Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Charente-Maritime  La Rochelle  Ile de Ré   Châtelaillon   Surgères   St Jean d'Angély  
Rochefort   Ile d'Oléron   Royan   Saintes   Pons   Charente   Angoulême   Cognac     
 
Poitiers   Niort   Parthenay   La Roche s/Yon   Les Sables d'Olonne   Bordeaux   Arcachon

La Rochelle et l'Aunis

Votre Hôtel :  Charente-Maritime   La Rochelle   Ile de Ré    Rochefort   Ile d'Oléron    Saintes   Royan  
 
Vous etes ICI : Accueil > France > Les Charentes > Charente-Maritime > La Rochelle et l'Aunis 
 
La Rochelle est le chef-lieu du Département de la Charente-Maritime et historiquement la ville est la capitale de l'ancienne Province d'Aunis.
 
C'est la principale ville de la côte Atlantique entre Nantes et Bordeaux. La ville, qui a toujours vécu de la mer, bénéficie d'une notoriété méritée grâce à sa qualité de vie, son dynamisme et son patrimoine architectural.
 
La Rochelle est maintenant une des principales villes touristiques et culturelles de France, elle accueille de nombreux congrès et manifestations. Elle agglomère de nombreuses communes voisines: Aytré, Angoulins, Châtelaillon, etc.
 
Aquarelle représentant le Vieux-port de La Rochelle
Aquarelle représentant le Vieux-port de La Rochelle
 
 
La Rochelle    L'Aunis    Île de Ré    Angoulins    Chatelaillon    Surgères   Fouras   
 
Rochefort    Brouage    Marennes   
 
 
L'Aunis est une ancienne province qui s'est individualisée à partir du milieu du Xème siècle sous la tutelle des comtes de Poitiers. Sa capitale est La Rochelle, une autre ville significative est Rochefort.
 
Au moment de la Révolution Française l'Aunis a été regroupée avec la Saintonge pour former le département de la Charente-Maritime.
 
Découverte de l'Aunis
Après La Rochelle et l'Île de Ré, la découverte de l'Aunis commence par la partie Nord de la Côte d'Aunis avec en particulier la remarquable église d'Esnandes.
 
La visite se poursuit avec la partie Sud de la Côte d'Aunis avec Angoulins, Châtelaillon, Fouras, Rochefort, Brouage et Marennes et . Enfin la visite s'achève dans l'intérieur des terres, à Surgères.
 
 

 
La Charente-Maritime         Royan et la Côte de Beauté         Saintes          La Saintonge Romane
 
 

     Avec Google


Hotels des Charentes
 
Réservez votre Hotel :   Charente-Maritime   La Rochelle   Ile de Ré    Châtelaillon    Surgères    St Jean d'Angély    Rochefort   
 
Ile d'Oléron    Royan    Saintes    Pons    Charente    Angoulême    Cognac         
 
 




 
La Charente-Maritime

de Jean Combes et Jean-Noël Luc --- Editions Bordessoules --   ISBN: 2903504032

 
Cet ouvrage présente un tableau du passé de l'Aunis et de la Saintonge selon un plan chronologique.

 
Il fait partie de la collection Hexagone des Editions Bordessoules qui présente l'Histoire de France par départements.
 

 




 



L'Aunis

L'Aunis est une ancienne Province Française dont la capitale et ville principale est La Rochelle. Outre cette dernière, l'Aunis comprend l'Île de Ré, Châtelaillon, Fouras, Marennes, Rochefort, Surgères et Marans au Nord.
 
Sa formation effective remonte au Moyen-Age et à la seigneurie de Châtelaillon (Castrum Allionis). Sa reconnaissance officielle a été faite par le roi de France Charles V en 1374.
 
Pendant l'époque Celte, l'époque Gallo-Romaine et le Haut Moyen-Age une grande forêt marécageuse recouvrait la région, en outre des golfes maritimes et des vallées profondes rendaient les communications difficiles.
 
Quelques tentatives de pénétration ont lieu à la fin de l'époque Gallo-Romaine, mais en pratique seul le littoral avait quelques habitants.
 
Vers l'An 800, ce territoire relève des comtes de Poitou et au Xème siècle se forme la seigneurie de Châtelaillon, vassales de ces comtes. Une forteresse est édifiée à Châtelaillon pour faire face aux incursions des Vikings bientôt suivie par celle de Surgères.
 
Au XIème siècle s'implantent des abbayes qui entreprennent le défrichement des forêts, ceux-ci sont encore plus importants aux XIIème et XIIIème siècles.
 
Les sires de Châtelaillonsont rapidement en conflit avec leur suzerain le comte de Poitou. En 1130 celui-ci s'empare de la ville et la détruit quasiment ainsi que sa forteresse et il favorise l'émergence d'une nouvelle ville, La Rochelle.
 
A partir de ce moment le destin de l'Aunis se rapproche de celui de la Saintonge. Elle passe dans les possessions des Plantagenets puis se retrouve rattachée au domaine du roi de France dans les années 1220.
 
Par le traité de Brétigny en 1360 l'Aunis revient aux Plantagenets d'Angleterre, mais elle est reconquise par les Français en 1372. C'est dans ces conditions que le roi Charles V crée la Province d'Aunis en 1374.
 
Comme la Saintonge, l'Aunis traverse difficilement la Guerre de Cent Ans, et elle adopte la Religion Réformée (Protestantisme) pendant les Guerres de Religion.
 
La Rochelle est une place forte des Protestants et elle doit faire face à un Grand siège en 1627-1628, la ville capitule et est sanctionnée. Beaucoup d'habitants de La Rochelle et de l'Aunis choisissent d'émigrer à l'étranger, ce qui se renouvelle et s'amplifie suite à la Révocation de l'Edit de Nantes à la fin du XVIIème siècle.
 
Au moment de la Révolution Française elle a été regroupée avec la Saintonge pour former le département de la Charente-Maritime.
 
La Rochelle    Île de Ré    Angoulins    Chatelaillon    Surgères   Fouras    Rochefort    Brouage    Marennes   
 



La Rochelle

La Rochelle est la préfecture du département de la Charente-Maritime. C'est la principale ville de la côte Atlantique entre Nantes et Bordeaux. La ville, qui a toujours vécu de la mer, bénéficie d'une notoriété méritée grâce à sa qualité de vie, son dynamisme et son patrimoine architectural.
 
La Rochelle est maintenant une des principales villes touristiques et culturelles de France, elle accueille de nombreux congrès et manifestations. Elle agglomère de nombreuses communes voisines: Aytré, Angoulins, Châtelaillon, etc.
 
Panorama sur La Rochelle
Panorama sur La Rochelle
 
 

Histoire

La Rochelle apparait autour de l'An Mil comme un village de pêcheurs. Son essor date de la ruine de Châtelaillon en 1131, en effet de nombreux habitants de cette ville viennent se réfugier à La Rochelle et contribuent à son développement.
 
Au Moyen-Age, la ville fait d'abord partie des domaines des Plantagenets avant de rejoindre le royaume de France en 1224.
 
La Rochelle devient un port important en particulier pour le commerce vers l'Europe du Nord (Angleterre, Flandres,...) où elle exporte du vin et du sel, mais ses navires sont aussi en relation avec la Bretagne, Bayonne et le Nord-Ouest de l'Espagne.
 
La Guerre de Cent Ans perturbe mais ne ralentit pas ces activités commerciales et conduit les Rochelais à renforcer les fortifications de la ville.
 
L'activité reprend dans la seconde partie du XVème siècle. Au début du siècle suivant des expéditions sont conduites vers les Amériques et l'Afrique, avec en retour l'importation de nouveaux produits: sucre, poivre, ...
 
A l'aube des Guerres de Religion, dans la seconde partie du XVIème siècle, La Rochelle bascule dans le parti Protestant et nombreux chefs de ce parti viennent s'y réfugier. La ville résiste au siège entrepris par l'armée royale en 1569. Les Protestants commandés par La Noue reprennent une partie de la région. La Paix de Saint Germain de 1570 reconnait le statut de place forte protestante à La Rochelle.
 
A l'Annonce du Massacre de la Saint Barthélémy le 24 août 1572, La Rochelle se met en état de guerre. La ville refuse le gouverneur envoyé par Charles IX, le Maréchal de Biron, et elle demande l'aide de Elizabeth I d'Angleterre. Le roi envoie alors un Protestant, François de La Noue, pour rétablir la situation par la négociation, il échoue et quitte La Rochelle.
L'armée royale conduite par Biron organise le blocus de La Rochelle à partir de décembre 1572. En février 1573 le duc d'Anjou (futur Henri III) prend le commandement de l'armée: la ville est bombardée mais les assiégés effectuent cependant des sorties efficaces. Deux assauts de l'armée royale les 24 mai et 12 juin échouent. Un trêve est conclue et l'Edit de Boulogne en juillet 1573 constate la fin des hostilités, la résistance de La Rochelle est une victoire du camp Protestant.
 
