Departement du Cher -18-

Vous etes ICI : Accueil > France > Val de Loire > Le Berry > Departement du Cher -18- 
 
Votre Hôtel :   Centre    Cher (18)   Bourges   Vierzon   Saint Amand Montrond   Sancoins   Sancerre   Indre 36
 
Le département du Cher (18) se situe au centre de la France. Il tire son nom de la rivière le Cher qui le traverse du Sud-Est au Nord-Ouest sur environ 130 kilomètres de longueur. Il correspond à l'ancien Haut-Berry.
 
Le département est structuré par la rivière le Cher, un affluent de la Loire qui définit d'ailleurs la limite orientale du département.
 
Celui-ci est entouré par ceux du Loiret et du Loir et Cher au Nord, de l'Indre à l'Ouest, de l'Allier et de la Nièvre à l'Est et enfin sur quelques kilomètres par la Creuse au Sud. Le chef-lieu est Bourges avec deux sous-préfectures: Saint Amand Montrond et Vierzon.
 
La découverte du département commence par la ville de Bourges avec en particulier la Cathédrale Saint Etienne.
 
Carte du département du Cher
 
Ensuite plusieurs circuits touristiques sont proposés, certains de ces circuits se recoupent.
 
Le premier est constitué par la Vallée du Cher, le second est la Route Jacques Coeur.
 
Le troisième circuit est la découverte du Sancerrois et du Nord-Ouest du département.
 
Un quatrieme permet de parcourir Sud-Est du département et enfin le cinquième est le Boischaut Sud (qui est partagé avec le Pays de La Châtre dans le département de l'Indre).
 
Carte du département du Cher
 
Le Cher pénètre dans le département près de Ainay le Vieil, il passe à Drevant et Saint Amand Montrond puis devant l'Abbaye de Noirlac et près du Château de Meillant.
 
En remontant vers le Nord-Ouest, la rivière atteint Châteauneuf sur Cher puis Saint Florent.
 
Ensuite le Cher passe près de Mehun sur Yèvre puis à Brinay et à Vierzon. La ville de Graçay est un peu excentrée.
 
La Route Jacques Coeur passe à Blancafort, Aubigny sur Nère puis à La Chapelle-Angillon et La Verrerie, Boucard, Maupas, Bourges, Dun sur Auron, Meillant, l'Abbaye de Noirlac, Saint Amand Montrond et enfin Ainay le Vieil et Culan.
 
La visite du Sancerrois et du Nord-Ouest du département commence par Sancerre, passe par Léré, Aubigny sur Nère puis à La Chapelle-Angillon, La Verrerie, Boucard et Maupas.
 
La visite du Sud-Est du département commence à Dun sur Auron et se poursuit par Blet, Sagonne et Sancoins.
 
Le circuit du Boischaut Sud permet de découvrir Lignières, Châteaumeillant et Culan.
 
 
Visitez:      Bourges       Mehun sur Yèvre       Vierzon       Graçay       Aubigny       Sancerre      
 
Saint Amand Montrond       Dun sur Auron       Sancoins       Lignières       Châteaumeillant       Culan
 
 

 
Visitez:      Le Berry   Bourges       Département de l'Indre   Châteauroux   Issoudun   La Châtre    Le Blanc   
 
Vallée de l'Indre   Vallée de la Creuse   Vallée de la Claise   La Touraine    Loches   Pays Lochois
 
Dept Creuse (23)   Dept Haute-Vienne   Le Poitou   Dept Vienne (86)   Vallée de la Vienne   Châtellerault
 

 
     Avec Google


 
Votre Hôtel en   Val de loire      Indre et Loire (37)    Tours    Amboise    Loches    Chinon    Châtellerault    Poitiers   
 
Indre (36)   Châteauroux   Issoudun   Le Blanc   Argenton sur Creuse       Cher (18)   Bourges    Vierzon   Saint Amand Montrond
 



Bourges

Bourges est le chef-lieu du département du Cher, elle se situe près du centre de la France à une centaine de kilomètres au Sud d'Orléans.
 
Le Cher passe à une quinzaine de kilomètres du centre de la ville, mais plusieurs affluents de celui-ci desservent les parties basses de l'agglomération: l'Auron, la Yèvre, le Moulon.
 
La ville est bâtie sur les pentes d'une colline au haut de laquelle se situe la cathédrale qui est ainsi visible de très loin.
 
Bourges conserve bien d'autres monuments, en particulier le Palais Jacques Coeur. Ce palais est situé en plein coeur du centre ville, il a été construit entre 1443 et 1450 pour Jacques Coeur. Il a été confisqué en 1451 puis restitué aux héritiers en 1457.
 
Histoire
L'origine de Bourges est très ancienne et remonte à l'époque Celtique. La ville était un oppidum assurant la fonction de capitale de la puissante tribu gauloise des Bituriges Cubes. Elle prend ensuite le nom d'Avaricum à l'époque Gallo-Romaine.
 
Le Général Romain Jules César, qui était à la poursuite de Vercingétorix, a fait le siège et pris Avaricum en 52 avant J-C, la majorité des habitants ont été massacrés.
 
Au début du IVème siècle l'Empire Romain se réorganise et la ville devient la capitale de la Province d'Aquitaine Première. Ce territoire devient ensuite celui sous la tutelle de l'archevêché de Bourges.
 
En 1101, le roi Philippe Ier rachète au vicomte de Bourges, Eudes Arpin, ses droits sur la ville qui est alors intègrée au domaine royal.
 
Au milieu du XIVème siècle, le roi Jean II le Bon constitue le duché de Berry en apanage pour son troisième fils, Jean. Celui-ci fait de Bourges une capitale à la hauteur de son prestige, il fait réaliser ou remanier de nombreux édifices (palais ducal, petit palais, Sainte Chapelle, ...).
 
Vers la fin de la Guerre de Cent Ans, le dauphin, futur roi Charles VII, s'installe à Bourges, car la ville est hors de portée des armées Anglaises.
 
Au milieu du XIXème siècle, sous le Second Empire, le chemin de fer arrive à Bourges qui devient aussi un centre industriel en particulier pour l'armement.
 
En savoir plus sur Bourges

 

La Cathédrale Saint Etienne de Bourges

La Cathédrale Saint Etienne de Bourges est composée d'un seul vaste vaisseau qui fait 118 mètres de longueur à l'intérieur sur 43 mètres en largeur.
 
Cathédrale Saint Etienne de Bourges
Contrefort de la tour Sud                                               Cathédrale Saint Etienne de Bourges                                           Chevet                    
 
La Cathédrale Saint Etienne est un édifice monumental qui est une des plus belles Cathédrales françaises de style Gothique, elle est inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.
 
L'édifice a été édifié en remplacement d'une église Romane devenue trop petite pour l'importance du diocèse de Bourges, qui, en particulier prétendait à la primatie en Aquitaine (en concurrence avec Bordeaux).
 
La nouvelle cathédrale est construite à partir de 1195 à l'initiative de l'archevêque Henri de Sully (1183-1199) et du Chapitre de la Cathédrale. La première tranche de travaux s'est achevée en 1214 avec la réalisation de l'abside, du choeur et du déambulatoire. La façade, très ambitieuse avec ses cinq portails, est bien avancée autour de 1250. La cathédrale est en bonne voie d'achèvement au milieu du XIIIème siècle.
 
Ce n'est qu'aprés tous ces contretemps que se tient la dédicace de la cathédrale par l'archevêque Guillaume des Brosses, le 5 mai 1324.
 
Elle est améliorée et embellie à la fin du XIVème siècle, la façade est complétée par la mise en place d'une grande verrière, des chapelles sont réalisées ou complétées.
 
D'importantes restaurations ont été engagées au XIXème siècle puis surtout au XXème, elles nous permettent de contempler le superbe édifice actuel.

En savoir plus sur la Cathédrale Saint Etienne de Bourges
 

 
Réservez votre hôtel à Bourges
 











La Route Jacques Coeur

La Route Jacques Coeur a été constituée en 1954, elle permet de découvrir de nombreux sites, châteaux et villes, certains pour lesquels Jacques Coeur a apporté sa contribution. Concrètement il n'a possédé que le Palais Jacques Coeur et le château d'Ainay le Vieil mais il est passé par tous les sites de cette route.
 
Les luttes entre Plantagenets et Capétiens à la fin du XIIème et au début du XIIIème siècle puis la Guerre de Cent Ans ont eu pour conséquence la construction de nombreux châteaux-forts ensuite transformés en châteaux résidentiels à partir de la Renaissance au XVIème siècle.
 
La Route Jacques Coeur se développe entre la Vallée de la Loire et celle du Cher. Dans le Sud du département du Loiret elle commence à La Bussière et arrive à Gien.
 
Dans le département du Cher, elle passe à Argent sur Sauldre, Blancafort, Aubigny sur Nère puis à La Chapelle-Angillon et La Verrerie, Boucard, Maupas, Menetou-Salon, Bourges, Dun sur Auron, Meillant, l'Abbaye de Noirlac, Saint Amand Montrond et enfin Ainay le Vieil et Culan.
 
