Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Europe   Royaume-Uni   Allemagne   Benelux   Italie   Espagne Portugal   Grèce  
 
Poitiers   Niort   Saintes   Angoulême   La Roche s/Yon   Limoges   Parthenay   La Rochelle

Limoges et le département de la Haute-Vienne (87)

Votre Hôtel :  Limousin     Haute-Vienne   Limoges   Saint-Junien       Corrèze   Brive  Tulle
 
Creuse      Guéret      Aubusson
 
Vous etes ICI : Accueil > France > Limoges et le département de la Haute-Vienne (87) 
 
Le département de la Haute-Vienne
 
La Haute-Vienne est un département du centre de la France qui fait partie de la région du Limousin.
 
Le chef-lieu est Limoges, les sous préfectures sont à Bellac et Rochechouart.
 
Le département de la Haute-Vienne
 
Limoges est aussi la capitale du Limousin, c'est une ville dynamique qui en est le centre d'attraction.
 
La Vienne est la rivière qui structure le département. Plus au Nord, la Gartempe délimite des territoires qui se rapprochent du Poitou et du Berrry.
 
L'arrondissement de Limoges est le plus étendu, il recouvre l'essentiel de la partie Est du département avec en particulier les villes d'Eymoutiers et de Saint Léonard de Noblat.
 
Au Sud, jusqu'en 1926 a existé l'ancien arrondissement de Saint Yrieix qui était limitrophe des départements de la Dordogne et de la Corrèze. Depuis il a été inclus dans l'arrondissement de Limoges.
 
L'arrondissement de Rochechouart est sur le flanc Ouest, voisin des départements de la Charente et de la Dordogne. Outre Rochechouart, l'autre ville significative est Saint Junien.
 
Au Nord, l'arrondissement de Bellac est aux marges du Massif central, l'influence du Poitou et du Bas-Berry commence à se faire sentir. Les villes principales sont Bellac et Le Dorat.
 

Limoges      Arrondissement de Limoges      Plateau de Millevaches      Eymoutiers      St Léonard de Noblat
 
Le Palais      Limoges      Aixe sur Vienne      Solignac
 
Ancien Arrondissement de Saint Yrieix     Saint Yrieix      Le Chalard      Chalus     
 
Arrondissement de Rochechouart     Rochechouart      St Junien      Chaillac      Montbrun     
 
Arrondissement de Bellac     Bellac      Le Dorat      Blond et Mortemart     
 

 
Visitez le Limousin                Visitez la Creuse (23)                Visitez la Corrèze (19)
 
Découvrez le Limousin Roman                     Visitez l'Aquitaine           Visitez la Dordogne
 
Département de l'Indre (36)       Châteauroux      Issoudun       La Châtre       Le Blanc
 
 



Réservez votre Hotel :   Val de Loire et Cote Atlantique    Nantes   Poitiers   Les Sables d'Olonne   Parthenay   Niort  
La Rochelle   Ile d'Oléron   Rochefort   Limoges   Angoulême   Saintes  Perigueux   Bordeaux   Libourne   Arcachon  


     Avec Google


Limoges: maisons anciennes et fontaine des Barres

Limoges

Limoges est une ville disposée en amphithéâtre sur la rive droite de la Vienne. Son origine est ancienne puisqu'elle était la capitale de la tribu Gauloise des Lemovices avec le nom de Rita. A la fin du Ier siècle, à l'époque Romaine, elle prend le nom de Augustoritum, elle est un carrefour entre la Loire et la Garonne. Le christianisme y est implanté dès le IIIème siècle par Saint Martial.
 
Limoges: maisons anciennes et fontaine des Barres
 
Elle est dévastée au moment des invasions barbares et en 488 par les Wisigoths qui investissent la région au Sud de la Loire. Elle subit aussi les raids des Normands, en particulier en 849.
Quand elle se relève elle comprend deux quartier bien distincts, la Cité avec la Cathédrale, c'est l'actuel quartier de l'Abbesaille, l'autre quartier (Haute-Cité) se forme autour du château et du monastère bénédictin établi sur le tombeau de Saint Martial qui attire de nombreux pélerins, c'est la partie dynamique de Limoges.
 
Au début du Haut Moyen-Age, à l'époque Mérovingienne, Limoges est doté d'un atelier monétaire où se forme Saint Eloi qui a contribué à la formation de l'école d'orfévrerie de la ville.
Des vicomtes relevant du comtes de Poitou y sont nommés à partir du IXème siècle. Pendant une longue période Limoges est divisée par les conflits entre les vicomtes, les abbés de Saint Martial et les évêques. Pour autant la ville s'enrichit et ses artisans sont connus pour la qualité de leur travail de l'émail.
 
La ville est ravagée par les Anglais du Prince Noir, en 1370, pendant la première partie de la Guerre de Cent Ans. Elle est également endommagée pendant les Guerre de Religion, en 1589, par l'armée royale du duc d'Epernon.
 
Au XVIème siècle la vicomté appartient à la maison d'Albret, elle est rattaché au domaine royal en 1601, sous Henri IV. Au XVIIème siècle, le Limousin est administré par un intendant célèbre, Turgot, il développe l'industrie de la porcelaine et fait construire deux beaux édifices, le Présidial et un nouveau Palais Episcopal.
 
Au moment de la Révolution Française, l'abbaye Saint Martial est vendue et endommagée, la Place de la République actuelle est sur son emplacement. Au XIXème siècle, Limoges s'industrialise avec les fabriques de porcelaine et de chaussures.
 
Au Moyen-Age, la ville était protégée par des remparts. Ils ont été abattus au XVIIIème siècle et remplacés par des boulevards.
L'ancienne cité, avec la Cathédrale Saint Etienne, est juste au dessus de la Vienne. Au-dessus se trouve le centre commercial de la ville avec le château des vicomtes de Limoges et l'Abbaye Saint Martial.
 
Les Halles de Limoges
Les Halles de Limoges
 

La Cathédrale Saint Etienne

Cathédrale Saint Etienne de Limoges
Cathédrale Saint Etienne de Limoges
 
La Cathédrale Saint Etienne a été construite sur un Puy en hauteur au-dessus de la Vienne. Le site était le siège de la Cité qui était protégée par des murailles, c'est là que la population s'est regroupée au moment des invasions barbares du Vème siècle.
La première cathédrale était de style Roman, il en subsiste la crypte et la base du clocher. Elle a été remplacée à partir de 1273 par une nouvelle cathédrale de style Gothique, ce qui est peu fréquent au Sud de la Loire.
 
La construction a été très longue, le choeur a été achevé en 1327, les deux premières travées de la nef ont été commencées à la fin du XVème siècle et n'ont été finalisées qu'à la fin du XIXème siècle. A l'intérieur de cette nef se trouve un jubé Renaissance. Le portail Nord (Saint-Jean) a été réalisé de 1516 à 1530, il est de style Gothique flamboyant.
 
A l'origine le clocher était séparé de la nef, il n'y a été raccordé qu'au XIXème siècle. Il a été renforcé au XIVème par un massif de maçonnerie à sa base car il menaçait de s'effondrer. Le dernier étage de ce clocher est octogonal.
 
Cathédrale Saint Etienne de Limoges: Nef et Choeur   Cathédrale Saint Etienne de Limoges: Nef et Choeur
Nef et Choeur                   Cathédrale Saint Etienne de Limoges                         Chevet
 
 

Le Pont Saint Etienne sur la Vienne

Limoges: Cathédrale Saint Etienne et Pont Saint Etienne sur la Vienne
Limoges: Cathédrale Saint Etienne et Pont Saint Etienne sur la Vienne
 
Le Pont Saint Etienne sur la Vienne a été construit au XIIIème siècle pour doubler le vieux pont Saint Martial situé plus en aval. C'est le pont d'où partaient les routes vers Clermont-Ferrand et Toulouse.
Sur la rive droite, le pont était encadré par les maisons des laveuses qui assuraient, jusqu'au début du XXème siècle, la lessive de la bourgeoisie de la ville. Sur la rive gauche, le Clos Sainte-Marie était un quartier populaire avec de nombreuses auberges.
 
Pont Saint Etienne sur la Vienne
Pont Saint Etienne sur la Vienne
 
 

Votre Hôtel à Limoges   
 



Limoges, crypte Saint-Martial
de Monum -   Guides Archélogiques de France -    ISBN : 285822434X

Le corps de Saint Martial, premier évêque de Limoges, a été inhumé, selon la coutume dans une nécropole située à l'extérieur de la cité.
 
Le tombeau de Saint Martial est devenu le lieu d'une importante dévotion et il a donné progressivement naissance à un pélerinage.
 
Au IXème siècle, l'Abbaye Saint Martial de Limoges est réputée, prospère et dirigée par de grands Abbés. Du XIème au XIIIème siècle elle étend son influence sur tout le Sud-Ouest de la France.
 
L'Abbaye a été rasée au XIXème siècle.






Abbaye Saint-Martial de Limoges, Mille Ans d'Histoire
de Marguerite-Marie Ippolito -    ISBN : 229613923X

L'auteur, Limousine de coeur, a donné vie au souvenir de l'abbaye de Saint-Martial de Limoges, aujourd'hui disparue, alors qu'elle fut, du IXe au XIIIe siècle, grande par son pouvoir de la prière, sa puissance politique et " humanitaire ", sa création musicale, architecturale, littéraire et artistique (émaux, enluminures).
 
Elle déclina entre les XIVe et XVIIe siècles et disparut à la fin du XVIIIe siècle.
 
Il n'en reste aujourd'hui que le souvenir... et le fonds très riche des manuscrits conservé à la Bibliothèque nationale de France.







Cartes Archéologiques de la Gaule

 
 
Voies Romaine en Gaule: la traversée du Limousin

 
La Haute-Vienne 87      La Creuse 23      La Corrèze 19
 
Le Cher 18     L'Indre 36     Indre et Loire 37
 
Les Deux-Sèvres 79     Charente 16      Charente-Maritime 17/1     Saintes 17/2

 
Plus de Cartes Archéologiques sur la Gaule
 
 

 

Guides Archéologiques de la France

 
Argentomagus: Oppidum gaulois, agglomération gallo-romaine et musée de Françoise Dumasy-Mathieu      
 
Sanxay : sanctuaire gallo romain de P. Aupert
 
Saintes antique : sanctuaire gallo romain de Louis Maurin et Marianne Thauré
 
Limoges antique de Jean-Michel Desbordes           
 
Plus de Guides Archéologiques de la France
 
 







L'arrondissement de Limoges
 

L'arrondissement de Limoges

L'arrondissement de Limoges est traversé par la Vienne qui commence sa course sur le Plateau de Millevaches.
Elle passe ensuite à Eymoutiers, reçoit les eaux de la Maulde et arrive à Saint Léonard de Noblat.
 
