Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Europe   Royaume-Uni   Allemagne   Benelux   Italie   Espagne Portugal   Grèce  
 
Poitiers   Niort   Saintes   Angoulême   La Roche s/Yon   Limoges   Parthenay   La Rochelle

Le département de la Vienne -86-

Votre Hôtel :  Vienne   Poitiers   Deux-Sèvres   Niort    Vendée    Charente   Charente-Maritime   La Rochelle
 
Vous etes ICI : Accueil > France > Poitou > Le département de la Vienne -86- 
 
La Vienne est un département de la région Poitou-Charentes. Il est entouré au Nord par la Touraine (Indre et Loire), au Nord-Ouest par l'Anjou (Maine et Loire), à l'Ouest par les Deux-Sèvres, au Sud par la Charente et à l'Est par l'Indre et la Haute-Vienne.
 
Poitiers, vue d'ensemble
Vue Panoramique de Poitiers
 
Depuis longtemps un clivage s'était manifesté dans l'ancienne Province du Poitou, il distinguait la partie Est, le Haut Poitou, et la partie Ouest, le Bas Poitou. Au moment de la Révolution Francaise, la Province a été découpée en trois départements: le Haut Poitou a donné naissance à la Vienne et aux Deux-Sèvres tandis que le Bas Poitou devenait la Vendée.
 
Le département de la Vienne se caractérise par une richesse monumentale issue de toutes les périodes historiques: nombreux menhirs et dolmens pour la Préhistoire, Sanxay et Vieux-Poitiers pour l'époque Gallo-Romaine, Poitiers, Civaux et Saint Pierre les Eglises pour l'époque préromane.
 
Le département de la Vienne possède un patrimoine architectural et culturel significatif avec en particulier avec ses églises romanes dont plusieurs sont renommées: Poitiers, Civray, Chauvigny, etc, et aussi les fresques murales de Saint Savin qui sont les plus belles de cette époque Romane.
 
L'architecture militaire médiévale n'est pas en reste avec de nombreux châteaux-forts: Chauvigny, Angles sur l'Anglin, Gençay, etc.
 
L'architecture urbaine du Moyen-Age se retrouve dans de nombreuses villes, à commencer par Poitiers, mais aussi Loudun, Montmorillon, etc.
 
Le Futuroscope, parc d'attraction très intéréssant se situe près de Poitiers en direction de Chatellerault.
 
La découverte du département s'effectue en commençant par Poitiers et ses environs, elle se poursuit en allant du Nord au Sud et d'Ouest en Est à partir de Loudun pour se terminer à Montmorillon.
 

 
Poitiers  Futuroscope   Jaunay-Clan   Ligugé   Nouaillé-Maupertuis  
 
La Villedieu du Clain   Loudun  Moncontour   Mirebeau
 
Vallée de la Vonne    Sanxay    Jazeneuil   Lusignan   Vivonne   Gençay  Usson du Poitou   Civray  Charroux
 
Chatellerault     Chauvigny     Civaux     Lussac les Chateaux     L'Isle-Jourdain     Availles-Limouzine
 
La Roche-Posay     Angles sur l'Anglin     Saint Savin     Villesalem     Montmorillon
 


Description physique du Département de la Vienne

Le Seuil du Poitou
Le Seuil du Poitou et les fleuves du département
 
Le département de la Vienne fait partie d'une zone géographique dénommée Seuil du Poitou qui est une sorte de col entre le Massif Armoricain et le Massif Central. Les lignes noires illustrent le réseau de failles entre ces deux massifs.
 
Ce seuil était le point de passage privilégié entre le Nord et le Sud de la Gaule puis de la France. C'est pourquoi de grandes batailles structurantes pour l'Histoire de France ont eu lieu près de Poitiers.
 
 

Vous pouvez vous déplacer ou zoomer en utilisant les signes en haut à gauche
 
 
Le département de la Vienne a pour chef-lieu Poitiers avec deux chefs-lieux d'arrondissements, Châtellerault au Nord et Montmorillon au Sud.

 
Voici une description s'appuyant sur le réseau fluvial de ce département.
 
La principale rivière est la Vienne qui s'écoule dans la partie Est du département avec un affluent significatif, la Creuse qui forme la frontière avec l'Indre et Loire (Touraine).
 
Le Clain est un autre affluent de la Vienne, il s'écoule dans la partie Centre-Ouest du département.
 
Vallée de la Vienne
En remontant le cours de la Vienne, elle dessert Chatellerault, Chauvigny, Civaux, Lussac les Chateaux, L'Isle-Jourdain et Availles-Limouzine
 
Vallée de la Creuse
La Creuse a elle-même comme affluent la Gartempe qui passe à Montmorillon et Saint Savin.
 
Vallée du Clain
Le Clain passe à Vivonne, Ligugé puis sur le flanc Est de Poitiers et rejoint la Vienne en amont de Châtellerault.
 
Vallée de la Vonne
A Vivonne le Clain reçoit les eaux d'un affluent, la Vonne, qui vient de l'Ouest après avoir traversé Jazeneuil et Lusignan.

 
Côté Ouest, la Dive forme la limite avec le département des Deux-sèvres
 
Au Sud, la Charente passe à Civray et près de Charroux.
 



 

Visitez le Poitou et ses alentours

Le Poitou Roman     Les Deux-Sèvres     La Touraine     Sainte Maure     Chinon     Richelieu     L'Anjou     Saumur     Le Saumurois
 
Vallée de la Loire      Vallée de la Vienne      Vallée de la Creuse      Vallée de la Claise      Vallée de l'Indre
 
 

 
Visitez la Charente-Maritime     La Rochelle et l'Aunis     Royan et la Côte de Beauté      Saintes     La Saintonge Romane
 
Visitez le Limousin           La Haute-Vienne (87)           La Creuse (23)           La Corrèze (19)           Eglises Romanes du Limousin
 


     Avec Google



 
Réservez votre Hotel :             Poitou-Charentes    Nantes   Poitiers   Les Sables d'Olonne   Parthenay   Niort  
La Rochelle   Ile d'Oléron   Rochefort   Limoges   Angoulême   Saintes  Perigueux   Bordeaux   Libourne   Arcachon  



Eglise Notre-Dame la Grande de Poitiers

Poitiers

Poitiers est une ville qui a un grand passé historique. Elle existait avant même la Conquête des Gaules par Jules César.