La plupart ces sites sont présentés à l'intérieur de cette page.
 







La Vallée du Cher

Le Cher à Drevant

Le Cher

Le Cher a une longueur de 365 km, il fait partie du bassin de la Loire.
 
Il prend sa source dans le département de la Creuse, près du village de Mérinchal, à 700 m d'altitude. La rivière quitte le département de la Creuse au niveau du barrage de Rochebut. Il traverse alors le Bourbonnais et le Berry en remontant vers le Nord, passe près d'Auzances, atteint Château sur Cher puis passe près de la station thermale d'Evaux les Bains.
 
La première ville significative qu'il rejoint est Montluçon dans le département de l'Allier, où il sépare la ville en deux. Il continue sa montée vers le Nord, passe à Vallon en Sully et près de Meaulne avant de s'approcher d'Ainay le Vieil dans le département du Cher.
 
Le Cher à Drevant, dans le département du Cher
 
La rivière traverse Drevant et Saint Amand Montrond puis passe devant l'Abbaye de Noirlac et près du Château de Meillant.
 
Une vingtaine de kilomètres, en remontant vers le Nord-Ouest, la rivière atteint Châteauneuf sur Cher puis Saint Florent. Ensuite le Cher passe à une dizaine de kilomètres à l'Ouest de Bourges et près de Mehun sur Yèvre puis à Brinay et à Vierzon.
 
Le Cher rentre alors dans le département du Loir et Cher en commencant par Mennetou sur Cher puis Romorantin, la ville principale de la Sologne, elle est juste au Nord de Villefranche sur Cher.
 
La rivière traverse ensuite Selles sur Cher, Saint Aignan, une ville qui possède de beaux monuments (château, église). A partir de Saint Aignan, sur la rive droite, les ruines Romaines de Thésée sont incontournables et le château de Gué-Péan mérite une visite. Sur la rive gauche (Sud), ce sont les églises de Mareuil, Pouillé et Angé qui attirent l'attention. Le Cher arrive à Montrichard, fin de son périple dans le département du Loir et Cher.
 
Le Cher poursuit sa course dans le département de l'Indre et Loire qui correspond à la Touraine. Il passe sous le château de Chenonceau, dans la petite ville de Bléré, dans les villages de Dierre, Saint Martin le Beau, Azay sur Cher, Veretz, Larçay avant d'atteindre la partie sud de Tours où à plusieurs reprises les rives du Cher ont fait l'objet de grands travaux. La rivière arrive ensuite à Savonnières et passe près du Château Villandry avant de se jeter dans la Loire au Bec du Cher.
 
Le Bec du Cher, jonction entre la rivière et la Loire
Le Bec du Cher, jonction entre la rivière et la Loire
 
En savoir plus sur la Vallée du Cher
 



Ainay le Vieil

Le Cher pénètre dans le département près d'Ainay le Vieil qui est un village possèdant un beau château à la fois médiéval et renaissance.
 
Château d'Ainay le Vieil Château d'Ainay le Vieil
Entrée du château                                             Château d'Ainay le Vieil                                                   Corps de logis        
Il a été construit sur un site déjà occupé à l'époque Gallo-Romaine. A l'époque Mérovingienne puis Carolingienne, le site est à la frontière entre l'Aquitaine et les royaumes Francs du Nord et il a en conséquence été fortifié et ceci explique aussi son caractère et son envergure.
 
Au Moyen-Age (après l'An Mil), le château est gardé par des seigneurs importants comme les sires de Bourbon, les barons de Sully et les sires de Culan.
 
L'édifice a été reconstruit au XIVème siècle par Louis de Sully sur les bases de l'ancienne forteresse, l'enceinte est crénelée et a une forme octogonale avec neuf tours et des douves qui sont d'ailleurs toujours en eau.
 
A la fin de la Guerre de Cent Ans, le château n'a plus d'intérêt militaire et les sires de Culan le vendent à Jacques Coeur, financier du roi Charles VII.
 
L'édifice est confisqué par le roi en 1453 puis passe à la famille de Bigny dès 1467, c'est celle-ci qui a fait construire, autour de 1500, le corps de logis (cf photo ci-dessus) dans le style Gothique flamboyant avec les premières influences de la Renaissance italienne. La chapelle conserves des fresques murales intéressantes.
 
Le roi Louis XII accompagné de sa femme Anne de Bretagne, Colbert et enfin, la femme du roi Louis XVI, Marie-Antoinette ont séjourné au château d'Ainay le Vieil.
 


Drevant

Le site Gallo-Romain de Drevant
Le site Gallo-Romain de Drevant
Plan du site antique de Drevant
 
Drevant est un petit village à quatre kilomètres au Sud de Saint Amand Montrond, il est situé sur le bord du Cher.
 
Ce village conserve des ruines significatives de l'époque Gallo-Romaine, en fait il apparait que Drevant était un site religieux de la cité des Bituriges à cette époque.
 
Il conserve les traces de Thermes alimentées par un aqueduc, d'un Sanctuaire, d'un Forum et surtout les ruines d'un Théâtre comme le montre la photo ci-dessus. Ce théâtre a un diamètre de 85 mètres avec avec au centre une arène de 27 mètres de diamètre, ce qui présuppose une utilisation de type amphithéatre, le cas échéant. Il avait à l'origine 24 rangées de gradins et pouvait accueillir jusqu'à 5000 spectateurs.
 
Deux voies romaines qui allaient de Bourges à Clermont-Ferrand, une de chaque côté du Cher desservaient le site de Drevant. Le site a été complètement délaissé pendant de nombreux siècles.
 
Plan du site antique de Drevant
 
Bien qu'identifié depuis très longtemps, la première fouille archéologique du site de Drevant remonte à 1834. La dernière campagne de fouilles s'est déroulée dans les années 1970.
 
De nombreux éléments Gallo-Romains retrouvés sur le site de Drevant sont maintenant exposés dans les musées de Saint Amand Montrond et Bourges.
 
Au Moyen-Age, le théâtre a servi de base à une forteresse qui relevait de la seigneurie de Charenton.
 
L'église du village est dédiée à Saint Julien, elle est du XIIème siècle et de style Roman.
 
Le Canal du Berry à Drevant

Canal de Berry

Ce canal longe le tracé du Cher, a été mis en construction à partir de 1810 et achevé en 1840, il a été utilisé jusqu'en 1945 puis déclassé en 1955.
 
Il se développe sur les départements de l'Allier, du Cher et du Loir et Cher. Il part de Montluçon et se termine à Noyers sur Cher, près de Saint Aignan avec une longueur de 270 kilomètres. Il comptait 97 écluses et 3 ponts canaux. Son utilisation maximale s'est étendu de 1880 à 1914, il a fortement contribué au développement économique de Montluçon sur cette période.
 
Déclassé en 1955, le canal de Berry a été vendu aux communes riveraines. Certaines l'ont conservé en état, d'autres l'ont abandonné ou bouché. Ceci rend difficile sa réhabilitation pour le tourisme fluvial, celle-ci a néanmoins été entreprise.

                                                                                              Le Canal de Berry à Drevant



Saint Amand Montrond

Saint Amand Montrond est une sous-préfecture dans le Sud du département du Cher, à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Bourges. La ville est au confluent du Cher et de la Marmande. La colline de Montrond domine le confluent du Cher et de la Marmande.
 

Histoire

Saint Amand le Chastel
L'occupation humaine du site de la ville est ancienne, elle remonte à l'époque Gallo-Romaine, on y a retrouvé des éléments datant du Ier siècle. Vers 620, un moine, Théodulfe, fonde un couvent avec un sanctuaire dédié à Saint Amand, un bourg se forme autour de ce sanctuaire.
 
Au XIème siècle une forteresse médiévale est édifiée sur une motte, le bourg de Saint Amand le Chastel se développe sous cette protection. Le village dépend alors de la baronnie de Charenton (une quinzaine de kilomètres à l'Est de Saint Amand), qui était possédée par des membres de la puissante famille des seigneurs de Déols.
 
Au milieu du XIIème siècle, Ebbe VI de Charenton accorde une charte aux habitants. Saint Amand le Chastel passe ensuite sous la dépendance de la famille de Culant.
 
Montrond
Au XIIIème siècle une seigneurie apparait sur la colline de Montrond. Le château de Montrond y est construit autour de 1350, il appartient à la famille d'Albret. Un nouveau bourg (Saint Amand sous Montrond) se forme autour de lui.
Le château est pris et endommagé par les Anglais pendant la Guerre de Cent Ans. Une forteresse puissante est reconstruite au début du XVème siècle. Toujours au XVème siècle le bourg est protégé par une enceinte percée de cinq portes.
 
Au XVIème siècle les deux bourgs les deux bourgs sont très proches avec une domination de Saint Amand sous Montrond sur Saint Amand le Chastel.
 
