Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Europe   Royaume-Uni   Allemagne   Benelux   Italie   Espagne Portugal   Grèce  
 
Chartres  Orléans  Blois  Amboise  Tours  Chinon  Saumur  Angers  Nantes  Le Mans

Montoire, Trôo, Saint Jacques des Guerets

Réservez votre Hotel dans le Val de Loire         Réservez votre Hotel à Vendôme
 
Vous etes ICI : Accueil > Val de Loire > Vendômois > Montoire 
Montoire est la capitale du Bas-Vendômois à une vingtaine de kilomètres à l'Ouest de Vendôme, elle se situe sur le Loir et la partie de la Vallée du Loir autour de cette ville a toujours été appréciée.
 
Vue du Pont sur le Loir, au fond la place et l'église
Vue du Pont sur le Loir, au fond la place et l'église
 
 
La ville et sa région ont toujours eu une certaine autonomie par rapport à Vendôme.
 
Montoire est favorisée par la topographie de la Vallée du Loir à partir du village du Gué du Loir qui marquait en fait la frontière entre Carnutes et Cénomans à l'époque des Gaulois.
 
Au Moyen-Age, Montoire prend de l'importance et devient devient le siège d'une seigneurie qui s'appuie sur un château-fort dont les ruines dominent toujours la ville.
 
La Chapelle Saint Gilles conserve des fresques Romanes.
 
La région de Montoire est dotée d'un ensemble important d'églises médiévales qui conservent des fresques intéressantes (par exemple à Saint Jacques des Guérets), ce qui atteste une population significative dès les temps les plus anciens et en particulier depuis le Haut Moyen Age. Le Poëte Ronsard est originaire de Couture qui est à 15 kilomètres à l'Ouest de Montoire.
 
Autour de Montoire:               Trôo                         Saint Jacques des Guérets                             Lavardin
 
Lavardin s'est développé au bas d'un éperon facile à défendre et qui a permis la construction d'un château-fort impressionant. Celui-ci a été très vite contrôlé par les comtes de Vendôme.
 
Trôo a une origine très ancienne comme l'indique son nom, ce village se singularise toujours par ses habitations troglodytes. Saint Jacques des Guérets et Saint Genest de Lavardin ont des fresques murales dont certaines remontent au XIIème siècle.
 
L'église d'Artins est également très ancienne et celle de Saint Martin des Bois est intéressante, dans le même bourg se trouvent les restes de l'Abbaye Saint Georges des Bois.
Le village des Hermites est à l'image de son nom, un endroit isolé et tranquille dans la campagne de la Touraine.
 



Visite de Vendôme et du Vendômois
 
Vendôme     Abbaye de la Trinité     Chateau et fortifications médiévales     Vendôme au Moyen Age     Les Vendômois célèbres
 
Le Vendomois     Lavardin,    Montoire,     Vallée du Loir ,   Mondoubleau  ,   Saint Calais   ,   Chateaurenault
 
Comtes de Vendome     Bourbons-Vendome     Seigneurs du Haut Vendomois     Seigneurs du Bas Vendomois    
 
Seigneurs de Mondoubleau    Seigneurs de Fréteval   
 


Montoire

Montoire est une ville d'origine relativement récente par rapport aux bourgs et villages du voisinage (Artins, Trôo).
 
A l'époque Celtique et Gallo-Romaine son emplacement faisait partie du Pays Labricin (Trôo). En fait Montoire n'apparait qu'autour de l'an 1000 comme appartenant au comte de Vendôme, Bouchard le Vénerable. Peu après apparait le premier seigneur de Montoire, Nihard.
 
Le château féodal est en ruines, il était le siège de la seigneurie de Montoire qui dépendait du comte de Vendôme.
 

Château médiéval de Montoire, vue du côté nord
 
Montoire: le Couvent des Augustins
 

Le Centre Ville

A l'origine, la population était basée sur la rive gauche du Loir, entre le château et la rivière. A partir du XIème siècle, des habitations apparaissent sur la rive droite, puis la ville se développe jusqu'à des fossés (rue Jean Mermoz, boulevard des Alliés), ceux -ci ont été comblés pendant le Second Empire au milieu du XIXème siècle.
 
A ce moment la ville s'étend vers le Nord-Ouest en relation avec l'implantation du chemin de fer et de la gare. La première ligne de chemin de fer relie Vendôme à Pont de Braye, une seconde partant de Sargé, atteint Tours via Montoire.
 

Le Couvent des Augustins

L'ancien Couvent des Augustins, a été fondé en 1427 par Louis de Bourbon, comte de Vendôme, au retour de sa captivité à Londres. Il a périclité au XVIIIème siècle et a été supprimé au moment de la Révolution Française, les bâtiments ont été vendus comme Biens Nationaux.
 
Les éléments subsistants ont été récemment restaurés (cf photo ci-contre).
 
Le Couvent des Augustins
 

Maisons anciennes

La ville possède plusieurs maisons anciennes intéressantes. Une maison style Renaissance (maison Taillebois ou du Jeu de Quilles) avec des colonnades est située près de la chapelle Saint Gilles (cf photo ci-dessous à droite).
 
La Maison Busson (ou du Bailli: les Fredureau) date du XVIème siècle. Juste a coté d'elle se trouve la Maison des Trois Rois (ou Roulleau ou du Cadran Solaire) qui est du XVIIème. Ces deux maisons donnent sur la grande place qui est le centre de la ville.
 