L'arrondissement de Limoges
 
La Vienne se dirige ensuite vers Limoges, elle reçoit les eaux de la Briance et arrive à Aixe sur Vienne puis Saint Yrieix sous Aixe et Saint Victurnien avant de quitter l'arrondissement et passer dans celui de Rochechouart.

 

 
Plateau de Millevaches      Eymoutiers      vallée de la Maulde
 
Lac de Vassivière      Peyrat le Château      St Léonard de Noblat
 
Ambazac    Le Palais    Limoges    Aixe sur Vienne    St Victurnien
 
La Briance     Solignac     Le Vigen     Chalusset     Pierre-Buffière
 
 


Le Plateau de Millevaches et son réseau hydrologique

Le Plateau de Millevaches

Le Plateau de Millevaches (on dit aussi La Montagne) se situe à l'Ouest du Massif Central. Il s'étend sur plusieurs départements: principalement la Corrèze, la Creuse et la Haute-Vienne. Il culmine à 1000 mètres d'altitude au Mont Bessou et au Puy Pendu.
 
                                    Le Plateau de Millevaches et son réseau hydrologique
La Vienne est en bleu, la zone blanche est à environ 1000 m d'altitude, la rose au-dessus de 500m, la jaune de 200 à 500m

 
Ce plateau est peu peuplé, il a pendant longtemps été une terre d'émigration. Il est recouvert essentiellement de forêts et de paturages. En même temps il constitue une des plus grandes réserves naturelles d'eau en France car il reçoit des précipitations abondantes.
 
Plusieurs rivières y prennent leur source, entre autres: la Corrèze, la Vézère, la Creuse et la Vienne.
 
La Vienne y prend sa source dans une combe marécageuse, au pied du Signal d'Audouze à une altitude d'environ 900 mètres d'altitude, près du village de Millevaches. Elle commence en pente douce dans une vallée aux flancs evasés. Ensuite, à son arrivée dans le département de la Haute- Vienne, entre Nedde et Eymoutiers elle passe dans des gorges étroites.
 


La Vienne
Après un trajet d'une vingtaine de kilomètres dans le département de la Corrèze, la Vienne pénètre dans le département de la Haute-Vienne près de Eymoutiers.
 
Elle reçoit les eaux de la Maulde une dizaine de kilomètres avant Saint Léonard de Noblat. Elle remonte vers le Nord-Ouest et forme un coude dont la pointe est à Saint-Priest-Taurion, à la confluence avec le Taurion, le fleuve se dirige alors au Sud-ouest vers Le Palais sur Vienne et Limoges.
 
Limoges est la plus grande ville traversée par la Vienne qui rejoint ensuite Aixe sur Vienne puis Saint Junien.   Rochechouart est alors à moins du dix kilomètres du fleuve.
 
Elle quitte la Haute-Vienne une dizaine de kilomètres au-delà pour rentrer dans le département de la Charente.
 

Votre Hôtel dans le département de la Haute-Vienne   
 


Eymoutiers

Vue de la Vienne à Eymoutiers
Vue de la Vienne à Eymoutiers (photographie du début du XXème siècle)
 
Eymoutiers est une petite ville d'un peu plus de 2000 habitants implantée sur une butte granitique au-dessus de la Vienne. Elle s'est développée à partir du VIIème siècle autour d'une église, puis d'un monastère, implantés sur le tombeau d'un saint ermite, Psalmet.
 
Située dans une région d'élevage d'ovins et de bovins, Eymoutiers possède un marché important et bénéficie de la présence de la Vienne. La ville a eu très tôt, dès le XIème siècle, une activité basée sur les métiers de la peau: tanneurs, chaussures, etc. Cette activité est restée significative jusqu'au début du XXème siècle avec une apogée aux XVIIème et XVIIIème siècles.
 

L'église Saint Etienne d'Eymoutiers

Eglise Saint Etienne d'Eymoutiers     Portail sur le bras Sud du transept de l'église Saint Etienne d'Eymoutiers
Eglise Saint Etienne d'Eymoutiers: clocher et premières travées de la nef                                           Portail sur le bras Sud du transept
 
A l'origine l'église Saint Etienne est une Collégiale (dirigée par un chapitre de Chanoines) qui a été construite à partir du XIème siècle. Elle a été endommagée au moment de la Guerre de Cent Ans puis restaurée au XVème siècle, d'où la présence de parties Romanes et de parties Gothiques.
 
Le clocher (qui s'élève à 35 mètres de hauteur) avec son porche et les premières travées de la nef sont de style Roman, les dernières travées de la nef et le choeur sont de style Gothique, cette partie de la nef est dotée de collatéraux. Le choeur est éclairé par quinze hautes fenêtres avec de beaux vitraux réalisés au XVème siècles.
Le portail d'entrée est sur le bras Sud du transept, il est du XIIème siècle. Le clocher a été consolidé au XVIIème siècle et au début du XXème siècle.
Le trésor de la collégiale comporte une croix reliquaire du XIIIème siècle, elle est ornée d'émaux.
 
Maisons anciennes
Eymoutiers conserve de nombreuses maisons anciennes comme la Maison Romanet, celle du Maître Tanneur dans le faubourg de de Farges et d'autres rue Gabriel Péri. Les bâtiments de l'ancien couvent des Ursulines sont devenus l'Hôtel de Ville.
 
Restes de l'ancien château d'Eymoutiers
 

Histoire

Au Moyen-Age, la ville est un fief de l'évêque de Limoges, elle est protégée par un château (cf photo ci-contre) puis par des remparts.
 
Restes de l'ancien château d'Eymoutiers
 
A la Renaissance, Eymoutiers adopte la religion réformée et devient une place forte des Protestants. Ceci lui vaut d'être endommagée au moment des Guerres de Religion dans la seconde partie du XVIème siècle.
 
Elle commence à être en partie désenclavée en 1786 avec la construction de la route Limoges - Clermont-Ferrand par Bort les Orgues. A partir de 1883, la ville a été desservie par le Chemin de fer à partir de Limoges. Corrélativement ceci accentue l'émigration qui frappe toute la région aux XIXème et XXème siècles.
 
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Eymoutiers et sa région faisaient partie de la zone d'action des FTP de Georges Guingouin contre l'occupation Allemande. Celui-ci a organisé un mouvement de résistance dès juillet 1940 dans le secteur d'Eymoutiers, de Saint Léonard de Noblat, de Châteauneuf la Forêt et de Saint Germain les Belles. Il engage la lutte armée dès octobre 1941. En 1944 il est le chef des FFI du Limousin et s'empare de Limoges en août 1944.
Georges Guingouin a été Maire de Limoges de 1945 à 1947.
 



Le Petit Futé Limousin
de Dominique Auzias -    ISBN : 274693115X







Limousin Berry
de Guide Vert -    ISBN : 2067154095




 
Histoire du Limousin et de la Marche
de Désiré Brelingard - Que Sais-Je? n° 441 -  
 






La vallée de la Maulde

La Maulde est une rivière qui prend sa source sur le Plateau de Millevaches dans le département de la Creuse. Elle contribue au lac de Vassivière qui est partagé entre le département de la Creuse et celui de la Haute-Vienne. Au débouché de ce lac, la Maulde rejoint la petite ville de Peyrat le Château.
 
Au-delà, elle se dirige vers l'Ouest ou elle est régulée par une série de huit petits barrages (Mont-Larron, Martineix, Fleix, l'Artige, etc) jusqu'à sa jonction avec la Vienne au Prieuré de l'Artige, en amont de Saint Léonard de Noblat. Ce Prieuré a été fondé au XIIème siècle et abandonné au moment de la Révolution Française.
 


Le lac de Vassivière

Panorama sur une partie du lac de Vassivière
Panorama sur une partie du lac de Vassivière
 
Carte du lac de Vassivière
 
Le lac de Vassivière s'étend sur une superficie de près de 1000 hectares. C'est une création artificielle pour produire de l'énergie hydroélectrique.
 
Pour ce faire, un barrage est établi sur la Maulde et tout un dispositif complémentaire est créé pour l'alimenter suffisamment en eau. Il a été mis en service en 1951.
 
En complément, plusieurs bases nautiques ont été installées sur ses rives.
 
Le lac est entouré de collines boisées comme le montre les photos ci-dessus et ci-dessous et il est constitué en fait de plusieurs retenues d'eau interconnectées.
 
Carte du lac de Vassivière
 
Plusieurs villages se situent sur ses marges. En commençant par l'Ouest, Nedde, Beaumont du Lac, Peyrat le Château et Eymoutiers.
 
Au Nord, Saint Martin-Châyeau, Royère de Vassivière (avec à l'Est le lac de Vaud-Gelade) et côté Est Gentioux-Pigerolles et Faux la Montagne (avec le lac de Faux).

 
Panorama sur une partie du lac de Vassivière
Panorama sur une partie du lac de Vassivière
 


Peyrat le Château

Panorama sur l'étang et le donjon de Peyrat le Château
Panorama sur l'étang et le donjon de Peyrat le Château
 
Peyrat le Château est une petite ville située à une trentaine de kilomètres à l'Est de Saint Léonard de Noblat et à dix kilomètres au Nord d'Eymoutiers.
 
Elle est située au bord d'un étang (cf photo ci-dessus) sur les rives duquel subsiste le donjon carré d'un ancien château-fort. A la fin du XIIIème siècle, la ville est devenue le siège d'une seigneurie qui avait été attribuée à un cadet de la famille des sires de Lusignan, ceux-ci étaient également comtes de la Marche.
L'église Saint-Martin a été incendiée à la fin du XIIème siècle puis reconstruite au XIVème, elle est de style Gothique.
 
Panorama sur Peyrat le Château
Panorama sur Peyrat le Château avec l'église, le donjon carré est en haut à gauche
 


Saint Léonard de Noblat

La petite ville de Saint Léonard de Noblat est située à une vingtaine de kilomètres à l'Est de Limoges. Elle est bâtie sur une colline à près de 350 mètres d'altitude, entre la Vienne et des affluents, le Tard et la jonction avec la Maulde est proche.
La ville a conservé une allure médiévale autour de son église Romane. Un boulevard circulaire suit le tracé des anciens remparts. De nombreuses maisons anciennes se situent dans le centre de la ville, certaines remontent au XIIIème siècle, les Maisons de la Tour ronde et de la Tour carrée sont du XVIème siècle.
 
A l'origine, un gué permettait de franchir la Vienne au pied de ce site (au lieu-dit Noblat) et les traces d'un Oppidum Gaulois ont été retrouvés à proximité.
 
Saint Léonard est issu d'une noble famille Franque, il est né vers 494 près de Vendôme. Il séjourne d'abord dans le monastère de Micy près d'Orléans avant de devenir ermite dans le Limousin où il s'installe dans le site qui est devenu Noblat. Il accueille d'anciens captifs pour les réhabiliter par le travail. Il est mort en 559.
Saint Léonard est le patron des prisonniers et des femmes enceintes. Le site est une étape du pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle (Voie de Vézelay).
 