Longtemps la ville a été la capitale des comtes de Poitiers et ducs d'Aquitaine. C'était la ville préférée de la célèbre Aliénor d'Aquitaine et de son fils Richard Coeur de Lion.
 
Elle a conservé de ce passé de nombreux monuments dont un des plus remarquable est l'Eglise Notre Dame la Grande (photos ci-contre et ci-dessous).

 
En savoir plus sur Poitiers     Les Eglises de Poitiers

Les Comtes de Poitiers     Les Seigneurs du Poitou.


Eglise Notre-Dame la Grande de Poitiers, vue de la façade, côté Ouest

Eglise Notre-Dame la Grande de Poitiers
Eglise Notre-Dame la Grande de Poitiers, vue du côté Sud


 
Votre Hôtel à Poitiers   
 


Livres sur Poitiers

Poitiers de Bordier, Pascaud                                 Rues de Poitiers (les) de Brothier de Rolliere
 
Plan de ville : Poitiers, N° 873 de Plans Bleu et Or                                 Plan de ville : Poitiers de Plan IGN
 
La cathédrale Notre-Dame de Poitiers de Yves Blomme                                 Notre-Dame-la-Grande de Poitiers de Claude Andrault-Schmitt
 
Hilaire de Poitiers Gilles Pelland    
 
D'autres livres sur le Poitou
 


Le Pavillon du Futuroscope
 

Le Futuroscope

Le Futuroscope est implanté au Nord de Poitiers.
 
Il a été fondé en 1983 par René Monory, alors Président du Conseil Général de la Vienne. Son objectif est de mettre en valeur les techniques avancées de l'époque dans les domaines de la communication et du traitement de l'information.
 
Il est construit selon une architecture avant-gardiste de Denis Laming qui a contribué à son succès, il accueille plusieurs millions de visiteurs par an.
 
Les expositions et spectacles présentés permettent de passer de l'infiniment petit (atomes) à l'infiniment grand (galaxies).
L'accent est mis sur les attractions pour enfants en leur donnant un caractère ludique. Une large part est faite au cinéma et plus généralement aux techniques audiovisuelles.
 
Le Pavillon du Futuroscope
 
Le Pavillon du Futuroscope (cf photo ci-contre) a la forme d'un prisme de verre dans laquelle est incrustée une grande boule blanche de 17 mètres de diamètre.
L'ensemble symbolise un lever de soleil sur un horizon qui bascule et veut évoquer le monde en mutation.
 

 
Votre Hôtel au Futuroscope   
 


Eglise Saint Denis de Jaunay-Clan
 

Jaunay-Clan

La ville de Jaunay-Clan se situe à une dizaine de kilomètres au Nord de Poitiers, à proximité immédiate du Futuroscope. Jaunay-Clan est issue de la fusion de deux villages: Jaulnay et Clan et la ville est traversée par la rivière le Clain
 
Le site est occupé par l'homme depuis l'époque Préhistorique. A l'époque Gallo-Romaine le vicus de Gelnacum possède un temple et un fanum.
 
La commune conserve les ruines (donjon et pans de murs) du château de Brin, un château-fort du XIVème siècle, il était jadis entouré de douves et on y accédait par un pont-levis.
 
Eglise Saint Denis de Jaunay-Clan
 
L'église Saint Denis a été construite sur l'emplacement d'un ancien temple païen.
 
L'édifice remonte au XIème siècle, la travée sous le clocher est du du XIIème siècle elle est surmontée d'une coupole sur trompes. Le portail occidental est de style Gothique.
 
Dans la nef, certains chapiteaux sont sculptés sur des thèmes variés (feuillages, animaux fantastiques, etc).
 
L'église comportait six travées et un chevet plat, en 1871 une abside à cinq pans de style néo-Gothique y a été ajoutée (cf photo ci-contre).
 
D'ailleurs l'église a été régulièrement remaniée du XIème au XIXème siècles. Elle comporte un triptyque moderne sur le thème de la Crucifixion, il a été réalisé en 1967 par le maître verrier Max Ingrand.
 

 
Votre Hôtel à Jaunay-Clan (Futuroscope)   
 


Ligugé

La petite ville de Ligugé se situe à une dizaine de kilomètres au Sud de Poitiers, elle est arrosée par le Clain. Ligugé accueille l'Abbaye Saint Martin.
 
Le monastère de Ligugé a été fondé par Saint Martin en 361. Il est devenu ensuite une abbaye.
 
Saint Martin est le fils d'un officier de l'armée Romaine qui est lui-même devenu soldat dans cette armée. Devenu un chrétien militant, il se fait libérer du servi militaire et vient rejoindre Saint Hilaire à Poitiers.
 
On a identifié à Ligugé, près de l'église actuelle, les traces d'une villa Gallo-Romaine remontant au IIème siècle, elle est encore habitée au IVème siècle et un lieu de culte y a été établi. C'est à cet endroit que s'installe Martin en 360 pour y mener une vie d'ascèse. Il y est rejoint par plusieurs disciples et il y fonde le premier monastère de l'Empire Romain d'Occident en 361.
 
Martin reste une dizaine d'années à Ligugé avant d'être appelé à la tête de l'évêché de Tours. Après la mort de Saint Martin en 397, Ligugé devient un lieu de pélerinage. Le monastère devient une Abbaye.
 