Le siège et la prise de La Rochelle en 1627-1628
Dans les années 1620, La Rochelle est une des villes les plus importantes du royaume de France, elle compte plus de 20000 habitants. Elle bénéficie de privilèges économiques et fiscaux et sa charte communale lui donne une relative autonomie politique.
 
La situation change pendant le règne de Louis XIII, surtout quand Richelieu prend en main le gouvernement du royaume. L'alliance de La Rochelle avec les Anglais en 1627, qui ont débarqué sur Ile de Ré, provoque la mise en place du siège de la ville et le bouclage du port. La défense de la ville est dirigée par le Maire Jean Guiton.
Richelieu dirige en personne les opérations. Du côté de la terre la ville est enveloppée par un retranchement de douze kilomètres avec fossés, redoutes et bastions. Du côté de la mer, pour empêcher l'entrée de secours Anglais, à partir de novembre 1627 est construite en six mois une digue de pierre de 1,5 kilomètres de long.
 
Tableau de Henri Motte montrant Richelieu sur la digue bloquant l'accès à La Rochelle
Tableau de Henri Motte montrant Richelieu sur la digue bloquant l'accès à La Rochelle
 
La Rochelle est acculée à la famine, les députés Rochelais rencontrent Richelieu le 27 octobre. Les conditions de la reddition de la ville sont acceptées par un Conseil extraordinaire de la Municipalité. La Rochelle capitule le 28 octobre 1628 après plus d'un an de siège, 15000 défenseurs avaient péri. Le roi Louis XIII entre dans la ville le 1er novembre et ordonne la destruction d'une partir de l'enceinte de la cité.
 
A l'issue du siège arrive à La Rochelle une importante population Catholique et le rétablissement des Ordres religieux qui avaient été chassés: Récollets, Capucins, Minimes, Jésuites, Ursulines, etc.
 
La volonté de développer le port de Brouage pour concurrencer et surveiller La Rochelle n'aboutit pas, le site de Brouage est reconquis par les sables.
 
Le commerce reprend dans les années 1630, avec les importations de peaux du Canada et la Traite des Noirs. Mais la Révocation de l'Edit de Nantes en 1685 enclenche un important départ de Protestants vers l'étranger, ainsi la Généralité de La Rochelle perd environ un tiers de ses habitants.
 
La Révolution Française et la Première partie du XIXème siècle ne sont pas des périodes favorables. Par contre le Second Empire et l'arrivée du Chemin de fer en 1857 redynamisent l'activité d'autant plus qu'un port en eaux profondes est créé à La Pallice et inauguré en 1890. Ce port sert comme point de débarquement des renforts militaires Américains en 1917 pendant la Première Guerre Mondiale.
 
La pêche et les industries associées (conserveries, chantiers navals, ...) se développent dans la première partie du XXème siècle, elles restent encore significatives actuellement. De même La Pallice est toujours un des principaux ports commerciaux de France.
 
Pendant la Seconde Guerre Mondiale les Allemands construisent une base de sous-marins à La Pallice et de nombreux blockhaus qui contribuent au Mur de l'Atlantique. En septembre 1944 les Armées Allemandes constituent une poche défensive à La Rochelle, elles sont assiègées par l'armée Alliée et capitulent en mai 1945 sans que le patrimoine architectural de La Rochelle ait vraiment souffert.
 
Dans les années 1950 on assiste à l'urbanisation de la périphérie de la ville et à l'implantation de zones industrielles. A partir des années 1970 le tourisme et la navigation de plaisance prennent leur essor. La Rochelle est maintenant une des principales villes touristiques de France, elle accueille de nombreux congrès et manifestations.



 

Découverte de la Rochelle

Le Vieux-Port         La Ville ancienne         Le Quartier de la Chaîne         La Tour de la Grosse Horloge        
 
Le Quartier de la Vieille Ville         L'Hôtel de Ville         La Place de Verdun         Les Musées         La Cathédrale Saint Louis        
 

 
Votre Hôtel à La Rochelle   
 


 

Le Vieux-Port

Les deux tours fermant le Vieux-port symbolisent la ville de La Rochelle. Elles ont été dessinées et peintes par les artistes les plus célèbres (Bernard Buffet, etc).
 
Le Vieux-Port de La Rochelle avec la Tour Saint Nicolas, la Tour de la Chaîne et la Tour de la Lanterne
Le Vieux-Port de La Rochelle avec la Tour Saint Nicolas, la Tour de la Chaîne et la Tour de la Lanterne
 
La Tour Saint Nicolas est la plus importante avec ses 37 mètres de hauteur (cf photo ci-dessus à gauche). Elle a été réalisée dans la seconde moitié du XIVème siècle. Elle est surmontée par un donjon qui portait jadis une toiture en poivrière qui a été détruite en 1651.
 
Les remparts du Vieux-Port de La Rochelle avec la Tour de la Lanterne
 
Elle comporte trois étages de forme octogonale, certaines salles sont voûtées d'ogives. Elle a été restaurée à la fin du XIXème siècle.
 
De l'autre côté, la Tour de la Chaîne est circulaire et trapue, elle aussi a été bâtie à la fin du XIVème siècle. Elle doit son nom à la chaîne qui était tendue entre les deux tours quand on voulait interdire aux navires l'accès au Port.
 
Cette tour a failli disparaitre en 1651 suit à l'explosion d'un dépôt de poudre, elle a été consolidée au XIXème siècle et restaurée au XXème.
 
Les remparts du Vieux-Port de La Rochelle avec la Tour de la Lanterne
 
Au-delà de cette tour le rempart de la ville se poursuit jusqu'à la Tour de la Lanterne, elle a été commencée en 1445 et achevée en 1476. La flèche est de style Gothique flamboyant et sa hauteur atteint environ 70 mètres. Elle a longtemps servi de prison et a été surnommée Tour des Quatre-Sergents suite à une addaire ayant agitée la ville en 1822.
 
Elle est accompagnée d'un phare qui orientait les navigateurs, c'est aussi là que les navires souhaitant entrer dans le port étaient désarmés.
 
Au-delà de cette tour le rempart se prolonge jusqu'à la Porte des Deux Moulins.
 
Quais du Vieux-Port de La Rochelle
Quais du Vieux-Port de La Rochelle
 
 


Plan de La Rochelle
 

La Ville ancienne

La ville a été restaurée et remise en valeur à partir de la seconde partie du XXème siècle, ainsi de nombreuses rues des quartiers anciens sont devenues piétonnes.
 
En plus du Vieux-Port, La Rochelle possède plusieurs quartiers intéressants à visiter.
 
En premier lieu le Quartier de la Chaîne dont le nom est issu de la chaîne qui étaient tendues à l'entrée du port, entre les deux tours, chaque nuit. C'est le Coeur historique de la ville avec la Tour de la Grosse Horloge sur son côté Sud.
 
Plan du centre de La Rochelle
 
Sur son flanc Est se développe le Quartier du Port/Vieille Ville (cf photo ci-contre) avec en particulier la Place de Verdun, l'Hôtel de ville et la Cathédrale Saint Louis.
 
Au delà se situe le Quartier du Marché.
 
Au Sud du Vieux-Port est implanté le Quartier Saint Nicolas.
 
 

Le Quartier de la Chaîne

La rue sur les Murs à La Rochelle  Le Quartier de la Chaîne à La Rochelle
La rue sur les Murs                                         La Rochelle                                         Plan du Quartier de la Chaîne
 
Rue Saint Jean du Perot à La Rochelle
 
Ce quartier se situe en arrière de la Tour de la Chaîne et du Vieux-Port côté Est. C'est le quartier le plus vivant de La Rochelle.
 
Au Sud il est délimité par la rue sur les Murs (cf photo ci-dessus à gauche) et la Tour de la Lanterne, à l'Ouest par le Chemin des Remparts et au Nord par la rue Léonce Vieljeux (cf photo ci-dessus à droite).
 
Rue Saint Jean du Perot
 
La partie proche du Vieux-Port est très animée avec la rue Saint Jean du Perot (cf photo ci-contre) et le Cours des Dames en particulier.
 