Au IXème siècle, sa sépulture est transférée sur une butte dominant la vallée de la Vienne et son affluent le Tard. Des miracles qui se produisent sur son tombeau attirent de plus en plus de pélerins dont des princes importants comme Bohémond d'Antioche et Richard Coeur de Lion.
Le culte de Saint Léonard s'est répandu en Europe de l'Ouest, de nombreux villages en France, en Italie, en Belgique, en Angleterre et en Allemagne portent son nom.
 
Progressivement un bourg se développe autour de la sépulture de Saint Léonard. Un château a été édifié en hauteur autour de l'An Mil pour protéger le gué. Une église significative est construite au milieu du XIème siècle. Au XIIème siècle, la ville se protège avec des remparts. Ils entourent alors le quartier religieux et administratif autour de la collégiale et le quartier des artisans et marchands autour de la halle.
Plusieurs confréries de pénitents s'y sont implantées pendant l'Ancien Régime, elles sont supprimées au moment de la Révolution Française.
 
L'activité économique s'appuyait sur des tanneries, des moulins à papier et surtout des fabriques de porcelaine.
Saint Léonard comptait environ 5000 habitants au milieu du XVIIIème siècle, ce qui en faisait la deuxième ville du Limousin après Limoges. Elle conserve plusieurs maisons et édifices anciens.
 
Saint Léonard est la patrie du célèbre physicien Gay-Lussac qui y est né en 1778, il a découvert en particulier la loi de dilatation des gaz.
 

La Collégiale Saint Léonard

Eglise Romane de Saint Léonard de Noblat   Eglise Romane de Saint Léonard de Noblat
Eglise Romane de Saint Léonard de Noblat
 
La Collégiale Saint Léonard est inscrite au Patrimone Mondial de l'Unesco au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle.
 
De l'édifice du XIème siècle il subsiste les travées de la nef et le transept. Le choeur et le déambulatoire est de la fin du XIIème siècle, ce déambulatoire dessert sept chapelles voutées en cul-de-four (cf photo ci-contre), les deux chapelles aux extrémités débordent légèrement les bras du transept. Le choeur possède aussi des stalles intéressantes.
En 1603 se produit un écroulement des parties hautes du choeur, il est reconstruit avec des consolidations qui ont modifié son aspect.
A l'Ouest, la façade d'origine était Romane, elle a ensuite été dotée d'un portail Gothique ogival avec de nombreuses voussures et encadré par deux niches trilobées à colonnettes, au-dessus se situe une grande fenêtre de même style (cf photo ci-dessous à droite).
Une chapelle est située entre le clocher et le croisillon Nord du transept, elle est aménagée en baptistère, elle a été restaurée en 1880.
 
Saint Léonard de Noblat: Clocher de la Collégiale et maisons anciennes   Saint Léonard de Noblat: Clocher de la Collégiale   Saint Léonard de Noblat: Façade de la Collégiale
Clocher de la Collégiale et maisons anciennes                     Clocher de la Collégiale                                     Façade de la Collégiale        
 
Une Tour carrée servant de porche est élevée sur le côté Nord, elle est endommagée par la foudre en 1270, elle est reconstruite et relevée de deux étages avec une flèche de pierre de style ogival s'élevant à 52 mètres de hauteur. Au final, le clocher comporte 3 étages carrés qui sont surmontés de 3 étages octogonaux (cf photo ci-dessus au centre). Ces étages possèdent des ouvertures en plein cintre, elles ont été restaurées à la fin du XIXème siècle.
 

Votre Hôtel à Saint Léonard de Noblat   
 

En savoir plus sur:     Les Cathédrales médiévales       Les Abbayes médiévales       L'Architecture religieuse Médiévale      
 
Le Mont Saint Michel       La Cathédrale de Chartres       Eglises Romanes du Poitou

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts
 



La vallée du Taurion

La Taurion est une rivière qui prend sa source dans le département de la Creuse près de Pontarion. La rivière est équipée de plusieurs barrages, en descendant le cours: barrages de de la Talamie, de l'Etroit, de Saint Marc et de Chauvant. A signaler le Pont du Dogon, au bas du village de Saint Laurent les Eglises.
Le Taurion passe à 5 kilomètres au Sud d'Ambazac puis rejoint la Vienne en amont du Palais sur Vienne à Saint Priest-Taurion.
 


Ambazac et les Monts d'Ambazac

Panorama sur Ambazac
Panorama sur Ambazac
 
Ambazac est une petite ville qui est située à moins de 20 kilomètres au Nord-Est de Limoges. Elle est à 380 mètres d'altitude
L'église a été construite au XIIème siècle et remaniée au XVIIème. On y trouve une chasse-reliquaire de cuivre ornée de pierreries et d'émaux issue du trésor de l'Abbaye de Grandmont.
Cette abbaye importante était le siège de l'Ordre de Grandmont, elle était installée à Grandmont près de Saint-Sylvestre à 5 kilomètres d'Ambazac, les bâtiments en ont été démolis au début du XIXème siècle, il ne reste que des ruines.
 
La rivière le Taurion passe dans des gorges profondes et traverse le Sud de la commune d'Ambazac avant de rejoindre Saint Priest-Taurion où elle se jette dans la Vienne.
 
Au Nord du village, les Monts d'Ambazac ont pour point cuminant le Puy de Sauvagnac qui s'élève à 700 mètres d'altitude, ils sont recouverts de forêts. Des mines d'uranium y ont été en exploitation pendant la seconde partie du XXème siècle.
 





Le Palais sur Vienne

Le Palais sur Vienne   Le Palais sur Vienne
Le Palais sur Vienne
 
Le Palais sur Vienne est une petite ville qui est à moins de dix kilomètres à l'Est de Limoges. Son nom est issu de la présence d'un palais à l'époque Carolingienne. Louis I le Pieux y séjournait quand il était roi d'Aquitaine.
Pendant l'occupation Allemande, en 1943, le Résistant FTP Georges Guingouin endommagea sérieusement une usine de caoutchouc implantée au Palais et qui était vitale pour les Allemands.
 
L'église (cf photo ci-dessus) est d'époque Romane.
 


Aixe sur Vienne

Aixe sur Vienne est à une quinzaine de kilomètres au Sud-Ouest de Limoges, elle est principalement implantée sur la rive gauche de la Vienne. En même temps c'est là qu'un petite rivière l'Aixette rejoint la Vienne.
 
L'origine de la ville est due de la présence d'un gué sur la Vienne et un pont y est construit dès l'époque Romaine. Un château y a été élevé autour de l'An Mil, il dépendait des vicomtes de Limoges. A cette époque, un pont est également réalisé et un bourg se constitue autour de ces deux constructions. Il est ensuite protégé par des remparts.
 
Au milieu du XVIème siècle, Aixe sur Vienne passe dans les domaines de la famille de Rochechouart.
La ville s'est développée aux XIXème et XXème siècles grace à l'industrie du kaolin qui sert à la fabrication de porcelaines.
 
Eglise Sainte Croix d'Aixe sur Vienne  Eglise Sainte Croix d'Aixe sur Vienne
Eglise Sainte Croix d'Aixe sur Vienne
 
L'église Sainte-Croix est du du XIIIème siècle, à la fois Romane et Gothique, dans la nef les trois travées sont voûtées d'ogives, elles datent du XVIème siècle. La ville conserve quelques maisons médiévales et du XVIème siècle.
 


Saint Yrieix sous Aixe

Saint Yrieix sous Aixe est à une dizaine de kilomètres au Nord-Ouest de Aixe sur Vienne, elle est implantée sur la rive Sud de la Vienne.
 
L'église de Saint Yrieix sous AixeNef de l'église de Saint Yrieix sous Aixe
L'église de Saint Yrieix sous Aixe
 
L'église d'origine a été construite au XIIème siècle, en style Roman, la nef faisait alors moins de 7 mètres de largeur. Il en reste des éléments au chevet et sur la façade qui est surmontée d'un pinacle à deux baies.
L'église a été transformée à la fin du XVème siècle, elle possède deux nefs parrallèles avec chacune deux travées, elles sont voûtées d'ogives.
 


Saint Victurnien sur Vienne

La Vienne à Saint Victurnien
La Vienne à Saint Victurnien
 
Portail de l'église de Saint Victurnien
 
Saint Victurnien est un village à une douzaine de kilomètres à l'Ouest de Limoges, elle est principalement implantée sur la rive Nord de la Vienne.
 
Son nom rappelle un ermite qui vivait en cet endroit au Vème siècle et sur le tombeau duquel s'est développé un pélerinage.


 
Au début du Moyen-Age une chapelle est édifiée le long de la Vienne (cf photo ci-dessus) près du tombeau du saint et un bourg se forme autour.
 
Cette chapelle est agrandie et devient une église au XIIIème siècle, des travaux complémentaires sont réalisés au XIVème siècle.
 
Le portail de l'église est en arc brisé avec trois voussures qui retombent sur des chapiteaux sculptés.
 
Une dalle de granit à l'arrière de l'autel forme un retable avec des peintures sur le thème de la mort du Christ.
 
Portail Sud de l'église de Saint Victurnien
 



 






La vallée de la Briance

La Briance est une rivière qu prend sa source au Mont Gargan à la limite du département de la Corrèze. Son premier affluent est la Petite Briance qui provient des environ de Saint Germain les Belles. La vallée de la Briance est assez représentative du paysage Limousin avec ses pentes recouvertes de taillis et ses prairies.
 
La Briance rejoint la Vienne entre Limoges et Aixe sur Vienne. Elle passe notamment à Pierre-Buffière et à Solignac.
 


Le Pont Rompu

La voie Romaine entre Limoges et Périgueux franchissait la Briance au Pont Rompu, qui est un pont médiéval (XIIIème siècle) deux kilomètres à l'Ouest de Solignac. La voie a été utilisée pendant tout le Moyen-Age et en particulier par les pélerins qui se rendaient de Limoges à Saint Jacques de Compostelle.
 
Le pont présente un léger dos d'âne avec quatre arches. Il dispose de becs face au courant et de contreforts à l'arrière ce qui lui permet de résister lors des fortes crues. Pour autant les crues de 1993 l'ont endommagé, il a été réparé depuis.
 
Pont Rompu sur la Briance en aval de Solignac
Pont Rompu sur la Briance en aval de Solignac
 


Solignac

Solignac est une petite ville à une dizaine de kilomètres au Sud de Limoges, elle est située sur la rive droite de la Briance. La ville est ancienne, elle portait le nom de Solemniacum à l'époque Gallo-Romaine.
Elle s'est ensuite reconstituée et développée autour de l'abbaye qui a été fondée au Haut Moyen-Age. La ville conserve plusieurs maisons anciennes.
Au bas du village un pont du XIIème siècle franchit la Briance, il est à dos d'âne avec quatre arches, avec des becs face au courant et contreforts à l'arrière (cf photo ci-dessous).
 