Maison Taillebois (Renaissance) à Montoire   Maison ancienne sur la place de Montoire
Maison Taillebois (Renaissance)                       Montoire                                     Maison ancienne sur la place
 

La population de Montoire

La ville a atteint sa population maximale vers 1880, avec près de 3500 habitants. Elle a ensuite régulièrement décru jusqu'à 2700 habitants en 1954. Depuis une légère, mais régulière, reprise se manifeste. En effet la gare du TGV de Vendôme vers Paris n'est qu'à un quart d'heure du centre ville.

La route de Montoire à Lavardin

La route entre Montoire et Lavardin file entre le Loir, sur la gauche, et un escarpement couvert de bois. Ce coteau est percé de nombreux troglodytes dont certains sont très anciens. Si l'on s'en tient à ce que suggère le nom traditionnel de Reclusages et divers éléments de ces souterrains, il faudrait y voir d'anciens ermitages qui remontent peut-être à l'époque Mérovingienne.
Ces grottes contiennent, en effet, des autels, des crèches de pierre, des silos. On y voit aussi de grandes croix gravées dans le rocher. En arrivant à Lavardin, on peut se faire indiquer la Grotte des Vierges, qui est plus accessible.
 



Réservez votre Hotel

Département du Loir et Cher      Chateaux de la Loire (1)   Chateaux de la Loire (2)
 
Blois (1)    Blois (2) ,    Vendôme    Romorantin    Bracieux    Montrichard    Chissay-en-Touraine
 
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques de la région :     Val de Loire et Cote Atlantique
 
Chartres   Le Mans   Orléans   Amboise   Tours  Chinon  Saumur   Angers   Nantes   La Baule   Les Sables d'Olonne   La Rochelle


Le château féodal

Ruines du château médiéval de Montoire
Ruines du château médiéval de Montoire
 
Reconstitution du château médiéval de Montoire
 
Le château féodal est établi sur un éperon rocheux dominant le Loir, il est en ruines et ne peut être visité.
 
Il tire son origine d'une fortification édifiée au IXème siècle par Landry Sore, un Missus Dominicus du roi Charles II le Chauve afin de protèger les populations contre les attaques des Normands. Côté Est une muraille partait du château et descendait jusqu'au Loir, côté Ouest la ville était protégée par un fossé.
 
Il devient ensuite le siège de la seigneurie de Montoire qui dépendait du comte de Vendôme. Nihard devient seigneur de Montoire en 1033, il construit le donjon rectangulaire qui est ensuite entouré par une double enceinte.
 
Cette seigneurie passe vers 1070 à Hamelin de Langeais issu d'une famille du Vendômois. Plus tard le sire de Montoire accède par mariage à la tête du comté de Vendôme.
 
                                                        Reconstitution du château médiéval de Montoire
 
En 1188, Richard Coeur de Lion s'empare de la ville aux dépens du roi de France Philippe II Auguste.
 
Au XIVème siècle, le dispositif défensif est renforcé par des tours et une muraille, celle-ci allait jusqu'au Loir et renfermait la ville primitive. Dans la seconde moitié du XIVème siècle, le comte Jean VI achève les fortifications et fait creuser un fossé sur la rive droite du Loir pour protèger la ville neuve.
 
Pour autant, en 1362, le routier Robert Marcault s'empare de la ville pour le compte des Anglais. Peu après, Bertrand du Guesclin le recrute, lui et ses routiers contre argent sonnant et trébuchant, pour les emmener faire la guerre en Espagne.
 
Le dessin ci-dessus fournit une reconstitution de l'allure du château au Moyen-Age. La forteresse était puissante avec un donjon central solidement retranché.
 
Le roi Henri IV a fait démanteler le château de Montoire à la fin des Guerres de Religion, en 1594. La commune de Montoire a racheté les ruines du château en 1847. Les fossés de la rive droite ont été comblés sous le Second Empire.
 
En savoir plus sur les seigneurs de Montoire
 







La chapelle Saint Gilles

La chapelle Saint Gilles (cf photo ci contre) est bien connue grâce à ses fresques qui ont été découvertes en 1840 et constituent un exemple significatif de la peinture Romane.
 
Chapelle Saint Gilles à Montoire L'édifice se situe sur la rive gauche du Loir, à l'intérieur de la première enceinte fortifiée de la ville.
Elle a la forme d'une croix latine, le choeur est en trèfle avec deux sortes de transepts (Nord et Sud), la majeure partie de la nef est en ruines.
 
Son origine remonte au XIème siècle, elle a sans doute été fondée par un seigneur de Montoire et elle faisait partie d'un Prieuré dépendant de l'Abbaye de Saint Calais.
 

Vue d'ensemble de la Chapelle Saint Gilles avec son Presbytère
 
 
Sa dédicace à Saint Gilles est sans doute issue des pélerins qui se rendaient à Saint Martin de Tours puis à Saint Jacques de Compostelle. Ils passaient le Loir au gué d'Artins puis remontaient le long de la rive Sud de la rivière jusqu'à Montoire puis se dirigeaint au Sud, vers Tours, en passant par Saint Martin des Bois. Certains pélerins étaient hébergés à l'Abbaye Saint Georges des Bois.
 
Les fresques murales
A l'origine les peintures couvraient l'ensemble de l'intérieur de l'édifice. La partie basse a été dégradée par l'humidité due à la proximité du Loir.
 