Il en est est de même pour beaucoup d'autres endroits: la rue des Carmes, la Place du Maréchal Foch où est situé l'Hôtel de la Préfecture qui a été réalisé à la fin du XVIIIème siècle pour un armateur, il accueille la Préfecture depuis 1810.
 
La rue Réaumur possède des hôtels particuliers réalisés pour des négociants rochelais.
 
Le Couvent des Carmes à La Rochelle
 
Le Couvent des Carmes
Il est à l'extrémité, côté Vieux-Port, de la rue Saint Jean du Perot.
 
Les Carmes se sont installés à La Rochelle en 1293, mais le monastère a été détruit en 1556 au début des Guerres de Religion.
 
Au milieu du XVIIème siècle, après le siège et la prise de la ville par Louis XIII et Richelieu, un nouveau couvent est reconstruit.
 
Il n'en subsistre que le grand Auvent (à droite sur la photo ci-contre).
 
                                            L'Auvent du Couvent des Carmes à La Rochelle
 
Le monastère est supprimé au moment de la Révolution Française et les moines expulsés. Il sert de local pour un groupe révolutionnaire: les Amis de la Constitution.
 
Les batiments sont utilisés comme entrepôt des douanes puis comme marché aux poissons (ce qui est toujours indiqué sur le fronton du bâtiment à gauche sur la photo).
 
A la fin du XXème siècle, il est devenu Maison de la Culture.
 
Tour de la Grosse Horloge à La Rochelle
 

La Tour de la Grosse Horloge

Cette Tour est à l'extrémité du Cours des Dames et donne sur le Quai Duperré, sur le Vieux-Port.
 
C'est une ancienne porte fortifiée qui faisait communiquer le port et le centre de la ville ancienne. Elle se situe à l'articulation du Quartier de la Chaîne et du Quartier de la Vieille Ville.
 
A l'origine ce n'était qu'une tour avec des créneaux qui faisait partie de l'enceinte du XIIIème siècle.
 
                            Tour de la Grosse Horloge à La Rochelle, façade donnant sur le Vieux-Port
 
A la fin du XVème siècle elle a été surmontée d'un clocher ave une horloge. Ensuite lui ont été ajoutées des tourelles d'angles en poivrière.
 
Elle a été remaniée au XVIIIème siècle, le clocher a été remplacé par un ouvrage surmonté d'une coupole elle-même surmontée par un campanile.
 
Enfin les coiffes des tourelles par des sculptures à la gloire des sciences.
 
C'est toujours sa configuration actuelle (cf photo ci-contre).
 
A proximité la rue du Temple évoque la présence à cet endroit d'une ancienne Commanderie de Templiers, elle possède aussi quelques maisons à pans de bois. L'Ordre des Templiers est venu s'établir à La Rochelle au début du XIIème siècle.
 
 

Le Quartier de la Vieille Ville

Dans ce quartier de nombreux hôtels particuliers ont été réalisés pour les notables de la ville, les armateurs et négociants aux XVIIIème et XIXème siècles.
 
Cette partie de la ville a été complètement remise en valeur à partir de la seconde moitié du XXème siècle. Les monuments ont été restaurés et des zones piétonnes créées.
 
Maisonne ancienne rue Chaudrier à La Rochelle Maisonne ancienne rue Chaudrier à La Rochelle
 
Ce quartier est bien représenté par la Place de Verdun, la rue Gargoulleau, la rue Chaudrier, la rue Saint-Yon, la rue des Merciers et surtout l'Hôtel de Ville.
 
              Maisons anciennes rue Chaudrier
 
La rue Chaudrier comporte de longues arcades réalisées aux XVIIème et XVIIIème siècles ainsi que de belles maisons anciennes (cf photo ci-contre et ci-dessous).
 
La rue des Merciers possède aussi des arcades ainsi que des façades ornées de gargouilles sculptées de bêtes fantastiques, elle possède aussi des maisons à pans de bois des XVème et XVIème siècles.
 
La rue du Beurre présente également de nombreuses maisons anciennes et la Place du Marché reste pittoresque avec une maison à colombage du XVème siècle.
 
Plusieurs autres rues ont également des arcades et maisons à pans de bois.
 
Au carrefour avec la rue Aufredi, la rue Chaufrier devient la rue du Palais qui comporte la façade du Palais de Justice qui a été réalisé à la fin du XVIIIème siècle en remplacement du précédent édifié au début du XVIIème siècle. Un peu plus loin se trouve le bâtiment de la Bourse de Commerce aussi construit à la fin du XVIIIème siècle.
 
Les Arcades de la rue Chaudrier à La Rochelle
Les Arcades de la rue Chaudrier à La Rochelle
 
 

L'Hôtel de Ville

Hôtel de Ville de La Rochelle: vue extérieure             Hôtel de Ville de La Rochelle: vue Intérieure
Vue extérieure avec le Beffroi à gauche                                          Hôtel de Ville de La Rochelle                                               Vue Intérieure
 
Le caractère de l'Hôtel de Ville porte le témoignage de l'importance que les habitants attachaient à leurs libertés communales. C'est d'ailleurs le monument le plus visité de La Rochelle.
 
Il a l'aspect d'un forteresse car il a conservé son enceinte médiévale édifiée à la fin du XVème siècle. C'est là que se sont prises les grandes décisions qui ont conditionné la vie de La Rochelle. Le mur de l'enceinte est crénelé accompagné de tours d'angles, les portes sont de style Gothique flamboyant (cf photo ci-dessus à gauche).
 
Le corps du bâtiment principal de l'hôtel de ville a été construit entre 1595 et 1606 (cf photo ci-dessus à droite). Un escalier monumental permet d'accéder au premier étage. La façade principale est très décorée et illustre l'influence italienne de l'époque. Plusieurs pièces sont à signaler: la salle des Echevins, la salle des Fêtes, le cabinet de Jean Guiton. Certaines conservent de nombreux souvenirs du siège de 1627-8.
 
Les pièces intérieures du monument ont été restaurées au milieu du XIXème siècle, une d'entre elles est dédiée au Maire Jean Guiton avec de nombreux souvenirs du Siège de La Rochelle.
 
A proximité, rue Saint Michel se trouve le Temple Protestant qui est installé dans l'ancienne église des Récollets qui elle même avait été établie sur la première salle affectée au culte Protestant en 1563.
 

La Place de Verdun

C'est l'ancienne Place d'Armes (et du Château), elle est limitée au Sud la rue Chaudrier (cf photo ci-dessous). A l'origine elle accueillait les fêtes et exercices militaires mais aussi les exécutions publiques.
 
Elle comporte de nombreux édifices remarquables à commencer par la Cathédrale Saint Louis et des maisons édifiées du XVIIème au XIXème siècles.
 
L'Hôtel de Police est installé dans un bâtiment du XVIIIème siècle (cf photo ci-dessous à gauche), les bâtiments de la rue Chaudrier sont principalement du XVIIIème et XIXème siècles.
 
Place de Verdun à La Rochelle
Place de Verdun à La Rochelle, à gauche l'Hôtel de Police et à droite la rue Chaudrier
 
 
 
Musée des Beaux-Arts à La Rochelle
 

Les Musées

La Rochelle possède de nombreux musées de qualité.
 
D'abord ceux dédiés à la mer comme le Musée de la Voile et de la Régate, le Musée Océanographique situé au Port des Minimes.
 
On peut ensuite citer le Musée du nouveau Monde dans l'Hôtel Fleuriau, le Musée d'Orbigny-Bernon avec en particulier des pièces traitant de l'histoire locale. Le Musée d'Histoire Naturelle est rue Albert-Ier.
 
                                                                            Le Musée des Beaux-Arts rue Gargoulleau
 
Le Musée des Beaux-Arts et la Bibliothèque Municipale sont situés dans les bâtiments de l'ancien évêché rue Gargoulleau (cf photo ci-contre). A l'origine cet édifice était un Grand Logis construit au début du XVIIème siècle.
 
En 1648 l'évêché de Maillezais a été transféré à La Rochelle avec l'incorporation de l'Aunis et de l'Ile de Ré prelevés sur l'évêché de Saintes.
 
En 1673, l'évêque de La Rochelle s'est alors installé dans cet édifice.
 
 
Eglise Saint Sauveur à La Rochelle
 

Les édifices religieux de La Rochelle


L'église Saint Sauveur
Elle se situe un peu en arrière des quais du Vieux-Port.
 
La première construction a été victime d'un incendie en 1418, un nouvel édifice est construit en style Gothique flamboyant. Sauf le clocher, elle est démolie par les Protestants en 1568.
 