Quand Grégoire de Tours passe à Ligugé à la fin du VIème siècle, il signale outre le premier lieu de culte, l'existence d'une église à trois nefs. A la fin du VIIème siècle, l'abbé Ursinus remanie et augmente l'ensemble de l'édifice en construisant en particulier un chevet avec trois absides.
 
La vie de l'abbaye au VIIIème siècle est peu connue, elle est peut-être victime des troubles et des incursions Arabes. Elle est à nouveau victime d'un raid des Normands en 865 puis restaurée par la comtesse Adèle de Poitou.
Le monastère ne réapparait qu'au XIème siècle, il est devenu un Prieuré de l'Abbaye de Maillezais (située en Vendée). C'est à cette époque que la comtesse Aumode de Poitou fait construire la voûte qui supporte le clocher actuel.
 
Le Pape Clément V qui est venu à Poitiers en 1307 et 1308 a séjourné à plusieurs reprises à Ligugé. Consécutivement la reconstruction de l'église est entreprise, il en reste le mur Sud de la nef et des chapiteaux Gothiques dans l'édifice actuel.
L'église est ensuite victime des désordres provoqués par la Guerre de Cent Ans.
 
Abbaye de Ligugé, église Saint Martin: façade Ouest et clocher   Portail en style Gothique flamboyant de l'Abbaye de Ligugé
Façade Ouest et tour du clocher                           Abbaye de Ligugé: église Saint Martin                           Portail en style Gothique flamboyant
 
A la fin du XVème siècle, Jean d'Amboise, évêque de Maillezais et Prieur de Ligugé, engage la reconstruction des bâtiments conventuels. L'ouvrage est achevé par un de ses successeurs, l'évêque Geoffroy d'Estissac dont le secrétaire était François Rabelais.
 
Cet évêque fait également reprendre et remanier l'église, il en reste la façade Ouest, la nef (sauf le mur Sud), la chapelle au Nord et la tour du clocher (cf photo ci-dessus à gauche). Le portail sculpté est de style Gothique flamboyant (cf photo ci-dessus à droite).
 
L'église Saint Martin a été restaurée au milieu du XIXème siècle: voûte de la nef, charpente et couverture, le dôme du clocher et son lanternon sont remplacés par une flèche couverte d'ardoises, un chevet pentagonal est construit et des vitraux sont posés.
 
Au même moment la vie monastique est rétablie à Ligugé et le monastère redevient une Abbaye en 1864. De nouveaux bâtiments sont construits et l'église Saint Martin est maintenant l'église paroissiale de Ligugé.
 
En savoir plus sur Saint Martin
 

 
Votre Hôtel à Ligugé   
 


Nouaillé-Maupertuis

La petite ville de Nouaillé-Maupertuis est à une dizaine de kilomètres au Sud-Est de Poitiers.
 
Elle est connue pour deux raisons, d'abord par son Abbaye et ensuite parce que c'est à cet endroit que s'est déroulé une bataille importante de la Guerre de Cent Ans (appelée Bataille de Poitiers) en 1356, celle où le roi de France Jean II le Bon a été fait prisonnier par l'armée Anglaise du Prince Noir.
 
Abbaye de Nouaillé-Maupertuis
 

L'Abbaye Saint Junien de Nouaillé-Maupertuis

Le premier monastère a été fondé au VIIème siècle par des moines issus de l'Abbaye Saint Hilaire de Poitiers, il relevait de cette abbaye. A la fin du VIIème siècle, ce monastère devient une abbaye à part entière, peut-être à l'initiative de Charlemagne.
 
En 830, lors de la dédicace de l'église, le corps de Saint Junien (mort en 587), un familier de Sainte Radegonde, y est déposé. Un pélerinage se développe sur son tombeau et la construction d'un sanctuaire est engagé.
 
En 1011, elle est affiliée à l'Abbaye de Cluny. Elle est réédifiée, l'église a une nef unique de quatre travées et un transept, la nef est couverte grace à une charpente en bois.
 
Au XIIème siècle, la nef est voutée en pierre et des collatéraux sont établis en implantant des piliers, tout ceci pour garantir la solidité de l'édifice. La voûte de la nef centrale est en berceau brise, celle des collatéraux est en plein cintre. Le clocher-porche, la crypte et le choeur sont construits à la fin de ce siècle.
 
Au XIIIème siècle, l'abbaye est entourée par une enceinte fortifiée pour se protéger, il en reste deux tours (cf photo ci-dessus). L'abbé Raoul du Fou fait réaliser d'importants travaux à la fin du XVème siècle, en particulier un beau logis abbatial.
 
L'abbaye ne sort pas indemne des Guerres de Religion dans la seconde partie du XVIème siècle, elle est incendiée par l'armée Protestante de l'Amiral de Coligny en 1569, le choeur et le transept et les bâtiments conventuels sont détruits.
La reconstruction de l'église ne commence qu'au milieu du XVIIème siècle, le choeur est refait à la fin de ce siècle.
 
L'abbaye est vendue comme Bien National au moment de la Révolution Française.
 
Ces multiples épisodes ont fait de l'Abbaye Saint Junien un édifice complexe comportant des parties Romanes, Gothiques et néo-Gothiques.
 

La bataille de Nouaillé-Maupertuis - 19 septembre 1356-

En septembre 1355 Edouard de Woodstock, Prince de Galles, fils d'Edouard III, débarque à Bordeaux avec une petite armée, il est surnommé le Prince Noir. Il renforce son armée avec des Gascons (commandés par Jean de Grailly, Captal de Buch) et divers mercenaires, elle peut alors compter environ huit mille hommes. Il passe la fin de l'année 1355 à désoler le Languedoc entre Bordeaux et Narbonne.
 
En avril 1356, il part de Bordeaux et remonte avec son armée vers le Nord de la France, il pille le Limousin, l'Auvergne et le Berry. Le Prince Noir est accompagné de Jean Chandos et du Captal de Buch, deux remarquables capitaines.
 
