Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Charente-Maritime  La Rochelle  Ile de Ré   Châtelaillon   Surgères   St Jean d'Angély  
Rochefort   Ile d'Oléron   Royan   Saintes   Pons   Charente   Angoulême   Cognac     
 
Poitiers   Niort   Parthenay   La Roche s/Yon   Les Sables d'Olonne   Bordeaux   Arcachon

Angoulême et ses environs

Votre Hôtel :  Poitou-Charentes    Angoulême   Charente   Cognac    Jarnac    Charente-Maritime   La Rochelle
 
Vous etes ICI : Accueil > France > Charentes > Charente -16- >Angoulême 
 
Angoulême est le chef-lieu du département de la Charente. L'agglomération compte plus de 100000 habitants, ce qui représente près du tiers de la population de ce département. La seconde ville est Cognac avec environ 20000 habitants, les autres agglomérations ne dépassent guère les 5000 habitants.
 
La ville est à une centaine de kilomètres au Sud de Poitiers, à la même distance au Nord de Bordeaux et à l'Ouest de Limoges. Sa situation géographique en a fait un pôle autonome à toutes les périodes de son Histoire.
 
Hôtel de Ville d'Angoulême
 
Angoulême est construite autour d'un éperon rocheux qui domine la Charente et son affluent la Touvre.
 
Le centre-ville est implanté sur le plateau, c'est là que se trouvent les principaux monuments, les rues et maisons anciennes.
 
La ville se caractérise par ses nombreux espaces verts, en outre de plusieurs endroits on découvre de beaux panoramas sur les différents quartiers de la ville et la campagne proche.
 
                                            Hôtel de Ville d'Angoulême
 
En contrebas ces quartiers sont structurés par les axes de communication qui conduisent au centre-ville.
 
Côté Est, le quartier de l'Houmeau est le principal moyen d'accès au centre avec d'importants axes routiers et la Gare SNCF.
 
Centre-ville      Halles      Hôtel de Ville (ancien château)      Cathédrale Saint Pierre      Eglise Saint André
 
Histoire d'Angoulême                  Les comtes d'Angoulême
 

 
Environs d'Angoulême
Plusieurs sites proches d'Angoulême possèdent des monuments intéressants: églises Romanes ou Gothiques. En partant du côté Est, ce sont Magnac sur Touvre, Touvre, Garat, Dirac, puis au Sud, La Couronne.
 
Un peu plus à distance se trouvent: au Nord Saint Amant de Boixe et au Sud Dignac, Mouthiers en Boëme et Plassac.
 
Magnac      Touvre      Garat      Dirac      La Couronne     
 
Saint Amant de Boixe      Dignac      Mouthiers en Boëme      Plassac
 
 

 
     Avec Google


 
 
Visitez le Département de la Charente
 
Angoulême       Ruffec       La Rochefoucauld       Montbron       Confolens       La Charente limousine       Chabanais
 
Cognac      Châteauneuf sur Charente      Barbezieux-Saint Hilaire      Chalais      Montmoreau-St Cybard      Aubeterre sur Dronne
 

 
Visitez la Charente-Maritime     La Rochelle et l'Aunis     Royan et la Côte de Beauté      Saintes     La Saintonge Romane
 
 


Hotels des Charentes
 
Réservez votre Hotel :   Poitou-Charentes    Charente    Angoulême    Cognac    Jarnac    La Rochefoucauld    Ruffec    Confolens   
 
Charente-Maritime   La Rochelle   Ile de Ré    Rochefort    Ile d'Oléron    Royan    Saintes    Pons   
 
 



Angoulême

Angoulême est le chef-lieu du département de la Charente à une centaine de kilomètres au Sud de Poitiers. Elle est construite en hauteur au-dessus de la Charente et de son affluent la Touvre.
 
Panorama sur Angoulême
Panorama sur Angoulême et la promenade des remparts
 
En plus de la Cathédrale Saint Pierre qui est un monument d'origine Romane, la ville a acquis une bonne notoriété grâce au Salon de la Bande Dessinée qui s'y tient chaque année.
 

Histoire

Le site est occupé depuis l'époque Préhistorique. A l'époque Gallo-Romaine une agglomération secondaire porte le nom d'Icalisma (plus tard Engolisma), elle est la capitale des Agesinates qui sont une composante de la Cité des Santons dont la capitale était Mediolanum Santonum (Saintes). Engolisma devient la capitale d'une nouvelle Cité puis ensuite le siège d'un évêché au Bas-Empire Romain.
 
Au début du Vème siècle la ville passe sous le contrôle des Wisigoths puis au début du VIème siècle sous celui des Francs Mérovingiens.
 
A partir du milieu du IXème siècle la ville est victime des invasions Normandes, Angoulême devient le siège d'un comté dont le territoire correspond à peu près à l'Angoumois. Aux XIIème et XIIIème siècles les comtes d'Angoulême sont des acteurs importants dans la lutte entre les Plantagenêts et les rois de France. Des fortifications d'une longueur supérieure à trois kilomètres protègent la ville.
 
Tableau avec les remparts et la cathédrale d'Angoulême au XVème siècle
 
Au début de la Guerre de Cent Ans, la ville fait partie des domaines du roi d'Angleterre aussi duc d'Aquitaine, elle est prise par les troupes du roi de France Charles V en 1373. Le comté est attribué à la branche royale des Valois-Orléans qui parvient au trône de France à la fin du XVème siècle, le rameau des Valois-Angoulême parvient lui-même sur le trône avec François Ier.
 
C'est à cette époque que se développe la production de papier à Angoulême, les Maîtres Papetiers bénéficient même de privilèges, des activités associées apparaissent: imprimeries, objets à base de feutres, etc. Au XVIème siècle la ville devient un centre culturel avec en particulier Marguerite d'Angoulême (plus tard de Navarre), la soeur de François Ier. Des habitants deviennent Protestants, aussi la Révocation de l'Edit de Nantes en 1685 frappe durement la ville avec le départ en exil de nombreux habitants, en particulier des Maîtres Papetiers partent en Hollande.
 
       Tableau avec remparts, porte St Pierre et cathédrale d'Angoulême au XVème siècle
 
Au début du XVIIème siècle, le pouvoir royal favorise la Contre-Réforme ce qui entraine l'implantation d'Ordres religieux Catholiques: les Capucins en 1611, les Minimes en 1619, les Jésuites en 1622, ainsi que plusieurs ordres de femmes: Ursulines, Carmelites, etc.
 
Au XVIIIème siècle, les domaines d'activité de la ville s'élargissent: fonderies pour la production de canons, poudrerie, etc. C'est aussi à cette époque que sont produites les premières faïences.
 
Lors de la Révolution Française, en 1790, Angoulême devient le chef-lieu du département de la Charente. Au XIXème siècle les papeteries retrouvent de la vigueur et pendant le Second Empire l'urbanisme de la ville se transforme (théâtre, Hôtel de Ville, etc) et le Chemin de fer dessert la ville.
 
Pendant la seconde partie du XXème siècle Angoulême est obligé de se diversifier car les activités liées au papier diminuent. D'autres industries s'implantent: équipements électriques et mécaniques et au Sud la Cimenterie de La Couronne. Des zones industrielles significatives ont été implantées dans la périphérie de la ville.
 
Angoulême s'est également créé une réputation dans le domaine culturel grâce au Salon de la Bande Dessinée.
 
Maison de Saint Simon à Angoulême
 

Le centre-ville ancien

Angoulême conserve un centre-ville avec des quartiers et rues anciens, les édifices les plus intéressants se situent autour de la Cathédrale et de l'Hôtel de Ville.
 
Il reste aussi des éléments de ses anciens remparts.
 