Elle est reconstruite près d'un siècle plus tard de 1650 à 1669. A l'exception de la façade elle subit un incendie en 1705.
 
Un quatrième édifice est élevé au début du XVIIIème siècle et retouché au XIXème. L'intérieur est voûté d'arêtes et d'ogives.
 
                                                          Eglise Saint Sauveur à La Rochelle
 
Derrière l'église Saint Sauveur, le Temple Protestant occupe l'ancienne église des Recollets qui une façade Louis XV.
 
La Cathédrale Saint Louis à La Rochelle
 
La cathédrale Saint-Louis
L'évéché de La Rochelle a été créé en 1648 en remplacement de celui de Maillezais qui a été supprimé. Ce nouvel évêché réunissait aussi des territoires relevant auparavant de l'évêché de Saintes. La première cathédrale est l'église Saint Barthélémy qui a été détruite postérieurement.
 
La nouvelle Cathédrale a été édifiée, sur l'emplacement de l'ancienne église Saint Barthélémy, à partir de 1742 à l'initiative du Cardinal Fleury, ministre du roi Louis XV. Réalisée difficilement à cause de problèmes financiers, elle a été ouverte au culte en 1784 bien qu'inachevée.
 
La Cathédrale Saint Louis à La Rochelle
 
Pendant la Révolution Française, l'église est affectée au Culte de la Raison. Le culte Catholique est rétabli en 1802 et en même temps elle est remise en état et complétée, les travaux s'achèvent en 1857, sous le Second Empire.
 
Son plan est en croix latine avec une nef centrale, des collatéraux voûtés d'arêtes avec des chapelles, un transept saillant avec une coupole sur pendentifs au-dessus du carré du transept, et un choeur entouré d'un déambulatoire.
 
Le Clocher de l'église Saint Barthélémy à La Rochelle
 
Le clocher de l'église Saint Barthélémy
Ce clocher se situe près du chevet de la Cathédrale Saint Louis.
 
C'est le seul reste de l'ancienne église Saint Barthélémy. Ce clocher a été édifié au XVème siècle en style Gothique.
 
                                                    Le Clocher de l'église Saint Barthélémy à La Rochelle
 
Il a été utilisé par l'artillerie contre les armées royales pendant le siège de 1627. Le rez-de-chaussée du clocher a été aménagé à la fin du XIXème siècle dernier. On atteint le sommet par des escaliers. La décoration du clocher se compose de statues, gargouilles et sculptures avec des motifs floraux.


 



Votre Hôtel à La Rochelle   
 
 



Ile de Ré

L'Île de Ré n'est qu'à quatre kilomètres à l'Ouest de La Rochelle, ville à laquelle elle est reliée par un grand pont édifié en .
 
Elle est en réalité composée de plusieurs îles étalée sur une longueur de 30 kilomètres et sur une largeur de moins de 5 kilomètres, sa superficie est de 84 km2. Les principales agglomérations sont Saint Martin en Ré (cf photo ci-dessous), La Flotte et Ars en Ré.
 
Saint Martin sur l'Ile de Ré
Saint Martin sur l'Ile de Ré
 
Ruines de l'Abbaye des Chateliers
 
Histoire
L'île est habitée par l'homme depuis l'époque Préhistorique.
 
Pendant très longtemps l'île a fait parte du dispositif de défense de La Rochelle auquel s'est ajouté à la fin du XVIIème siècle celui de la défense du port de Rochefort.
 
L'île a été habitée dès l'époque Préhistorique. Au Moyen-Age, elle relève des comtes de Poitou et de vassaux comme les sires de Châtelaillon, les vicomtes de Thouars et les seigneurs de Mauléon.
 
Au XIIème siècle les moines Cisterciens s'implantent en établissant l'Abbaye des Châteliers ce qui entraine le développement du peuplement de l'île.
 
                            Ruines de l'Abbaye Cistercienne des Chateliers près de La Flotte
 
 
Pendant les Guerres de Religion l'île est disputée entre les Catholiques et les Protestants perce qu'elle représente un point stratégique face à La Rochelle, place forte Protestants. Ceci est encore plus vrai au début du XVIIème siècle quand Louis XIII et Richelieu décident de mettre au pas La Rochelle. Le XVIIème et le XVIIIème siècles sont des périodes de prospérité économique avec le commerce des vins, du sel et le trafic entre la France, les Antilles et l'Amérique. Maintenant l'économie de l'île est principalement basée sur le tourisme.
 
Les villes
La Flotte est un port de pêche qui est au fond d'une anse, il a connu la prospérité au XVIIIème siècle avec les échanges avec les Antilles et l'Amérique
 
Saint Martin de Ré est la principale ville de l'île, elle est active depuis le Moyen-Age. Une citadelle y a été construite en 1625 pour faire face à La Rochelle, elle a été renforcée par Vauban lors de la mise en place du port militaire de Rochefort.
 
Ars en Ré a longtemps vécu de l'exploitation du sel, des navires venant du Nord de l'Europe s'y approvisionnaient. Le bourg s'est formé autour de l'ancien Prieuré Saint Etienne qui dépendait de l'Abbaye de Saint Michel en l'Herm.
 
A l'extrémité Ouest de l'île, le Phare des Baleines rappelle qu'à une époque ces animaux y étaient fréquents.
 

Votre Hôtel à l'Ile de Ré      
 
 







La Côte d'Aunis au Nord de La Rochelle
 
Plusieurs églises situées au Nord de La Rochelle, près de la côte Atlantique méritent une visite, leur rôle militaire apparait au premier coup d'oeil car elles possèdent, à des degrés divers, des dispositifs de fortifications destinés à servir de refuge pour les populations. La plus remarquable est l'église d'Esnandes.
 
Nieul sur Mer                 Marsilly                 Esnandes
 



Façade et clocher de l'église Saint Philibert de Nieul sur Mer
 

Nieul sur Mer

Nieul sur Mer se situe au bord de l'Océan Atlantique, à 4 kilomètres au Nord de La Rochelle. De nombreuses maisons individuelles y ont été construites pour les habitants qui travaillent dans cette ville.
 
Le village conserve un château et des demeures des XVIIIème et XIXème siècles, mais le principal édifice est l'église.
 
L'église Saint Philibert
Elle est d'origine ancienne mais elle est sortie gravement détruite des Guerres de Religion au XVIème siècle.
 
                                                    Façade et clocher de l'église Saint Philibert de Nieul sur Mer
 
Ce n'est qu'au XIXème siècle qu'elle a été reconstruite avec l'ajoût d'un bras sur le transept Sud ce qui rétablit la symétrie avec le transept Nord.
 
La façade comporte un portail avec deux voussures en arc légèrement brisé, il a été réalisé au XVème siècle (cf photo ci-contre).
 
Le clocher est de plan carré avec une terrasse au sommet et son allure traduit le caractère militaire de l'édifice.
 



Marsilly

Marsilly se situe au bord de l'Océan Atlantique, à 4 kilomètres au Nord de Nieul sur Mer.
 
L'église faisait partie d'un Prieuré qui relevait de l'Abbaye de Saint Michel en l'Herm en Vendée. Elle a été reconstruite à la fin du XIVème siècle en style Gothique et avec des éléments de fortifications.
 
Elle est très endommagée pendant les Guerres de Religion, seul le clocher reste debout. Le reste de l'édifice est resté à l'état de ruines jusqu'au XIXème siècle, la nef a alors été reconstruite.
 
Façade de l'église Saint Pierre de Marsilly         Nef de l'église Saint Pierre de Marsilly
Clocher-porche et façade                                                                Eglise Saint Pierre de Marsilly                                         Nef                                
 
Le clocher-porche est puissant et ressemble à un donjon, il s'élève à 28 mètres de hauteur, son étage supérieur octogonal a disparu. Les trompes permettant le passage de la forme carré à la forme octogonale ainsi que la voûte avec huit nervures qu'elles supportent restent visibles. Des souches d'échauguettes sont également apparentes et des coursives crenelées rappellent le rôle militaire de l'édifice.
 
Le portail est en arc brisé, une courte travée relie le porche à la nef, elle comporte deux groupes de trois niches trilobées à gâbles.
 



Esnandes

Esnandes se situe au bord de l'Océan Atlantique, à 3 kilomètres au Nord de Marsilly et à un plus de 10 de La Rochelle. C'est un ancien village de pêcheurs qui est maintenant plutôt tourné vers l'élevage des huitres et des moules. Des promenades en haut des falaises de la côte permettent de découvrir de beaux panoramas.
 