La plus ancienne peinture murale date du XIème siècle et plusieurs sont du début du XIIème siècle. L'intérieur de la chapelle a été peint jusqu'au XVème siècle, puis badigeonné à la chaux au XVIème siècle. Les fresques ont été redécouvertes au XIXème siècle. Plusieurs couches étaient superposées, on n'a conservé que la plus ancienne.
 
Le programme iconographique est original puisque la chapelle possède trois Christs en majesté (cf photos ci-dessous).
 
Dans l'abside (photo du milieu) se situe un Christ en majesté entouré des symboles évangéliques et d'anges dansants qui semblent porter les mandorles. La tonalité est claire et les vêtements flottent. Cette fresque date du premier quart du XIIème siècle.
 

Christs en majesté de la Chapelle Saint Gilles à Montoire
Transept Sud                                                                 Abside                                                                 Transept Nord
 
Le Christ en majesté du côté Sud (cf photo ci-dessus à gauche) est de la fin du XIIème siècle avec une grandes variété de coloris. Les vêtements présentent des grands plis en V et sont très décorés. Le Christ en majesté du côté Nord (cf photo ci-dessus à droite) étend les bras, il est assez abimé. Cette fresque est une réalisation de la fin du XIIème siècle.
 
La partie centrale du choeur est surmontée par une coupole sur pendentifs qui s'appuie sur quatre piliers massifs, les quatre doubleaux qui la portent sont également ornés de peintures murales.
 
Fresque du doubleau Est de la Chapelle Saint Gilles à Montoire   Fresque du doubleau Ouest de la Chapelle Saint Gilles à Montoire
Fresques des doubleaux de la Chapelle Saint Gilles à Montoire
Doubleau Est                                                                                                                                 Doubleau Ouest
 
Fresque du doubleau Nord de la Chapelle Saint Gilles à Montoire
 
Le doubleau Est (cf photo ci-dessus à gauche) qui donne sur l'abside présente au centre un médaillon avec l'Agneau Divin, il est encadré par deux séraphins avec de grandes ailes.
 
Pour le doubleau Ouest (cf photo ci-dessus à droite), le Christ qui est dans une gloire couronne la tête de deux chevaliers en cote de maille avec un écu allongé. Sur la droite la Chasteté l'emporte sur la Luxure et sur la gauche la Patience s'impose à la colère.
 
Le doubleau Nord porte trois têtes d'anges dans des médaillons.
 
Le doubleau Sud présente une Main Divine avec deux poissons symboliques.
 
Fresque centrale du doubleau Nord de la Chapelle Saint Gilles à Montoire
 
Dans l'abside deux statues polychromes représentent Saint Gilles avec une biche et Saint Oustrille évêque de Bourges.
 
Les sculptures des modillons du chevet
Modillon du chevet de la Chapelle Saint Gilles à Montoire   Modillon du chevet de la Chapelle Saint Gilles à Montoire   Modillon du chevet de la Chapelle Saint Gilles à Montoire   Modillon du chevet de la Chapelle Saint Gilles à Montoire   Modillon du chevet de la Chapelle Saint Gilles à Montoire
Modillons du chevet de la Chapelle Saint Gilles à Montoire
 
Sur la photo à gauche un homme porte sur son dos une hotte lourdement chargée, la photo suivante montre un acrobate. La photo du centre présente deux poissons, juste à sa droite un personnage tient dans ses mains les extrémités de ses longues moustaches tressées. Enfin un personnage tire la langue.
 

 
Ronsard, Prieur de Saint Gilles
Le Poète Ronsard a été Prieur de Saint Gilles de 1566 à 1585, date de sa mort. Il logeait dans le presbytère qui est près de la chapelle, à droite en entrant dans l'enceinte. Il y a passé les derniers mois de sa vie avant d'aller mourir au Prieuré de Saint Cosme , près de Tours en 1593.
 
Avant lui deux autres membres de la famille Ronsard avaient été Prieurs de Saint Gilles: Philippe en 1454 et Jean en 1463.
 


Visitez:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Notre-Dame de Paris       Cathédrale de Chartres       Cathédrale de Tours       Abbaye de Fontevraud       Le Mont Saint Michel
 
Eglises Romanes du Poitou       Abbaye de Saint Savin       Eglises Romanes du Limousin       Abbaye de Moissac

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts



Les églises Saint Oustrille, Saint Laurent et La Maladrerie

Eglise Saint Oustrille à Montoire
 

Saint Oustrille

L'église Saint Oustrille date du XIème siècle, elle a été fondée par Renaud, comte de Vendôme et évêque de Paris.
 
Elle se situe directement au pied du château et elle était l'église paroissiale de la ville. Elle est placée sous l'invocation de Saint Austrégesille (déformé en Oustrille), archevêque de Bourges au VIIème siècle, dont elle a reçu des reliques.
 
Elle a été remaniée à travers les siècles pour s'adapter à l'accroissement de la population. Elle a été endommagée et incendiée au moment des Guerres de Religion dans la seconde partie du XVIème siècle.
 
Pendant la Révolution Française, l'église est fermée au culte et transformée en atelier pour la fabrication des salpêtres. Elle est ensuite vendue comme Bien National. Elle est maintenant transformée en habitation.
 