Le roi Jean II rassemble une armée de plus de 10000 hommes à Chartres et part à sa rencontre, il franchit la Loire au début de septembre.
 
Le Prince Noir est à Châtellerault, il se replie avec son armée en direction de Poitiers puis de Bordeaux. L'armée du roi de France arrive par Chauvigny.
 
Les deux armées se trouvent face à face à Nouaillé-Maupertuis au Sud de Poitiers dès le 18 septembre, elles engagent la bataille le lendemain 19. Les Anglais simulent une fuite et les chefs français tombent dans le piège, ils se désorganisent et l'armée française est accablée par les archers Anglais. Par fierté le roi de France refuse de fuir et il est fait prisonnier, on compte de trés nombreux morts et prisonniers coté Francais.
 
A nouveau l'armée Anglaise remporte une victoire écrasante sur les Francais qui ont conduit le combat en dépit du bon sens. C'est un véritable désastre puisque le roi Jean II le Bon est emmené en captivité à Londres en Angleterre et mis à rancon.
 
Le fils ainé du roi Jean, Charles, devient Lieutenant-Général du Royaume
 


Eglise de La Villedieu du Clain

La Villedieu du Clain

La petite ville de La Villedieu du Clain est à une quinzaine de kilomètres au Sud de Poitiers.
 
L'église Saint-Jean-Baptiste remonte au XIIème siècle. La façade et le chœur sont de cette époque et de style Roman. La nef est une reprise du XIXème siècle.
 
La façade comporte un porche dont les chapiteaux sculptés. Juste au-dessus la corniche possède des modillons dont les sculptures sont intéressantes.
 
Sculptures des modillons de la corniche
Sculptures des modillons de la corniche
 
Les chapiteaux du chœur sont sculptés avec des motifs représentant des animaux et des végétaux.
                                                                                        Eglise de La Villedieu du Clain
 





 

Livres sur les villes du Haut-Poitou:

 
Petites villes du Haut-Poitou de l'Antiquité au Moyen-Age: volume 1
Bressuire, Brioux sur Boutonne, Loudun, Montmorillon, St Savin sur Gartempe, Thouars

 

 
Petites villes du Haut-Poitou de l'Antiquité au Moyen-Age: volume 2
Angles sur l'Anglin, Argenton-Château, Charroux, Melle, Parthenay, Rom

 

 
La ville de Parthenay à la fin du Moyen-Age de Laurent Fleuret
 



Loudun

Panorama sur la ville de Loudun
Panorama sur la ville de Loudun avec la Tour Carrée et le clocher de l'église Saint Pierre du Marché
 
 
Loudun est à 30 kilomètres au Sud Ouest de Chinon, une ville qui est aux confins de la Touraine (elle faisait partie de la Généralité de Tours), du Poitou et de l'Anjou.
 
La ville est dominée par un donjon qui est visible de très loin alentour, il a été construit par le comte d'Anjou Foulques III Nerra un peu après l'an 1000.
 
Le château-fort et les fortifications de la ville ont été reconstruites par le roi de France Philippe Auguste au début du XIIIème siècle. Il reste quelques éléments de l'ancienne enceinte médiévale, en particulier la Porte du Martray.
 
Deux églises sont intéressantes: Sainte Croix et Saint Pierre du Marché.
 
Au XVIème et au début du XVIIème siècles la ville connait une période de prospérité. Théophraste Renaudot, le fondateur en 1631 du premier journal francais, la Gazette, est né à Loudun. Mais elle est confrontée à l'hostilité du Cardinal de Richelieu qui favorise le développement de sa ville qui est proche.
 
Au début du XVIIème siècle la ville se trouve au centre d'une affaire de sorcellerie dans le couvent des Ursulines (Les possèdées de Loudun) qui se termina par la condamnation et l'exécution d'un prêtre, Urbain Grandier.
 
 
En savoir plus sur Loudun
 
Château-fort        Enceinte médiévale        Eglise Sainte Croix        Eglise Saint Pierre  
 
Maisons anciennes          Histoire          Autour de Loudun
 

 
Votre Hôtel à Loudun   
 


Martaizé

Eglise Saint Maurice de Martaizé
 
 
Martaizé est un village à une quinzaine de kilomètres au Sud de Loudun près de Moncontour. Il a été marqué par un exode rural important puisque sa population n'est que la moitié de ce qu'elle était au XIXème siècle.
 
L'église Saint Maurice a une origine médiévale, elle est sur un promontoire au centre du bourg et était jadis entourée de douves, elle a été fortement remaniée au XIXème siècle.
 
De la construction d'origine seul subsiste la Tour-clocher (cf photo ci-contre) qui est de style Roman. Elle a une forme carrée, en hauteur elle est percée de deux baies en plein cintre sur chaque côté. La flèche est octogonale. La nef comporte trois travées avec des collatéraux.
 
Tour-clocher de l'église Saint Maurice de Martaizé
 
A proximité le hameau de Ouzilly-Vignolles conserve une petite église avec un chevet Roman.
Eglise Saint Martin de Ouzilly-Vignolles
Eglise Saint Martin de Ouzilly-Vignolles


Moncontour

A 10 kilomètres au Sud d'Oiron et 15 kilomètres au Sud-Ouest de Loudun se situe le village de Moncontour qui à plusieurs reprises s'est trouvé au coeur de l'histoire de la région et même de la France. Il est le long de la rivière la Dive.
 
Au début du XIème siècle le comte d'Anjou Foulques Nerra construit un château-fort pour sécuriser les conquêtes angevines à l'encontre des comtes de Poitou. L'édifice a été remanié au XIIème siècle, positionné sur une colline, il domine toute la région et on le voit de très loin (cf photo ci-contre).
 
Au début de 1034, le comte d'Anjou Geoffroy II Martel remporte une importante victoire à Moncontour sur le comte de Poitou Guillaume le Gros, il le retient prisonnier pendant plus de trois ans.
 