Eglise Saint Martin d'Esnandes
 
L'église Saint Martin
A l'origine, sur ce site, était établi une église en bois qui a été détruite par les Normands à la fin du IXème siècle.
 
Au début du XIème siècle une nouvelle église est construite en style Roman elle relevait de l'Abbaye de Saint Jean d'Angély. Elle faisait partie d'un Prieuré dédié à Saint Martin.
 
Un village s'est développé autour de ce prieuré.
 
Façade et Clocher de l'église Saint Martin d'Esnandes
 
Elle est reconstruite et fortifiée à partir de 1364 afin de servir de refuge pour les populations frappées par par les dévastations des armées Françaises et Anglaises au début de la Guerre de Cent Ans (cf photo ci-contre).
 
L'édifice a donc l'allure et les caractéristiques d'une forteresse massive (cf photo au-dessous)
 
Cette église est le plus bel exemple des églises fortifiées de l'Aunis.
 
Partie Romane
Il ne subsiste de la façade Romane que la partie inférieure (cf photo ci-dessus). Cet ouvrage est remarquable, les contreforts formés de deux colonnes cylindriques la divisent en trois parties, les chapiteaux des ces colonnes sont sculptés avec des personnages et animaux fantastiques.
 
Partie inférieure de la façade de l'église Saint Martin d'Esnandes
Partie inférieure en style Roman de la façade Ouest de l'église Saint Martin d'Esnandes
 
Le portail central comporte trois voussures en arc légèrement brisé. La voussure polylobée est un ajout postérieur du XVème siècle restauré à la fin du XIXème. Les trois voussures portent des motifs sculptés et une bande sculptée de treillis entoure la dernière voussure.
 
Les arcs latéraux sont aveugles et divisés en trois parties, le haut possède deux voussures sans décoration. Au mileu le haut des colonnes portant les voussures ont des chapiteaux sculptés, l'arc à droite sur la photo possède au centre une statue d'évêque très abimée et dont la tête a disparu. Dans la partie basse le haut des colonnes ont aussi des chapiteaux sculptés et au niveau de ceux-ci apparait une décoration avec une bande sculptée par des motifs composés de palmettes.
 
Corniche de la façade de l'église Saint Martin d'Esnandes
Corniche (modillons et métopes) de la partie inférieure en style Roman de la façade Ouest de l'église Saint Martin d'Esnandes
 
Au-dessus des trois arcs une corniche (cf photo ci-dessus) présente des modillons et métopes sculptés sur des thèmes varies: bestiaire, acrobates, musiciens, têtes de femmes, crabes, roues, etc.
 
L'église Gothique
Eglise Saint Martin d'Esnandes   Eglise Saint Martin d'Esnandes
Vue d'ensemble du Sud-Ouest                                 Eglise Saint Martin d'Esnandes                                 Vue du Nord-Ouest
 
Intérieur de l'église Saint Martin d'Esnandes
 
L'église reconstruite à partir de 1364 a une forme rectangulaire, côté Sud-Ouest elle est surmontée par un clocher de plan carré qui a une allure de donjon, il a été restauré en 1633.
 
Vue de l'extérieur, un chemin de ronde crénelé et des machicoulis illustrent bien le caractère militaire de l'édifice. Des bretèches protègent chaque ouverture.
 
La réalisation de ces renforcements a été difficile en raison du poids de ces fortifications. Une chemise de pierre a été plaquée sur les murs existants, on aboutit ainsi à une épaisseur des murs de près 3,5 mètres.
 
A l'intérieur elle est divisée en trois vaisseaux par des arcades portées par des piliers cylindriques (cf photo ci-contre), les piliers ont été restaurés au XVIIème siècle. Un escalier permet d'accéder au chemin de ronde et aux remparts.
 
Intérieur de l'église Saint Martin d'Esnandes
 
Les grandes baies de style Gothique rayonnant et flamboyant (cf photo ci-dessus à droite) possèdent meneaux, trilobes, soufflets et mouchettes, elle rendent l'église très claire.
 
Ces grandes baies possèdent meneaux, trilobes, soufflets et mouchettes, elle rendent l'église très claire.
 
L'église a été pillée par les Protestants en 1562 et 1567 et elles endommagée au moment du Siège de La Rochelle.
 
Elle a été restaurée à la fin du XIXème siècle.
 





La Côte d'Aunis au Sud de La Rochelle

 
Angoulins           Châtelaillon           Fouras          Rochefort          Brouage          Marennes
 



Angoulins

Angoulins se situe au bord de l'Océan Atlantique, à 4 kilomètres au Sud de La Rochelle et à la même distance au Nord de Châtelaillon. Elle possède des petite plages et une baie protégée par la Pointe du Chay.
 
Le village conserve une église dont l'origine remonte à la fin du Xème siècle, en 993 elle est attribuée à l'Abbaye Saint Pierre de Bourgueil sans doute par Emma de Blois alors comtesse de Poitiers. Au XIème siècle elle passe sous la tutelle de l'Abbaye Saint Cyprien de Poitiers.
 
Façade de l'église Saint Pierre d'Angoulins         L'église Saint Pierre d'Angoulins
L'église Saint Pierre d'Angoulins
 
Cette église a été reconstruite à la fin du XVème siècle, elle comporte une nef encadrée par un collatéral de chaque côté.
 
Le chevet (cf photo ci-dessus à droite) est fortifié, un chemin de ronde avec machicoulis relie trois échauguettes implantées en haut des contreforts.
 
La façade Ouest est pourvue d'un portail avec accolades et crochets, de style Gothique flamboyant (cf photo ci-dessus à gauche).
 
L'église conserve deux fenêtres de style Roman dont l'une est décorée de pointes de diamant et de palmettes.
 



Châtelaillon

Chatelaillon se situe sur la côte Atlantique à moins de dix kilomètres au Sud de La Rochelle. De grands travaux ont été nécessaires pour reconstituer une grande plage sur plus de 3 kilomètres de longueur.
 
Histoire
Au Moyen-Age, Châtelaillon est le siège d'une seigneurie significative et la ville est importante avec un puissant château-fort. Elle décline totalement suite à l'émergence de La Rochelle au XIIème siècle. Elle ne réapparait qu'au moment où se développent les Bains de Mer .
 
Les seigneurs de Châtelaillon
Au Xème siècle une viguerie (juridiction civile et judiciaire) existe à Châtelaillon, avec l'émergence de la féodalité elle devient une seigneurie.
 
Eble de Châtelaillon est un seigneur turbulent avec une puissante forteresse établie dans la ville. Son domaine s'étend sur une partie de l'Aunis et sur l'île de Ré, il tente de s'emparer de la moitié de l'île d'Oléron qui appartient à l' Abbaye de la Trinité de Vendome, il est excommunié et doit composer avec le duc Guillaume IX d'Aquitaine.
 
Sous son fils Isembert Châtelaillon devient la ville la plus importante et la mieux fortifiée d'Aunis. Isembert est lui aussi en conflit avec le duc Guillaume X d'Aquitaine, à la fin de 1131 les troupes du duc s'emparent de Châtelaillon et de sa forteresse et à cette occasion créent la ville neuve de La Rochelle. A partir de là Châtelaillon perd de son influence et décline au profit de sa jeune voisine qui bénéficie de l'arrivée d'une partie de ses habitants.
 
Plus tard le roi de France Louis VII époux d'Aliénor d'Aquitaine restitue aux neveux d'Isembert de Chatelaillon, Eble de Mauléon et Geoffroy de Rochefort une partie de leur héritage.
 
Dans sa partie Nord la ville conserve les restes d'une forteresse protégée par un donjon et 14 tours.
 
La station balnéaire
Châtelaillon possède une belle plage qui fait plus de trois kilomètres de longueur. Dans la partie Sud des petites entreprises exploitent près de 250 hectares de parcs à huitres font aussi l'élevage des moules.
 

La plage de la station balnéaire de Châtelaillon
 
A la fin du XIXème siècle, suite à l'arrivée du chemin de fer, les bains de mer sont à la mode et de très nombreuses villas sont construites sur, ou à proximité, de la côte Atlantique, un Casino est édifié (cf photo ci-dessous). Une digue est construite sur le front de mer en 1894
 

Le Casino de la station balnéaire de Châtelaillon
 
 

Votre Hôtel à Châtelaillon   
 



Fouras

Fouras est à une quinzaine de kilomètres au Sud de Châtelaillon et à une dizaine à l'Ouest de Rochefort. C'est une une station balnéaire dotée de belles plages et d'un Casino.
 