                                                                                  Eglise Saint Oustrille à Montoire
 



Saint Laurent

Cette église se situe du côté nord de la place principale de la ville, elle attire l'attention par sa flèche élancée (cf photo à droite).
Elle a été fondée à la fin du XVème siècle pour servir de paroisse aux habitants de la rive droite du Loir, elle se nommait Notre Dame de la Pitié. L'édifice est détruit par un incendie en 1567 et reconstruit en 1633.
Lors de la Révolution Française, en 1794, l'église est convertie en halle aux grains. Mise en vente comme Bien National, elle est acquise par la ville, elle est rendue au culte catholique à la fin de 1795.
La façade et la nef sont de style gothique flamboyant, cependant sa reconstruction est récente, elle date de 1897. Les sculptures intérieures de l'église n'ont été terminées au XXème siècle, entre les deux guerres mondiales.
 
L'église Saint Laurent
 

La Maladrerie de La Madeleine

Sur la route vers Couture se trouve les restes de l'ancienne Maladrerie de Montoire. Elle a été désaffectée au XVIIème siècle, la lèpre ayant depuis longtemps disparu de la région. Elle est alors devenue une ferme. La chapelle date du XIIème siècle, elle comportait des fresques peintes.
 
Dans le Vendômois et le Maine, les maladreries ont été établies à l'époque des croisades, les croisés et les pélerins ramenaient en effet cette maladie de leur séjour en Orient.

 


Montoire et les Guerres


La Guerre de 1870-71

La ville s'est trouvée concernée par les combats la Guerre de 1870-1. Après la prise de Vendome, l'armée de la Loire du Général Chanzy fait retraite vers Le Mans et une partie des troupes traversent Montoire. Le 21 décembre 1870, la ville est occupée par les Prussiens. Le Général Jouffroy reprend la ville le 27, mais le 6 Janvier les Allemands sont de retour. Fin Janvier la bataille du Mans est perdue. L'Armistice est signée par le Gouvernement Francais.

 
Le Monument aux Morts de Montoire, qui a un style original (ce n'est pas un poilu), garde la mémoire des soldats de 1870 en plus de ceux de 1914-8.





 


L'entrevue de Montoire entre Hitler et Pétain en 1940

La gare de Montoire est célèbre dans l'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale. C'est là que Hitler et le Maréchal Pétain se sont rencontrés le 24 Octobre 1940 (après une première entrevue entre Laval et Hitler au même endroit deux jours auparavant). C'est cette rencontre qui a initialisé la politique de collaboration entre le Régime de Vichy et le Reich Allemand.

Cette photo a été prise au moment de la "poignée de main", au milieu le Dr Schmidt, l'interprète de Hitler.



 


La gare de Montoire avait été choisie en fonction de la visite qu'Hitler venait de faire auprès de Franco en Espagne et à cause de la protection que pouvait assurer le tunnel ferroviaire de Saint Rimay tout proche.
 
Hitler n'est sorti qu'un court instant en dehors de la gare, pour passer en revue, devant l'Hotel des Voyageurs, un détachement qui lui rendait les honneurs.

Depuis 1942, le trafic voyageurs a disparu de la gare de Montoire qui n'a conservé pendant quelques années que le trafic des marchandises.



Achetez ces livres sur Vendôme et le Vendômois :

Vendôme de Nicolas Fediaevsky        Le Vendômois de A à Z de Claude Leymarios et Sylvie Foisset

Vendôme et le vendômois ou tableau statistique, historique et biographique du duché aujourd'hui arrondissement de vendôme de Ph de Passac (livre très rare écrit vers 1820)

La société dans le Comté de Vendôme de l'An Mil au XIVème siècle de Dominique Barthélémy

La référence sur l'Histoire de Vendôme et du Vendômois:
Dictionnaire Historique du Vendômois Tome 2: F-N de Saint-Venant
Dictionnaire Historique du Vendômois Tome 3: O-U de Saint-Venant
Dictionnaire Historique du Vendômois Tome 4: V-Z de Saint-Venant

Vendôme (Precis de l'Histoire de) racontée par un grand-père a ses petits-enfants de Gustave Chanteaud

L'église de la Trinité de Vendôme de l'Abbé Gabriel Plat

L'art de bâtir en France des romains à l'an 1100, d'après les monuments anciens de la Touraine, de l'Anjou et du Vendômois de l'Abbé Gabriel Plat

Blésois et Vendômois de Congrès Archéologique de France 1986

L'Histoire de Vendôme et du Vendômois de Paul Wagret

Le château de Vendôme : une histoire douce-amère de Jean-Claude Pasquier

Des ténébres à la lumière : Le Vendômois de 1939 à 1945 de J-C Pasquier et J-J Loisel

Le Bas-Vendômois, de Montoire a la Chartre-Sur-le-Loir de L-A Hallopeau             Montoire et ses environs de A de Rochambeau

Morée et ses environs de A de Rochambeau             Le canton de Morée de Claude Leymarios

Le Perche Vendômois de Claude Bonin et Gérard Ferrand          Savigny-sur-Braye et ses environs de A de Rochambeau

Monographie topographique, historique et statistique de Thoré : suivie d'un grand nombre de pièces justificatives et de chartes extraites du Cartulaire manuscrit de Saint-Denys-en-France (Monographies des villes et villages de France) de A de Rochambeau

Souterrains de Touraine, Blésois et Vendômois             Glossaire du Vendômois de Paul Martellière

L'identité traditionnelle du Vendômois : des travaux d'érudition locale à la reconnaissance d'un pays de la Vieille France (fin XVIIIe-XXe siècle) de Daniel Schweitz

Les couleurs du Vendômois - patrimoine oublié, patrimoine delaissé de Gérard Ferrand et Moreau