Les Halles        L'Hôtel de Ville (ancien château)        La Cathédrale Saint Pierre       
 
L'église Saint André

 
                                                                                                                Maison de Saint Simon à Angoulême
 
La Maison de Saint Simon
Elle a été construite en 1530 dans le style Renaissance (cf photo ci-contre) avec de nombreuses décorations. La porte d'entrée est encadrée par des pilastres avec des chapiteaux sculptés avec des têtes de personnages, des médaillons avec des bustes, etc.
 
Les lucarnes du dernier étage sont richement décorées.
 
La Maison de Calvin
Menacé d'arrestation, Calvin s'est réfugié pendant trois ans (de 1534 à 1537) dans la maison d'un de ses amis d'Angoulême. Il y a écrit L'Institution Chrétienne, le livre de référence du Calvinisme, il a été publé à Bâle en 1536.
 
Cette maison accueille maintenant le Musée de la Résistance.
 
 

Les Halles (emplacement de l'ancien Châtelet)

Halles d'Angoulême
Halles d'Angoulême construites sur l'emplacement de l'ancien Châtelet
 
Angouleme au Moyen-Age: ville, châtelet et remparts
 
Le Châtelet avait été édifié autour de l'année 1250 à l'initiative du roi de France Saint Louis.
 
Il était massif avec quatre tours aux angles et était protégé par un fossé et la tour du Gouverneur au Nord-Est. Il accueillait une garnison établie pour le compte du roi et contrôlait le château comtal qui était à proximité.
 
A partir de la fin du XVème siècle il a servi de prison royale et ceci jusqu'en 1859.
 
Angoulême au Moyen-Age: ville, châtelet et remparts
Gravure de Claude Chastillon du début du XVIIème siècle

 
Le Châtelet a été détruit en 1887 pour laisser la place aux Halles de la ville (cf photo au-dessus) dont l'allure s'inspirait des Halles de Baltard à Paris.
 
Elles surplombent le quartier de l'Houmeau dans la partie basse d'Angoulême (cf photo ci-dessous).
 
Elles ont été restaurées en 2000.
Quartier en contrebas des Halles d'Angoulême
Quartier de l'Houmeau en contrebas des Halles d'Angoulême: au centre la Gare SNCF
 
Hôtel de Ville: Ancien château des comtes d'Angoulême
 

Hôtel de Ville

Cet édifice a été réalisé sur l'emplacement de l'ancien château des comtes d'Angoulême.
 
Il ne reste que deux tours de cet ancien château-fort des comtes d'Angoulême (cf photo ci-contre): la tour polygonale (dite de Lusignan) qui est de la fin du XIIIème siècle et la tour ronde (au premier plan) du XVème siècle.
 
Le reste de l'édifice est une construction du XIXème siècle réalisée de 1858 à 1869 par l'architecte Paul Abadie fils pour accueillir l'Hôtel de Ville.
 
Hôtel de Ville: ancien château des comtes d'Angoulême
 
L'édifice est construit autour d'une cour carrée.
 
Un beffroi symbolise les libertés communales, sur son tympan une sculpture représente l'octroi d'une nouvelle Charte communale par le roi de France Charles V en 1373.
 
La cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 

La Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême

La Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême est principalement de style Roman, elle est surtout remarquable par sa façade et ses sculptures. Elle a été édifiée par l'évêque Gérard de Blay à partir de 1110 et finalisée autour de 1160.
 
A deux reprises, pendant les Guerres de Religion en 1562 et 1568, elle est endommagée par les Protestants. Sa première restauration s'étale sur de nombreuses années puisqu'elle ne s'achève qu'en 1634. Elle est l'objet d'une restauration d'envergure un peu après le milieu du XIXème siècle.
 
                                                                  La cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
La façade est très décorée (cf photo ci-contre) avec de nombreuses sculptures et bas-relief, le principal thème est le Jugement dernier.
 
La nef est unique et comporte trois travées recouvertes par des coupoles. De grands arcs s'appuyant sur des piliers rectangulaires avec colonnes engagées supportent les coupoles. La croisée du transept porte une coupole et le bras Nord a conservé le clocher.
 
Le choeur est allongé et large, il est voûté en berceau brisé. La coupole de la croisée du transept repose sur quatre arcs brisés, elle date de 1875.
 
A l'origine, la cathédrale avait deux clochers, le clocher Sud a été détruit en 1568. Le clocher Nord est resté Roman bien qu'il ait été refait au XIXème siècle, il a six étages décorés avec des arcatures, il s'élève à près de 60 mètres de hauteur.
 
En savoir plus sur la Cathédrale d'Angoulême                 En savoir plus sur le vocabulaire de l'Architecture religieuse
 

Eglise Saint André

A l'origine, au XIème siècle, cette église faisait partie de l'ensemble castral des comtes d'Angoulême, elle a été donnée un peu après l'An Mil à l'Abbaye Saint Amant de Boixe par le comte Guillaume IV Taillefer. Cette abbaye y établit un Prieuré.
 
Eglise Saint André d'Angoulême
 
L'église a été rebatie au XIIème siècle puis restaurée et agrandie (côté Est) au XVème siècle suite aux dégâts de la Guerre de Cent Ans.
 
Elle est a nouveau dégradée pendant les Guerres de Religion, les Protestants ont abattu les voûtes (sauf celles du clocher). Elle est restaurée à partir du milieu du XVIIème siècle.
 
En conséquence elle comporte des parties de différents styles, le narthex est Roman, la nef avec ses collatéraux, le choeur et le chevet plat sont Gothiques, la façade est neo-Classique. La façade Romane a été détruite en 1820 pour élargir la rue.
 
Eglise Saint André d'Angoulême
 
Le clocher est du du XVème siècle. A l'intérieur sa base est surmontée d'une coupole avec au-dessus deux étages. A l'extérieur ces deux étages sont percés de baies en plein cintre (cf photo ci-contre).
 
L'église conserve un beau rétable installé dans la seconde partie du XVIIème siècle.
 
 
Eglise Saint Martial d'Angoulême
 

Autres églises

 
La Chapelle de l'Hôpital appartenait au Couvent des Cordeliers qui avait été fondé par le seigneur Guy de La Rochefoucauld en 1260, son clocher est du XVème siècle et le chevet porte une grande fenêtre de style Gothique.
 
Eglise Saint Martial
Cette église est une construction du XIXème siècle en style neo-Classique sur l'emplacement d'une ancienne église médiévale très endommagée au moment des Guerres de Religion. L'ancienne église a été détruite au milieu du XIXème siècle.
 
                                                                                                                        Eglise Saint Martial d'Angoulême
 
Elle était entourée de plusieurs établissements religieux: le séminaire, le Couvent des Ursulines, celui des Filles de la Charité,
 
L'église Saint Ausone a été quasiment détruite par les Protestants au moment des Guerres de Religion. Elle a été reconstruite au milieu du XIXème siècle en style néo-Gothique.
 
Au Moyen-Age l'Abbaye Saint Cybard d'Angoulême était un établissement religieux riche et influent. Elle a été dévastée au moment des Guerres de Religion puis vendue comme Bien National au moment de la Révolution Française. Il n'en reste que quelques vestiges.
 

 
Votre Hôtel à Angoulême   



Les comtes d'Angoulême

Le premier comte d'Angoulême est Turpion, nommé par l'Empereur Louis le Pieux en 839. Sa principale mission est de faire face aux incursions des Vikings. En octobre 863 il meurt dans un combat contre ceux-ci près de Saintes. Les Vikings pillent cette ville et remontent la Charente puis s'emparent et dévastent Angoulême et continuent leur chemin vers Limoges.
 
Le frère de Turpion, Emenon comte de Périgord, lui succède. Il s'oppose à son cousin Landry de Saintes et les deux décèdent en 866. Le roi Charles II le Chauve place alors le comté d'Angoulême sous la tutelle de Bernard comte de Poitiers.
 