Ce village s'est formé autour d'une forteresse dont la mission était de garder l'estuaire de la Charente. Elle est siège d'une châtellenie dès le XIème siècle. Vauban renforce les enceintes de ce château au XVIIème siècle et fait construire des forts complémentaires (Pointe de la Fumée, Enet, Lapointe) pour mieux protéger Rochefort.
 
Château de Fouras au bord de l'Océan Atlantique
Château de Fouras au bord de l'Océan Atlantique
 
Le château (cf photo ci-dessus) conserve en son centre un puissant donjon du XVème siècle qui s'élève à près de 40 mètres de hauteur et permet de découvrir un beau panorama. Une triple enceinte a été réalisée entre 1680 et 1710.
 
L'Île d'Aix n'est qu'à 4 kilomètres à l'Ouest de la Pointe de la Fumée. Le Fort de la Rade a été construit par Vauban autour de 1700. C'est dans cette île que Napoléon Ier a stationné en juillet 1815 avant son départ pour l'Île de Sainte Hélène.
 

Votre Hôtel à Fouras   
 



Rochefort

Rochefort est une ville située à 30 kilomètres au Sud de La Rochelle, dans une boucle de la Charente et près de la côte Atlantique, c'est à la fois un port fluvial et un port maritime.
 
Histoire
Sur ce site était implanté un château-fort dès le Moyen-Age. un bourg de pêcheurs et de marins s'était formé autour de lui.
 
Pour autant, la ville a été réellement fondée en 1665 à l'initiative de Cobert, pendant le règne du roi Louis XIV pour répondre aux besoins de la Marine de guerre. Son site, un peu en retrait du rivage de l'Océan Atlantique et sur une hauteur, facilitait sa protection. Elle était d'ailleurs protégée par un fort dispositif de remparts dès 1675. Dès 1676 des navires de guerre avaient été réalisés et étaient opérationnels.
 
A la fin du XVIIème siècle la ville compte déjà environ 15000 habitants, des ouvriers et des marins avec leurs familles, au XVIIIème siècle s'y ajoutent des militaires qui sont hébergés dans des casernes.
 
En 1780, le Marquis de La Fayette est parti de Rochefort pour participer à la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis. Pendant la Révolution Française Rochefort sert de point d'embarquement pour les ennemis de la République, en particulier les prêtres réfractaires, qui sont déportés dans les îles lointaines qui appartiennent à la France.
 
Le Pont transbordeur sue la Charente a été édifié à la fin du XIXème siècle, de 1898 à 1900.
 
Depuis la fin du XXème siècle Rochefort est devenu une ville thermale, avec ses eaux chaudes à 41°C et minéralisées (sources de l'Empereur), pour soigner les maladies dermatologiques, articulaires et veineuses.
 
La Place Colbert à Rochefort
La Place Colbert à Rochefort
 
La rue de la République à Rochefort
 
La ville est organisée principalement selon un plan en damier et donc avec des rues en lignes droites et se coupant à angles droits.
 
La Place Colbert (cf photo ci-dessus) est le coeur du centre-ville, l'Hôtel de Ville est installé dans l'Hôtel d'Amblimont construit au XVIIIème siècle.
 
Sur le côté Est de cette place la rue de la République comporte de nombreux beaux immeubles (XVIIIème et XIXème siècles) dont celui occupé par le Théâtre de la Coupe d'Or (cf photo ci-contre).
 
Dans la rue du Dr Pujos se trouve l'Hôtel de La Touche-Tréville qui est bien décoré, c'est l'actuel Palais de Justice.
 
La rue de la République à Rochefort avec à gauche le Théâtre
 
Le Musée National de la Marine est situé dans l'Hôtel de Cheusses qui est du début du XVIIème siècle, il avait été construit sur l'emplacement de l'ancien château médiéval. A la fin du XVIIème siècle il est devenu la résidence des Chefs d'Escadre commandant la Marine royale puis le siège de l'intendance et enfin celui du Commissariat à la Marine.
 
Le Musée Pierre Loti est installé dans la maison qu'occupait l'écrivain qui est né à Rochefort, auteur connu de romans exotiques: Pêcheurs d'Islande, Ramuntcho, etc. Il a meublé cette maison avec des objets rapportés de ses voyages.
 
 

L'Arsenal

Entrée de l'Arsenal de Rochefort
Entrée de l'Arsenal de Rochefort
 
Bassin de radoub de l'Arsenal de Rochefort
 
L'Arsenal est la première construction de la ville (cf photo ci-dessus). Trois bassins de radoub (cf photo ci-contre) permettaient de mettre les navires à sec pour effectuer les réparations utiles.
 
Pendant tout le XVIIIème siècle environ 8000 ouvriers étaient capables de traiter trois navires par an.
 
Outre la Corderie d'autres installations contribuaient aux chantiers: fonderie, forges, scierie. Des sculpteurs réalisaient les proues et les poupes des navires.
 
Bassin de radoub de l'Arsenal de Rochefort
 
L'Arsenal a été fermé en 1927, ce qui a déstabilisé l'activité économique de la ville.
 
La Caserne Martrou a d'abord servi à héberger les troupes qui halaient les navires jusqu'à l'embouchre de la Charente. Elle a ensuite hébergé les bagnards qui travaillaient à l'Arsenal.

 
Le Pont Transbordeur
Dans le Sud de la ville se trouve le Pont Transbordeur qui permettait de franchir la Charente, il a été construit en 1900, il fait 175 mètres de longueur et s'élève à plus de 50 mètres au-dessus des eaux de la rivière. Les voitures étaient transportées sur une nacelle.
C'est un chef-d'oeuvre de l'architecture métallique et on y découvre de belles vues sur la Charente.
 
 

La Corderie royale

La Corderie de l'Arsenal de Rochefort
La Corderie de l'Arsenal de Rochefort
 
Le grand bâtiment de la Corderie royale s'appuie sur des fondations réalisées par un radeau de pièces de chêne, il fait 370 mètres de longueur (cf photo ci-dessus). En face se situaient les magasins particuliers qui ont disparu
 
Sa construction a commencé en 1666, près de 2000 ouvriers y ont participé pendant quatre ans. Son activité était la production de cordages pour les navires, ils étaient réalisés à partir du chanvre puis goudronnés en phase finale. Cette production a été arretée en 1867. La Corderie a été restaurée entre 1976 et 1988. Le Centre international de la Mer est établi dans la Corderie royale, il présente l'histoire de la Corderie et des cordages qui y étaient produits.
 
A la sortie Sud-Ouest de Rochefort, de l'autre côté de la Charente se trouve le village de Soubise. Au Moyen-Age il était le siège d'une baronnie. Il a été érigé en principauté au XVIIIème siècle au bénéfice de la famille de Rohan. L'église est du XIIIème siècle et en partie de style Gothique.
 

Votre Hôtel à Rochefort   
 



Brouage

Brouage se situe à une dizaine de kilomètres au Sud-Ouest de Rochefort dans la zone marécageuse des estuaires de la Charente et de la Seudre.
 
Remparts de la ville de Brouage
Remparts de la ville de Brouage
 
Plan de l'ancienne citadelle de Brouage
 
La ville a été fondée en 1555 par Jacques de Pons pour le commerce du sel.
 
Au début du XVIIème siècle, Richelieu en fait un important port de guerre sur la côte Atlantique. Les remparts forment un carré de 400 mètres de côté avec sept bastions à échauguettes. Deux portes percent les remparts.
 
Assez rapidement le port s'est envasé et est devenu inutilisable. Un demi-siècle plus tard Colbert choisit de faire porter ses efforts sur Rochefort à quelques kilomètres au Nord.
 
En 1685 la Révocation de l'Edit de Nantes accentue son inexorable déclin. Au XVIIIème siècle le village devient de fait une prison. Délaissé au XIXème, Brouage est devenu un site touristique au XXème siècle même s'il ne conserve que peu d'habitants.
 
Plan de l'ancienne citadelle de Brouage
 
Le petit village a conservé ses fortifications (cf photo ci-dessus et plan ci-contre). L'église Saint Pierre est une construction du début du XVIIème siècle.

 
Brouage est la ville natale de Samuel Champlain qui a exploré le Canada à la fin du XVIème siècle puis est devenu Gouverneur du Québec pour la France. La ville symbolise l'amitié franco-québecoise.
 



Vente d'huitres de Marennes
 

Marennes

Marennes se situe à moins de cinq kilomètres au Sud-Ouest de Brouage sur la rive Nord de l'estuaire de la Seudre, près de l'accès au Viaduc d'Oléron. Elle est en fait sur une ancienne île entourée maintenant par des marais et des parcs d'huitres, Marennes est devenue une sorte de capitale de l'huitre.
 