En 1606 le château de Montrond est acquis par Sully, le ministre du roi Henri IV. Il le cède en 1621 à la famille de Bourbon-Condé qui y fait renforcer les fortifications.
 
En 1652, pendant La Fronde, le château de Montrond appartient au Prince de Condé qui est en rebellion contre le roi de France. Saint Amand est pris par les troupes royales, le château est en partie démantelé et les fortifications de la ville sont réduites. Au milieu du XVIIIème siècle, laissé à l'abandon le château devient une carrière de pierres pour les habitants. Devenu Bien National au moment de la Révolution Française, il disparait complètement à la fin des années 1830.
 
Eglise de Saint Amand Montrond
 
A la fin du XVIIème siècle Saint Amand se compose toujours de deux bourgs distincts, la fusion des deux seigneurie et la constition d'une municipalité unique ne devient effective qu'au miliru du XVIIIème siècle.
 
Dans la première moitié du XIXème siècle les restes des fortifications des deux bourgs sont détruits et les fossés comblés ce qui entraine une reconfiguration de l'organisation de la ville. La construction du canal du Berry et l'arrivée du chemin de fer apporte la prospérité économique.
 
Chevet Roman de l'église paroissiale de Saint Amand Montrond
 
Eglise Saint Amand
L'église paroissiale de Saint Amand Montrond est à la base de style roman (XIIème siècle) comme le montre la photo du chevet ci-contre.
 
Le chevet (cf photo ci-contre) est la partie la plus ancienne de l'édifice. L'abside centrale montre des arcatures aveugles qui sont en plein cintre, elle est bordée par deux absidioles s'appuyant sur les bras du transept. Celui-ci est surmonté d'un clocher qui a été reconstruit au XIXème siècle.
 
Une bonne partie des murs latéraux et des bas-côtés (cf photo ci-desssous à gauche) ont été remaniés au XVème siècle en style Gothique avec l'adjonction de chapelles. La chapelle Sainte Anne est en Gothique flamboyant, elle a été réalisée pour Philippe de Culant et pour son épouse Anne de Beaujeu-Lignières.
 
Dans la nef les arcades sont en arc brisé.
 
Le portail est polylobé avec deux vantaux (cf photo ci-dessous à droite), ce qui traduit l'influence du pélerinage de Saint Jacques de Compostelle.
 
Façade de l'église paroissiale de Saint Amand Montrond     Portail polylobé de l'église paroissiale de Saint Amand Montrond
Façade et bas-côté du XVème siècle                 Eglise paroissiale de Saint Amand Montrond                           Portail polylobé            
 
Hôtel de Ville: façade de l'église des Carmes à Saint Amand Montrond
 
La ville ancienne
La ville avait jadis châteaux-fort et remparts qui ont disparu.
 
Elle conserve de nombreux hôtels particuliers et des maisons anciennes: Hôtel de Saint Georges, Hôtel du Portail, Hôtel du Beuvron, Hôtel de Sarzay, Maison de Maitre Plat, Hôtel Godin des Odonais, etc.


 
Hôtel de Ville: église des Carmes
La Mairie occupe les bâtiments de l'ancienne église des Carmes construite à la fin du Moyen-Age et au début de la Renaissance.
 
Cette église est due à l'initiative d'Isabeau de La Tour d'Auvergne, mère de Jean d'Albret seigneur de Montrond.
 
Elle était un lieu de pélerinage, on venait s'y recueillir devant la statue de Notre-Dame de la Recouvrance.
 
                                                                                                      Hôtel de Ville: façade de l'église des Carmes
 
Elle a été désaffectée au moment de la Révolution Française, le cloitre a disparu au XIXème siècle. Elle est maintenant le siège de l'Hôtel de Ville.
 
L'Hôtel Saint Vic
Cet Hôtel est l'ancienne résidence des abbés commendataires de l'Abbaye de Noirlac (cf photo ci-dessous).
 
Son origine remonte au début du XIIIème siècle, mais il n'enreste rien. L'édifice actuel est une reconstruction de l'époque de la Renaissance.
 
Il a été vendu comme Bien National au moment de la Révolution Française. Il devient ensuite une Maison d'Arrêt jusqu'en 1934.
 
Musée Saint Vic à Saint Amand Montrond
Musée Saint Vic à Saint Amand Montrond
 
Il accueille maintenant le Musée Historique de Saint Amand.
 



L'Abbaye de Noirlac

L'Abbaye de Noirlac se situe sur le Cher à 5 kilomètres au Nord-Ouest de Saint Amand Montrond, sur le territoire de la commune de Bruère-Allichamps. Elle a été fondée au milieu du XIIème siècle à l'initiative d'Ebbe V de Charenton. Sa construction s'est effectuée sur la fin du XIIème siècle et au XIIIème, c'est l'une des Abbayes Cisterciennes les mieux conservées de France.
 
L'Abbaye de Noirlac
L'Abbaye de Noirlac, au premier plan à gauche, l'église
 
Le premier abbé est Robert de Chatillon, un neveu de Saint Bernard de Clairvaux , qui était à la tête d'un établissement Cistercien à la Maison-Dieu sur Cher près de Saint Amand Montrond.
 
La construction de l'église a commencé autour de 1150, elle s'est achevée une centaine d'années plus tard, au milieu du XIIIème siècle, ce qui fait que l'édifice est l'illustration de la transition du style Roman au style Gothique.
 

 
L'Abbaye de Noirlac avec le cloitre du XVème siècle   Salle Capitulaire de l'Abbaye de Noirlac
Cloitre du XVème siècle                                       L'Abbaye de Noirlac                                               Salle Capitulaire
 
Les parties les plus anciennes sont le chevet, le transept et les deux premières travées de la nef. Les six autres travées de la nef et les bas-côtés ont été construits au début du XIIIème siècle. La construction est réalisée selon les standards des abbayes Cisterciennes, l'ensemble est sobre et ne comporte quasiment pas d'éléments décoratifs.
 
Le cloître est juxtaposé au flancs Sud de l'église, il est de forme rectangulaire et a été remanié au XVème siècle (cf photo ci-dessus à gauche). L'abbaye comporte aussi une salle capitulaire (cf photo ci-dessus à droite) à laquelle on accède par une porte flanquée de deux baies géminées.
 
En 1562, les Protestants s'emparent de l'abbaye et elle subit quelques dégâts au moment de la Fronde au milieu du XVIIème siècle. Au moment de la Révolution Française, en 1791, l'abbaye est vendue comme bien national.
 
En 1822, siècle, l'Abbaye de Noirlac est transformée en manufacture de porcelaine, elle est classé monument historique en 1860. En 1894, l'édifice accueille un orphelinat. Elle a été achetée par le département du Cher en 1910. Sa restauration, effectuée de 1950 à 1980, en a fait un des ensembles monastiques les plus remarquables de France.
 


Meillant

Meillant est un petit village situé 8 kilomètres au Nord de Saint Amand Montrond. Son origine est très ancienne puisqu'on y a retrouvé des traces d'occupation remontant à l'époque Gallo-Romaine.
 
L'origine du château remonte au XIème siècle, c'est une forteresse qui est défendue par des remparts, des tours et des douves.
 
Au XIème siècle, Meillant appartient à une branche de la famille des sires de Déols, les seigneurs de Charenton. Ebbes de Charenton, par ailleurs fondateur de l'Abbaye de Noirlac, fait renforcer le château autour de 1130. Sa fille Agnès de Charenton se marie avec Raoul VII sire de Déols. Leur fille Denise de Déols épouse d'abord en 1189 André de Chauvigny puis en 1204 se remarie avec Guillaume I comte de Sancerre.
Meillant passe d'abord à Guillaume de Chauvigny puis à Louis I de Sancerre, dont les petit-fils Etienne II et Jean II de Sancerre modifient substantiellement le château. La descendante de Jean II, Marguerite de Sancerre, épouse Béraud II dauphin d'Auvergne, leur fille Marguerite dauphine d'Auvergne épouse en 1404 Jean IV de Bueil et lui apporte Meillant, il est le chef d'une puissante famille de Touraine.
 
Le château de Meillant
Le château de Meillant, au premier plan la Chapelle, à droite la Tour du Lion, très décorée
 
Le caractère médiéval de l'édifice apparait bien sur la face Sud. La Tour des Cerfs est l'oeuvre de la famille de Sancerre. C'est un des premiers exemple d'architecture Gothique civile construite au XIIIème siècle. Au début du XIVème siècle le château est remanié par Jean II de Sancerre.
 
Pierre d'Amboise, seigneur de Chaumont sur Loire, obtient le château de Meillant lors de son mariage avec Anne de Bueil, en 1453.
 
En 1473, leur fils, Charles I d'Amboise, commence la transformation du château. Son fils Charles II est nommé gouverneur de Milan, en Italie, où il acquiert une grande fortune. Celle-ci lui permet d'achever le château, il y fait ajouter un corps de logis avec la Tour du Lion (cf photo ci-dessus). La chapelle est détachée du château (cf photo ci-dessus), elle possède un beau rétable rhénan du XVème siècle représentant la Passion du Christ.
 