Moi, Marie Du Bois, gentilhomme Vendômois: Valet de chambre de Louis XIV de Marie du Bois

Châteaux et forteresses du Moyen Age en Val de Loire : Touraine, Anjou, Berry, Orléanais, Vendômois de Daniel Schweitz

Les provinces françaises : la Touraine, le Blésois, le Vendômois. choix de textes précédés d'une étude de Henri Guerlin

Les tramways et les trains du Vendômois, petite beauce, Blésois de Gérard Bardon

Rochambeau de Weelen Jean-Edmond         Rochambeau, libérateur de l'Amérique de M-C Renard

Journal des opérations militaires de l'armée française à Saint-Domingue 1802-1803 : sous les ordres des capitaines-généraux Leclerc et Rochambeau de J-E Peyre-Ferry

Lettres d'Antoine de Bourbon et de Jehanne d'Albret: publiées pour la Société de l'histoire de France du Marquis de Rochambeau


Pour vous informer ou faire des cadeaux, achetez des livres sur les périodes du Moyen-Age :

Histoire de France   Rois de France   Moyen-Age   Haut Moyen-Age   Féodalité

Vie au Moyen-Age   Economie Médiévale   Arts au Moyen-Age   Peinture Médiévale

Art Gothique   Chateaux Forts     Abbayes de France    Cathédrales Médiévales

Vous pouvez aussi acheter des livres sur les régions du centre et de l'ouest de la France:
le Poitou, l' Anjou, le Blésois-Sologne, Paris, le Val de Loire, la Touraine , le Maine, le Pays Chartrain, l' Orléanais-Berry, les Charentes, et la Bretagne ainsi que des ouvrages plus spécialisés sur les Chateaux de la Loire.

L'accés à la Librairie de FranceBalade se trouve en bas de page.





Autour de Montoire

Chateau de Lavardin


Lavardin

Lavardin est à 15 km à l'Ouest de Vendome. Initialement siège d'une Seigneurie relevant du comte de Vendome, le château de Lavardin est devenu ensuite, par le mariage de Richilde de Lavardin avec Jean I Comte de Vendome, la proprieté directe des comtes de Vendome.

Le chateau est construit sur un promontoire qui domine la Vallée du Loir. Charles VII y reside en 1448 et signe avec les Anglais la Trêve de Lavardin. Disgracié par Louis XI, le comte de Vendome Jean VIII de Bourbon s'installe dans ce chateau.
En 1589, la forteresse tenue par les Ligueurs, est assiègée et prise par le Prince de Conti pour le compte d'Henri IV, roi de France. Le chateau est alors demantelé. L'envergure des ruines laisse imaginer son importance.

Le village de Lavardin possède de nombreuses maisons anciennes.
L'Eglise Saint Genest est également remarquable et mérite une visite pour ses fresques murales.

En savoir plus sur Lavardin.









Saint Martin des Bois

Quatre kilomètres au sud de Montoire,au début de la foret de Gastines, on arrive au village de Saint Martin des Bois qui se situe au sommet d'une colline arrondie portant l'église. Celle-ci est très ancienne, la nef remonte peut-être à l'époque carolingienne, le reste date des XII et XIIIème siècle, elle était à l'origine un ancien Prieuré autour duquel s'est développé le bourg. Sur cette commune se trouve le château de Ranay, siège d'une ancienne seigneurie remontant au XIème siècle et ayant appartenu, jusqu'à la fin du XVIème siècle, à une famille issue des anciens Sires de Lavardin.





Saint Georges des Bois

Juste a coté du village de Saint Martin des Bois se situe l'ancienne Abbaye de Saint Georges du Bois. D'après les Actes des évêques du Mans, elle a été fondée au VIème siècle, à l'incitation de l'évêque du Mans, Saint Innocent, par le roi mérovingien Childebert et la reine Ultrogothe. Les premiers moines ont commencé le défrichement des alentours.
 
Au VIIème siècle, l'Abbaye est attribuée à des laïcs. Aiglebert, évêque du Mans au début du VIIIème siècle, la récupère et l'agrandit en la confiant aux Bénedictins. Il lui adjoint un hospice pour les pauvres et les voyageurs, cet hospice sert ensuite pour les pélérins se dirigeant vers Saint Jacques de Compostelle.
 
En 927, l'Abbayes est détruite par les Normands. Elle est reconstruite en 1045 par Geoffroy Martel, alors comte de Vendôme et d'Anjou. Celui ci attribue à l'Abbaye des biens importants, essentiellement dans le Vendômois, ainsi les Prieurés de Saint Martin des Bois, de Saint Pierre du Bois, de Saint Genest de Lavardin, de Saint Rimay, Saint Jacques des Guérets, Saint Arnoult, Villiersfaux, Lisle, Saint Firmin, etc.
 
Vers 1070, une partie des chanoines de la collègiale Saint Georges de Vendôme viennent s'y établir et apportent avec eux de nouveaux biens comme l'église Saint Lubin et la chapelle Saint Pierre la Motte, toutes deux à Vendôme. En 1510, il y avait encore onze religieux dans le monastère, mais sa décadence est inexorable, en 1720, il n'y a plus qu'un seul moine. En 1791, l'Abbaye est déclarée Bien National et mise en vente, l'église est vendue séparément en 1804.
 