Vente d'huitres de Marennes
 
La seigneurie de Marennes existait au XIème siècle, elle appartenait à l'Abbaye aux Dames de Saintes. Après la Guerre de Cent Ans elle passe aux sires de Pons en récompense de leur contribution à la lutte contre les Anglais.
 
L'église Saint Pierre de Sales a été endommagée par les Protestants au moment des Guerres de Religion, puis reconstruite par l'Abbaye aux Dames de Saintes. Le clocher est de style Gothique flamboyant, il s'élève à 85 mètres de hauteur.
 
A proximité du bourg se trouve le château de la Gataudière qui a été construit au XVIIIème siècle sur l'emplacement d'une ancienne forteresse.
 







Surgères

Surgères est une ville qui se situe à l'intérieur des terres, à une quarantaine de kilomètres à l'Est de La Rochelle et à une trentaine de kilomètres au Nord-Ouest de Saint Jean d'Angély.
 
A la fin du XIXème siècle, la ville est devenue un important centre de production laitière comme en témoigne la célébrité du Beurre de Surgères.
 
Tour de l'enceinte du château de Surgères
 
Histoire
Elle est implantée sur une hauteur dans une boucle de la Gères. La ville remonte à la fin de l'époque Carolingienne avec bourg qui s'est formé autour de la Collégiale Saint Pierre. Ensuite, au début du Xème siècle, la construction d'un point fort par les comtes de Poitiers permet de surveiller les marais alentour et de se protéger des incursions des Normands. Des habitations s'implantent autour de la forteresse.
 
Les comtes placent un châtelain pour garder le château, à la fin du XIème siècle celui-ci devient de fait le seigneur du lieu, il a pour nom Hugues, son successeur est Guillaume Maingot. Ses successeurs portent le même nom et l'un deux est Sénéchal pour les ducs d'Aquitaine Henri II Plantagenêt et Richard Coeur de Lion. Son fils qui porte le même nom devient officiellement seigneur de Surgères à l'occasion des luttes entre Jean sans Terre et le roi de France Philippe II Auguste.
 
Au milieu du XIVème siècle, la seigneurie de Surgères passe par mariage successivement dans de nouvelles familles seigneuriales.
 
Tour de l'enceinte du château de Surgères
 
Pendant toute cette période, le château est protégé par une puissante enceinte comportant une vingtaine de tours. Cette enceinte a été détruite en 1471 sur ordre du roi Louis XI.
 
L'enceinte a été reconstruite au XVIème siècle. La ville fait ensuite partie des domaines de la famille de La Rochefoucaud.
 
Enceinte du château de Surgères
Enceinte du château de Surgères
 

L'église Notre-Dame

Elle est due à l'initiative de Hugues Maingot, seigneur de Surgères, et de sa femme Pétronille de Dampierre sur Boutonne en 1097. Elle a été construite au XIIème siècle par les Abbés de la Trinité de Vendôme. Elle est située à l'intérieur des anciennes fortifications médiévales du château de la ville.
 
Eglise Notre-Dame de Surgères   Façade de l'église Notre-Dame de Surgères
Transept, clocher et nef vus du côté Nord                                 Eglise Notre-Dame de Surgères                                     Façade
 
Sculptures des chapiteaux des colonnes-contreforts de la façade de l'église Notre-Dame de Surgères
 
La façade est remarquable (cf photo ci-dessus à droite et ci-dessous), elle fait 23 mètres à la base et elle est encadrée par deux faisceaux de colonnes qui servent de contreforts, les chapiteaux sculptés sont intéressants (cf photo cicontre).
 
Sculptures des chapiteaux des colonnes-contreforts de la façade Ouest
 
Cette façade comporte de nombreuses autres sculptures intéressantes, les voussures ont des motifs sculptés variés: dents de scie, pointes de diamants, besants,..., et certains cordons portent de petits personnages.
 
Le niveau bas est relativement symétrique ce qui n'est pas le cas du niveau supérieur. Au niveau bas, le portail central et une arcature sont ouverts, les autres arcatures sont aveugles. La corniche est supportée par des modillons sculptés (cf photo ci-dessous).
 
A l'étage, côté Nord, une grande baie en plein cintre correspond aux deux arcades inférieures les autres sont désynchronisées entre les deux niveaux.
 
La fenêtre centrale est une reprise du XIXème siècle (à la place d'une baie Gothique du XVème), elle est entourée par deux sculptures de cavaliers censés figurer les deux fondateurs de l'église: Hugues Maingot et Geoffroy, abbé de la Trinité de Vendôme.
 
Partie Nord de la corniche du niveau bas de la façade de l'église Notre-Dame de Surgères
Partie Nord de la corniche du niveau bas de la façade de l'église Notre-Dame de Surgères
 
Façade de l'église Notre-Dame de Surgères
Façade de l'église Notre-Dame de Surgères
 
Le clocher et la nef ont été sérieusement endommagés pendant la Guerre de Cent Ans. Le clocher a été rehaussé à la fin du XIXème siècle.
 
Clocher de l'église Notre-Dame de Surgères     Nef de l'église Notre-Dame de Surgères
Clocher                             Eglise Notre-Dame de Surgères                                 Nef
 
A l'intérieur, la triple nef (cf photo ci-dessus à droite) avait six travées Romanes à l'origine, les fenêtres à colonnettes des murs latéraux en gardent le témoignage. Elles ont été réduites à quatre aux XVème et XVIème siècles.
 
Elles sont recouvertes par une charpente portée par des arcades reposant sur de puissants piliers, la nef centrale s'élève à 18 mètres dans l'axe.
 
Dans la nef et le choeur de nombreux chapiteaux comportent de belles sculptures (cf photo ci-dessous à gauche).
 
 
Sculpture de la nef                             Eglise Notre-Dame de Surgères                                 Clocher, transept et chevet
 
La croisée du transept est recouverte par une coupole sur trompe qui est elle-même surmontée par le clocher, les bras du transept ont été modifiés au XVème siècle, les absidioles Romanes ont été remplacées par des chapelles rectangulaires de style Gothique (cf photo ci-dessus à droite). Néanmoins ces bras restent voûtés en berceau.
 
Le clocher a une base carrée surmontée par un étage octogonal avec 16 colonnes qui encadrent des doubles baies très étroites, les ouvertures de celles-ci sont elles-mêmes encadrées par des doubles-colonnes (cf photo ci-dessus et au-dessus à gauche).
 
L'abside en hémicycle a été établie sur une crypte qui conserve des peintures murales du XVIème siècle.
 
Le choeur et l'abside possèdent de belles sculptures en particulier sur les chapiteaux en haut des colonnes. A l'extérieur les modillons de la corniche présentent aussi de remarquables sculptures avec des sujets variés (cf photo ci-dessous), même les métopes sont parfois décorées.
 

Sculptures du chevet de l'église Notre-Dame de Surgères
 

Votre Hôtel à Surgères   
 



 
Visitez:
 
La Charente-Maritime          La Rochelle et l'Aunis          Royan et la Côte de Beauté           Saintes              La Saintonge Romane
 
L'Aquitaine             La Gironde             La Dordogne              Les Pyrénées-Atlantique            Le Pays Basque
 
 





Saintes

Saintes est une ville du département de la Charente-Maritime située à environ 70 kilomètres au Sud-Est de La Rochelle et à un peu moins de 100 kilomètres au Nord de Bordeaux.
 
Panorama sur Saintes avec la Charente au premier plan
Panorama sur Saintes avec la Charente au premier plan et le quartier Saint-Pierre à l'arrière-plan
 
Elle est située sur les bords de la Charente (principalement sur la rive gauche) et c'est l'ancienne capitale de la Saintonge qui se retrouve en majeure partie dans le département de la Charente-Martime. Saintes est maintenant une sous préfecture de ce département.
 
Arc de Germanicus à Saintes
 
La ville de Saintes a un passé historique prestigieux. Elle apparait au début du Ier siècle avec le nom de Mediolanum Santonum comme étant la première capitale de la Province d'Aquitaine définie par l'Empereur Auguste.
Mediolanum est alors doté d'un ensemble de monuments remarquables dont plusieurs subsistent, en particulier l'Amphithéâtre et l'Arc de Germanicus.
 
Au Moyen-Age la ville est une étape importante pour les pélerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle et toute la région se couvre d'églises Romanes.
 
Ville frontière pendant la Guerre de Cent Ans, elle est à nouveau en danger pendant les Guerres de Religion car elle est un foyer important du Protestantisme.
 