Au milieu du XIXème siècle, le château passe dans la famille de Mortemart qui le fait restaurer à partir de 1840. La Tour du Lion traduit bien l'architecture du début de la Renaissance et l'influence italienne.
 
Le château possède de très nombreuses pièces, une partie de celles-ci peuvent être visitées.
 


Château de Châteauneuf sur Cher

Châteauneuf sur Cher

Châteauneuf sur Cher est un village à une vingtaine de kilomètres au Nord de Saint Amand Montrond.
 
A l'origine, au XIème siècle, Châteauneuf était le siège d'une baronnie qui appartenait aux vicomtes de Bourges. Ils y font édifier une puissante forteresse sur un replat qui supervise la vallée du Cher.
 
Cette baronnie passe au XIIIème siècle aux seigneurs de Culan qui l'ont conservé jusqu'à la fin du XVème siècle, les structures du château actuel datent de cette époque.
 
Au XVIème siècle, le château appartient à Guillaume de l'Aubépine qui le transforme dans le style Renaissance. En 1569, pendant les Guerres de Religion, le logis est incendié par les Protestants, il est restauré en 1581.
 
En 1679, Colbert achète le château, qui est passé ensuite à différents propriétaires, il appartient maintenant à la famille de Maillé.
 
                                                                                          Le château de Châteauneuf sur Cher
 
A l'intérieur du château, l'ancienne salle des gardes est décorée par un tableau de Mignard représentant Claire-Clémence de Maillé, la femme du Grand Condé.
 
De la terrasse du château, on découvre un beau panorama sur Châteauneuf et la vallée du Cher.

 



Saint Florent sur Cher

Saint Florent sur Cher est une ville sur le Cher à une douzaine de kilomètres au Sud-Ouest de Bourges et à 20 kilomètres à l'Est d'Issoudun.
 
Au XXème siècle elle s'est développée par l'implantation d'activités industrielles, conséquence de sa proximité avec le chef-lieu du département.
 
Saint Florent sur Cher
 
Le site est habité depuis la période Gallo-Romaine, la voie allant d'Avaricum (Bourges) à Argentomagus (Argenton sur Creuse) franchissait le Cher à cet endroit, un pont est construit dès cette époque, il en reste des ruines.
 
L'église Saint Florent remonte au XIe siècle, elle a été démolie et reconstruite au milieu du XIXème siècle.
 
Une seigneurie apparait au XIIIème avec un château qui surveillait le trafic fluvial sur le Cher.
 
Un nouveau pont est construit sur le Cher en 1832, puis un viaduc pour le chemin de fer à partir de 1892.
 
La Mairie est installée dans un château construit aux XVème et XVIème siècles.
 
Panorama sur Saint Florent sur Cher
 

 

Charost

Dix kilomètres à l'Ouest de saint Florent et 10 kilomètres à l'Est d'Issoudun le village de Charost est traversé par l'Arnon. Il conserve, un peu à l'extérieur du centre du bourg, une église Romane dédiée à Saint Michel.
Elle a été construite avec des pierres en grès blanc et rouge. Elle fait plus de 50 mètres de longueur. Sur la façade un avant-corps précède le portail qui est sans tympan. La nef est éclairée par des fenêtres en plein cintre et le transept a été reconstruit au XVIème siècle. Le choeur est étroit et voûté en berceau brisé. Le chevet présente à sa base une rangée d'arcatures aveugles
 
Le château remonte au XIIème siècle, il a été refait au XIXème siècle.
 



Ruines du château de Mehun sur Yèvre Porte médiévale à Mehun sur Yèvre

Mehun sur Yèvre

Mehun sur Yèvre est une petite ville qui se situe sur l'Yèvre affluent du Cher qui n'est qu'à 4 kilomètres à l'Ouest. Mehun est à mi-chemin entre Bourges et Vierzon.
 
Le château
La ville conserve les ruines d'un château construit par Jean, duc de Berry, troisième fils du roi Jean II le Bon. Ce château est représenté par une miniature des Très riches heures du duc de Berry. L'édifice passe ensuite au roi Charles VII qui y est proclamé roi par ses partisans en 1422. Ce roi a aussi reçu Jeanne d'Arc dans ce château en 1429, il lui remet alors ses lettres d'annoblissement, et en 1430. Charles VII est mort à Mehun en 1461.
Le château a été endommagé au XVIème siècle par des incendies, il es quasiment détruit en 1793.
 
Ruines du château de Mehun sur Yèvre
 
                  Porte de l'Horloge à Mehun sur Yèvre
 
Autre monument intéressant, la Porte de l'Horloge (cf photo ci-dessus à droite), elle a été construite au XIVème siècle. Elle donne sur la rue Jeanne d'Arc qui conserve de nombreuses maisons anciennes.
Au Moyen-Age, la ville était protégée par une enceinte dont il ne reste pratiquement rien.
 

Collégiale Notre-Dame de Mehun sur Yèvre
La Collégiale Notre-Dame
La Collégiale Notre-Dame est un édifice de style Roman qui est signalé dès 1069. Elle a été commencée à la fin du XIème siècle et complété et remaniée jusqu'au milieu du XIIème siècle.
 
La construction a débuté par le choeur qui est entouré par un déambulatoire desservant des chapelles rayonnantes. Le chevet est particulièrement remarquable (cf photo ci-contre).
 
La nef est rectangulaire. Sur le côté Ouest, le clocher porche en avant de la façade est du milieu du XIIème siècle.

Collégiale Notre-Dame de Mehun sur Yèvre

 
Au XIXème siècle, une activité de production de porcelaine s'implante et se développe à Mehun. A son maximum, elle employait plus de 1000 personnes.


Près de Mehun sur Yèvre se situe le puissant émetteur d'Allouis pour la diffusion d'ondes radio, il diffuse en particulier France-Inter.



Brinay

Brinay est un village situé à une dizaine de kilomètres au Sud de Vierzon. Il possède une église avec de remarquables peintures murales du XIIème siècle.
 
Fresque murale de l'église Saint Aignan de Brinay
 
L'église Saint Aignan
Elle est de petite dimension, elle est précédée par un porche en charpente. Elle comporte deux salles rectangulaires, la première étant la nef et la seconde le choeur, les deux sont recouverts par une charpente en bois. Le chevet est plat.
 
L'arc d'entrée et les quatres faces du choeur sont recouvertes par des peintures murales dégagées au début du XXème siècle, elles ont des couleurs vives (blanc, rouge, vert, jaune, bleu). Les scènes sont disposées sur deux registres et illustrent la vie du Christ.
 
Fresque murale de l'église Saint Aignan de Brinay: les Rois Mages
 
Côté Nord se trouvent entre autres des représentations de l'Incarnation, de l'Annonciation et de l'Adoration des Mages.
 
Sur le mur Est est peint le Massacre des Innocents. Le côté Sud décrit les premiers épisodes de la vie du Christ: Baptême, Noces de Cana, etc.
 
Un calendrier des Travaux des mois décore l'intérieur de l'arc entre le choeur et la nef.
 

 
Fresque murale de l'église Saint Aignan de Brinay
Fresque murale de l'église Saint Aignan de Brinay
 


Vierzon: église Notre-Dame et le Cher

Vierzon

Vierzon est une sous-préfecture du département du Cher à une trentaine de kilomètres au Nord-Ouest de Bourges et 80 kilomètres au Sud d'Orléans. La ville se situe a confluent de deux rivières: le Cher et l'Yèvre. C'est aussi un carrefour routier et un noeud de voies de chemin de fer.
 
Vierzon est une ville industrielle, des forges y ont été implantées dès 1780, elle possèdait aussi des ateliers de mécanique, de construction de machines agricoles, des fabriques de porcelaine, etc. Une partie de ces activités s'est maintenue.

La ville est assez ancienne et la seigneurie de Vierzon était assez puissante au Moyen-Age. Le centre-ville conserve des maisons anciennes à pan de bois et surtout deux monuments intéressants: le Beffroi et l'église Notre-Dame.

Vierzon: église Notre-Dame et le Cher


Vierzon: Le Beffroi Vierzon: église Notre-Dame
Le Beffroi
Le Beffroi a été construit au XIIème siècle, jadis il servait de porte d'accés au château, qui était situé sur la Butte de Sion. Le Beffroi a servi de prison aux XIXème et XXème siècles.

Vierzon: Le Beffroi

L'église Notre-Dame
L'église Notre-Dame date du XIIème siècle, elle a été agrandie au XVème. Elle possède un clocher-porche (cf photo à droite). A l'intérieur se trouve un vitail sur la Crucifixion du XVème siècle et un tableau réprésentant Saint Jean-Baptiste peint par le peintre Jean Boucher en 1604.

                          Clocher-porche de l'église Notre-Dame

Vierzon conserve aussi des vestiges de son ancienne enceinte, la première a été construite en bois au Xème siècle. Elle a été détruite en 1197 par Richard Coeur de Lion, roi d'Angleterre, duc de Normandie et d'Aquitaine. La ville a reconstruit ses remparts au XIIIème siècle.