La ville est conquise sur Jean sans Terre par le futur roi Louis VIII le Lion en 1214.
 
Pendant la Guerre de Cent Ans, le château a été l'objet d'apres luttes entre les Anglais et les Français Olivier de Clisson et Bertrand du Guesclin entre 1370 et 1372.
 
Chateau-fort de Moncontour
 
Pendant les Guerres de Religion, le 30 octobre 1569, l'armée du duc d'Anjou (futur Henri III), qui compte 25000 hommes) remporte une victoire sur l'Armée Protestante de l'Amiral de Coligny (forte de 18000 hommes) dans la plaine entre Moncontour et Saint Jouin de Marnes qui n'est que trois kilomètres à l'Ouest.
 
Château-fort de Moncontour
 
Le château-fort comporte un donjon carré de 12 mètres de côté et qui s'élève à 24 mètres de hauteur. Les murs sont renforcés par des contreforts et dotés de machicoulis. Il a été remanié au XIVème siècle. A côté subsistent quelques vestiges de la chapelle Notre-Dame qui faisait partie du château.
 
Moncontour conserve aussi une maison très ancienne (peut-être du XIème siècle) rue Porte-aux-Dames, la Maison Coligny du XIVème siècle et une maison à pans de bois du XVème siècle, les deux sont place Coligny.
 
Eglise Saint Nicolas de Moncontour

 
L'église Saint Nicolas
L'église Saint Nicolas remonte au XIIème siècle, elle est de style Roman, elle a été remaniée au XVIème et au XIXème siècles. Elle relevait de l'Abbaye Saint Jouin de Marnes toute proche (quatre kilomètres vers l'Ouest).
 
La façade comporte un portail avec trois niveaux de voussures et des arcatures aveugles, au premier niveau la baie n'est ouverte que dans sa partie centrale.
 
A l'origine elle possèdait un transept. La nef est percée de douze baies en plein cintre, le choeur se termine par une abside en hémicycle. Elle possèdait sans doute des fresques murales. La plupart des vitraux sont du XIXème siècle.
 
                                                                                                              Eglise Saint Nicolas de Moncontour

 


Mirebeau

Mirebeau est une petite ville qui se situe à 25 kilomètres au Sud de Loudun. Elle est sur une colline à environ 150 mètres d'altitude.
 
Un peu avant l'An Mil, la ville est prise par Geoffroy Grisegonelle, comte d'Anjou, qui cherche à contrôler la partie Nord du Poitou au dépens de Guillaume Fier à Bras, comte de Poitiers.
 
Le successeur de Geoffroy Grisegonelle, son fils Foulques III Nerra, fait construire une forteresse à Mirebeau pour mieux contrôler la ville et sa région et se positionner contre des attaques venant du Poitou.
 
Les régions de Loudun et Mirebeau vont être de fait intégrées au comté d'Anjou jusqu'à la Révolution Française qui les attribue alors au département de la Vienne. Néanmoins ces deux villes ont toujours fait partie du diocèse de Poitiers.
 
En 1202, le roi d'Angleterre Jean sans Terre fait prisonnier à Mirebeau Arthur de Bretagne, allié au roi de France Philippe II Auguste. Arthur de Bretagne disparait plus tard dans des conditions tragiques (assassiné par Jean sans Terre).
 
Collégiale Notre-Dame de Mirebeau
 
Au Moyen-Age, Mirebeau est une ville prospère, la ville compte cinq paroisses et elle accueille d'importantes foires à la Saint Barthélémy et à la Saint André. A une époque elle est même siège d'une Cour de Justice.
 
Cette prospérité est mise à mal en deux temps, d'abord au moment des Guerres de Religion puis lorsque Richelieu acquiert la baronnie de Mirebeau pour l'incorporer à son duché. Il réduit alors l'importance de la ville au profit de celle qui porte son nom.
 
Le château-fort médiéval a été détruit en 1629 par une ordonnance de Louis XIII à la demande de Richelieu. Pour autant Mirebeau conserve des éléments de ses anciens remparts. Quelques édifices médiévaux subsistent dont la Grange aux Dîmes qui remonte sans doute au XIIIème siècle et le château de Rochefort du XVème siècle mais remanié à plusieurs reprises..
 
Collégiale Notre-Dame de Mirebeau (reconstruite au XIXème siècle)
 
La Collégiale Notre-Dame remonte au XIIème siècle, elle est très endommagée en 1568, au moment des Guerres de Religion. Elle est restaurée à la fin du XVIème siècle.
 
Elle a été presque totalement reconstruite à la fin du XIXème siècle, dans le style néo-Plantagenêt. Elle conserve une Vierge à l'enfant, sculpture sur bois polychrome, de la fin du XIIème siècle.
 
L'église Saint André faisait partie d'un ancien Prieuré relevant de l'Abbaye de Bourgueil, il avait été créé au XIème siècle. Il en reste la salle capitulaire et un corps de logis, tous deux du XIIIème siècle. L'église a été complètement reconstruite au XIXème siècle.
 





La Vallée de la Vonne

La Vonne est une rivière qui prens sa source dans le département des Deux-Sèvres, sa longueur est de 73 kilomètres.
 
Une fois dans le département de la Vienne, elle passe d'abord à Sanxay, où elle s'écoule au pied du site Gallo-Romain, puis Curzay sur Vonne. Ensuite elle atteint Jazeneuil et Lusignan avant de rejoindre le Clain à Vivonne.
 


Amphithéâtre Gallo-Romain de Sanxay

Sanxay

Sanxay est à une quinzaine de kilomètres au Nord-Ouest de Lusignan.
 
A l'époque Celtique et Gauloise, le site était un lieu de rassemblement de la tribu des Pictons pour y tenir des rassemblement religieux et politiques.
 
Après la Conquête des Gaules par les Romains, un sanctuaire y est édifié, dans une boucle de la Vonne, au début du IIème siècle.
 