Pont médiéval sur la Briance à Solignac
Pont du XIIème siècle sur la Briance à Solignac
 

Abbaye de Solignac

Eglise abbatiale de Solignac
Eglise abbatiale de Solignac, vue du côté Nord, la base du clocher est bien souligné par le décrochage de la toiture
 
Une Abbaye y a été fondée en 631 par Saint Eloi, le conseiller de Clotaire II puis de Dagobert, à l'époque Mérovingienne, c'est cette abbaye qui est le berceau de l'orfèvrerie limousine. Saint Eloi y fait venir le premier abbé, Saint Remacle, qui devient par la suite évêque de Maestricht.
 
L'église de Solignac est un des plus beaux édifices à coupoles de France. Elle est construite en granit.
 
Histoire
Gravure ancienne de l'abbaye de Solignac     Plan de l'église de Solignac
                        Gravure ancienne de l'abbaye de Solignac                                                                                     Plan de l'église avec la position des coupoles
 
Le monastère semble avoir souffert au VIIIème siècle des incursions Arabes, il est réparé au début du IXème siècle. Il est pris par les Normands vers 860 et incendié, il semble avoir à nouveau été endommagé à la fin du IXème siècle. En 922, le roi Charles III le Simple attribue 16 églises à l'abbaye de Solignac qui semble très liée à celle de Fleury sur Loire.
 
Aux Xème et XIème siècles, l'abbaye est très riche ce qui lui permet d'engager les travaux de reconstruction du monastère et de l'église.
 
En effet, les bâtiments de l'abbaye ont été endommagés au moment de la Guerre de Cent Ans, ainsi en 1388 le choeur de l'église est incendié. Puis en 1568, pendant les Guerres de Religion, une armée protestante pille Solignac et l'abbaye.
 
Le couvent et l'église sont réparés au milieu du XVIIème siècle par les moines de la Congrégation de Saint Maur qui s'y étaient installés.
 
Pourtant une partie du clocher Ouest s'effondre en 1783, vers 1810 un clocher-mur est construit en remplacement.
Après la Révolution Française les bâtiments conventuels sont utilisés pour héberger une fabrique de porcelaine pendant plus d'un siècle, de 1817 à 1932. Ils sont redevenus un monastère depuis les années 1950.
 
Description de l'église
Façade de l'église de Solignac
Eglise de Solignac: intérieur de la nef avec les coupoles
Eglise de Solignac: intérieur de la nef avec les coupoles
 
Les marches en descendant du porche
 
Façade et clocher-mur de l'église de Solignac
 
Les bâtiments sont principalement du milieu du XIIème, ceux de l'église ont été complétés au début du XIIIème siècle. L'église a la forme d'une croix latine, elle est orientée Est-Ouest, sa longueur est de 70 mètres et celle du transept de 38 mètres. La largeur de la nef approche les 15 mètres.
 
La nef
Quand on pénètre dans l'édifice, la nef est en contrebas par rapport à l'entrée et il faut descendre plusieurs marches pour atteindre le sol de cette nef (cf photo ci-contre).
 
                                                                                    Eglise de Solignac: les marches en descendant du porche vers la nef
 
La nef comporte deux travées, elle est large et sans bas-côtés. Cette église possède quatre coupoles hémisphériques d'influence Byzantine sur pendentifs (triangles maçonnés en arc de cercle), deux sur la nef, une sur la croisée du transept et une sur le croisillon Nord. Ces pendentifs reposent sur de gros piliers carrés, les piliers sont reliés les uns aux autres par des arcs en berceau brisé (cf photo ci-dessus). Le bras du transept Sud est plus court, il est voûté en berceau.
 
Bas-relief du croisillon Nord
 
Sculptures du portail du bras Nord du transept
 
Le flanc extérieur Nord de la nef (cf photo au-dessus) est très organisé, le module de base est constitué par une fenêtre en arc ouvert et un arc aveugle trilobé. On compte quatre modules séparés par deux colonnes et un puissant contrefort. La lumière pénètre bien dans l'édifice grace à ces fenêtres.
 
Jadis trois clochers surmontaient l'édifice, il ne subsiste que la base (porche) de celui en avant de la nef qui est légèrement desaxé par rapport à celle-ci. Une reconstruction du XIXème siècle en a fait un clocher-mur (cf photo ci-dessus). Le clocher au dessus du de la croisée du transept a été détruit au XVème siècle (cf la gravure au-dessus).
 
Le portail du bras Nord du transept est surmonté par un bas relief représentant un Christ en majesté très endommagé (cf photo ci-contre).
 
A l'intérieur de la nef, des stalles remarquables ont été réalisées au XVème siècle, à l'origine elles occupaient une bonne partie de la nef avant d'être déplacées au fond de l'abside. Elles représentent des animaux, des personnages fantastiques ou symboliques (cf photos ci-dessous).
Stalles de l'église de SolignacStalles de l'église de SolignacStalles de l'église de Solignac
Stalles de l'église de Solignac
 
Les chapiteaux de la nef comporte des sculptures réalisées pour certaines dans le granit (il est difficile à travailler) et d'autres dans du calcaire. Les sujets représentés sont des animaux et des humains (cf photos ci-dessous).
 
Chapiteau de la nef de l'église de SolignacChapiteau de la nef de l'église de SolignacChapiteau de la nef de l'église de SolignacChapiteau de la nef de l'église de Solignac
Chapiteaux de la nef de l'église de Solignac
 
Choeur de l'église de Solignac
 

Le Choeur
Le choeur comporte sept arcades et trois chapelles rayonnantes, sa coupole est ovale, il est dépourvu de déambulatoire.
 
Là encore les chapiteaux sont sculptés avec des thèmes variés.
 
Deux peintures du XVIIème siècle représentent la tentation de Jésus et son agonie. Les vitraux sont du XVème siècle.

Choeur de l'église de Solignac



 
Fresque murale de Saint Christophe dans l'église de Solignac
 





 
Fresque murale de Saint Christophe
La peinture murale située sur un gros pilier à droite du choeur est du XVème siècle. Elle représente Saint Christophe, patron des voyageurs, qui porte sur ses épaules l'enfant Jésus.
Cette fresque a été offerte par un châtelain du voisinage, Bony de la Vergne, pour rendre grâce à Saint Christophe de sa libération, en effet il avait été capturé par les Mauresques.
 
Son château se situait à Saint Priest Ligoure, à une dizaine de kilomètres au Sud de Solignac. Il est représenté en haut, à droite et à gauche de la peinture et les armoiries de la famille figurent aussi sur cette peinture.
 
Fresque murale de l'église de SolignacFresque murale de l'église de Solignac
Extrait de la fresque murale: Château de Saint Priest Ligoure
 
Sur l'extrait de droite on entrevoit la femme du châtelain qui l'accueille à son retour de captivité.
 
Le Chevet
Le chevet est de style Roman, il est polygonal avec cinq absidioles. Les nombreuses et amples fenêtres avec des arcs en plein cintre assurent un bon éclairage du choeur même si de nombreuses petites arcatures sont aveugles. Il comporte de nombreuses sculptures.
Chevet de l'église de Solignac
Chevet de l'église de Solignac
 
En plus de l'église, l'abbaye de Solignac conserve d'importants bâtiments conventuels du XVIIIème siècle. Elle était protégée par des remparts comme en témoigne l'actuelle rue des Remparts. Au Sud, la Porte Saint Jean (cf photo ci-dessous à gauche) était celle par laquelle les pélerins pénétraient dans le monastère. La Porte Saint Michel était côté Est, elle n'xiste plus mais une peinture en donne une représentation (cf photo ci-dessous à droite).
 
Porte Saint Jean à SolignacPorte Saint Michel à Solignac
                   Porte Saint Jean                       Remparts de l'abbaye de Solignac                         Porte Saint Michel (plaque en céramique de Jacques Abadie)
 

Votre Hôtel à Solignac   
 


Façade de l'église de Le Vigen

Le Vigen

Le Vigen est un petit bourg à un kilomètre à l'Est de Solignac. Il possédait un pont médiéval sur la Briance qui en avait fait de longue date un site de marché, ce pont a été détruit au XIXème siècle.
 
L'église Saint Mathurin a une origine ancienne, elle est sans doute issue d'un oratoire de la fin du VIIème siècle.
 
L'édifice actuel est de style Roman. Il est des XIème et XIIème siècles pour ce qui concerne la nef, le transept et le choeur. .
 
La façade est remarquable et date des XIIème et XIIème siècles, elle comprend un portail surmonté d'un arc en plein cintre avec de nombreuses voussures et un clocher-mur (cf photo ci-contre).
 
L'église a été restaurée à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.

 
Façade de l'église Saint Mathurin de Le Vigen
 



 


Château de Chalusset (Chalucet)

Ruines du château médiéval de Chalusset
Ruines du château médiéval de Chalusset
 
Ruines du château médiéval de Chalucet
 
Le château-fort de Chalusset (ou Chalucet) se situe à un peu plus de cinq kilomètres au Nord de Pierre-Buffière et à un peu plus de dix kilomètres au Sud de Limoges, en hauteur sur un éperon au-dessus du confluent de la Briance et de la Ligoure. Il est sur le territoire de la commune de Saint Jean de Ligoure.
 
Le château a été construit à l'initiative du vicomte et de l'évêque de Limoges vers 1130, il était situé sur les domaines de l'abbaye de Solignac qui en est restée le seigneur éminent.
 
L'édifice est agrandi significativement par Géraud de Maulmont au début du XIVème siècle et devient une des plus puissantes forteresses du Limousin. Il a la forme d'un trapèze, les salles ont conservé des chapiteaux et des amorces de voûtes d'ogives. L'entrée est au milieu de la base inférieure. Le donjon rectangulaire est au centre de l'enceinte de la forteresse.
 
Ce château supérieur est complété par un second château, la Tour Jeannette, qui est, plus bas, sur le confluent de la Briance et de la Ligoure. Le château principal se compose d'une enceinte et d'une tour carrée construites au XIIème siècle. Des ouvrages connectaient ces deux châteaux.
 
Au XIVème siècle, le château de Chalusset dépend du roi de France pendant une courte période puis il est attribué à Henri de Sully, Gouverneur de l'Aquitaine pour ce roi.
 
Château de Chalucet, en bas à droite, sommet de la Tour Jeannette
 
Pendant la Guerre de Cent Ans, le château devient le repaire de bandes armées qui rançonnent le pays alentour.
 
Pendant les Guerres de Religion, il est d'abord une place forte des Protestants, puis il est pris et endommagé par les Catholiques et ensuite démantelé en 1594 sur ordre du roi Henri IV.
 