Votre Hôtel à Vierzon



Graçay

Graçay est une ville située à 25 kilomètres au Sud-Ouest de Vierzon et à 8 kilomètres au Nord de Vatan dans le département de l'Indre
 
La ville a compté plus de 3000 habitants au milieu du XIXème siècle, elle n'en compte plus qu'environ 1500 maintenant.
 
Eglise Saint Outrille à Graçay
Au Moyen-Age la seigneurie de Graçay possédait un motte féodale (dont il restes des traces), elle relevait des comtes d'Anjou et jouait un rôle important dans leur lutte contre les comtes de blois.
 
Elle fait partie des conquêtes du roi Philippe II Auguste à la fin du XIIème siècle. Elle est protégée par des remparts. La ville était alors importante, elle comptait six églises et conserve des maisons anciennes.
 
Au début du XXème siècle Graçay est desservi par une ligne de chemin de fer qui n'a fonctionné qu'un peu plus d'une trentaine d'années.
 
L'église Saint Martin remonte à la fin du XIème siècle, elle faisait partie d'un Prieuré de l'Abbaye de Massay, elle est orientée Nord-Est ce qui très rare.
Victime des Guerres de Religion et mal entretenue certaines parties (la nef et le clocher) se sont effondrés à la fin du XVIIIème siècle. Il en subsiste le transept et le chevet qui sont de style Roman.
 
Eglise Saint Austrégésile à Saint Outrille
 
Le village de Saint Outrille fait partie de l'agglomération de Graçay.
 
Eglise Saint Austrégésile
Il conserve une église dédiée construite à la fin du XIème en style Roman.
 
La nef d'origine s'est effondrée au XVème siècle et a été reconstruite alors de même que la façade. Le clocher tors (cf photo ci-contre) est également de cette époque.
 
Le chevet est de l'époque de la construction de l'église, l'abside est en hémicycle et présente un décor d'arcatures aveugles. Le bas du mur est épaulé par des contreforts.
 
L'église est surmontée par un clocher tors ce qui est rare en Berry.
 



Arrondissement d'Issoudun
 

Arrondissement d'Issoudun

L'arrondissement d'Issoudun est au Nord-Est du département de l'Indre, il borde le département du Cher.
 
Il comporte quatre cantons, deux pour Issoudun, celui de Vatan et celui de Saint Christophe en Bazelle.
 
Issoudun est une ville qui était importante au Moyen-Age, c'est autour du XIIème siècle qu'ont été construits les principaux édifices de la ville.
 
Carte de l'arrondissement d'Issoudun
 
Après avoir visité Issoudun l'exploration du département se fait du Sud vers le Nord.
 
Bommiers conserve l'église Saint Pierre, un édifice Roman du XIIème siècle.
 
Juste à côté l'église de Vouillon est également d'origine Romane, il en est de même de l'église de Neuvy-Pailloux et de celle de La Champenoise.
 
Vatan est une ville d'origine ancienne, mais la plupart de ses monuments ont disparu au XIXème siècle.
 
Saint Christophe en Bazelle est un village modeste, pour autant il est resté chef-lieu de canton qui comprend en particulier la petite ville de Chabris près du Cher.
 
 
Issoudun     Bommiers     Vouillon     Neuvy-Pailloux     La Champenoise    
 
Vatan     Saint Christophe en Bazelle     Chabris    
 


 
L'Art Roman en France     Abbaye de Saint Savin     Poitou Roman     Limousin Roman     Abbaye de Moissac
 







Le Sancerrois et le Nord-Ouest du département du Cher
Le Sancerrois se caractérise principalement par des collines qui marquent le paysage du nord du Berry. La butte de Sancerre et la butte de l'Orme aux Loups dominent le paysage.
 
La région de Sancerre est renommée pour son vignoble (Menetou-Salon et Blé-Crésancy) et pour un fromage: le crottin de Chavignol, ces productions sont importantes pour l'activité économique du Sancerrois.
 
La visite du Sancerrois et du Nord-Ouest du département commence par Sancerre, passe par Léré, Blancafort, Aubigny sur Nère puis à La Chapelle-Angillon, La Verrerie, Boucard et Maupas.
 



Sancerre

La ville de Sancerre est batie sur la rive Ouest de la Loire à une quarantaine de kilomètres au Nord-Est de Bourges. Elle se situe au sommet d'une colline qui s'élève à 310 mètres de hauteur et au pied de laquelle s'écoule le fleuve. Le site est remarquable, il est entouré de vignes produisant un vin de grande qualité.
 
Vue de Sancerre à la fin du XXème siècle
Vue de Sancerre à la fin du XXème siècle
 
La ville a conservé de nombreuses maisons anciennes situées dans des rues étroites et pittoresques. Le Beffroi élevé en 1509 est devenu la Tour de l'église Saint Jean. La Tour des Fiefs est de la fin du XIVème siècle, c'est un reste du château des comtes de Sancerre.
 
Vue de Sancerre au XVIème siècle
Vue de Sancerre au XVIème siècle avec à gauche l'ancien château-fort
 
La ville initiale s'est développée autour de l'Abbaye Saint Satur qui était située en bas du côté Nord de la colline (cette abbaye a été supprimée en 1775). Le village de Saint Satur et celui de Saint Thibault sont toujours présents sur les rives de la Loire. Ils constituent sans doute l'ancien Chateau-Gordon.
 
Au Xème siècle Sancerre est devenu la propriété des comtes de Blois. En 1152, à la mort de Thibault IV le Grand, son fils Etienne devient comte de Sancerre et ensuite le comté a été détenu jusqu'en 1419 par les descendants de cette très grande famille féodale.
 
Etienne fait construire un château sur le point le plus élevé de la colline et un village se forme autour de celui-ci qui devient Sancerre, le château a été démantelé en 1621, il n'en subsiste que la Tour des Fiefs qui a été construite en 1380 dans l'emprise du château-fort.
Il fait construire des fortifications pour protéger la ville, l'enceinte comportait neuf tours et était percée par quatre portes (Feuhard, Saint André, Vieille et Oison).
 
L'Abbaye Saint Satur et la ville de Sancerre sont victimes des ravages de la Guerre de Cent Ans.
 
Louis II de Sancerre est un compagnon d'armes de Bertrand Duguesclin, il devient Connétable de France en 1397. Le comté de Sancerre passe ensuite à la famille de Bueil.
 
La première moitié du XVIème siècle est une période de prospérité pour la ville.
 
Sancerre a été un point fort des Protestants pendant les Guerres de Religion. En 1573 la ville résiste pendant huit mois à un siège de l'armée Catholique du roi de France Charles IX, elle finit par être prise et les remparts sont endommagés. La ville est une place Protestante qui figure dans l'Edit de Nantes négocié entre Catholiques et Protestants par le roi Henri IV.
 
En 1621, sur ordre du roi Louis XIII, le château et les remparts de la ville sont démantelés. Sancerre subit les conséquence de la Révocation de l'Edit de Nantes à la fin du XVIIème siècle, de nombreux Protestants s'exilent et l'activité économique s'en ressent.
 
Restes de l'église Saint Père la None à Sancerre
 
Pendant la Révolution Francaise, en 1796, Sancerre est le centre d'un mouvement Royaliste conduit par Phelyppeaux. La ville a été chef-lieu de District jusqu'en 1926.
 
Au XIXème siècle, un pont sur la Loire est réalisé à Saint Thibault et mis en service en 1834, la ligne de chemin de fer Bourges-Sancerre est ouverte en 1893.
 
Jadis la ville de Sancerre comportait de nombreuses églises, dont Saint Romble église Romane qui dépendait de l'Abbaye Saint Laurent de Bourges et Saint Père la None.
 
                                                                                                                        Restes de l'église Saint Père la None à Sancerre
 
L'église Saint Père la None
Elle dépendait de l'Abbaye de Saint Benoit sur Loire. Edifiée à l'époque Romane il n'en reste que quelques éléments: le portail avec un tympan bordé de quatre tores descendant sur des piédroits (cf photo ci-contre) et des chapiteaux sculptés.

 

 
Réservez votre hotel à :   Sancerre    
 



Léré

Léré se situe près de la Loire à une quinzaine de kilomètres au Nord de Sancerre. Elle est proche de la centrale nucléaire de Belleville ce qui a redonné de l'activité à la cité à partir des années 1990.
 
Une agglomération y était établie dès l'époque Gallo-Romaine. A l'époque des Invasions Normandes, à deux reprises les moines de l'Abbaye Saint Martin de Tours ont amené à Léré les reliques de Saint Martin pour les protéger. Cela n'a pas été suffisant puisque les Normands ont établi un camp sur le plateau de Bel Air leur permettant de contrôler cette partie du fleuve.
 
Collégiale Saint Martin à Léré
 
A la fin du XIIème siècle la ville passe sous le contrôle du roi Philippe II Auguste qui la fait protéger par une enceinte.
 