En 869 il nomme Vulgrin, un de ses parents, qui est déjà comte d'Agen, comme comte d'Angoulême. Vulgrin regroupe un grand commandement avec l'Angoumois, le Périgord et l'Agenais. Vulgrin est membre d'un grand lignage de Bavière et d'Alémanie, les Gerold, qui a des liens avec les Carolingiens, la fille de Gerold, Hildegarde a épousé Charlemagne. Plus généralement la plupart des seigneurs d'Angoumois et d'Aquitaine sont issus de grands lignages Francs. A partir de Vulgrin la détention du comté est héréditaire comme pour la plupart des comtés de la Francie Occidentale.
Il a épousé Sancie, fille de Bernard de Septimanie et soeur de Bernard Plantevelue (lui-même père de Guillaume le Pieux comte d'Auvergne et duc d'Aquitaine). Ils ont pour enfants Audoin Ier qui suit, Guillaume comte de Périgord et d'Agen, Sancia épouse de Aymar qui a été (temporairement) comte de Poitiers, Sénégonde épouse de Ramnoul, le premier des vicomtes d'Angoumois (installés à Marcillac). Vulgrin fait reconstruire les remparts d'Angoulême.
 
Il meurt en 886 et son fils Audoin lui succède à Angoulême. Il doit toujours faire face aux incursions des Normands. Il meurt en 916, son fils Guillaume II lui succède.
 
Guillaume II est censé avoir coupé en deux un Normand d'où son surnom de Taillefer qui reste ensuite à ses descendants, il enlève Emma de Cognac et en a un enfant adultérin, Arnaud Manzer qui devient par la suite comte d'Angoulême. Pendant sa jeunesse la tutelle du comté est assurée par Bernard comte de Périgord qui l'accapare et le transmet à son fils Arnaud-Barnabé (mort en 952) dont le successeur est son frère Guillaume III Talleyrand, puis en 964 un autre frère, Ramnoux.
 
Arnaud Manzer parvient alors, avec l'aide du comte de Poitiers (également duc d'Aquitaine), à reprendre en 975 le comté d'Angoulême à l'issue d'un bataille victorieuse contre Ramnoux. Arnaud Manzer et sa femme Raingarde refondent et font des dons importants à l'Abbaye Saint Amant de Boixe.
Le comté d'Angoulême comprend alors l'Angoumois strict (ancienne Cité Gallo-Romaine) auquel s'ajoute la partie Est de la Saintonge et des parties du Périgord dans les régions de Villebois et d'Aubeterre.
 
Le fils d'Arnaud Manzer, Guillaume IV Taillefer, devient comte en 988, il est trés lié au comte de Poitiers Guillaume V le Grand qu'il a aidé lors de son accession au pouvoir. Guillaume V le Grand lui donne la tutelle des vicomtés de Rochechouart, Melle, Aulnay ainsi que celle des seigneuries de Chabanais, Confolens et Ruffec et enfin il lui apporte son aide pour se marier avec Gerberge d'Anjou, la soeur de Foulques III Nerra. Au final les trois seigneuries précitées restent désormais rattachées au comté d'Angoulême. Guillaume IV part en pélerinage en Terre Sainte en 1026, il meurt à son retour dans son comté en 1028, sans doute empoisonné par sa bru Alauzie.
 
En effet le fils de Guillaume IV, Audoin II, avait épousé Alauzie, la nièce de Brisque la seconde épouse de Guillaume V le Grand, fille de Sanche-Guillaume duc de Gascogne.
 
Conséquence de la révélation de la culpabilité d'Alauzie, les enfants de celle-ci sont écartés de la succession au comté. A la mort d'Audoin II, en 1031, celui-ci passe à son frère Geoffroy et aux descendants de celui-ci. Le premier fils d'Audoin II et d'Alauzie, Guillaume Chaussard, obtient des droits sur Matha et la moitié du château de Fronsac. Le second, Arnaud, est la tige des seigneurs de Montausier.
 
Geoffroy est confronté à l'émergence des seigneuries châtelaines et en particulier au seigneur Foucaud de la Roche. Il pratique une politique familiale pour maintenir son pouvoir, son fils Guillaume devient évêque d'Angoulême, ses autres fils cadets obtiennent de seigneuries châtelaines, pour Geoffroi Rudel, Blaye, et pour Arnaud, Montausier. De même il marie ses filles ou nièces avec des seigneurs locaux: Gerberge épouse le seigneur Audoin II de Barbezieux, Barrel au seigneur Ainard de Chabanais, et une nièce au seigneur de Montbron.
 
Par contre son fils et successeur Foulques rentre en conflit avec son frère l'évêque Guillaume et avec le duc d'Aquitaine Guillaume VIII au sujet de la Saintonge. En outre le duc d'Aquitaine était aussi duc de Gascogne et le comté d'Angoulême, situé entre les deux pouvait devenir un obstacle aux communications entre ces deux duchés.
 
Le fils de Foulques, Guillaume V, est confronté et arrive difficilement à contenir les seigneurs châtelains comme Audoin III de Barbezieux, Bardon de Cognac, Guy et Emery de La Rochefoucauld, Jourdain VI de Chabanais, etc. Ces châtelains ont souvent le soutien du duc d'Aquitaine, certains d'entre eux partent se battre en Terre Sainte et parfois y mourir.
Il a pour fils Vulgrin II, Raymond tige des seigneurs de Fronsac et Foulques tige des seigneurs de Montausier.
 
Vulgrin II reconstruit le château d'Angoulême. Il passe son temps à batailler contre les seigneurs châtelains et en dépit de ses qualités militaires ceux-ci parviennent à se rendre indépendants du comte. Le château de Blaye a été en partie détruit par les troupes de Guillaume IX d'Aquitaine avant 1126, il le fait reconstruire en une puissante forteresse qui est gardée pour son compte par les Rudel.
Vulgrin II a pour épouse Ponce de la Marche, ils ont pour fils Guillaume VI, il se marie en secondes noces avec Amable de Châtellerault, ils ont eu deux fils Foulques qui devient seigneur de Matha et Geoffroi seigneur d'Anville.
 
Son fils Guillaume VI lui succède en 1140. C'est l'époque où Aliénor d'Aquitaine s'est mariée au roi de France Louis VII. Le comte Guillaume VI d'Angoulême participe à la Seconde Croisade à partir de 1147. En 1168 avec Geoffroy IV de Thouars, le sire de Lusignan, le comte de la Marche et d'autres seigneurs Guillaume VI fait partie du complot contre Henri II Plantagenet, ils sont vaincus et rentrent dans le rang. Un nouveau soulèvement en 1175, auquel participe Guillaume VI, est à nouveau maté, cette fois par Richard Coeur de Lion. Guillaume VI est fait prisonnier et obligé de partir en Terre Sainte, il meurt en 1179 à Messine en Italie du Sud.
 
Guillaume VI laisse trois fils: Vulgrin III mort en 1181 en laissant une fille Mathilde qui est sous la protection de Richard Coeur de Lion, les deux autres fils, Guillaume et Aymar revendiquent alors le comté. Guillaume meurt en 1186 et Aymar s'empare du comté au détriment de sa nièce qui se marie en 1189 à Hugues IX de Lusignan.
 
Le château d'Angoulême au XVIIIème siècle En 1194, au retour de la Croisade Richard Coeur de Lion mate les révoltes des seigneurs poitevins, la fille d'Aymar, Isabelle d'Angoulême est fiancée à Hugues (futur Hugues X) fils de Mathilde et de Hugues IX de Lusignan.
 
Le château d'Angoulême au XVIIIème siècle
 
En août 1200, Jean sans Terre devenu duc d'Aquitaine et roi d'Angleterre enlève Isabelle le jour même de son mariage avec Hugues de Lusignan, puis le roi Jean épouse Isabelle quelques jours plus tard. Hugues IX et de nombreux seigneurs Aquitains se tournent alors vers le roi de France Philippe II Auguste. Le tribunal des Pairs de France condamne Jean et prononce la Commise, les Provinces de Normandie, Anjou, Maine, Touraine sont rattachées directement au royaume de France.
 