Depuis 1996, il est devenu la propriété du Conseil Général de la Haute-Vienne qui y a engagé des travaux de restauration pour la remise en valeurs des bâtiments et du site.
 

Votre Hôtel près du château de Chalusset   
 


Pierre-Buffière

Pierre-Buffière: les viaducs (chemins de fer et A20) au dessus de la Briance
Pierre-Buffière: les viaducs (chemins de fer et A20) au dessus de la Briance
 
Pierre-Buffière est une petite ville située sur une colline au-dessus de la Briance, du Blanzou et du Breuilh. La photo ci-dessus montre le viaduc réalisé en 1891 pour la ligne de chemin de fer, au second plan le viaduc de l'autoroute A20 réalisé en 1979. Entre les deux, caché par la verdure, se situe le Pont de l'Ermitage qui remonte au XIIème siècle.
 
Pierre-Buffière a une origine est ancienne puisque on y a retrouvé les traces d'une Villa Gallo-Romaine.
L'église Sainte Croix est du XIIème siècle, elle a été remaniée aux XIIIème, XIVème et XVème siècles.
 
Au Moyen-Age la ville était dominée par un château-fort et entourée de fortifications. Ce château appartenait en 1789 à la famille de Mirabeau.
 
Pierre-Buffière est la patrie du médecin Guillaume Dupuytren qui y est né en 1777, il a laissé son nom à une maladie concernant la rétractation des ligaments de la main.
 

Votre Hôtel à Pierre-Buffière   
 








L'arrondissement de Saint Yrieix
 

L'ancien arrondissement de Saint Yrieix

Le Sud du département est aux portes du Périgord, c'est une région délevage.
 
Jusqu'en 1926, la région autour de Saint Yrieix la Perche a constitué un arrondissement à part entière, il a alors été inclus dans celui de Limoges.
 
Les villes principales sont Saint Yrieix la Perche et Chalus et Saint Germain les Belles.
 
Le château de Montbrun est en fait dans l'arrondissement de Rochechouart, mais sa position géographique fait qu'il également approprié de le présenter ici.
 


 


Saint Yrieix la Perche      Le Chalard      Chalus      Montbrun     
 



 


Saint Yrieix la Perche

Panorama sur Saint Yrieix: la Collégiale et la Tour du Plô
Panorama sur Saint Yrieix: la Collégiale et la Tour du Plô
 
Enclos de Saint Yrieix au XVIIème siècle
 
Saint Yrieix la Perche est une petite ville située à 40 kilomètres au Sud de Limoges. Une petite rivière, la Loue passe en contrebas du bourg.
 
Sur le site existait une villa Gallo-Romaine appelée Attanum.
 
Le nom de Saint Yrieix est issu d'Aredius qui a fondé un monastère à cet endroit au milieu du VIème siècle. La ville s'est ensuite développée autour de ce monastère grace au pélerinage sur les reliques de Aredius, elle était sous la tutelle des vicomtes de Limoges.
 
Au Moyen-Age, le bourg principal forme un enclos religieux entourant le monastère, il subsiste jusqu'au XVIIème siècle. Il est entouré par des faubourgs au Nord et au Sud.
 
Enclos de Saint Yrieix au XVIIème siècle
 
Maisons anciennes dans le centre-ville de Saint Yrieix la Perche
 










 
Certaines belles maisons du centre ancien attestent de la relative prospérité de Saint Yrieix à la fin du Moyen-Age et pendant la Renaissance.
 
Pendant longtemps l'activité économique de la ville a reposé sur les foires aux bestiaux issus des élevages environnants. Corrélativement s'y est constituée une activité de fabrication de chaussures.
 
Au XVIIIème siècle des gisements de kaolin ont été découvert à proximité de Saint Yriex, ce matériau est la base pour la production de porcelaines et ce sont ces gisements qui ont permi le développement de la fabrication de la porcelaine à Limoges et dans plusieurs villes de la région.
 
                                          Maisons anciennes dans le centre-ville de Saint Yrieix la Perche
 
Aredius (Saint Yrieix)
 
Aredius est né vers 510, il est issu d'une grande famille de Limoges, sa mère Pélagie était peut-être parente des Mérovingiens. Il est envoyé en Austrasie, à la cour du roi Théodebert Ier, pour complèter son éducation. Nicet, évêque de Trèves, le prend en charge et Aredius séjourne dans cette vill. Vers 530, il est de retour à Limoges. Il part alors s'établir comme ermite dans une grotte de son domaine d'Attanum (futur Saint Yrieix).
 
Il fonde une communauté religieuse à Attanum et fait construire un monastère avec deux églises: l'une dédiée à Saint Hilaire, l'autre à Saint Julien, avec en plus un oratoire dédié à Saint Maximin.
 
Sa réputation et son prestige attire de nombreuses personnes à son monastère car il est protégé des incessants conflits entre les différents rois Mérovingiens. Il fait la connaissance de Férréol, évêque de Limoges, de la reine Radegonde qui à fondé le monastère de Sainte Croix à Poitiers, de Léonard qui a fondé le monastère de Saint Léonard de Noblat, de Grégoire de Tours qui relate sa vie dans son Histoire ecclésiastique des Francs.
 
Il est mort en 591 et a été inhumé dans l'église Saint Hilaire qu'il avait fondée.

 

La Collégiale

La Collégiale de Saint Yrieix la Perche La Collégiale de Saint Yrieix la Perche
Vue du flanc Sud                                       La Collégiale de Saint Yrieix la Perche                                             Clocher-porche Ouest
 
Le monastère fondé par Aredius est devenu la Collégiale du Moûtier autour de l'An Mil en même temps que se développait le pélerinage sur le tombeau du saint. Aredius avait attribué son monastère à l'Abbaye Saint Martin de Tours qui en a gardé la tutelle jusqu'à la Révolution Française.
 
Plan et réalisation de la Collégiale de Saint Yrieix la Perche
 
L'église collégiale (sous la responsabilité d'un collège de chanoines) a été construite à partir de 1180 sur l'emplacement de l'ancienne église Romane, elle est de style Gothique. L'initiative en revient au doyen du chapitre des chanoines, Bernard de Comborn, issu d'une puissante famille du Limousin.
 
Intérieur de la Collégiale de Saint Yrieix la Perche
Intérieur de la Collégiale: nef et amorce du bras Nord du transept
 
Les travaux commencent par le choeur, il est profond et voûté en ogives, pour autant il n'est finalisé qu'au XIIIème siècle avec les vastes baies dans l'abside.
 
Le transept est commencé par le croisillon (bras) Nord, le croisillon Sud (cf photo ci-dessus à gauche) et son portail ont été réalisés en fin de chantier dans le courant du XIIIème siècle.
 
Le portail sur le bras Sud du transept (cf photo ci-dessus à gauche) est de style Gothique, il est surmonté d'un Christ en majesté réalisé au XIIème siècle.
 
La nef est large mais peu profonde (deux travées: cf photo ci-dessus), elle est voûtée d'ogives. Le plan initial comportait quatre travées mais des difficultés financières et l'intervention de la maison-mère, l'Abbaye Saint Martin de Tours ont limité l'ambition des chanoines.
 
C'est ce qui fait que pour l'essentiel le clocher-porche occidental antérieur, de style Roman (cf photo ci-dessus à droite), est préservé, il est joint à la nouvelle nef. Le portail comporte deux voussures surmontées d'une archivolte. L'avant-dernier étage du clocher est typiquement Roman avec sur chaque face six arcs aveugles trilobés s'appuyant alternativent sur une colonne forte puis une colonne mince (certaines sont manquantes).
 
La Tour du Plô à Saint Yrieix la Perche
 

La Tour du Plô
A proximité de la Collégiale, la Tour du Plô fait une vingtaine de mètres de hauteur avec des murs de deux mètres d'épaisseur. C'est un donjon quadrangulaire dont les contreforts sont plats, elle comptait quatre niveaux. Cette tour dépendait du vicomte de Limoges, pour lequel elle était à la fois un dispositif de protection et de contrôle de la ville.
 
La Tour du Plô à Saint Yrieix la Perche
 







Coussac-Bonneval
La petite ville de Coussac-Bonneval est à une dizaine de kilomètres à l'Est de Saint Yrieix. C'est entre ces deux villes que se situaient les principales carrières de Kaolin à l'origine de la porcelaine de Limoges.
Coussac-Bonneval possède un important château médiéval détenu par la famille de Bonneval, il a joué un rôle important pendant la Guerre de Cent Ans.




 


Le Chalard

Le Chalard est un village à une dizaine de kilomètres au Nord-Ouest de Saint Yrieix. La rivière l'Isle s'écoule à proximité.
 
Des mines d'or y étaient exploités dès l'époque Gauloise. Elles ont à nouveau été exploitées de 1982 à 2001.
 
Chevet et transept Nord de l'église Romane du Chalard
 
Mais l'intéret du Chalard provient de son église Romane (cf photo ci-contre), bien en évidence sur un promontoire.
 
A l'origine un ancien monastère y était implanté, il a été détruit par les Normands autour de 850.
 
Saint Geoffroy du Chalard fonde un nouveau monastère à la fin du XIème siècle. Celui-ci, assisté par des moines a fait défricher les environs.
 
L'église est commencée après 1080 et achevée en 1100. Elle comporte un choeur (avec une abside octogonale voûtée en cul de four) et un transept, mais la nef est absente. Son clocher est massif, s'élève au-dessus de la croisée du transept, il comporte douze ouvertures.
 
Au XVème siècle les Anglais s'emparent et fortifient l'édifice, ainsi sur le flanc Est des arcades et modillons ont été aménagés dans le but d'y réaliser un chemin de ronde (il a disparu). Il a fallu un siège d'un mois et des combats acharnés que les Français reprennent cette position.
 
Chevet et transept Nord de l'église Romane du Chalard avec le Cimetière des Moines
 
Buffet recouvrant le tombeau de Saint Geoffroy dans l'église Romane du Chalard
 






 
A l'intérieur, de nombreuses colonnes possèdent des chapiteaux sculptés dans le granit.
 
La crypte est décorée de peintures murales.
 
Au fond du transept, un buffet du XVème siècle (cf photo ci-contre) recouvre le tombeau de Saint Geoffroy, ses panneaux en chêne sont sculptés en style Gothique flamboyant.
 
Dans une niche, une chasse du XIIIème siècle est ornée de plaques d'émaux polychromes.
 
                                                Buffet recouvrant le tombeau de Saint Geoffroy
 
Le chevet de l'église est entouré par le Cimetière des Moines (cf photo ci-dessus) qui possède des pierres tombales originales, certaines ont la forme d'édifice religieux, d'autres portent des signes religieux et sur d'autres encore sont gravés les outils associés au métier du défunt, elles ont été réalisées du XIIème au XVIème siècle.
 