Pendant de long siècles et jusqu'au milieu du XIXème siècle, Léré a bénéficié de l'activité de la Marine de Loire.
 
Collégiale Saint Martin
 
L'église Saint Martin est d'origine Romane, elle faisait partie d'une Collégiale administrée par un chapitre de chanoines. Celui-ci a perduré jusqu'à la Révolution Française. Elle a été endommagée au moment des Guerres de Religion.
 
Dans le mur Sud, une porte surmontée d'un arc en plein cintre avec deux voussures et au-dessus des losanges date du XIIème siècle.
 
La nef est également Romane elle est éclairée par de hautes fenêtres en plein cintre (cf photo ci-contre). Il n'y a pas de transept. Le choeur a été voûté d'ogives au XVIème siècle. L'abside est voûtée en cul-de-four, elle est percée de trois fenêtres.
 
La tour-porche est massive, elle est de l'époque Gothique avec des reprises postérieures.
 
Une crypte en desous du choeur remonte sans doute au XIème siècle.
 
Certaines églises rurales autour de Léré sont d'origine Romane comme celles de Santranges (à une dizaine de kilomètres au Nord-Ouest), Savigny en Sancerre (six kilomètres au Sud-Ouest), etc.
 



Blancafort

Château de Blancafort
 
Blancafort se situe à 9 kilomètres au Nord d'Aubigny sur Nère, sur les rives de la Grande Sauldre.
 
A partir du XIème siècle une maison-forte est établie sur ce site.
 
Le château actuel a été construit au XVème siècle par Jean de Boucard dont l'épouse Agnès de Blancafort lui avait apporté le domaine. Il était alors entouré de remparts et était en fait une forteresse avec quatre tours d'angle et un donjon carré.
 
Le château de Blancafort
 
Au XVIème siècle est édifiée une galerie à arcades de style Renaissance sur un des côtés de la cour intérieure.
 
Au début du XVIIème siècle Claude de Faucon supprime la courtine Nord de la cour intérieure et crée une ouverture sur le parc entre deux pavillons d'angle. La façade du logis donnant sur la Sauldre est percée de fenêtres.
 
Le château a été restauré dans la seconde partie du XXème siècle.
 



Aubigny sur Nère

Aubigny est à un peu moins de 50 kilomètres au Nord-Est de Bourges, la ville est traversée par la Nère. Elle est au milieu d'un pays de bocage avec de nombreuses forêts.
 
L'origine d'Aubigny est ancienne, à l'époque Gallo-Romaine l'agglomération s'appelait Albiniacum. A l'époque Carolingienne le site appartient à l'Abbaye Saint Martin de Tours. En 1189 la ville passe sous la tutelle du roi de France Philippe II Auguste. Elle est regroupée autour de son église dédiée à Saint Martin et se protège par une enceinte fortifiée.
 

Les Stuart

Au début du XVème siècle, pendant la Guerre de Cent Ans, le roi Charles VII fait appel aux Ecossais pour l'aider dans sa lutte contre les Anglais. Ils contribuent à la victoire de Baugé en 1421.
En récompense le roi donne la ville d'Aubigny au Connétable Jean Stuart Darnley en 1423. Les Stuart deviennent des personnages importants dans le royaume de France. Jean est mort en 1429 lors du siège d'Orléans.
Ses enfants lui succèdent et de nombreux s'installent dans cette partie du Berry. En 1482 Béraud Stuart devient seigneur d'Aubigny, il participe avec l'armée Française aux Guerres d'Italie, il est vice-roi de Naples en 1501.
 
Anne, la fille de Béraud, épouse Robert Stuart comte de Lennox qui devient seigneur d'Aubigny, il fait rebâtir le château d'Aubigny et complète celui de La Verrerie. Le petit neveu de Robert, Jean Stuart, lui succède comme seigneur d'Aubigny, par la suite les Stuart reprennent pied en Ecosse et délaissent leur seigneurie d'Aubigny.
 
En 1512 la ville est dévastée par un incendie, de nombreux bâtiments sont reconstruits en style Renaissance.
 
Au XVIIème siècle, Aubigny est attribuée à la duchesse de Portsmouth, la favorite du roi Charles II d'Angleterre (un Stuart), qui vient y résider. Au moment de la Révolution Française le château devient un Bien National, il est vendu aux enchères.
 
Aubigny sur Nère: église Saint Martin et Maison à pans de bois
 
Le château a été construit par Robert Stuart au XVIème siècle et remanié par la duchesse de Portsmouth au siècle suivant. Il accueille maintenant l'Hôtel de Ville.
 
Eglise Saint Martin et Maison à pans de bois
 
L'église Saint Martin
Cette église remonte au XIIème siècle, elle relevait du Chapitre de l'Abbaye Saint Martin de Tours. Elle a été endommagée par plusieurs incendies et reconstruite en conséquence.
 
L'édifice est principalement de style Gothique. La nef a été réalisée à partir de 1280, elle fait 45 mètres de longueur, la voûte est composée d'arcs sexpartites. Le transept et l'abside sont de la même période. Le clocher-porche est du XVème (il a été remanié postérieurement) et les chapelles latérales du XVIème siècle.
 
Les Maisons anciennes
La ville conserve plusieurs maisons anciennes telles la Maison du Bailli, la Maison de François Ier, la Maison Saint-Jean (ou Jeanne d'Arc), ....
 



La Chapelle d'Angillon

Ce village se situe à un peu plus de 20 kilomètres au Nord de Bourges et à une quinzaine au Sud d'Aubigny sur Nère, il est traversé par la Petite Sauldre. Une chapelle du IXème siècle est à l'origine de la première partie du nom. Il est le lieu de naissance d'Alain Fournier, l'écrivain auteur du Grand Meaulnes.
 
Château de La Chapelle d'Angillon
 
Au Moyen-Age le bourg était protégé par une enceinte dotée de tours et de quatre portes d'accès, il reste des vestiges de cette enceinte et des fossés. Le village possède aussi quelques maisons anciennes à pans de bois.
 
La Chapelle d'Angillon a un château qui remonte au XIème siècle. Il aurait été édifié par un descendant des envahisseurs Normands du Xème siècle, Gilon de Sully, dont le nom est associé au bourg qui l'entoure.
 
Le village et le château deviennent plus tard la propriété des familles d'Albret et de Nevers avant de revenir à Maximilien de Béthune duc de Sully.
 
Ils faisaient partie de la Principauté de Boisbelle qui bénéficiait d'un statut d'autonomie dans le royaume de France. Cette principauté a été rachetée en 1766 par le roi Louis XV et réunie alors au domaine royal.
 
                                                                                Château de La Chapelle d'Angillon
 
Le château a été profondément remanié au XVIème siècle avec la mise en place de fenêtres, escaliers à vis puis par une galerie de style Renaissance.
 


Le Château de la Verrerie

Ce château est à une dizaine de kilomètres au Sud-Est d'Aubigny sur Nère. Il est situé sur le tritoire de la commune d'Oizon et dans une vallée et entouré par la verdure.
 
Château de La Verrerie
Château de La Verrerie
 
Il a été construit au XVème siècle pour Béraud Stuart, un descendant de Jean Stuart, le corps de logis et la chapelle sont de cette époque. La fille de Béraud, Anne, a épousé Robert Stuart (le Maréchal d'Aubigny), celui-ci fait réaliser la galerie et le pavillon d'entrée.
 
A partir du milieu du XIXème siècle le château de La Verrerie est devenu la propriété de la famille de Vogüe qui l'a fait restaurer.
 


Le Château de Boucard

Château de Boucard
 
Ce château se situe à une vingtaine de kilomètres à l'Ouest de Sancerre sur la Grande Sauldre. Il est sur le territoire de la commune du Noyer.
 
Le château a la forme d'un trapèze entouré de fossés en eau. Il a été construit sur trois époques.
 
A partir de la fin du XIVème siècle, Lancelot de Boucard qui s'y était établi en 1381, fait réaliser un château féodal.
 
Ses descendants Jean II, Jean IV et Antoine ajoutent des bâtiments de type pré-Renaissance. François de Boucard fait construire au XVIème siècle l'aile Renaissance, elle a été achevée en 1560.
 
Le château de Boucard
 
On pénètre dans la cour par un chatelet d'entrée encadré par des tourelles en encorbellement.
 
Les angles de l'édifice sont flanqués de tours rondes. L'aile Nord est du milieu du XVIème siècle.
 


Le Château de Maupas

Ce château est à une vingtaine de kilomètres au Nord-Est de Bourges, sur le flanc d'une colline boisée. Il est sur le territoire de la commune de Morogues.
 
Château de Maupas
 
Il a été construit sur les bases d'un ancien édifice Gallo-Romain dont il subsiste des éléments.
 
A l'origine s'élevait une forteresse entourée de remparts avec des tours qui appartenait à la famille de Sully jusqu'à la fin du XIIIème siècle, elle passe à la famille de Mathefelon puis au milieu du XIVème siècle par mariage à Jean vicomte de Rochechouart.
 