Jean sans Terre se réconcilie avec le comte Aymar d'Angoulême puis avec Hugues IX de Lusignan en lui donnant la Saintonge. Hugues IX devient comte d'Angoulême à la mort d'Aymar en juin 1202.
 
Jean sans Terre meurt en octobre 2016 et le fils qu'il a eu d'Isabelle d'Angoulême est couronné roi d'Angleterre sous le nom d'Henri III, il devient également duc d'Aquitaine.
 
En 1217 Isabelle revient à Angoulême. Le comte Hugues IX meurt en Terre Sainte en 1219 et Hugues X de Lusignan devient le nouveau comte d'Angoulême. En 1220, Isabelle épouse Hugues X, son ancien fiancé qui est à la tête d'un important domaine territorial (seigneurie de Lusignan, comté d'Angoulême, comté de la Marche et Saintonge).
 
Hugues X de Lusignan se sent suffisamment puissant pour refuser l'hommage à Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, désigné duc d'Aquitaine. Il est soutenu par Henri III d'Angleterre, le fils de sa femme Isabelle d'Angoulême. Hugues X de Lusignan fait partie des vaincus de la bataille de Taillebourg en juillet 1242. Il est lourdement sanctionné et doit céder au roi de France de nombreuses possessions et forteresses. Les Lusignan rentre dans le rang sous la tutelle des rois de France. Hugues X part en Croisade avec Saint Louis, il est mort devant Damiette en 1249.
Hugues X et Isabelle d'Angoulême (morte en 1246) ont eu pour enfants: Hugues XI (mort en 1250), Guillaume comte de Pembroke, Aymar évêque de Winchester, Guy et Geoffroy seigneur de Cognac dont le fils Geoffroy devient vicomte de Châtellerault par suite de son mariage avec Jeanne la fille d'Aimery II de Châtellerault.
 
En 1301 Hugues XIII engage ses domaines auprès du roi Philippe IV le Bel. Quand Isabelle (fille de Hugues XII) et Yolande (fille de Hugues XIII) meurent, les domaines des Lusignan (seigneurie de Lusignan, comté de la Marche et comté d'Angoulême) reviennent au roi de France Philippe IV le Bel qui les incorpore de fait dans le domaine royal en 1314.
 
Par la suite, le comté d'Angoulême est donné en apanage à une branche collatérale de la famille des rois de France. Le frère du roi Charles VI, Louis duc d'Orléans reçoit aussi le comté d'Angoulême en apanage. Il a deux enfants: Charles duc d'Orléans et Jean comte d'Angoulême.
 
Jean est resté plus de trente ans otage en Angleterre, revenu en France il lutte contre les Anglais et les chasse de son comté. Son fils Charles d'Angoulême épouse Louise de Savoie, leur fils devient le roi François Ier qui succède en 1515 à son cousin Louis XII.
 

 
 
Visitez :   Le Poitou  La Vienne -86-  Poitiers  Eglises de Poitiers  Loudun   Les Deux-Sèvres  Thouars  Parthenay
 
Chatellerault   Saint Savin   Angles sur l'Anglin   Chauvigny   La Vallée de la Vienne   Chinon   Richelieu  
 

 
Visitez le Limousin      La Haute-Vienne (87)      La Creuse (23)      La Corrèze (19)      Le Limousin Roman
 
Visitez l'Aquitaine      La Dordogne      La Vallée de la Dordogne      L'Abbaye de Moissac      Le Pays Basque
 



Environs d'Angoulême

Plusieurs sites proches d'Angoulême possèdent des monuments intéressants, en particulier des églises Romanes et Gothiques.
 
En partant du côté Est d'Angoulême ce sont Magnac sur Touvre, Touvre, Garat, Dirac, puis au Sud, La Couronne.
 
Un peu plus à distance se trouvent: au Nord Saint Amant de Boixe et au Sud Dignac, Mouthiers en Boëme et Plassac.
 
Magnac    Touvre    Garat    Dirac    St Michel d'Entraygues    La Couronne   
 
Saint Amant de Boixe    Dignac    Mouthiers en Boëme    Plassac
 



Magnac sur Touvre

Magnac sur Touvre est un village situé à trois kilomètres d'Angoulême, dans sa périphérie Est, il est sur la Touvre.
 
Panorama sur Magnac sur Touvre
Panorama sur Magnac sur Touvre
 

Eglise Saint Cybard

L'église Saint Cybard date de la fin du XIIème siècle, elle est en forme de croix grecque. Elle a été restaurée au XXème siècle, dans l'entre-deux Guerres (1920-1935), la voûte qui était en mauvais état a été refaite.
 
Eglise Saint Cybard de Magnac sur Touvre   Eglise Saint Cybard de Magnac sur Touvre
Intérieur de la nef                                     Eglise Saint Cybard de Magnac sur Touvre                             Façade, clocher et transept
 
Transept, coupole et choeur de l'église Saint Cybard de Magnac sur Touvre
 
La façade (cf photo ci-dessus à droite) est soutenue par deux larges contreforts qui s'achèvent en glacis. En bas le portail est à trois voussures qui retombent sur des piédroits. Au-dessus s'élève une fenêtre haute en plein cintre, puis le pignon triangulaire.
 
La nef comporte deux travées sans fenêtres, elle est surmontée d'une voûte en berceau brisé, les doubleaux retombent sur des colonnes engagées.
 
Transept, coupole et choeur de l'église Saint Cybard de Magnac sur Touvre
 
La croisée du transept est surmontée d'une coupole sur pendentifs (cf photo ci-contre) au-dessus de laquelle s'élève le clocher. Les grands arcs qui supportent cette coupole se composent de deux doubleaux brisés et juxtaposés.
 
Les bras du transept sont également couverts par une voûte en berceau brisé, ils sont éclairés sur trois côtés, avec une chapelle rectangulaire peu profonde côté Est.
 
Le choeur est rectangulaire et couvert d'un berceau très légèrement brisé. Il est percé d'une porte et d'une fenêtre sur chaque côté. Vu de l'extérieur le chevet est plat, soutenu par deux contreforts et percé de trois baies étroites, celle au centre beaucoup plus haute que les deux autres.
 
Le clocher est carré est sur deux étages, le premier comporte sur chaque face quatre arcades aveugles en plein cintre, le second est percé de chaque côté de deux baies contenant elle-même deux baies jumelles avec colonnettes. Le toit est à quatre pans et relativement bas.
 



Touvre

Touvre est un village situé à quatre kilomètres d'Angoulême et à un seul de Magnac, sur le flanc Est de la ville, il est près de la source de la Touvre.
 
Eglise de Touvre        Eglise de Touvre
Côté Nord et clocher                                           Eglise Sainte Marie-Madeleine de Touvre                                           Façade
 
Cette église est l'ancienne chapelle du château, elle a ensuite relevé de l'évêque d'Angoulême. Elle est principalement de style Roman. A l'origine l'église avait un plan en forme de croix latine, mais le bras Nord du transept a disparu.
 
Ses parties les plus anciennes sont la nef et le bras Sud du transept, ils remontent au début du XIIème siècle. Le choeur est de la fin du XIIème siècle
 
La façade (cf photo ci-dessus à droite) remonte également du XIIème siècle, elle est encadrée par deux contreforts en glacis. En bas un portail comporte deux voussures en plein cintre qui retombent sur des colonnes avec des chapiteaux sculptés, les arcs latéraux sont aveugles et ont une seule voussure en plein cintre.
Cette façade a été retouchée postérieurement, au-dessus de la fenêtre supérieure, une bretèche montre que l'église a été fortifiée pendant la Guerre de Cent Ans, de même les fenêtres très étroites des murs latéraux ont plutot l'allure de meurtrières (cf photo ci-dessus à gauche).
 