L'amphithéâtre (cf photo ci-contre) a un grand axe d'une longueur de 90 mètres, il pouvait accueillir près de 8000 spectateurs.
 
Amphithéâtre Gallo-Romain de Sanxay
 
Le sanctuaire comprenait aussi des thermes qui ont été remaniées à la fin du IIIème siècle, ils étaient alimentés en eau par des sources proches.
Il y avait aussi un grand temple dont la terrasse faisait 70 mètres de côté et était entourée par une galerie comportant près de 300 colonnes.
 
La sanctuaire a été détruit autour de 420 par des Bagaudes.
Avec le temps, il s'est retrouvé enfoui et donc non apparent. Il a été déblayé et remis en visibilité à la fin du XIXème siècle.
 

Guides Archéologiques de la France

Les Guides archéologiques de la France font découvrir les vestiges des grands sites préhistoriques, antiques ou médiévaux de notre territoire et leur histoire. Ils donnent une lecture topographique de leur évolution et présentent les monuments principaux à l'aide de cartes, de plans en couleur et, le plus souvent possible, de restitutions 3D, les photographies de fouilles et d'objets viennent compléter cette documentation. Des visites des musées sont proposées ainsi que des itinéraires de découverte des quelques témoins architecturaux qui subsistent.

Sanxay : sanctuaire gallo romain de P. Aupert
 
Saintes antique : sanctuaire gallo romain de Louis Maurin et Marianne Thauré
 
Limoges antique de Jean-Michel Desbordes           
 
Argentomagus: Oppidum gaulois, agglomération gallo-romaine et musée Françoise Dumasy-Mathieu
 
Paris, ville antique de Didier Busson et Nicole Alix      
 
Autun antique de Alain Rebourg et Christian Goudineau      
 

 
Plus de Guides Archéologiques de la France                       Cartes Archéologiques de la Gaule
 


Jazeneuil

Jazeneuil est un village à six kilomètres au Nord-Ouest de Lusignan, il est arrosé par la Vonne. Le site était habité à l'époque Gallo-Romaine, on y a retrouvé les traces d'une villa située sous le Logis de la Cour, un édifice médiéval.
 
Le village conserve une église d'origine très ancienne puisque son existence est signalée dès le VIIème siècle, elle est près de la rive de la Vonne.
 
Eglise de Mirebeau
 
Cette église faisait partie d'un Prieuré relevant de l'Abbaye de la Chaise-Dieu en Auvergne. Elle est reconstruite au XIème siècle avec des ajouts aux XIIème et XVème siècles.
 
Elle est endommagée pendant les Guerres de Religion en 1574 quand l'armée du duc de Montpensier séjourne dans le village.
 
Chevet, transept et clocher de l'église Saint Jean Baptiste de Jazeneuil
 
Cette église est dédiée à Saint Jean Baptiste, elle est principalement de style Roman avec la croisée et le bras sud du transept (le bras Nord a été détruit) ainsi que l'abside qui est en hémicycle. Le voûtement de l'abside et du choeur est original, il ressemble à celui de l'église Notre-Dame de Lusignan qui est voisine.
 
La croisée du transept est couverte par une coupole sur pendentifs. Le bras Sud du transept est voûté en berceau et sa façade comporte une porte et deux fenêtres en plein cintre, les angles de ce transept sont renforcés par des contreforts et le pignon est triangulaire, il a été surélevé au XVème siècle.
 
Le chevet a une belle allure avec l'ensemble des contreforts-colonnes et les arcatures de l'abside principale (cf photo ci-contre). Les chapiteaux possèdent de belles sculptures avec des motifs végétaux (feuillages). Les modillons sous la corniche sont sculptés de têtes grotesques.
 
La nef a été refaite au XIXème siècle, elle ne conserve que des portes Romanes sur les côtés Ouest et Nord.
 


Lusignan

Lusignan est une petite ville qui se situe à 20 kilomètres au Sud-Ouest de Poitiers, elle domine une boucle de la Vonne. Lusignan est la patrie d'une puissante dynastie féodale, les sires de Lusignan.
 
L'ancien château médiéval de Lusignan
L'ancien château médiéval de Lusignan (extrait des Très Riches Heures du duc de Berry)
 
Un oppidum était établi à cet endroit à l'époque Celtique, puis au Moyen-Age. Un puissant château-fort (cf photo ci-dessus) a été construit par les sires de Lusignan, il surplombait la rivière. Il a été très endommagé pendant les Guerres de Religion, lors du siège de la ville conduit par les troupes du duc de Montpensier en 1574-1575.
 
Maison ancienne de Lusignan
 
La ville conserve une Halle construite à la fin du XIXème siècle mais avec une facture plus ancienne et une belle charpente (cf photo ci-dessous).
 
Elle possède aussi plusieurs maisons anciennes dans le centre-ville (cf photo ci-contre).
 
Halle de Lusignan
Halle de Lusignan
 

 

Eglise Notre-Dame et Saint Junien

Ce sont ces seigneurs qui sont à l'origine de l'église Notre-Dame et Saint Junien. Hugues IV le Brun en initialise la construction à proximité de son chateau en 1025, il en confie la tutelle à l'Abbaye de Nouaillé dont elle devient un Prieuré.
 
Elle est achevée par Hugues VI autour de 1110. L'édifice est endommagé par les conflits entre Henri II Plantagenet et les Sires de Lusignan, elle est reconstruite à la fin du XIIème siècle.
 
Eglise Notre-Dame et Saint Junien de Lusignan Elle est à nouveau endommagée au moment de la Guerre de Cent Ans. En 1373 les Anglo-Gascons s'emparent de Lusignan et Du Guesclin, Connétable du Royaume de France, vient assièger le château, qui est proche de l'église. Les combats provoquent l'effondrement du clocher et des voûtes.
L'édifice est restauré à partir de 1377 par le duc Jean de Berry qui est aussi comte de Poitou.
 
