et du Nord et les Régions du Sud-Ouest de la France.
Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques. Pour vous distraire voici les Abums Tintin et les Albums Astérix. L'accés à la Librairie en ligne se trouve en bas de page.






Arrondissement de Le Blanc
 

Arrondissement du Blanc

L'arrondissement du Blanc est structuré par une zone d'étangs, la Brenne et deux rivières, la Creuse et la Claise.
 
En commençant par la partie Sud la première visite est pour Saint Benoit du Sault qui est un village de caractère. Vers l'Ouest Chaillac conserve les ruines du château de Brosse. En continuant vers le Nord-Ouest on arrive à Prissac, Bélâbre puis Ingrandes à la limite du Poitou.
 
La Creuse pénètre dans l'arrondissement près de Saint Gaultier puis rejoint Le Blanc en passant par Ciron-Romefort et Ruffec le Château.
 
Au-delà du Blanc, la Creuse passe près de l'Abbaye de Fontgombault puis à Tournon Saint Martin aux portes de la Touraine.
 
Carte de l'arrondissement du Blanc
 
Au Nord la Claise, qui est un affluent de la Creuse, traverse la Brenne.
 
Une partie de l'Ouest de l'arrondissement du Blanc proche de la Claise était jadis dans la Province de Touraine, ainsi Mézières en Brenne, Azay le Ferron et Martizay.
 
Les liens de la région avec sa voisine du Nord-Ouest sont donc forts et anciens. A titre d'exemple le château d'Azay le Ferron appartient à la ville de Tours.
 
 
 
Saint Benoit du Sault     Chaillac et Brosse     Prissac     Bélâbre     Ingrandes    
 
Saint Gaultier     Ciron-Romefort     Ruffec le Château     Le Blanc    
 
Abbaye de Fontgombault     Tournon Saint Martin    
 
La Claise     La Brenne     Mézières en Brenne    Paulnay     Azay le Ferron    Martizay
 
 



Berry d'antan: Scènes de la vie quotidienne   de Bernard Daniel --    ISBN : 2908670259

Moeurs et coutumes en Berry au XVIIIème siècle   --    ISBN : 2908670526

Berry des traditions et superstitions   (10 septembre 2002) de C. Seignolle -- Broché --    ISBN : 2911272528

Contes traditionnels du Berry
de Solet -- Broché --  ISBN : 284113573X




Découvrir :
La France     Les Cathédrales   L'Art Roman   Les Abbayes   Le Mont Saint Michel     Histoire de France  
 
Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans   L'Anjou   Angers   Saumur   Saumurois      Le Poitou   Poitiers   Poitou Roman   La Vienne (86)   Deux-Sèvres
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux  Issoudun  La Châtre  Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne  Creuse  Corrèze  Limousin Roman   Auvergne  Allier  Puy de Dôme  Cantal  Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


     Avec Google


Hôtel en Italie     Hôtel dans les Alpes     Hôtel en France     Hôtel en Europe     Hotel en Espagne    Autres Pays

Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Europe :
Paris   Nice   Lyon   Londres   Edimbourg   Dublin   York   Rome  Florence   Venise   Milan   Naples   Sicile
Barcelone   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Bruges   Berlin   Munich   Francfort   Prague