Le clocher carré est à l'angle Nord-Ouest de la nef, il est légèrement débordant, percé de deux baies et surmonté d'un toit bas à quatre pans. Il a été construit au XVIIème siècle en remplacement du précédent clocher qui se situait au Sud-Est de la nef.
 
Eglise de Touvre        Eglise de Touvre
Chevet                                           Eglise Sainte Marie-Madeleine de Touvre                                           Intérieur: nef et choeur
 
La nef comporte trois travées avec des arcades latérales, un arc à double rouleau reposant sur des pilastres sépare la nef du choeur (cf photo ci-dessus à droite). La voûte de la nef a été refaite au milieu du XIXème siècle.
 
Le mur au fond du choeur (chevet vu de l'extérieur: cf photo ci-dessus à gauche) est percé par un triplet de fenêtres étroites .
 



Garat

Le village de Garat se situe à 5 kilomètres au Sud de Touvre. L'église Saint Pierre aux Liens était le siège d'un ancien archiprêtré, à partir de 1110 elle a relevé du chapitre de la cathédrale d'Angoulême. Elle a été reconstruite à la fin du XIIème siècle. L'intérieur de l'église a été restauré en 1969.
 
Eglise Saint Pierre aux Liens de Garat        Eglise Saint Pierre aux Liens de Garat
         Chevet et mur latéral Sud                                Eglise Saint Pierre aux Liens de Garat                              Facade et clocher
 
La façade est flanquée des deux contreforts rectangulaires et massifs (cf phto ci-dessus à droite). Le portail comporte trois voussures (en rouleaux) en plein cintre, surmontées d'un cordon circulaire. Un fenêtre et en plein cintre surmonte la porte. Le petit clocher rectangulaire a été élevé au-dessus du pignon.
 
Les murs latéraux ont conservé leur corniche. Le chevet est légèrement courbe entre deux puissants contreforts (cf photo ci-dessus à gauche), Il est surmonté d'un pignon dont la surface est quasiment plane.
 
Nef et choeur de l'église Saint Pierre aux Liens de Garat        Abside de l'église Saint Pierre aux Liens de Garat
         Nef et choeur                                Eglise Saint Pierre aux Liens de Garat                              Abside
 
En 1629 les voûtes de la nef se sont écroulées, elles ont été remontées en briques en 1856 en remplacement d'un berceau sur doubleaux.
 
La nef comporte trois travées séparées par une colonne unique (cf photo ci contre), chacune est éclairée par une fenêtre en plein cintre perçant chacun des murs latéraux. Le choeur a été restauré en 1869. Au fond, l'abside est en segment de cercle, elle est percée de deux denêtres en plein cintre au centre (cf photo ci-dessus à droite).
 



Dirac

Dirac est une petite ville du département de la Charente qui se situe à une dizaine de kilomètres au Sud-Est d'Angoulême. L'église Saint-Martial a été attribuée en 1110 au chapitre de la cathédrale d'Angoulême, elle est de de style Roman.
 
Les murs de la nef sont du début du début du XIIème siècle, la façade et l'abside sont du troisième quart de ce siècle. Des chapelles ont été ajoutées à la fin du XVème siècle et l'édifice a été remanié à cette époque ce qui explique la présence d'éléments Gothiques. L'église a été restaurée dans la seconde partie du XIXème siècle.
 
Façade et côté Sud de l'église Saint Martial de Dirac  Portail de l'église Saint Martial de Dirac
         Chevet et mur latéral Sud                                Eglise Saint Martial de Dirac                              Portail
 
La façade comporte trois niveaux (cf photo ci-dessus à gauche), en bas le portail central avec quatre voussures en plein cintre (la première est sculptée avec des motifs géométriques) est entouré par des arcatures aveugles. Toutes ces voussures retombent sur des colonnettes portant des chapiteaux sculptés (cf photo ci-dessus à droite) avec pour thèmes des personnages, des animaux et des motifs divers.
 
Le premier étage repose sur un cordon décoré, il comporte cinq arcatures, seule la baie au centre n'est pas aveugle, elles sont entourées d'un cordon avec des pointes de diamant et les chapiteaux au-dessus des colonnettes sont sculptés de feuilles d'acanthe. Le pignon est délimité par un cordon mouluré
 
Eglise Saint Martial de Dirac
 
La nef comporte une travée rectangulaire et trois autres carrées, les trois premières ont conservé leur voûte en berceau plein cintre sur doubleaux qui donnent sur des colonnes avec des chapiteaux sculptés. La quatrième travée est voûtée en ogives suite à son remaniement pour donner accès aux chapelles au XVème siècle, celles-ci sont aussi voûtées en ogives.
De grandes arcades renforcent à l'intérieur les murs latéraux de la nef. A l'extérieur ces murs sont épaulés par des contreforts et surmontés d'un corniche à modillons (cf photos ci-contre)
 
Côté Nord de l'église Saint Martial de Dirac
 
Un carré est surmonté par une coupole sur pendentifs avec au-dessus le clocher. Vu de l'extérieur, le premier étage comporte un bandeau de quatre arcades aveugles sur chaque face. Le second étage a été rebâti et il est percé par une baie rectangulaire sur chaque face.
 
L'abside est en cul-de-four, elle est éclairée par des fenêtres étroites en plein cintre.
 



Saint Michel d'Entraygues

Cette agglomération est dans la périphérie Sud-Ouest d'Angoulême, à quatre kilomètres du centre-ville.
 
Eglise Saint Michel d'Entraygues
 
Au Moyen-Age cette localité était un important carrefour de routes, c'est pour aider les voyageurs sans ressources que les moines de l'Abbaye de La Couronne ont fondé cette église en 1137. Elle accueillait en particulier les pelerins se rendant en Terre Sainte où à Saint Jacques de Compostelle.
 
Son plan octogonal rappelle celui du Saint Sépulchre à Jérusalem, en bas chaque face s'ouvre sur une absidiole (cf photo ci-contre).
 
Elle a été reconditionnée (en particulier toutes les voûtes) par l'architecte Paul Abadie en 1860. Le clocher voisin est une construction de la fin du XIXème.
 
Ces huit absidioles sont toutes en hémicycle et voûtées en cul-de-four, et à l'extérieur certaines présentent des arcades en plein cintre à une voussure sculptée. Au-dessus se trouve une fenêtre dont la voussure retombe sur des colonnettes et encore au-dessus une corniche avec des modillons sculptés.
 
A l'étage, à l'intérieur des doubleaux portent une coupole à huit pans renforcée par des nervures aboutissant à une ouverture circulaire au dessus de la quelle s'élève un lanternon.
Vu de l'extérieur les angles de cet étage sont dotés de puissants contreforts et au centre de chaque pan s'ouvre une haute baie étroite en plein cintre entourée d'un cordon sculpté. Au dessus se développe une corniche avec des modillons sculptés qui fait le tour de l'édifice.
 
                                                                            Eglise octogonale de Saint Michel d'Entraygues
 
Le portail a deux voussures en plein cintre et un tympan sculpté représentant Saint Michel terrassant un dragon.
 



La Couronne

Ce village se situe à moins de dix kilomètres d'Angoulême, il conserve deux édifices intéressants: l'église Saint Jean de la Palud et l'Abbaye Notre-Dame de La Couronne.
 
L'église Saint Jean de la Palud
La Palud est l'ancien nom de la commune, cette église en desservait la paroisse. Elle a été construite au début du XIIème siècle en style Roman et restaurée au XIXème siècle.
 
Son plan est en forme de croix latine. La façade est sur trois niveaux, en bas le portail avec trois rouleaux est encadré par deux arcades aveugles. les chapiteaux sculptés représentent des oiseaux et des chimères. Le premier étage comporte sept arcades aveugles, celle du centre avec une statue. Le pignon triangulaire est percé d'une baie.
 
La nef est simple avec six travées. La voûte de la nef est en berceau plein cintre sur doubleaux, les arcs retombent sur des colonnes surmontées de chapiteaux sculptés. A l'extérieur les murs latéraux sont soutenus par de puissants contreforts.
 