Côté Nord de l'église Notre-Dame et Saint Junien de Lusignan
 
A la base, l'édifice est de style Roman. Les murs de la nef et le bras du Nord du transept (cf photo ci-contre) proviennent de l'église du XIème siècle.
 
A la fin du XIIème siècle des modifications notables sont apportées: piliers pour porter les voûtes (cf photo ci-dessous à droite), carré du transept et clocher, bras Sud du transept (cf photo ci-dessous à gauche) et son absidiole, choeur en hémicycle.
 
Le chevet est renforcé par des contreforts formés de faisceaux de trois colonnes, les arcs cintrés des fenêtres sont sculptés.
 
La nef comporte sept travées sur 60 mètres de longueur et 15 mètres de hauteur, les murs sont garnis d'arcatures en plein cintre avec des chapiteaux sculptés.
 
La façade et les cinq premières travées de la nef ont été reconstruites à la fin du XVème siècle pour réparer les dégats de la Guerre de Cent Ans. Les travées à l'Est restent voûtées en berceau brisé de même que les collatéraux.
 
Eglise Notre-Dame et Saint Junien de Lusignan     Eglise Notre-Dame et Saint Junien de Lusignan
Clocher et bras sud du transept         Eglise Notre-Dame et Saint Junien de Lusignan         La nef: voûtes en ogives et au fond en berceau brisé
 
Au-dessus du carré du transept a été réalisée une coupole sur trompes surmontée par le clocher. Celui-ci est doté de contreforts-colonnes, il a une allure puissante, il est sur deux niveaux, le premier avec des arcatures aveugles et le second avec une arcature aveugle de chaque côté de deux baies (cf photo ci-dessus à gauche). A l'angle du transept et de la nef, un escalier est dans une tourelle ronde surmontée d'un cône à écailles.
 

 
Votre Hôtel à Lusignan   
 



Eglise Saint Georges à Vivonne
 

Vivonne

Vivonne est une petite ville située à une vingtaine de kilomètres au Sud de Poitiers. Elle est à la confluence de la Vonne et du Clain ainsi que d'une petite rivière, le Palais.
 
Au Moyen-Age, la ville est le siège d'une seigneurie. Un château-fort y est construit au XIIème siècle, il n'en reste que des ruines.
 
La ville conserve un petit centre ancien le long de la Vonne avec des rues et maisons pittoresques. La Mairie occupe une partie des bâtiments de l'ancien Couvent des Carmes. Ce couvent a été détruit par les Protestants en 1562 et reconstruit à partir de 1620.
 
Eglise Saint Georges à Vivonne
 
L'église Saint Georges
Cet édifice a été construit au XIIIème siècle, il est de style Gothique. L'église relevait de l'Abbaye Saint-Cyprien de Poitiers.
 
Le portail et la nef sont de cette époque, celle-ci n'a que deux travées. Les bras du transept sont inégaux, celui au nord est plus long avec une voûte bombée. L'abside est à cinq pans.
 
Le clocher (cf photo ci-contre) est du XIVème siècle.
 
Des peintures murales y ont été découvertes au début du XXIème siècle, elles ont été réalisées à partir du XIIIème siècle. La fresque, représentant le Christ au Jugement dernier, qui est peinte sur la voûte de l'abside est du XVIème siècle.
 
Autour de Vivonne
Plusieurs châteaux sont à proximité de la ville, le château de la Planche est du début du XVème siècle, le château de Jorigny a été réalisé aux XVIème et XVIIème siècles.
 
Le château de Cercigny est sur la rive du Clain à trois kilomètres au Sud de Vivonne. Il remonte au XIVème siècle, il appartenait à la famille de Rochechouart. Endommagé au moment de la Guerre de Cent Ans et des Guerres de Religion, il a été restauré au XVIIème siècle.
 
Cinq kilomètres à l'Est de Vivonne se trouve le village de Château-Larcher qui conserve les ruines d'une ancienne forteresse médiévale et l'église Notre-Dame et Saint Cyprien qui date du XIIème siècle et était à l'origine la chapelle du château, elle relevait de l'Abbaye Saint Cyprien de Poitiers.
 

 
Votre Hôtel à Vivonne   
 






Gencay

Gençay est une petite ville située à une vingtaine de kilomètres au Sud de Poitiers au confluent de deux rivières, la Clouère et la Belle.
 
Le site est habité depuis des temps très anciens. Au Moyen-Age, autour de l'An Mil, plusieurs hameaux sont rassemblés et forment la ville de Gençay. Un puissant château-fort est construit et il est contrôlé par les seigneurs de Gençay qui font partie de la famille de Rancon.
 
A la fin du XIIIème siècle, la seigneurie passe à la famille de Bueil qui détient déjà la baronnie de L'Isle Bouchard.
 
En 1173 Geoffroy III de Rancon, seigneur de Gençay, se soulève avec d'autres seigneurs du Poitou contre Henri II Plantagenêt. Après de nombreux épisodes, Gençay, ainsi que le comté de Poitiers, sont annexés au royaume de France.
 
Rue ancienne à Gençay
 
Au XIXème siècle la ville a connu une période de prospérité comme en témoigne la construction de la Halle moderne. Par contre la situation économique de la ville et de sa région est devenue plus difficile dans la seconde moitié du XXème siècle.
 
                                                                                                         Rue ancienne à Gençay
 
Outre les ruines d'un puissant château-fort, la ville conserve des rues et des maisons anciennes intéressantes.
 
Jadis la ville organisait des foires réputées, elles rassemblaient des céréales, des vins, des draps, des cuirs, etc. Un marché aux boeufs, cochons et mules se tenait sur le pré de la Roche, en avant des Halles.
 
Cette grande halle avec charpente et piliers en bois a été remplacée autour de 1870 par l'édifice actuel, avec des structures en fer, qui sert aussi de Mairie, de salle de spectacle, etc.
 