Le château de Maupas
 
Les éléments défensifs du château ont été détruits au XVIIIème siècle.
 
Le château a été reconstruit au XVème siècle par Jean Dumesnil-Simon, Gouverneur du Berry. Le côté Ouest comporte une tourelle d'escalier tandis que le côté Est présente une tour ronde surmontée de machicoulis.
 
Les deux ailes qui jouxtent ce corps de logis sont du XVIIIème et XIXème siècles.
 
Une collection d'assiettes des XVIIème et XVIIIème siècles décore l'escalier d'honneur.
 






Le Sud-Est du département du Cher
La visite du Sud-Est du département commence à Dun sur Auron et se poursuit par Blet, Sagonne et Sancoins.
 


Dun sur Auron

Dun sur Auron est à une vingtaine de kilomètres au Nord de Saint Amand Montrond et à une trentaine au Sud de Bourges. La ville s'appelait jadis Dun le Roi, mais la Révolution Française l'a renommée.
 
Restes de l'enceinte de Dun sur Auron
Restes de l'enceinte médiévale de Dun sur Auron
 
Le site est occupé par l'homme depuis l'époque Préhistorique. Son nom est d'origine Celtique et correspond à un promontoire qui s'élève à près de 200 mètres au-dessus de la rivière Auron .
A l'époque Gallo-Romaine une importante voie reliant Avaricum (Bourges) à Lugdunum (Lyon) franchissait l'Auron à cet endroit et une agglomération y était établie.
 
Au XIème siècle Eudes Arpin est le seigneur de Dun, par héritage il devient également vicomte de Bourges. Voulant partir en Croisade, il vend la seigneurie et la vicomté au roi de France Philippe Ier en 1101. Les rois en font un point d'appui pour étendre leur influence vers le Sud et l'Aquitaine.
Le roi Louis VII accorde à la ville une charte de franchise en 1135.
 
La place forte est agrandie et renforcée au fil du temps. Le Chatelet avec le donjon est édifié par Philippe II Auguste à la fin du XIIème siècle a maintenant disparu. Une deuxième enceinte avec un châtel-neuf est réalisée à la fin du XIVème siècle pour intègrer les nouveaux quartiers et la Collégiale Saint Etienne. La ville est disputée entre Français et Anglais pendant la Guerre de Cent Ans.
 
La vieille ville
La vieille ville conserve des maisons anciennes (comme la Maison dite de Charles VII) dont certaines datant du Moyen-Age. La Grande-Rue possède des maisons à pans de bois. Des éléments significatifs de l'enceinte sont toujours visibles
Dun possède ainsi une porte médiévale d'accès à la ville (Porte de l'Horloge) qui est surmontée par un beffroi du XVème siècle de 40 mètres de hauteur.
 
Gravure de la fin du XVIème siècle représentant Dun sur Auron
Gravure de la fin du XVIème siècle représentant Dun sur Auron
 
La Collégiale Saint Etienne
Le chapitre du château de Bourges établit en 1019 une communauté de chanoines à Dun qui y édifie une église.
 
Celle-ci est reconstruite au début du XIIème siècle, elle était alors hors les murs. La construction a commencé par le chevet et s'est achevée au XIIIème siècle avec la partie Ouest de la nef.
Cette nef est séparée des collatéraux par de grandes arcades en arc brisé. Ces collatéraux sont bordée par des chapelles latérales du début du XVIème siècle, il n'y a pas de transept.
Le choeur et le déambulatoire sont de style Roman. Ce déambulatoire est voûté d'arêtes sur doubleau, il dessert trois chapelles rayonnantes dont deux sont d'origine avec des voûtes en cul-de-four.
Le clocher était du XIVème siècle, il a été endommagé de même que le reste de l'église en 1569 par les troupes du duc des Deux-Ponts, pendant les Guerres de Religion. L'ensemble a été réparé à la fin du XVIIème siècle.
 



Blet

Blet est un village qui se situe sur la route de Bourges à Sancoins et Moulins. Il est aussi à une quinzaine de kilomètres à l'Est de Dun sur Auron.
 
Eglise Saint Germain à Blet
 
Au moment des Guerres de Religion Blet est un village ouvertement Calviniste.

 
L'église Saint Germain est alors dévastée par un incendie qui ne laisse debout que le transept, le choeur et le chevet (cf photo ci-contre).
 
                                                                          Eglise Saint Germain à Blet
 
La croisée du transept était surmontée par une coupole sur trompes octogonale et les chapiteaux de cette croisée présentent un bestiaire de monstres et d'oiseaux, on y trouve également des scènes sur la vie du Christ.
 
Le choeur comporte trois travées, il est voûté en plein cintre, les collatéraux sont voûtés d'arêtes et l'abside est voûtée en cul-de-four.
 
L'église a été restaurée au début du XXème siècle.
 
La Halle
Près du parvis de l'église la Halle est une construction du début du XIXème siècle, depuis les années 1820 jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale elle a accueilli des marchés. A partir des années 1950 elle a été utilisée comme garage pour les pompiers et la commune, mal entretenue elle a failli disparaitre. Elle accueille à nouveau des marchés.
 
Sa charpente est à quatre pans, elle est couverte par de petites tuiles.
 
Halles de Blet dans les années 1990 Halles de Blet
Années 1990                                          Halles de Blet                                           Maintenant
 
Château de Blet
Château de Blet
 



Sagonne

Sagonne est un village à 10 kilomètres à l'Est de Blet et à la même distance à l'Ouest de Sancoins.
 
Il conserve une importante forteresse médiévale édifiée sur un ancien site Gallo-Romain au-dessus du village, il permettait de contrôler l'importante route de Bourges à Moulins et au-delà de Lyon.
 
Ce château-fort a été reconstruit au XIVème siècle avec un donjon et il garde toujours l'essentiel de son système défensif.
 
Chateau de Sagonne
Chateau de Sagonne
Donjon du chateau de Sagonne
 
Le château est établi au bord d'un étang et l'enceinte est entourée par des douves remplies d'eau. Le donjon est composé de quatre tours, il contient une chapelle décorée avec des peintures murales.
 
                                                                                                                    Donjon du chateau de Sagonne
 
Au Moyen-Age, à partir du Xème siècle ce château appartenait aux comtes de Sancerre. Il est passé plus tard à la famille d'Amboise.
 
Au XVIème siècle Charles II d'Amboise fait réaliser des bâtiments de style Renaissance.
 
Devenu propriétaire en 1546, Jean Babou, Maitre Général de l'Artillerie fait aménager le château.
 
Le principal corps de logis a été restauré par Mansart qui est devenu propriétaire du château en 1699.
 
Le château a été vendu comme Bien National au moment de la Révolution Française et il a servi alors de carrière de pierres.
 
L'église Saint Laurent est d'origine Romane, elle conserve une abside polygonale et des chapiteaux de cette époque.
 


Sancoins

Sancoins est à 60 kilomètres au Sud-Est de Bourges et à 40 kilomètres à l'Est de Saint Amand Montrond. La ville est à l'extrémité Est du département à la limite avec ceux de la Nièvre et de l'Allier.
 
Située au coeur d'une région d'élevage, Sancoins accueille chaque semaine un très important Marché aux bestiaux.
 
Place principale de Sancoins
Place principale de Sancoins
 
Sancoins est une ancienne place forte qui conserve quelques éléments de ses remparts du XVème siècle.
 






Le Boischaut Sud
Le Boischaut Sud est une petite Région partagée entre le département de l'Indre (arrondissement de la Châtre) et le département du Cher.
 
Dans ce dernier département le circuit du Boischaut Sud permet de découvrir Lignières, Châteaumeillant et Culan.
 



Lignières

Lignières est situé sur la rivière Arnon. Le village est à 45 kilomètres au Sud-Ouest de Bourges à 25 kilomètres à l'Ouest de Saint Amand Montrond et à la même distance au Sud-Est d'Issoudun. La commune conserve un château et une église d'origine Romane.
 
Au Moyen-Age, la ville était une place forte protégée par une enceinte qui comportait trois portes d'accès. Lignières a été prise par les Protestants en 1562, au début des Guerres de Religion.
 
La ville a connu une certaine prospérité à la fin du XIXème siècle grace au chemin de fer, elle avait alors plus de 3000 habitants il n'en reste maintenant qu'environ la moitié.
 
Château de Lignières
Château de Lignières
 
Halles en bois de Lignières
 
La ville possèdait un château-fort qui remontait au milieu du XIème siècle. La fille du roi Louis XI, Jeanne, première épouse de Louis XII, y a longtemps résidé.
 
Le château actuel (cf photo ci-dessus) a été construit au milieu du XVIIèmeme siècle sur l'emplacement de l'ancien château-fort, il a appartenu à Colbert. Il est de style Classique sans décoration. Il a été réaménagé dans les siècles postérieurs.
 