La croisée du transept est surmontée d'une coupole sur trompes avec au-dessus un clocher octogonal, les bras du transept ouvrent sur des absidioles voûtées en cul-de-four. L'abside est en hémicycle et ornée de neuf arcades portées par des colonnettes, trois sont percées d'une baie. Les chapiteaux sculptés représentent des animaux et des feuillages.
 
 

Abbaye Notre-Dame de La Couronne

La première construction de l'église Abbatiale Notre-Dame de La Couronne remonte au début du XIIème siècle. L'église actuelle a commencé à être construite à la fin du XIIème, elle est principalement de style Gothique.
L'abbaye devient très prospère avant d'être touchée par les ravages de la Guerre de Cent Ans.
 
Gravure de l'abbaye de La Couronne au XVIIème siècle
Gravure de l'abbaye de La Couronne au XVIIème siècle
 
Au milieu du XVème siècle, le clocher s'est effondré en écrasant trois travées de la nef. L'édifice est reconstruit mais il est pillé par les Protestants en mai 1562, au début des Guerres de Religion. Au XVIIème siècle l'abbaye passe à la Congrégation de France (Génovéfains) et elle est remaniée au XVIIIème siècle. Les bâtiments monastiques sont reconstruits aux XVIIème et XVIIIème siècles.
 
Au moment de la Révolution Française, elle est vendue comme Bien National et sert alors de carrière de pierres pour les habitants de la commune.
 
Abbaye de La Couronne: mur du bas-côté Nord
Abbaye de La Couronne: mur du bas-côté Nord
 
Restes de la façade de l'abbaye de La Couronne
 
Il en subsiste le chevet, les chapelles côté Sud, une partie du bras Nord du transept, le mur du bas-côté Nord et une partie de la façade.
Il reste aussi une partie des bâtiments abbatiaux, certains du XVème siècle (le logis abbatal), d'autres du XVIIIème.
 
La façade a été reconstruite au XVème siècle. Elle avait un portail avec plusieurs voussures surmontées d'une archivolte en accolade, il était encadré par des pinacles.
Au-dessus se trouvait une grande rose et cette façade etait flanquée de puissants contreforts (cf photo ci-contre).
 
Restes de la façade de l'abbaye de La Couronne
 
La nef avait quatre travées avec des bas-côtés, le tout était voûté en ogives.
 
Le carré du transept était peut-être surmonté d'une coupole, les bras du transept avaient chacun deux travées et ouvraient sur des chapelles carrées.
 
Le choeur avait deux travées et s'achevait par un mur plat percé d'une grande baie. Le cloitre était au Sud de la nef.
 
Cette église était la nécropole des des Lusignan quand ils sont devenus comtes d'Angoulême. Isabelle d'Angoulême a été inhumée initialement dans l'Abbaye de la Couronne en 1246 puis transférée à l'Abbaye de Fontevraud, la première nécropole des rois Plantagenêts.
 



Abbaye de Saint Amant de Boixe
 

Saint Amant de Boixe

Saint Amant de Boixe se situe à une vingtaine de kilomètres au Nord d'Angoulême.
 
Au VIIème siècle, un ermite, Amant, vient s'installer dans une vaste forêt. Il y meurt vers 680 entouré de diciples qui élèvent un sanctuaire sur sa sépulture. Un pélerinage sur celle-ci se développe et bientôt un monastère y est édifié.
 
Il est transféré à Saint Amant de Boixe un peu avant l'An Mil, au début du XIIème siècle le corps de Saint Amant est redécouvert et amené dans ce nouveau monastère.
 
Le monastère devient une abbaye qui prend plus d'importance et elle reçoit de nombreux dons. Grace à ceux-ci l'édifice est reconstruit à partir du début du XIIème siècle. Il est édifié sur le flanc d'une colline et il est de style Roman.
 
                                                                                    Abbaye de Saint Amant de Boixe
 
Les travaux commencent par le chevet, puis le transept et la nef avec ses bas-côtés et la façade. L'église est achevée à la fin du XIIème siècle, ainsi que le cloitre et les bâtiments conventuels (cuisine réfectoire et cellier).
 
L'église est endommagée au moment de la Guerre de Cent Ans, c'est alors que le chevet est en partie détruit.
 
Plan de l'église de Saint Amant de Boixe
 
Il est reconstruit au XVème siècle, l'abside et les absidioles au Sud de l'abside sont remplacées par un choeur de trois travées à chevet plat et avec une chapelle rectangulaire côté Sud (cf plan ci-contre), le tout en style Gothique.
 
Plan de l'église de Saint Amant de Boixe
 
Elle est également endommagée au moment des Guerres de religion. Elle ne s'en remet pas et périclite à partir de là.
 
Au moment de la Révolution Française les bâtiments conventuels sont vendus comme Biens Nationaux et plus tard l'église abbatiale devient celle de la paroisse.
 
Façade de l'église de Saint Amant de Boixe
Façade de l'église de Saint Amant de Boixe
 
La partie la plus remarquable est la façade qui date de la fin du XIIème siècle (cf photo ci-dessus), elle est divisée horizontalement en trois niveaux et verticalement en trois parties. Elle est épaulée par quatre colonnes portées par des piédroits dont la base est munie de griffes.
 
En bas le portail central est à cinq voussures en plein cintre soutenues par des piédroits et des colonnettes. Il est encadré par deux arcatures aveugles à une seule voussure en plein cintre, la séparation est marquée par les piédroits et les colonnes. Jadis l'arcature Sud était ouverte.
 
A l'étage la baie centrale comporte trois voussures en plein cintre, elle est encadrée par deux petites arcatures aveugles, des colonnes marquent la séparation avec de grandes arcatures aveugles qui sont également en plein cintre et ont en bas un oculus aveugle.
 
Sur ces deux niveaux (en bas et à l'étage) les chapiteaux sont décorés par des sculptures de feuillages, d'animaux, d'entrelacs, etc. Les faces des voussures sont sculptés de motifs géométriques.
 
Un petit pignon triangulaire ne s'élève qu'au-dessus de la partie médiane de l'étage, il est percé d'une baie en plein cintre.
 
Voûte du collatéral de l'église de Saint Amant de Boixe               Intérieur de la nef de l'église de Saint Amant de Boixe
Travée du collatéral voûtée en arêtes                     Eglise de Saint Amant de Boixe                     Intérieur de la nef
 
A l'intérieur de l'église, la nef a cinq travées, la première est un peu plus longue que les autres. Cette nef est voûtée en berceau très légèrement brisé et renforcé par des doubleaux, les arcades retombent sur des colonnes engagées dans des piliers et dont les chapiteaux sont sculptés (cf photo ci-dessus à droite). Les collatéraux sont étroits et voutés également en berceau sauf la dernière travée qui est voûtée d'arêtes (cf photo ci-dessus à gauche).
 
Les murs gouttereaux sont renforcés à l'intérieur par des arcades percées de fenêtres encadrées par des colonnettes et qui assurent l'éclairage de l'église et à l'extérieur par des contreforts doublés.
 
Eglise de Saint Amant de Boixe
 
Le transept comporte une croisée et deux bras saillants. Les voûtes des croisillons ont été percées par les Protestants au moment des Guerres de religion, elles ont été refaites à la fin du XVIème siècle.
 
Le croisillon Nord a conservé ses deux absidioles en hémicycle et voûtées en cul-de-four. Le croisillon Sud a une travée rectangulaire avec, en contrebas, d'une autre datant de la fin du XIIIème siècle et voûtée en berceau brisé, elle comporte des peintures murales de cette époque.
 