Le Chalard possède également quelques maisons anciennes intéressantes.
 


Chalus

Chalus est une petite ville située à une trentaine de kilomètres au Sud-Ouest de Limoges. Elle est traversée par une petite rivière, la Tardoire. On y distingue la ville Haute autour de l'ancien château-fort (dit Chabrol) et la ville basse qui conserve des maisons anciennes.
 
La ville Haute a été habitée par l'homme dès l'époque préhistorique et le site était fortifié à l'époque Mérovingienne. Une abbaye s'établit près du château-fort et facilite la formation d'un bourg castral avec ensuite la création de foires.
 
La ville Basse posséde aussi un château-fort, le château de Maulmont qui a été édifié à la fin du XIIIème siècle, il est de l'autre côté de la Tardoire par rapport au château de Chalus-Chabrol, il en reste des ruines. Une partie de la Tour s'est d'ailleurs effondrée en 1994.
 
Chalus a connu une certaine prospérité au XIXème siècle grace à ses marchés aux boeufs et chevaux et à ses foires.
 
Comme la plupart des villes de la région, Chalus a décliné depuis le début du XXème siècle où la ville comptait plus de 2500 habitants, il en reste environ 1600 maintenant.
 
Château de Chalus
 
Le château de Chalus-Chabrol de la ville Haute
Au Moyen-Age, le château de Chalus est une importante forteresse qui s'élève au dessus de la Tardoire et de la ville.
Il a été construit au XIème siècle par les vicomtes de Limoges pour contrôler la route allant de Limoges à Périgueux.
Il comportait à l'origine quatre niveaux, en outre le niveau bas n'était pas directement accessible. La garnison et les chevaliers vivaient dans les étages qui communiquaient par un escalier établi dans la muraille. Les murs avaient une épaisseur d'environ 3 mètres.
Une aile a été ajoutée au XVIIème siècle, elle accueille maintenant une salle sur l'histoire du château et la vie de Richard Coeur de Lion
Il subsiste de ce château le donjon (cf photo ci-contre) et un corps de logis.
 
                                                                                                            Château de la ville Haute de Chalus
 

La mort de Richard Coeur de Lion
Chalus est surtout connu par un épisode de la lutte entre Richard Coeur de Lion et le roi de France Philippe II Auguste en 1199.
 
Le vicomte de Limoges, Adhémar V est un vassal de Richard qui l'a trahi pendant le séjour de celui-ci à la Croisade et pendant son emprisonnement sur le chemin du retour.
 
Pour reprendre le contrôle de cette partie de son domaine, Richard vient mettre le siège devant le château de Chalus. A un moment, il est blessé à l'épaule par un carré d'arbalète, sa blessure dégénère en gangrène et il meurt quelques jours plus tard et est enterré dans l'Abbaye de Fontevraud.
Pour autant le château a été enlevé et ses défenseurs punis.
 






L'arrondissement de Rochechouart

 

L'arrondissement de Rochechouart

Le Nord de l'arrondissement de Rochechouart est traversé par la Vienne qui passe à Saint Junien et Chaillac sur Vienne.
 
A l'Ouest l'arrondissement est limitrophe avec le département de la Charente et au Sud avec celui de la Dordogne.
 
La rivière la Charente prend sa source à Chéronnac, à 300 mètres d'altitude, à une dizaine de kilomètres au Sud-Ouest de Rochechouart.

L'arrondissement de Rochechouart
 
Les petites villes de Saint Laurent sur Gorre, d'Oradour sur Vayres et de Saint Mathieu sont les seules agglomérations significatives du centre et du Sud de l'arrondissement.
 
Tout au Sud de l'arrondissement, le Château de Montbrun a une allure remarquable.



 


Rochechouart      Saint Junien      Oradour sur Glane      Chaillac sur Vienne
 
Saint Laurent sur Gorre      Oradour sur Vayres      Montbrun     
 



 


Rochechouart

Panorama sur Rochechouart avec le château et l'église Saint Sauveur
Panorama sur Rochechouart avec le château et l'église Saint Sauveur
 
Rochechouart est à environ dix kilomètres au Sud de la Vienne et de Saint Junien. La ville est située sur un éperon rocheux, qui est à l'origine de son nom, au-dessus d'une petite rivière, la Graine, qui rejoint la Vienne près de Chabanais.
 
Rochechouart se situe dans le cratère formé par la chute sur la Terre d'un météorite, il y a plus de 200 millions d'années, il faisait plus d'un kilomètre de diamètre et a laissé un cratère d'environ 20 kilomètres de diamètre. Ceci se retrouve dans la nature et la couleur des roches et des constructions de la région qui résistent sans problèmes aux épreuves du temps.
 

L'église Saint Sauveur

Au IXème siècle, l'Abbaye de Charroux établit un Prieuré sur l'emplacement de l'église actuelle. Celle-ci a été construite dans la première moitié du XIème siècle et elle est représentative de l'Art Roman de cette époque.
Elle a été modifiée au XIIIème siècle, en particulier le choeur et aussi avec la réalisation du portail (côté Ouest).
A l'intérieur subsiste une fresque murale du XVème siècle.
 
Eglise Saint Sauveur de Rochechouart   Clocher Tors de l'église Saint Sauveur
Eglise Saint Sauveur de Rochechouart et son clocher Tors
 
Maison des Consuls à Rochechouart
 
La base du clocher est carrée, en hauteur il devient octogonal (cf photos ci-dessus), il date de la fin du XIVème siècle. La flèche du clocher est hélicoïdale (clocher Tors), elle a été réalisée à la fin du XVIIIème siècle.


 
Rues et Maisons anciennes
La rue Jean Parvy conduit de l'église Saint Sauveur au château, elle s'appelait jadis la rue Dorée, elle était empruntée par les vicomtes quand ils se rendaient du château à l'église Saint Sauveur pour les cérémonies officielles.
 
On y trouve la Maison des Consuls qui a été construite au XVème siècle (cf photo ci-contre).
 
D'autres maisons de cette époque subsistent dans les rues de la ville ancienne. Au Moyen-Age, Rochechouart était protégée par des fortifications.
 
Maison des Consuls à Rochechouart
Chatelet d'entrée du château de Rochechouart
 






 
          Chatelet d'entrée du château
 


 

Les vicomtes de Rochechouart et leur château

Les vicomtes de Rochechouart sont apparus autour de l'An Mil, la ville s'est développée autour de la forteresse qu'ils ont édifié.
Le premier vicomte est Aymeri I, fils de Géraud vicomte de Limoges, il épouse Ève (Ava), fille de Foucaud de la Roche, le premier seigneur de La Rochefoucauld. Il en a deux fils: Aymeri II qui lui succède et Géraud.
Aimeri II a pour fils le vicomte Aimeri III de Rochechouart et Ildegaire qui est vicomte de Champagne-Mouton.
Le vicomte Aymeri IV participe à la première Croisade et à la prise de Jérusalem à la fin du XIème siècle.
Le château (cf photo ci-dessus) a été construit autour de 1200 par Aymeri VI, il en reste le donjon et le chatelet d'entrée (cf photo ci-contre).
 
A partir du milieu du XIIIème siècle, les vicomtes ont tenu pour les rois de France, y compris pandant la Guerre de Cent Ans. Jean Ier a participé à la bataille de Crécy en 1346, il est mort dix ans plus tard à la bataille de Poitiers.
Louis de Rochechouart a combattu aux côtés de Bertrand du Guesclin et son petit-fils Geoffroy était aux côtés de Jeanne d'Arc.
 
A la fin du XVème siècle le château est transformé avec la réalisation d'un corps de logis (cf photo ci-dessous) montrant l'architecture du début de la Renaissance (par exemple avec les colonnes torses).
 
Mais la personne la plus connue de cette famille est sans conteste Françoise de Rochechouart de Mortemart, en fait Madame de Montespan, la grande favorite de Louis XIV. Elle était issue de la branche des Mortemart, descendante du vicomte Aymeri VIII (1206-1245) par son deuxième fils Guillaume.
 
Cour intérieure du château de Rochechouart
Cour intérieure du château de Rochechouart
 
Le château appartient au département de la Haute-Vienne depuis le milieu du XIXème siècle, il accueille un Musée d'Art Contemporain ainsi que la Sous-Préfecture.
 

Votre Hôtel à Rochechouart   
 


Saint Junien

La Vienne à Saint Junien
La Vienne à Saint Junien
 
Saint Junien est une ville d'origine ancienne située au confluent de la Vienne et de la Glane, Oradour sur Glane est à une quinzaine de kilomètres vers l'Est.
La cité a été fondée autour d'un monastère dédié à Saint Junien, un ermite du VIème siècle. Dès la fin du VIème siècle un pélerinage se dévelope sur sa tombe, favorisant la création d'un bourg. Le monastère est détruit par les Normands en 866, il reprend vigueur après l'An Mil.
Au XIIIème la ville se protège par la construction de remparts.
Pendant les Guerres de Religion, en 1569, la ville est endommagée par les Protestants.
 
La ville est implantée principalement sur la rive Nord du fleuve, elle est bâtie en amphithéâtre sur le côteau. Elle est la deuxième ville du département de la Haute-Vienne pour la population derrière Limoges.
 
A partir du Moyen-Age, la principale activité économique de Saint Junien est la fabrication de gants avec la présence des artisans associés: tanneurs, teinturiers, etc. En effet la région autour de la ville a une activité d'élevage et la présence du fleuve facilite l'implantation de ces artisans.
Saint Junien a aussi une activité de papeterie. La ville a été à son apogée au XIXème siècle.
 

La Collégiale Saint Junien

Collégiale Saint Junien
Collégiale Saint Junien
 
Saint Junien possède une église remarquable qui faisait partie d'une Collégiale. Saint Junien était un ermite qui vivait au début du VIème siècle. L'église a été édifiée à l'endroit où il est mort, le pélerinage qui s'ensuit permet d'y établir une Abbaye. Autour de l'An mil, l'évêque de Limoges supprime l'abbaye, il nomme un Prévôt et une Collégiale est consacrée en 1102. Plusieurs paroisses rurales lui sont rattachées.
 
L'église a été édifiée en trois campagnes successives, à la fin du XIème, au XIIème siècle et au XIIIème pour le chevet et le choeur. Elle conserve des fresques murales des XIIème et XIIIème siècles ainsi que de nombreuses statues anciennes. Le tombeau de Saint Junien est du XIIème siècle.
 
En savoir plus sur la Collégiale Saint Junien
 
Dans le centre de Saint Junien se situent également de nombreuses maisons anciennes.
 
En contrebas de la ville, le Pont sur la Vienne est à la sortie de Saint Junien, en direction de Rochechouart, il a son origine au XIIIème siècle, sur le côté Nord se trouve une chapelle ancienne, Notre-Dame du Pont, elle est du XVème siècle (cf photo ci-dessous).
 