Les Hermites

En poursuivant la route au sud de Saint Martin des Bois, on traverse l'ancienne foret de Gastines (bien défrichée maintenant).
Pour autant la vie de tous les jours y est restée très traditionnelle comme le montre cette photo d'une Gardeuse de Chèvres. Cette photo a été prise fin mai 1999 et nous ne sommes qu'à 200 km de Paris et 40 kilomètres de Tours.






Trôo

Dix kilomètres à l'Ouest de Montoire, sur un éperon dominant de plus de 60 mètres la vallée du Loir, se trouve le village de Trôo qui a une très ancienne origine et est remarquable.
 
Il se développe en quatre étages au dessus de la vallée du Loir: le premier est au niveau du Loir, le second et le troisième comportent une part d'habitations troglodytes, le quatrième est sur le plateau.
 
Le chemin qui parcourt le village vous plonge dans une atmosphère qui vous permet de revenir un ou deux siècles en arrière.
 
Panorama sur le village de Trôo
Panorama sur le village de Trôo avec en hauteur la Collégiale Saint Martin
 
A l'époque Celtique puis Gallo-Romaine elle était le chef lieu d'un Pagus (le Labricin) positionné entre celui de Vendôme (Carnute) et celui de La Chartre (Cénoman comme Trôo).
 
Au Moyen Age, Trôo était une ville fortifiée relativement importante, elle était le siège d'une Seigneurie et possèdait un chateau-fort.
 
Les restes de la première enceinte de la ville sont encore visibles, elle n'a jamais été complètement remplie de maisons, une partie restant en culture, ce qui démontre que Trôo était un refuge pour les paysans d'alentour en cas de guerre.
 
Un sentier conduit au Prieuré des Marchais (XIIème siècle) dont il ne reste que le croisillon nord et des éléments de l'abside. La seconde enceinte de la ville médiévale apparait, avec ses douves, quand on monte vers l'église Saint Martin. <
 
Remparts de Trôo: Porte de Sougé
Remparts de Trôo: Porte de Sougé
 
En 1124, le Comte d'Anjou Foulques le Jeune fait reconstruire le chateau-fort (le Louvre) et réparer les murailles de la ville. Les portes, en ruines, qui défendaient l'accès de Trôo du côté du plateau sont toujours visibles. En 1188 le roi de France Philippe Auguste s'empare d'une partie de la ville alors propriété du comte d'Anjou et roi d'Angleterre Henri II Plantagenet. En 1194, Mercadier, chef des Routiers de l'armée de Richard Coeur de Lion s'empare de Troo. Isabelle d'Angoulême, la femme de Jean sans Terre a séjourné quelque temps à Trôo.
 
C'est en 1270 que la seigneurie est rattachée définitivement au comté de Vendome. Les premiers seigneurs de Trôo (Trou) apparaissent au milieu du XIème siècle, mais leur histoire est difficile à suivre.
 
 

Collégiale Saint Martin

L'église Saint Martin de Trôo est une ancienne Collègiale, elle domine le bourg et le Loir d'environ 60 mètres.
 
Elle a été fondée au XIème siècle par Geoffroy Martel, comte de Vendôme et d'Anjou puis reconstruite au XIIème siècle par Geoffroy Plantagenet comte d'Anjou et du Maine. Elle a été remaniée dans les siècles suivants, en particulier au XVème siècle.
 
Elle contient de belles stalles, une plaque funéraire en cuivre du XVIème. Les chapiteaux de la nef sont de belles sculptures qui ont été reprises au débu du XXIème siècle.
 
Le clocher est du commencement du XIIIème siècle, il s'élève au-dessus de la croisée du transept (cf photo ci-contre).
 
Il est visible de très loin alentour. Il avait autrefois une flèche de pierre flanquée de quatre clochetons. Il a été reconstruit après l'incendie de 1737, il est bien moins haut qu'auparavant.
 
                                                                Collégiale Saint Martin: chevet, transept et clocher
 
A côté de l'église se trouve une Butte (visible sur la photo au-dessus) sur laquelle se situait le donjon de bois du château primitif (Motte féodale). A l'Ouest s'élevait le Louvre, ancien château-fort du début du XIIème siècle, il n'en reste rien.


Autres églises et édifices de Trôo

La première église du village, dédiée à Saint Gabriel, se situait à mi-coteau parmi les rochers et les grottes, elle a été abandonnée au profit de l'église Notre Dame de la Pitié qui a été détruite en 1764.
 
A côté de la Collégiale Saint Martin évoquée ci-dessus se trouvait le Prieuré Notre Dame des Marchais fondé en 1124 par Foulques le Jeune, comte d'Anjou, il l'attribua à l'Abbaye de Marmoutier.
 
La Maladrerie Sainte Catherine (cf photo ci-contre) était aussi l'Hotel Dieu (Hôpital) de Trôo, elle date de l'époque Romane (XIIème siècle) et incorporait la chapelle Sainte Catherine. La Porte Sainte Catherine, principale entrée de la ville était adossée à la Maladrerie.
 
                                                                                                                                                    Maladrerie Sainte Catherine
 






Les habitations troglodytes

Trôo se caractèrise par ses nombreuses habitations troglodytes réparties sur les terrasses du côteau exposé au Sud et dominant la Vallée du Loir.
 
Les rues sont étagées le long du coteau et conservent des maisons anciennes intéressantes.
La Cave Yuccas reconstitue un habitat traditionnel du début du XXème siècle, elle a été habitée jusqu'en 1965.

 
La ville haute possède un Puits qui parle, il fait 45 mètres de profondeur et remonte au Moyen-Age, la margelle est du XVème siècle.
 