La croisée du transept est supportée par quatre puissants piliers avec colonnes engagée, elle est surmontée par une coupole sur pendentifs qui s'appuie sur six nervures convergeant vers le trou sommital. Les chapiteaux des piliers de la croisée du transept sont sculptés
 
Chevet, transept et clocher de l'église de Saint Amant de Boixe
 
Au-dessus de la coupole s'élève un clocher carré à deux étages. Le premier étage a cinq arcs aveugles en plein cintre sur chaque face, le second trois baies jumelles ouvertes et également en plein cintre. Le tout est surmonté par une flèche en ardoises.
 
Le choeur, refait au XVème siècle, est légèrement desaxé, il comporte trois travées voûtées d'ogives. Le chevet est plat (cf photo ci-contre) et percé d'une grande baie avec un remplage de style Gothique flamboyant.
 
L'édifice et certains bâtiments annexes ont été explorés et restaurés à la fin du XXème siècle.
 



Dignac

Dignac se situe à une quinzaine de kilomètres au Sud-Est d'Angoulême et à 7 kilomètres au Sud-Est de Dirac.
 
L'église Saint Cybard est du milieu du XIIème siècle, elle est de style Roman. Elle a été restaurée à la fin du XIXème siècle.
 
Eglise Saint Cybard de Dignac   Eglise Saint Cybard de Dignac
Eglise Saint Cybard de Dignac
 
La façade (photo de gauche) est sur trois niveaux avec de puissants contreforts près des extrémités (cf photo ci-dessus à gauche). Le portail d'entrée comporte des arcs avec trois voussures en arc légèrement brisé et qui retombent sur des piliers rectangulaires. Un autre portail d'accès se trouve sur le côté Sud, il est en plein cintre avec des voussures arrondies.
 
A l'origine la nef comportait quatre travées mais l'ajout postérieur de chapelles a aggloméré de fait les deux travées orientales.
 
Un carré surmonté d'une coupole forme la base du clocher. celui-ci est carré et massif avec sur chaque face, au niveau supérieur, trois arcatures aveugles et au-dessus des arcatures avec des fenêtres géminées, le toit est à quatre pans.
 
L'abside est en hémicycle et renforcée à l'extérieur, sur le chevet, par des contreforts plats (cf photo ci-dessus à droite), elle est percée de trois fenêtres en plein cintre.
 
A l'intérieur de l'église se trouvent des peintures murales, dont certaines remontent au XIIème siècle, et un retable du XVIIème siècle.
 



Mouthiers sur Boeme

Mouthiers sur Boeme est une petite ville qui se situe à une quinzaine de kilomètres au Sud d'Angoulême.
 
L'église Saint Hilaire a été donnée à la fin du XIème siècle, par le seigneur local, à l'Abbaye Saint Martial de Limoges qui y établit un Prieuré.
 
Le haut du clocher de l'église s'est effondré en 1735 et à l'approche de la Révolution Française, le prieuré est quasiment à l'abandon. L'église Saint Hilaire a été restauré au XIXème siècle.
 
Chapiteau sculpté de l'église Saint Hilaire de Mouthiers sur Boeme         Eglise  Saint Hilaire de Mouthiers sur Boeme
Chapiteau sculpté                                         Eglise de Mouthiers sur Boeme                                                 Vue côté Sud-Ouest
 
L'église est en forme de croix latine. La façade est soutenue par deux puissants contreforts d'angles (cf photo ci-dessus à droite). Le portail est de style Roman, certaines sculptures ont été refaites au XIXème siècle. Elle a été remaniée postérieurement à sa construction, ceci est bien visible avec la baie de style Gothique au premier étage.
 
La nef est une construction du début du XIIème siècle, elle est unique avec cinq travées voûtées en berceau avec doubleaux. Les colonnes sont surmontées de chapiteaux sculptés intéressants avec des lions, des quadrupèdes, des oiseaux et des visages humains.
 
Le transept est débordant et chaque bras ouvre sur une absidiole, la croisée du transept est couverte d'une coupole sur pendentifs qui est surmontée d'un clocher octogonal construit au XIIIème siècle en style Gothique. Le choeur a une travée suivi d'une abside en hémicycle.
 
Vu de l'extérieur le chevet est supporté par des colonnes contreforts qui le divisent en cinq parties, chacune avec une fenêtre en plein cintre surmontée par des arcatures jumelles, elles aussi en plein cintre.
 



Plassac-Rouffiac

Plassac-Rouffiac est un village du département de la Charente qui se situe à six kilomètres au Sud-Ouest de Mouthiers sur Boeme. Il est sur le tracé de l'ancienne voie Romaine qui allait de Mediolanum (Saintes) à Vesuna (Périgueux) et Lugdunum (Lyon). Elle était aussi sur un chemin du pélerinage de Saint Jacques de Compostelle.
 
L'église Saint Cybard de Plassac se situe en haut d'une colline dominant les environs. Elle a été construite au milieu du XIIIème siècle en style Roman et restaurée à la fin du XIXème siècle.
 
Eglise Saint Cybard de Plassac         Eglise Saint Cybard de Plassac
Chevet                                 Eglise Saint Cybard de Plassac                                   Façade et clocher             
 
Chapiteau sculpté de l'église Saint Cybard de Plassac
 
La façade (cf photo ci-dessus à droite) est sur quatre niveaux.
 
En bas le portail est entouré de trois voussures en plein cintre et nues, il est encadré par deux arcatures aveugles.
Au-dessus se développent deux registres d'arcatures aveugles en plein cintre (5 au premier étage et trois au deuxième). Une corniche avec des modillons effectue la séparation d'avec un pignon triangulaire simple qui a été réalisé plus tardivement.
 
Les chapiteaux portent des sculptures représentant des feuillages, des visages humains, des oiseaux et des animaux. Celles des modillons ont pour thèmes un acrobate renversé, des humains et des animaux.
 
Chapiteau sculpté du chevet de l'église Saint Cybard de Plassac
 
Le chevet est découpé par des groupes de trois colonnes contreforts, sur chacune des cinq parties une arcade en plein cintre enveloppe une baie ouverte sur deux parties et aveugle sur les trois autres. Une corniche parcourt le haut du chevet et délimite la toiture.
 
Le mur Sud a été reconstruit à la fin du XIIème et à nouveau au XVème siècle. Sur le mur de gros contreforts réalisés au XVème siècle englobent ceux du XIIème.
 
Eglise Saint Cybard de Plassac     Eglise Saint Cybard de Plassac
Vers la façade                                 Eglise Saint Cybard de Plassac                                             Abside            
 
Chapiteaux de l'abside de l'église Saint Cybard de Plassac
 
A l'intérieur, la nef est unique et comporte trois travées, elle est voûtée en berceau brisé (cf photo ci-dessus à gauche). Les arcs retombent sur des colonnes portant des chapiteaux sculptés.
 
En avant du choeur, un carré est surmonté par une coupole sur pendentifs avec au-dessus le clocher hexagonal avec un étage à baies géminées et une flèche conique à écailles.
 
Une crypte est implantée sous le choeur, son but est de compenser la déclivité du sol, elle a sans doute abrité les reliques de Saint Cybard au Moyen-Age.
 
Chapiteaux de l'abside de l'église Saint Cybard de Plassac
 
L'abside est en hémicycle et voûtée en cul-de-four avec un oculus qui l'éclaire (cf photo ci-dessus à droite). Une série de onze petites arcades sont soutenues par des colonnettes portant des chapiteaux sculptés (cf photo ci-contre): personnages, lions, acrobates, oiseaux, chouette, griffons, feuillages, etc.
Au-dessus une corniche présente des métopes et modillons également sculptés avec des rinceaux et des palmettes.
 



Vue sur Confolens
 

Confolens et la Charente Limousine

Confolens est une sous-préfecture du département de la Charente. Elle est située au Nord-Est de ce département et faisait jadis partie du Limousin. La commune a maintenant intégré le village voisin de Saint Germain de Confolens. Elle est traversée par la Vienne.
 
Confolens est excentré à plus de 60 kilomètres d'Angoulême la préfecture du département et à 55 kilomètres de Limoges, ce qui fait que Confolens et sa région ont une vie et un développement assez spécifique.
 