Le Pont, Notre-Dame du Pont et la Vienne à Saint Junien
Le Pont, Notre-Dame du Pont et la Vienne à Saint Junien
 
Le peintre Camille Corot (1796-1875), a réalisé des peintures sur les bords de la Glane dans les environs de Saint-Junien.
 

Votre Hôtel à Saint Junien   
 


Livres des Editions Zodiaque, Collection La Nuit des Temps



Invention de l'Architecture Romane de Raymond Oursel

Initiation à l'Art Roman de François Leriche-Andrieu

Limousin Roman de Jean Maury, M. Gauthier

Haut-Poitou Roman     de Raymond Oursel --- Editions Zodiaque

Auvergne Romane (1) de Bernard Craplet         Auvergne Romane (2)

Touraine Romane de Charles Lelong        Val de Loire Roman de Jean-Marie Berland

Anjou Roman     Maine Roman   de Marcel Deyres, Jean Porcher


Plus de livres des Editions Zodiaque sur l'Art Roman


Oradour sur Glane

Oradour sur Glane est une petite ville située à une douzaine de kilomètres à l'Est de Saint Junien sur la Glane, une petite rivière qui est un affluent de la Vienne.
 
Cette ville est tristement célèbre par les évènements du 10 juin 1944. Une compagnie de la division SS Das Reich y a massacré 640 habitants. Le site a été conservé en état de ruines afin de conserver la mémoire de cette tragédie.
 


Chaillac sur Vienne

Chaillac sur Vienne est un village situé en hauteur au dessus de la rive gauche de la Vienne à deux kilomètres à l'Ouest de Saint Junien.
 
Eglise Saint Saturnin de Chaillac sur Vienne   Eglise Saint Saturnin de Chaillac sur Vienne
Eglise Saint Saturnin de Chaillac sur Vienne
 
L'église Saint Saturnin est au départ de style Roman. Elle a été réalisée à partir du XIIème siècle avec la nef, voûtée en plein cintre, et le chevet plat. Le portail est de la fin du XIIIème siècle.
Au milieu du XVème siècle des travaux permettent d'agrandir l'édifice. En particulier la grande chapelle des vicomtes de Rochechouart sur le flanc Sud (cf photo ci-dessus à droite) est réalisée à la fin du XVème siècle, elle est de style Gothique et contient des fresques murales.
 


Village de Saint Laurent sur Gorre: photographie du début du XXème siècle

Saint Laurent sur Gorre

Saint Laurent sur Gorre est une petite ville située à une quinzaine de kilomètres au Sud-Est de Rochechouart sur la Gorre, une petite rivière qui rejoint la Vienne à Saillat sur Vienne. La Gorre traverse également Saint Auvent et Gorre.
 
Saint Laurent tire son origine d'un passage à gué sur la Gorre et de sa situation de carrefour de voies antiques.
 
L’église de Saint Laurent est en granit, à la fois Romane et Gothique, elle possède un clocher intéressant. le village conserve des rues étroites et des maisons anciennes du XVIIème siècle.
 
Le château des Bermondet a conservé des éléments remontant à la construction d'origine aux XVème et XVIèmes siècles.
 
              Village de Saint Laurent sur Gorre: photographie du début du XXème siècle
 

 

Saint Auvent

Panorama sur Saint Auvent: photographie du début du XXème siècle
Panorama sur Saint Auvent: photographie du début du XXème siècle
 
Au Nord de Saint Laurent, le village de Saint Auvent est situé en hauteur et domine les alentours, on y a retrouvé les traces d'un oppidum Gaulois de la tribu des Lémovices. L'église est du XIIème siècle, le château est de la même époque, il a été remanié aux XVème et XVIIIème siècles. Le village conserve des éléments de ses anciens remparts et des maisons anciennes.
 
Cinq kilomètres au Sud de Saint Laurent, le village de Gorre avait une église paroissiale du XIIème siècle qui relevait de la Collégiale de Saint Junien, elle a été démolie à la fin du XIXème siècle. Le château est du XVIIIème siècle.
 


Oradour sur Vayres

Oradour sur Vayres est une petite ville située à une quinzaine de kilomètres au Sud de Rochechouart sur la Vayres, une petite rivière qui rejoint la Graine au pied du château de Rochechouart. La Graine rejoint la Vienne à Chabanais, dans le département de la Charente.
 
L'église Saint Christophe remonte au XIème siècle, elle a été reconstruite au XIXème siècle.
 


Château de Montbrun

Château de Montbrun

Le château de Montbrun est situé sur la commune de Dournazac, à une dizaine de kilomètres de Chalus. Il est caractérisé par son donjon carré flanqué de grosses tours rondes (cf photo ci-contre).
 
Le site est occupé par un dispositif défensif depuis le Haut Moyen-Age comme en témoigne la présence d'une Motte castrale à proximité.
 
La châtellenie de Montbrun faisait partie de la vicomté de Rochechouart et le château actuel a son origine au XIIème siècle, il en subsiste le donjon carré.
 
Pendant la Guerre de Cent Ans il est une élément du dispositif de défense de l'Aquitaine (alors Anglaise) contre le roi de France. Il est incendié et reconstruit au XVème siècle par l'évêque de Limoges Pierre de Montbrun qui fait réaliser un corps de logis réuni par de grosses tours circulaires. Il possède un pont-levis et des douves qui entourent le château.
 
Château de Montbrun
 
Il est vendu comme Bien National et très endommagé au moment de la Révolution Française. Il est reconstruit au XIXème siècle puis et repris au début du XXème siècle.
 


Le département de la Charente (16)
Le département de la Haute-Vienne est bordé sur le côté Ouest par celui de la Charente.
 
La rivière la Vienne pénètre dans le département de la Charente à l'Ouest de Saint Junien. Elle passe d'abord près de Chassenon, site d'une ancienne cité Gallo-Romaine, puis à Chabanais et remonte vers le Nord à Confolens. Elle quitte le département de la Charente une dizaine de kilomètres au-delà pour rentrer dans le département de la Vienne.
 

Votre Hôtel dans le département de la Charente   
 


Vous pouvez acheter des livres sur   le Poitou, l' Anjou, le Blésois-Sologne, Paris, le Val de Loire, la Touraine , le Maine, le Pays Chartrain, l' Orléanais-Berry, les Charentes, et la Bretagne ainsi que des ouvrages plus spécialisés sur l'Histoire de France et les Chateaux de la Loire.
Documentez vous sur le Moyen-Age, les Chateaux-forts, les Cathédrales et les Abbayes.
 
Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques. Pour vous distraire voici les Abums Tintin et les Albums Astérix. L'accés à la Librairie de FranceBalade se trouve en bas de page.
 


Visitez:      Paris            Le Val de Loire           La Côte d'Azur           Les Alpes          Le Pays Basque   
La Loire           La Vallée du Cher           La Vallée de la Vienne           La Vallée de la Creuse          
La Touraine         L'Anjou         Le Maine         L'Eure et Loir         Le Loiret         Le Loir et Cher         Le Poitou
 





L'arrondissement de Bellac
 

L'arrondissement de Bellac

Le Nord du département est délimité au Sud par les Monts de Blond et les Monts d'Ambazac.
 
Les villes principales sont Bellac et Le Dorat, l'influence Poitevine et du Bas-Berry commence à s'y faire sentir, l'altitude est moins élevée et le climat moins rude que dans le reste du département.
 
L'arrondissement comporte de nombreux ruisseaux et étangs, il est traversé par la Gartempe, une rivière qui passe dans deux petites villes : Bessines et Châteauponsac.

Au Nord, l'arrondissement est limitrophe du département de la Vienne et de celui de l'Indre.


 




Blond et Mortemart      Bellac      Le Dorat     
 





 


Eglise de Blond

Les Monts de Blond, Blond et Mortemart

Les Monts de Blond sont les premiers contreforts du Massif Central en venant de l'Ouest. Leur altitude varie entre 350 mètres et 500 mètres, le point cuminant est à 515 mètres. Ces monts comportent surtout des forêts et des prairies et ils conservent de nombreux dolmens et menhirs élevés au Néolithique.
 

Blond

La petite ville de Blond est située juste au Nord de ces Monts, elle est à une altitude d'environ 300 mètres. Elle est traversée par la rivière l'Issoire qui est un affluent de la Vienne.
 
Elle possède une église qui a été construite à la fin XIIème siècle. Des fortifications ont été ajoutées au XVIème siècle, des machicoulis sont disposés en hauteur au-dessus du portail qui est encadré par deux contreforts massifs (cf photo ci-contre).

Eglise de Blond
 

Mortemart

Mortemart est à cinq kilomètres à l'Ouest de Blond, le village fait partie des Plus Beaux Villages de France.
Il conserve les restes d'un château-fort remontant au Xème siècle qui a été en partie restauré, des églises et un monastère ancien, des maisons anciennes et de belles Halles.
 
La seigneurie de Mortemart est passé à la famille des sires de Rochechouart au début du XIIIème siècle.
 


Bellac

Le Pont de Pierre sur le Vincou à Bellac
Le Pont de Pierre sur le Vincou à Bellac
 
Eglise Notre-Dame de Bellac Plan de Bellac
 
Bellac est une petite ville disposée en amphithéâtre sur une colline dominant le Vincou, une petite rivière qui est un affluent de la Gartempe. Le vieux pont qui franchit la rivière a son origine au XIIIème siècle (cf photo ci-dessus).
 
Elle se situe à 40 kilomètres au Nord de Limoges, la ville est dans un environnement valloné et verdoyant.
 
Au Xème siècle, le comte de la Marche Boson le Vieux implante un château sur le promontoire dominant le Vincou. Un bourg castral se forme autour de château. Au XIIème siècle, la commune obtient une charte de libertés du comte Aldebert III ce qui favorise le développement d'activités commerciales et l'implantation de tanneries le long de la rivière.
 
Eglise Notre-Dame de Bellac                                                                         Plan de Bellac
 
A l'origine, l'église Notre-Dame de Bellac était la chapelle du château des comtes de la Marche.
 
Elle possède une double nef, une partie est romane du XIIème siècle, une autre est de style Gothique, du XIVème siècle. Le choeur est à chevet plat et les chapelles latérales sont du XVème siècle. Le clocher est du XIVème siècle.
 
A l'intérieur se trouve une belle chasse en cuivre émaillé et doré du XIIème siècle, illustration de la qualité du travail des orfèvres Limousins de cette époque.
 
La place principale est la Place du Palais (cf photo ci-dessous). La Mairie est installée dans un petit château du XVIème siècle qui conserve des échauguettes, elle se situe place de la République. La ville conserve des maisons anciennes construites du XVème au XVIIIème siècles.
 
L'écrivain Jean Giraudoux (1882-1944) est originaire de Bellac, un monument lui rend hommage dans le jardin public. Il évoque son enfance dans un livre: Suzanne et le Pacifique, où il donne une description de la ville à la fin du XIXème siècle.
 