Son nom provient de l'écho qu'il renvoie quand on parle au-dessus de ce puits.
 
Ce puits dépendait de l'Hôtel-Dieu de trôo et il a alimenté la partie haute du village jusqu'en 1972, date à laquelle a été installée l'eau courante.
 
Trôo, le Puits qui parle
 
Au Moyen-Age la ville était importante et comptait bien plus de 1000 habitants, mais elle a ensuite périclité au profit de ses voisines La Chartre sur le Loir et Montoire.



Saint Jacques des Guerets

Vallée du Loir vue de Trôo
Vallée du Loir vue de Trôo, en bas à droite Saint Jacques des Guerets et son église Romane
 
Eglise de Saint Jacques des Guerets
Au bas de l'éperon de Trôo se situe le village de Saint Jacques des Guérets qui possède une église Romane du XIIème siècle avec de remarquables Fresques Murales de cette époque (classées Monument Historique).
 
L'église appartenait à l'abbaye Saint Georges du Bois.

 
Les Fresques murales
Les fresques se situent dans l'abside et sur les murs gouttereaux en avant de celle-ci (cf photo ci-dessous)
 
De part et d'autre de l'axe de l'abside se trouvent la Crucifixion et le Christ en majesté.
 
Les autres scènes intéressantes sont le Martyre de Saint Jacques, le Paradis avec Saint Pierre qui y fait entrer deux élus, le Miracle de Saint Nicolas, la Résurrection de Lazare, le Massacre des Innocents et des représentations de Saint Georges et Saint Augustin.
 
Eglise de Saint Jacques des Guerets
 

 
Eglise de Saint Jacques des Guerets
Eglise de Saint Jacques des Guerets avec ses fresques murales
 
Les deux fresques ci-dessous se situent dans l'abside juste en arrière de l'autel.
 
A gauche, la scène de la Crucifixion, le Christ est sur la croix, la Vierge et Saint Jean se tiennent de part et d'autre de lui. Au dessus, des humains se voilent la face.
 
A droite, le Christ en majesté, dans une mandorle, est entouré des symboles des quatre évangélistes (le tétramorphe). Le vêtement du Christ comporte des couleurs variées. Juste en-dessous, sur le registre inférieur, est représentée la Cène avec le Christ, au centre, et les apôtres.
 
Fresque murale de Saint Jacques des Guerets: la Crucifixion   Fresque murale de Saint Jacques des Guerets
                                                La Crucifixion                                                           Christ en majesté entouré des symboles des quatre évangélistes, en bas la Cène
Fresques murales de Saint Jacques des Guerets
 
Les deux fresques ci-dessous sont sur la droite en avant de l'abside.
 
A gauche le Miracle de Saint Nicolas, l'évêque lance trois pièces d'or au père de trois jeunes filles pour les préserver de la prostitution. Le père est assis près de ses filles qui sont endormies.
 
A droite, la Résurrection de Lazare, le sarcophage, qui est au centre, est ouvert et on distingue Lazare assis qui est encore entouré par des bandelettes. Le Christ lui tend la main et les soeurs de Lazare sont émerveillées. Des apôtres observent la scène.
 
Fresque murale de Saint Jacques des Guerets: le Miracle de Saint Nicolas     Fresque murale de Saint Jacques des Guerets: la résurrection de Lazare
Le Miracle de Saint Nicolas                 Fresques murales de Saint Jacques des Guerets                 La résurrection de Lazare
 
La fresque à gauche ci-dessous représente le Massacre des Innocents: des soldats saisissent les enfants, les mères pleurent près de leurs enfants morts. A droite, la fresque illustre le Martyre de Saint Jacques avec trois personnages: le roi Hérode, le bourreau qui tranche le tête du martyr avec une longue épée.
 
Fresque murale de Saint Jacques des Guerets: le Massacre des Innocents     Fresque murale de Saint Jacques des Guerets: le Martyre de Saint Jacques
Le Massacre des Innocents                 Fresques murales de Saint Jacques des Guerets                 Le Martyre de Saint Jacques
 


Visitez:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Notre-Dame de Paris       Cathédrale de Chartres       Cathédrale de Tours       Abbaye de Fontevraud       Le Mont Saint Michel
 
Eglises Romanes du Poitou       Abbaye de Saint Savin       Eglises Romanes du Limousin       Abbaye de Moissac

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts





Fontaine les Coteaux

Le village de Fontaine les Coteaux se situe un peu au nord de Trôo.
Il est isolé dans la campagne et possède un cachet caractèristique.

Eglise de Fontaine les Coteaux








Artins

Artins se trouve dix kilomètres à l'ouest de Montoire et deux kilomètres au sud de Trôo. C'est un site très anciennement habité (de même que la commune voisine de Ternay). A l'époque Gallo-Romaine, la voie romaine reliant Chartres (Autricum: la capitale de la cité des Carnutes) à Tours (Caesarodunum: la capitale de la cité des Turons) passait par Artins où elle franchissait le Loir. Le village avait alors une activité de poterie.