La ville conserve des maisons anciennes à pans de bois, en particulier celle qui accueille l'Office du Tourisme et également de beaux hôtels particuliers.
 
Halles en bois de Lignières
 
Au centre du bourg subsiste une Halle en bois construite en 1592 (cf photo ci-contre), elle accueille chaque semaine un marché de produits locaux et occasionnellement des spectacles.
 
L'église Notre-Dame
Façade de l'église de Lignières Chevet de l'église de Lignières
Façade                                     Eglise de Lignières                                           Chevet
 
L'église Notre-Dame a été construite au XIIème siècle et conserve des éléments Romans. Sur la façade le portail est sans tympan et les chapiteaux sont d'origine avec un monstre dévorant la tête d'un damné et des oiseaux. L'abside est voûtée en cul-de-four, à gauche du choeur se trouve l'oratoire de Jeanne de France.
Endommagée pendant les Guerres de Religion elle a été réparée et remaniée dans les siècles suivants (du XVIIème au XIXème). Ainsi les bas-côtés autour de la nef sont des ajouts du XIXème.
 


Intérieur de l'église Saint Genès de Chateaumeillant
 

Châteaumeillant

Châteaumeillant est à 12 kilomètres à l'Ouest de Culan et à une quinzaine de kilomètres à l'Est de La Châtre.
La ville a une origine ancienne, on y a identifié un oppidum Celtique et elle s'appelait Mediolanum à l'époque Gallo-Romaine, c'était une agglomération d'une certaine importance.
 
Eglise Saint Genès
L'église faisait jadis partie d'un Prieuré dédié à Saint Etienne et qui dépendait de l'Abbaye de Déols.
Elle a été réalisée autour de 1150 siècle avec des pierres grises et roses, elle est en forme de croix latine. Elle a reçu des réparations aux XIVème et XVème siècles.
 
La façade occidentale est sur trois étages et divisée verticalement en trois parties par des contreforts. En bas, le portail est encadré par des arcatures aveugles. Au-dessus une quadruple arcature est surmontée par une grande fenêtre en arc brisé. Le pignon a été remplacé par le clocher ajouté en 1857.
 
La nef est haute et encadrée de collatéraux, elle comporte cinq travées, des chapiteaux simples surmontent les colonnes. La croisée du transept était jadis surmontée d'une coupole.
 
Au-delà du transept le choeur de trois travées est voûté en berceau brisé sur doubleaux, des chapiteaux historiés illustrent des scènes de l'Ancien Testament. Ce choeur est allongé et se termine par une abside principale en hémicycle accompagnée sur chaque côté de trois absidioles de profondeurs décroissantes, la dernière s'appuie sur les croisillons du transept. Cette abside principale est la partie la plus ancienne de l'édifice, elle est voûtée en cul-de-four.
 
Intérieur de l'église Saint Genès de Chateaumeillant
 
 
Eglise Notre-Dame
Son origine remonte aux XIème et XIIème siècles, elle conserve un chevet en hémicycle à cinq chapelles échelonnées. Elle a été complètement remaniée au début du XVIème siècle. Elle a été désaffectée au moment de la Révolution Française et accueille maintenant alors la Mairie, la nef sert de salle d'exposition.
 


Culan

Ce village se situe à un peu plus de 25 kilomètres au Sud de Saint Amand Montrond. Il possède un beau château médiéval et l'église Saint Vincent qui a son origine au XIIème siècle puis a été remaniée dans les siècle postérieurs.
 
Le pont sur l'Arnon remonte sans doute au XVème siècle, il comporte quatre arches en plein cintre avec des becs. Un grand viaduc ferroviaire a été réalisé sur le flanc Nord du village.
 
Un château était implanté sur le site dès le milieu du XIème siècle. Le premier sire de Culan, Joubert, apparait à la fin du XIème siècle, ses descendants dont plusieurs portent le nom de Renoul conservent la seigneurie en ligne directe jusqu'à Eléonore de Culan décédée sans enfants en 1420. Cette seigneurie revient alors à une branche collatérale représentée par l'Amiral Louis de Culant.
 
Château de Culan
 
Le roi de France Philippe II Auguste s'empare de la forteresse en 1188, celle-ci devient alors un point fort pour le contrôle de la région par les rois de France. Les sires de Culant font renforcer puis embellir le château-fort.
 
Il a la forme d'un trapèze, le flanc Sud est protégé par un escarpement (cf photo ci-contre) les trois autres côtés sont protégés par des fossés creusés dans le roc.
Les trois tours rondes sont couronnées par des hourds qui facilitaient le jet de projectiles sur les assaillants.
 
                                                                                        Château de Culan
 
Au début du XVème siècle l'Amiral Louis de Culant est un compagnon de Jeanne d'Arc pendant la Guerre de Cent Ans, il l'assiste avec son cousin Jean de Brosse lors de la pris d'Orléans en 1429.
 
Devenu la propriété de Sully, celui-ci est obligé de céder le château en 1620 aux Princes de Condé. Les Condé sont les principaux chefs de la Fronde, après la défaite de celle-ci le Cardinal Mazarin fait démolir le donjon et une partie des fortifications de l'édifice.
 
Le château est saisi comme Bien National au moment de la Révolution Française, il est vendu en cinq lots en 1807. Au milieu du XXème siècle Jean Ferragut parvient a en être le propriétaire unique et le fait restaurer.
 
L'ancienne chapelle du château conserve des éléments du XIIème siècle en style Roman.
 



Arrondissement de La Châtre
 

Arrondissement de La Châtre

L'arrondissement de La Châtre est structuré par l'Indre, mais une partie est aussi parcourue par la Creuse.
 
L'Indre pénètre dans le département près de Sainte Sévère puis rejoint La Châtre avec le souvenir de George Sand en particulier à Nohant et Vicq. Au delà l'Indre traverse Mers sur Indre.
 
A quelques kilomètres à l'Ouest de La Châtre se situe le château de Sarzay.
 
Carte de l'arrondissement de La Châtre
 
Tout au Sud de l'arrondissement, Aigurande est à la limite du Département de la Creuse. En remontant vers le Nord et en suivant la Bouzanne on passe à Cluis, Neuvy Saint Sepulchre qui possède une église remarquable et Lys Saint Georges.
 
La Creuse rentre dans l'arrondissement juste après Crozant avec Chambon puis Eguzon-Chantôme et Gargilesse.
 

 
Sainte Sévère   La Châtre   Sarzay   La Vallée Noire   Lourouer-St Laurent   Nohant et Vicq   Mers sur Indre  
 
Aigurande     Cluis     Neuvy Saint Sepulchre     Lys Saint Georges    
 
Chambon     Eguzon-Chantôme     Gargilesse    
 
 






Librairie

Vous pouvez acheter des livres sur   le Blésois-Sologne, Paris, le Val de Loire, le Maine, l' Anjou, le Pays Chartrain, l' Orléanais-Berry, le Poitou, et les Charentes ainsi que des ouvrages plus spécialisés sur l'Histoire de France et les Chateaux de la Loire, le Moyen-Age, les Chateaux-Forts, les Cathédrales, les Abbayes et l'Art Gothique.

La Librairie de FranceBalade vous permet d'acheter des Livres sur la Rome Antique, la Provence et la Cote d'Azur, les Régions du Sud-Est, les Régions du Nord-Ouest, les Régions de l'Est et du Nord et les Régions du Sud-Ouest de la France.
Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques. Pour vous distraire voici les Abums Tintin et les Albums Astérix. L'accés à la Librairie en ligne se trouve en bas de page.


Visitez:     L'Art Roman en France       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Notre-Dame de Paris       Cathédrale de Chartres       Cathédrale de Tours       Abbaye de Fontevraud       Le Mont Saint Michel
 
Eglises Romanes du Poitou       Abbaye de Saint Savin       Eglises Romanes du Limousin       Abbaye de Moissac

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts



Berry d'antan: Scènes de la vie quotidienne   de Bernard Daniel --    ISBN : 2908670259

Moeurs et coutumes en Berry au XVIIIème siècle   --    ISBN : 2908670526

Berry des traditions et superstitions   (10 septembre 2002) de C. Seignolle -- Broché --    ISBN : 2911272528

Contes traditionnels du Berry
de Solet -- Broché --  ISBN : 284113573X




Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans   L'Anjou   Angers   Saumur   Saumurois      Le Poitou   Poitiers   Poitou Roman   La Vienne (86)   Deux-Sèvres
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux  Issoudun  La Châtre  Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne  Creuse  Corrèze  Limousin Roman   Auvergne  Allier  Puy de Dôme  Cantal  Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


     Avec Google


Hôtel en Italie     Hôtel dans les Alpes     Hôtel en France     Hôtel en Europe     Hotel en Espagne    Autres Pays

Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Europe :
Paris   Nice   Lyon   Londres   Edimbourg   Dublin   York   Rome  Florence   Venise   Milan   Naples   Sicile
Barcelone   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Bruges   Berlin   Munich   Francfort   Prague