Place du Palais à Bellac
Place du Palais à Bellac
 


Le Dorat

Le Dorat est une petite ville située sur une colline au-dessus d'une petite rivière, la Seure. Elle s'étend sur une pente inclinée vers le Sud et vers l'Est.
 
Le Dorat était jadis la capitale de la Basse-Marche, une région aux confins du Limousin, du Poitou, du Bas-Berry et de la Charente.
 
La ville a été fondée au Xème siècle par des missionnaires originaires d'Ecosse. Elle faisait partie du comté de La Marche, les comtes y avait édifié un premier château, puis un second sur l'emplacement du jardin public (ancien champ de foire).
 
En 1356, l'armée du Prince Noir fait le siège et s'empare du Dorat, il continue ensuite sa route pour remporter la bataille de Poitiers sur le roi de France Jean II le Bon. L'armée Anglaise s'empare à nouveau de la ville en 1405, c'est ce qui conduit dans les années 1420, à la construction de murailles pour protèger Le Dorat.
 
Porte Bergère de Le Dorat
Porte Bergère de Le Dorat entre deux tours semi-circulaires
 
Guillaume IV l'Hermitte, Abbé du chapitre du Dorat, fait réaliser, avec l'accord de Jacques II de Bourbon comte de la Marche, une enceinte fortifiée pour protèger la ville. Elle comportait vingt tours et quatre portes. Il en reste la Porte Bergère qui possède des machicoulis (cf photo ci-dessus). L'essentiel des murailles et les autres portes ont été détruites aux XVIIIème et XIXème siècles.
 
Pourtant, en dépit de ces murailles, en 1567, pendant les Guerres de Religion la ville est prise par les Protestants qui endommagent l'église, par la suite elle passe alternativement aux Catholiques et Protestants.
 
Le Dorat conserve plusieurs maisons anciennes du XVIème siècle et des hôtels particuliers du XVIIIème siècle.
 

La Collégiale Saint Pierre aux Liens

Eglise de Le Dorat   Eglise de Le Dorat
Nef, collatéraux et clocher au-dessus de la croisée du transept               Collégiale Saint Pierre aux Liens de Le Dorat                    Haut de la façade                       
 
Plan de la Collégiale du Dorat Portail de la Collégiale du Dorat
 
La Collégiale Saint Pierre aux Liens est une des plus belles églises de style Roman du Limousin. L'édifice est solide, trapu ce qu'illustre particulièrement la façade Ouest.
 
Elle a été réalisée, avec le soutien de Boson Ier comte de La Marche, à la fin du Xème siècle sur l'emplacement d'une église antérieure. Elle en conserve une cuve baptismale Carolingienne du IXème siècle.
 
Une guerre entre Bernard de La Marche et Hugues de Lusignan est la cause d'un incendie, elle est reconstruite à l'initiative du comte Adalbert II de La Marche pendant la seconde partie du XIème et au XIIème siècles.
 
La construction a débuté par la crypte qui est dédiée à Sainte Anne puis continuée juste au-dessus par le choeur et l'abside en hémicycle (qui comporte un déambulatoire avec tris chapelles), elle s'est achevée à la fin du XIIème siècle. Elle est en granit gris issu de carrières locales.
 
Plan de Saint Pierre aux Liens                   Portail de la Collégiale
 
La façade posède un portail avec des voussures en festons (cf photo ci-contre), il est surmonté d'un clocher trapu avec deux clochetons octogonaux (cf photo ci-dessus).
 
Sur la croisée du transept s'élève un clocher à trois étages octogonaux, il est terminé par une flèche de pierre qui atteint 60 mètres de hauteur et elle-même surmontée par un ange en cuivre doré du XIIIème siècle, c'est un ouvrage des orfèvres du Limousin. Les croisillons sont identiques et voûtés en berceau brisé avec deux travées chacun.
 
La nef est assez élevée (18 mètres). Elle possède cinq travées, les premières sont voûtées en berceau brisé et la dernière est surmontée d'une coupole hémisphérique. La nef est dotée de collatéraux étroits voûtés d'arêtes qui lui servent aussi de contreforts. La longueur de la nef est de 47 mètres et la longueur totale de l'édifice est de 78 mètres.
 
Au-dessus de la croisée du transept se trouve une coupole, les croisillons sont voûtés en berceau et ont chacun une absidiole latérale en hémicycle.
 
Au XVème siècle un système de fortification a été établi par l'abbé Guillaume IV l'Hermitte autour de l'église, il faisait partie de celui de la ville, il en reste une tour sur la chapelle axiale de l'abside.
 
En 1567, l'église est endommagée par les Protestants au moment des Guerres de Religion.
 
La Collégiale a bénéficié d'une restauration d'ensemble au XXème siècle.
 

A 7 kilomètres à l'Est du Dorat se trouve la petite ville de Magnac-Laval qui conserve une église remontant au XIIème siècle, elle conserve les reliques de Saint Maximin, évêque de Trèves en Allemagne au IVème siècle, il était orignaire du Poitou.
De l'autre côté, Ouest, à une dizaine de kilomètres, le bourg de Darnac conserve les ruines du château de la Côte-au-Chapt.
 


Le département de la Vienne (86)
La Vienne arrive d'abord à Availles-Limouzinepuis à L'Isle-Jourdain. Au-delà, le fleuve passe près de Lussac les Châteaux puis Civaux pour arriver à Saint Pierre les Eglises et Chauvigny dominé par son formidable ensemble de châteaux.
 
Au-delà, le fleuve passe devant le châteauTouffou, à Bonneuil-Matours, près de Monthoiron, Saint Sauveur et Targé avant d'arriver à Châtellerault. Au Nord de cette ville trois villages ont de belles églises Romanes, ce sont Usseau, Ingrandes et Oyré.
 

Votre Hôtel dans le département de la Vienne   
 

 

Visitez le Poitou et ses alentours

Le Poitou       Poitiers       Chauvigny       Saint Savin       Angles sur l'Anglin       Châtellerault       Loudun       Thouars       Parthenay
 
Eglises Romanes du Poitou       Eglises de Poitiers         Sainte Maure       Chinon       Richelieu
 
Visitez la Vallée de la Loire          la Vallée de la Creuse           la Vallée de la Claise           la Vallée de l'Indre
 
Informez-vous sur la société féodale du Poitou: 
 
Comtes de Poitiers       Seigneurs du Poitou       Vicomtes de Thouars       Vicomtes de Chatellerault       Seigneurs de Parthenay
 




Le département de la Corrèze (19)

La Dordogne à Beaulieu avec la chapelle des Pénitents, à l'arrière plan l'église Saint Pierre
La Dordogne à Beaulieu avec la chapelle des Pénitents, à l'arrière plan l'église Saint Pierre
 
Le département de la Corrèze
 
La Corrèze est un département qui est limité au Nord par les deux autres département de la Région : la Haute-Vienne et la Creuse.
 
Le département de la Corrèze possède un ensemble exceptionnel de sites et de monuments avec, en particulier, de nombreux Plus beaux villages de France. Il est devenu maintenant un département très recherché pour le tourisme culturel et le tourisme vert.
 
Département de la Corrèze avec ses arrondissements et les départements voisins
 
La préfecture est Tulle mais la ville principale est Brive la Gaillarde à l'extrémité Sud-Ouest du département, elle est une sous-préfecture.
 
D'autres villes sont intéressantes, en particulier Uzerche, ainsi que Treignac sur la Vézère, Beaulieu sur Dordogne, Collonges la Rouge et Turenne.
 
Le Nord-Est du département fait partie du Massif Central par le relief et le climat, il borde le Puy-de Dome et le Cantal. La ville principale est Ussel qui est un chef-lieu d'arrondissement.
 
Dans la partie Sud l'influence de la vallée de la Dordogne est bien perceptible. Cette rivière arrive dans le département à Bort les Orgues puis traverse Argentat et Beaulieu sur Dordogne.
 

 
Tulle     Naves     Allassac     Uzerche     Lubersac     Arnac-Pompadour     Ségur le Chateau     Treignac    Egletons
 
Meymac      Saint Angel      Ussel                       Brive      Turenne      Collonges la Rouge      Meyssac      Curemonte
 
Vallée de la Dordogne      Bort les Orgues      Argentat      Les Tours de Merle      Beaulieu sur Dordogne
 
 

Votre Hôtel dans le département de la Corrèze   
 



Le département de la Creuse

Le département de la Creuse (23)

Le département de la Creuse s'étend sur le Nord-Ouest du Massif Central. Il fait partie de la Région du Limousin et correspond à peu près à l'ancienne province de La Marche.
 
Son nom est issu de la rivière la Creuse qui est le principal cours d'eau qui le traverse.
 
Son altitude est comprise entre 900 et 200 mètres, en allant du Sud vers le Nord. Les zones les plus élevées ont un climat assez rude, la pluie est abondante et donc la neige en hiver. Beaucoup de rivières prennent leur source sur le Plateau de Millevaches.
 
Carte du département de la Creuse
 
Depuis le milieu du XIXème siècle, le département a subi un déclin de sa population, corrélativement il a été progressivement reboisé à partir de cette date. L'économie est basée sur une agriculture moyennement productive, en particulier l'élevage.
Des tentatives sont faites pour développer le tourisme vert et culturel.
 
Le département de la Creuse comprend deux arrondissements, celui de Guéret, la préfecture, pour la partie Nord et celui d'Aubusson pour le Sud. La Souterraine est la seconde commune la plus peuplée du département, après Guéret, avec un peu plus de 5000 habitants.
 

 
Département de la Creuse      Guéret      Crozant      Saint Germain-Beaupré      La Souterraine      Le Grand Bourg
 
Bénévent l'Abbaye    Boussac    Chambon sur Voueize    Evaux les Bains      Chénérailles      Ahun      Pontarion      Bourganeuf
 
Champagnat      Aubusson      Felletin      Crocq      Royère de Vassivière      Lac de Vassivière      La Courtine
 

Votre Hôtel dans le département de la Creuse   
 


     Avec Google



Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans   L'Anjou   Angers   Saumur   Saumurois      Le Poitou   Poitiers   Poitou Roman   La Vienne (86)   Deux-Sèvres
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux  Issoudun  La Châtre  Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne  Creuse  Corrèze  Limousin Roman   Auvergne  Allier  Puy de Dôme  Cantal  Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    



 Votre Hotel en France       Votre Hotel en Italie       Votre Hotel en Espagne     Hotels des autres Pays

Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Italie et d'Europe :
Rome  Gênes   Rapallo   Dolomites   Milan   Venise   Toscane   Florence   Sienne   Bologne   Naples   Sicile
Paris   Nice   Londres   Edimbourg   Barcelone   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Berlin   Munich   Prague