                                                                        Vue sur Confolens et la Vienne
 
Confolens est la ville principale d'une petit Pays dénommé la Charente limousine qui touche à l'Est le département de la Haute-Vienne et au Nord celui de la Vienne.
 
Le Pays de Charente limousine appartenait jadis principalement au Limousin (Généralité et diocèse de Limoges). Au moment de la Révolution Française, lors de la constitution des départements il a été intégré à celui de la Charente.
 
Il regroupe deux Communautés de Communes qui représentent un peu plus de la moitié de l'arrondissement de Confolens. La soixantaine de communes est habitée par un peu moins de 40000 habitants, les principales villes sont: Confolens, Chabanais et Roumazières-Loubert. A l'Ouest et au Sud il touche la région de La Rochefoucauld.
 
L'activité économique de la Charente limousine est principalement tournée vers la polyculture et l'élevage.
 
Elle conserve un patrimoine monumental qui comprend la ville ancienne de Confolens, le site de de Cassinomagus de l'époque Gallo-Romaine, des châteaux-forts et des édifices Romans des XIème et XIIème siècles, en particulier l'ancienne Abbaye de Lesterps.
 
Ce bel ensemble patrimonial favorise le développement progressif d'un tourisme culturel.
 

En savoir plus sur Confolens et la Charente Limousine
 
Charente Limousine    Lessac       Saint Germain de Confolens       Esse       Confolens      
 
Lesterps    Brigueuil    Manot    La Péruse    Exideuil    Etagnac    Chabanais    Sires de Chabanais    Chassenon
 
 



La Rochefoucauld et sa région

La Rochefoucauld est une ville qui se situe à une vingtaine de kilomètres à l'Est d'Angoulême.
 
Son principal monument est un remarquable château qui est établi sur un promontoire au-dessus de la Tardoire, un affluent de la Charente. La Rochefoucauld conserve aussi des maisons anciennes , des églises et couvents intéressants à visiter.
 
La ville a un passé historique en relation avec l'importante famille des seigneurs de La Rochefoucauld dont l'auteur des Maximes de La Rochefoucauld.
 
Château de La Rochefoucauld
Le château de La Rochefoucauld et le pont du XVIIème siècle sur la Tardoire
 
La région de La Rochefoucauld correspond à peu près aux vallées de la Bonnieure, de la Tardoire et du Bandiat. Elle est limitée au Sud par le département de la Dordogne (Périgord).
 
Elle possède un riche patrimoine monumental d'abord avec ses châteaux dont le plus marquant est celui de La Rochefoucauld. Et surtout elle conserve de nombreuses églises Romanes des XIème et XIIème siècles.
 
Ce bel ensemble patrimonial favorise le développement progressif d'un tourisme culturel.
 

En savoir plus sur La Rochefoucauld et sa région
 
La Rochefoucauld :       Le Château       Histoire       Les seigneurs       Les Maximes de La Rochefoucauld
 
La région :           Lichères      Mouton      Bonnieure et Tardoire      St Amant de Bonnieure      St Angeau     
 
Ste Colombe      Coulgens      La Rochette      Agris      Rivières      La Rochefoucauld       Montbron      
 
Vallée du Bandiat       Feuillade       Marthon       Chazelles                 Grassac
 



Guides Archéologiques de la France

 
Argentomagus: Oppidum gaulois, agglomération gallo-romaine et musée de Françoise Dumasy-Mathieu      
 
Sanxay : sanctuaire gallo romain de P. Aupert
 
Saintes antique : sanctuaire gallo romain de Louis Maurin et Marianne Thauré
 
Limoges antique de Jean-Michel Desbordes           

 
Plus de Guides Archéologiques de la France
 

 


Cartes Archéologiques de la Gaule

 
 
Le Cher 18     L'Indre 36     Indre et Loire 37

 
Les Deux-Sèvres 79     Charente 16      Charente-Maritime 17/1     Saintes 17/2

 
La Haute-Vienne 87      La Creuse 23      La Corrèze 19

 
Plus de Cartes Archéologiques sur la Gaule

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 



 
Poitou Roman de Laurence Brugger - Zodiaque -   ISBN: 2736903137
 
Cette nouvelle (et troisième) version de Poitou roman renoue avec la première, qui recouvrait l'ensemble des monuments de l'ancien diocèse de Poitiers, sans distinguer le Haut du Bas Poitou.
 
Une sélection plus étroite des églises bénéficiant de notices particulières a donc été nécessaire, même si, concurremment, des monuments délaissés ont regagné le devant de la scène artistique. Grâce à  un découpage et un regroupement des édifices en itinéraires, l'ensemble du livre permet un survol exhaustif de l'expression romane en Poitou.
 
Passionnée d'iconographie médiévale, Laurence Brugger a initié ses études à  l'Université de Genève, auprès du Professeur Yves Christe, avant d'élargir son champ de recherches d'abord à  l'Italie, puis à  la France, où elle a officié en qualité de directeur d'études invité à  l'Ecole Pratique des Hautes Etudes.
 
Comme Professeur de recherches auprès de l'Université de Fribourg, elle a poursuivi des recherches sur l'Espagne romane, et se consacre aujourd'hui l'élaboration d'un vaste corpus iconographique des voussures romanes et gothiques.
 





 
Chemins de l'Art Roman en Poitou-Charentes de Frédérique Barbut -   ISBN: 2737351049

 
La région Poitou-Charentes est une des régions les plus riches de France en patrimoine roman.
 
Elle offre à  découvrir plus de sept cent cinquante églises et une centaine de donjons sur ses territoires chargés d'histoire, auxquels s'ajoutent les collections d'art et d'archéologie de ses musées.
 
Avec Saint-Savin-sur-Gartempe et une vingtaine d'autres églises, elle possède un ensemble de peintures murales de l'époque romane unique en France, en quantité et en qualité.
 
Parcourant ces chemins de l'art roman en Poitou-Charentes, les auteurs ont choisi un bouquet de sites pour offrir au lecteur comme au visiteur un aperçu de ces merveilles.
 



En savoir plus sur:     L'Art Roman       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 

Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age

La description des églises et édifices de l'architecture religieuse nécessite la connaissance d'un vocabulaire spécialisé dont les expressions ne sont pas intuitives. Pour vous aider vous pouvez vous appuyer sur cette page:
 
Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age
 

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts
 



Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans      L'Anjou   Angers   Saumur   Le Saumurois   Fontevraud   Candes et Montsoreau
 
Le Poitou   Poitiers   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres       Le Poitou Roman   La Saintonge Romane   L'Angoumois Roman
 
Les Charentes    La Charente-Maritime   La Rochelle   Royan   Saintes      La Charente   Angoulême   La Rochefoucauld   Confolens
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux Issoudun La Châtre Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne Creuse Corrèze Limousin Roman   Auvergne  Allier Puy de Dôme Cantal Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


     Avec Google


Guides Pédestres des Charentes

Promenades dans la nature en Charente-Maritime

Charente Limousine - Tour de la Mandragore      La Charente à  pied

La Charente-Maritime et ses à®les GR 360      Le pays de Limoges à  pied




 
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes de France :
 
Paris  Cannes  Nice  Chamonix-Mont-Blanc  Lyon  Bordeaux  Marseille  Toulouse  Lille  Biarritz  Strasbourg  Honfleur  Saint Malo 
Montpellier  Cap d'Agde  Carcassonne  Sainte-Maxime  Val Thorens  Avignon  Tignes  Aix-en-Provence  Colmar  Saint-Jean-de-Luz 
Grimaud  Les Deux Alpes  Lourdes  Arles  Mandelieu La Napoule  Fréjus  Porto-Vecchio  Antibes  Les Menuires  Dijon  Méribel 
 
 Votre Hotel en France            Votre Hotel en Italie            Votre Hotel en Espagne