La ville a connu une période de prospérité au XVIIème siècle grâce au commerce des vins et eaux-de-vie produits dans la vallée de la Charente.
 
                                                                                                Arc de Germanicus
 
Mais c'est surtout au XIXème siècle que la ville a reçu les aménagements qui l'ont restructurée et modifié son apparence.
 
Ce commerce et celui des produits agricoles sont toujours présents dans l'activité économique de la ville, à celà il faut maintenant ajouter le contribution du tourisme culturel qui est devenu de plus en plus significatif.
 
La Saintonge est une des régions où l'Art Roman du Moyen-Age (XIème et XIIème siècles) s'est le mieux épanoui, cela traduit sans doute sa prospérité à cette époque.
 
Après une description de la ville un exposé historique permet de restituer son évolution à travers les siècles.
 
Ensuite la visite de Saintes s'effectue selon une trame chronologique, d'abord la période Gallo-Romaine, puis le Moyen-Age avec les églises remarquables et enfin les évolutions de la période moderne.
 
 
Description de la Ville         Histoire de Saintes           Mediolanum Santonum           Musée Lapidaire
 
Le Moyen-Age         Eglise Saint Eutrope         Abbaye aux Dames         Cathédrale Saint Pierre         Les Jacobins
 
Saintes moderne          
 

 
La Saintonge Romane                     En savoir plus sur l'Art Roman
 
 
L'amphithéatre de Mediolanum (Saintes)
L'amphithéatre de Mediolanum (Saintes)
 

 
Visitez Saintes                                         Votre Hôtel à Saintes   
 
 



Parcourir la Saintonge Romane

La Saintonge prise en compte ici correspond en fait au département de la Charente-Maritime, c'est à dire avec l'Aunis et l'ancienne Vicomté d'Aulnay (qui faisait jadis partie du Poitou) mais sans la région de Cognac, maintenant située dans le département de la Charente.
 
La Saintonge est une des régions où l'Art Roman (XIème et XIIème siècles) s'est le mieux épanoui, cela traduit sans doute sa prospérité à cette époque.
 
Les plus modestes villages de cette région conservent des églises remarquables de style Roman, on en dénombre plusieurs centaines ce qui n'a pas d'équivalent en France et même au-delà.
 
Eglise Romane Sainte Radegonde de Talmont sur Gironde
 
Les architectes et artistes médiévaux sont parvenus a concevoir et réaliser en Saintonge des édifices exceptionnels: ainsi l'église d'Aulnay et celle de Talmont sur Gironde sont classées au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
 
Eglise Romane Sainte Radegonde de Talmont
 
En Aunis il faut signaler l'église de Surgères.
 
La partie Sud-Est de la Saintonge conserve de beaux édifices, ainsi à Pons, Jonzac et Montguyon par exemple.
 
Les plus grands édifices se trouvent à Saintes.
 
La plupart des autres, ceux des villages présentent un plan simple: une façade souvent tripartite qui débouche sur une nef unique suivie d'une travée surmontée par le clocher. Ensuite se trouve le choeur et une abside voûtée en cul-de-four.
 
Le portail de la façade est sans tympan mais possède bien souvent un décor sculpté, un cas spectaculaire est Fenioux.
 
Les chevets sont souvent en hémicycle avec des fenêtres étroites, quelques-uns sont originaux comme ceux de Rioux et Rétaud.
 
Ces édifices sont parfois dûs à l'initiative de seigneurs féodaux et aux nombreuses abbayes du Poitou, de la Saintonge et des régions alentour qui développaient leur réseau de Prieurés.
 
Autre facteur important, les chemins du pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle, en effet les ressources données par les nombreux pélérins contribuent à l'édification des plus belles églises Romanes. En pratique, souvent, tous ces facteurs jouent simultanément.
 






Quelques églises Romanes de la Saintonge

En savoir plus sur la Saintonge Romane
 
L'Aunis :       Esnandes       Surgères       Vandré      
 
Nord-Est :       Aulnay       Saint Mandé sur Brédoire       Cherbonnières       Matha      
 
Nord de Saintes :       Les Nouillers       Bignay       Fenioux       Annepont       Le Douhet
 
Saintes :       Saint Eutrope       Abbaye aux Dames      
 
Sud-Ouest de Saintes :       Chermignac       Preguillac       Berneuil       Colombiers       Retaud       Thézac       Meursac       Rioux      
 
Montpellier de Médillan       Thaims       Tesson       Gémozac       Givrezac       Champagnolles       Bois      
 
Rives de la Gironde :       Corme-Ecluse       Grézac       Cozes       Arces       Talmont       Saint Fort
 
Sud-Est de la Saintonge :       Pons       Avy       Biron       Chadenac       Marignac       Mosnac       Clion       Plassac      
 
Saint Dizant du Bois       Mirambeau-Petit Niort       Jonzac       Montguyon      
 








Visitez 
Vallée de la Vienne     Eglises Romanes du Poitou     Poitiers     Eglises de Poitiers     Chauvigny     Chatellerault    Deux-Sèvres (79)
 

 
Visitez le Limousin           La Haute-Vienne (87)           La Creuse (23)           La Corrèze (19)           Eglises Romanes du Limousin

 
Informez-vous sur la société féodale du Poitou:  
Les Comtes de Poitiers     Seigneurs du Poitou     Vicomtes de Thouars     Vicomtes de Chatellerault     Seigneurs de Parthenay
 





Hotels de la Vendée (85)
Voici des hôtels dans le Département de la Vendée qui possède plusieurs sites balnéaires sur la Cote Atlantique, en particulier Les Sables d'Olonne et l'Ile de Noirmoutier.

Les Sables d'Olonne   La Roche sur Yon   Fontenay-le-Comte   Saint Gilles Croix de vie   La Tranche sur Mer   Noirmoutier


La belle plage des Sables d'Olonne

Liste d'Hotels complémentaires :    Hotels du Département de la Vendée








Guides sur le Poitou et les Charentes

Guides Gallimard :   Le Poitou-Charentes      Guides Bleus :   Poitou-Charente
 
Guides Hachette :   Vendée, Charentes et Deux-Sèvres     
 
Guides Verts (Michelin) : Poitou - Vendée - Charentes    Berry, Limousin
 
Guides Atlas :   Vendée et Pays Poitevin      Le Limousin
 
Guides du Routard : Poitou - Charentes      Poitou-Charentes - Vendée     
 
Guides Petit Futé : Poitou-Charente - Vendée      Poitiers      Niort
 
D'autres livres sur le Val de Loire et le Centre      Cartes sur les régions de France
 

Cartes du Poitou et des Charentes

Régionales  
IGN :   Poitiers - Loches    Nantes - La Roche sur Yon    La Rochelle - Royan    Aquitaine touristique
 
Michelin :   Poitou-Charentes    Aquitaine    Auvergne - Limousin    Atlas Michelin: Poitou-Charentes
 
Départementales  
IGN : Vienne    Haute-Vienne    Deux-Sèvres    Charente    Charente-Maritime
 
Michelin : Deux-Sèvres - Vienne    Charente - Charente-Maritime    Creuse - Haute-Vienne
 
Séries Bleue et Randonnée IGNThouars   Loudun   Parthenay   Bressuire   Niort   La Roche-sur-Yon   Poitou-Charentes - Vendée
 
  Autres Cartes Série Bleue IGN       Autres Cartes Série Top 25 IGN
 
Cartes Promenades IGN :    Poitiers - Loches    Thouars - Puy Notre Dame    Cholet - Niort    Niort - Angoulême   
 



Vous pouvez acheter des livres sur   le Poitou, l' Anjou, le Blésois-Sologne, Paris, le Val de Loire, la Touraine , le Maine, le Pays Chartrain, l' Orléanais-Berry, les Charentes, et la Bretagne ainsi que des ouvrages plus spécialisés sur l'Histoire de France et les Chateaux de la Loire.
Documentez vous sur le Moyen-Age, les Chateaux-forts, les Cathédrales et les Abbayes.
 
Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques. Pour vous distraire voici les Abums Tintin et les Albums Astérix. L'accés à la Librairie de FranceBalade se trouve en bas de page.
 



Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans   L'Anjou   Angers   Saumur   Le Saumurois                   Le Poitou Roman      La Saintonge Romane
 
Le Poitou   Poitiers   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres    La Charente-Maritime    La Rochelle    Royan    Saintes   
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux  Issoudun  La Châtre  Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne  Creuse  Corrèze  Limousin Roman   Auvergne  Allier  Puy de Dôme  Cantal  Haute-Loire
 
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 


     Avec Google