Un peu en dehors du village se trouve la vieille Eglise Saint Pierre d'Artins (photo ci-contre). Une légende attribue sa construction à Saint Julien, Evêque du Mans au IIIème siècle. Elle aurait été batie sur les restes d'un Temple Gallo-Romain dédié à Jupiter. Artins dépendait du monastère de Saint Ouen près du Mans. En fait, l'église actuelle remonte sans doute à l'époque Mérovingienne, même si la façade a été remaniée ensuite. A l'intérieur de la nef, sur la droite, une fresque du XIIIème siècle réprésente un sujet rare: un combat entre Croisés et Musumans.
C'est sur la commune d'Artins que se trouve le siège de l'ancienne Seigneurie de la Roche-Turpin. Un branche de Seigneurs de cet endroit, les Turpin de Crissay a eu des membres qui ont exercé de hautes fonctions auprès du roi de France Charles VII.


La Commanderie d'Artins

Une Commanderie des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem était implantée sur le territoire de la commune d'Artins, elle a existé jusqu'à la Révolution Francaise. En 1791 la Commanderie est déclarée Bien National et vendue aux enchères à Vendome. Il n'en reste pratiquement rien maintenant, les batiments ont été transformés en ferme et la chapelle en grange et le tout s'est dégradé avec le temps. La chapelle possédait de belles Fresques Murales du XIIème siècle, dont certaines, encore visibles au milieu du XIXème siècle, ont été reproduites grâce à des dessins de G. Launay.
La Commanderie a sans doute été fondée par Fromond (ou son frère Guy) Seigneur de la Roche-Turpin, elle était un des principaux établissements de l'Ordre dans le centre de la France. Elle dépendait du Grand Prieuré d'Aquitaine dont le siège était à Poitiers. En sens inverse six Prieurés, tous situés dans le Diocèse du Mans, relevaient de la Commanderie d'Artins.


Ternay

Ternay se situe 7 kilomètres à l'ouest de Montoire. Le site était hbité à l'époque Paléolithique, on y a retrouvé de nombreux outils préhistoriques en pierre et il y avait jadis un Dolmen aujourd'hui disparu. D'aprés Grégoire de Tours, Saint Martin a fait un miracle à Ternay.
L'église Saint Pierre et Saint Paul date du XIIIème siècle, elle possède un beau Christ en bois polychrome.
Au Moyen-Age dès le début du XIème siècle, Ternay est le siège d"une Seigneurie dont le chateau se situait au lieu-dit La Roche-Baudouin, maintenant La Cour de Ternay. Il y avait une Maladrerie à Ternay à la fin du Moyen-Age (XIVème siècle).

Entre Ternay et Montrouveau subsiste une partie du Prieuré Sainte Madeleine de Croixval, fondé en 1195, et où Ronsard a résidé pendant plusieurs années avant de s'établir définitivement au Prieuré de Saint Cosme près de Tours.



Couture, Ronsard, La Possonière, Croixval

Le village de Couture est 5 kilomètres à l'ouest d'Artins. Avant l'An Mil les évêques du Mans possèdaient d'importants domaines à cet endroit. Ronsard y est né, son père était un serviteur du roi François I. Couture possède une église dont les éléments les plus anciens datent du XIIème siècle, elle est dédiée à Saint Gervais et Protais, elle a été fortement remaniée au XVIème siècle par la famille de Ronsard et conserve les gisants de Loys de Ronsard et de son épouse Jehanne Chaudrier.
Le château de La Possonière se situe à peine à un kilomètre au sud de Couture. C'est là qu'est né et a vécu le Poëte Ronsard dans sa jeunesse. Les portes sculptées des caves et les cheminées sont remarquables.
De Couture, il n'y a qu'un pas pour aller au château de La Flotte, implanté sur le coteau nord du Loir, et à Poncé sur Loir, qui possède un beau château du XVIème siècle.

Le Prieuré de Croixval






Montrouveau

Montrouveau se situe 13 kilomètres à l'ouest de Montoire.

Un Prieuré existe à Montrouveau dès le XIIème siècle, il dépendait de l'Abbaye de Tiron, dans le Pays Chartrain.

L'église Saint Blaise a été construite au XIIIème siècle, elle a été remaniée au cours des siècles suivants. Elle renferme une vierge rustique du XVIème siècle provenant de l'ancienne église de Marcé (paroisse réunie à Montrouveau en 1811).






Visite de Vendôme et du Vendômois
 
Vendôme     Abbaye de la Trinité     Chateau et fortifications médiévales     Vendôme au Moyen Age     Les Vendômois célèbres
 
Le Vendomois     Lavardin,    Montoire,     Vallée du Loir ,   Mondoubleau  ,   Saint Calais   ,   Chateaurenault
 
Comtes de Vendome     Bourbons-Vendome     Seigneurs du Haut Vendomois     Seigneurs du Bas Vendomois    
 
Seigneurs de Mondoubleau    Seigneurs de Fréteval   
 



Découvrir :
La France     Les Cathédrales   L'Art Roman   Les Abbayes   Le Mont Saint Michel     Histoire de France  
 
Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans   L'Anjou   Angers   Saumur   Saumurois      Le Poitou   Poitiers   Poitou Roman   La Vienne (86)   Deux-Sèvres
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux  Issoudun  La Châtre  Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne  Creuse  Corrèze  Limousin Roman   Auvergne  Allier  Puy de Dôme  Cantal  Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    



 Votre Hotel en France       Votre Hotel en Italie       Votre Hotel dans les Alpes     Hotels des autres Pays

Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Italie et d'Europe :
Rome  Gênes   Rapallo   Dolomites   Milan   Venise   Toscane   Florence   Sienne   Bologne   Naples   Sicile
Paris   Nice   Londres   Edimbourg   Barcelone   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Berlin   Munich   Prague