Juste à coté de la Halle, l'Hôtel des Trois Marchands était un édifice significatif de la ville. Il a été construit à la fin du Moyen-Age. Au début du XVIIIème siècle il accueillait les notaires et procureurs fiscaux de Gençay en relation avec les foires. A partir de 1766 il est transformé en auberge et le reste jusqu'au milieu du XXème siècle. Actuellement il est extérieurement revétu d'un crépi qui ne contribue pas à le mettre en valeur.
 
Le Logis de la Briauderie est du XVème, c'était une dépendance du château qui était utilisée par le capitaine de la forteresse. En face de ce logis, sur la rivière la Belle, se trouvait le moulin banal du seigneur de Gençay, les habitants du bourg étaient obligés de l'utiliser et pour cela versait une taxe au seigneur.
 

 

Le château de Gençay

Château de Gençay
Château de Gençay, à droite la Tour du Moulin
 
Chateau de Gençay: Tour du Moulin
 
Le premier château-fort de Gençay est attesté autour de l'An Mil, il est sur un éperon rocheux au confluent de la rivière la Belle et de la Clouère. Il est détruit par Aldebert I, seigneur de Charroux et comte de la Marche. Reconstruit, le château est incendié à deux reprises au XIème siècle.
 
Le château actuel a été construit à partir de 1245 par Geoffroy IV de Rançon, seigneur de Gençay, afin de protèger la frontière sud du Poitou.
 
Il est pris par les Anglais après leur victoire à Poitiers en 1356, au début de la Guerre de Cent Ans, le roi de France Jean II le Bon y est détenu prisonnier une nuit par le Prince Noir avant son transfert à Bordeaux. Le château est repris aux Anglais par Bertrand du Guesclin en 1375 après un siège qui a duré trois ans et à l'issue d'une négociation.
 
Pendant les Guerres de Religion, en 1569, l'armée Protestante de l'amiral Gaspard de Coligny s'empare du château.
 
Le château-fort n'a plus été utilisé à partir de la fin du XVIème siècle, il s'est dégradé progressivement. Au début du XIXème siècle, les ruines du château sont utilisées comme carrière de pierres.
 
Tour du Moulin
 
Le château a la forme d'un triangle irrégulier (cf photo au-dessous à droite) avec une tour ronde à chacun de ses angles, les murs sont très épais, les courtines hautes et les archères disposées de manière efficace. Il est entouré par un large fossé. L'ensemble du dispositif en faisait un château très difficile à prendre.
 
La Tour du Moulin (cf photo ci-contre) est à l'extrémité Ouest, elle est la plus puissante de la forteresse. Elle repose sur un épais soubassement rocheux. L'intérieur comportait trois niveaux, il en subsite deux salles circulaires voûtées connectées par un escalier à vis réalisé dans l'épaisseur du mur.
 
On accède au château par deux entrées, la principale est dotée d'un puissant châtelet (cf photo au-dessous à gauche) qui commandait un pont-levis. Ce châtelet a la forme d'un fer à cheval avec une cour entourés de quatre tours. Il est face au plateau d'où pouvaient venir les attaques.
 
Chatelet du château de Gençay   Plan du château de Gençay
Chatelet                                     Château-fort de Gençay                         Plan du château
 

 

Saint Maurice la Clouère

Moins d'un kilomètre à l'Est de Gençay, et indissociable d'elle, se trouve le village de Saint Maurice la Clouère qui conserve une belle église Romane.
 
Eglise de Saint Maurice la Clouère
 
L'église Saint Maurice
La particularité de cette église est son plan en forme de trèfle.
 
Le chevet en hémicycle est doté d'absidioles le tout est renforcé par des contreforts-colonnes. La corniche en haut du chevet présente des modillons sculptés.
 
Eglise Saint Maurice
 
Le transept possède des bras avec des extrémités à pans coupés. La croisée du transept est surmontée par une coupole sur pendentifs avec au-dessus un clocher carré. Ses arcatures sont aveugles ce qui lui donne l'allure d'une tour de défense.
 
La nef à collatéraux est longue. A l'intérieur se trouvent de nombreux chapiteaux sculptés et des peintures murales dont certaines remontent au XIVème siècle.
 
L'entrée de l'édifice est au Nord, le portail comporte quatre voussures, l'ensemble est richement sculpté (griffons, oiseaux, animaux, entrelacs et feuillages).
 

 
Votre Hôtel à Gençay                        Votre Hôtel à Couhé
 



Usson du Poitou

Usson du Poitou est une petite ville à une quinzaine de kilomètres au Sud-Est de Gençay. Le site est habité depuis l'époque Préhistorique, on y a retrouvé des sépultures du Néolithique. Les traces d'un villa ont été identifiés au gué de la Châtre pour l'époque Gallo-Romaine.
Le christianisme est implanté à Usson dès le IVème siècle avec l'existence probable d'un lieu de culte.
 
A proximité d'Usson se situe le monastère de la Font-Saint Martin qui a été fondé par l'Abbaye de Fontevraud
 
Eglise Saint Pierre d'Usson du Poitou
 

L'église Saint Pierre et Saint Paul

Elle a été construite à la fin du XIème siècle, pour l'essentiel elle est de style Roman, elle a été fortifiée au moment de la Guerre de Cent Ans. Remaniée au début du XVIème siècle, elle a été endommagée au moment des Guerres de Religion dans la seconde partie de ce siècle.
 
Elle appartenait à un Prieuré qui relèvait de l'Abbaye Saint Cyprien de Poitiers.
 
Eglise Saint Pierre et Saint Paul d'Usson du Poitou: clocher et flanc Sud
 
Le chevet est en hémicycle et simple, il est couvert de lauzes.
 
Une absidiole est accolée à chaque bras du transept, à l'intérieur la croisée du transept est surmontée d'une coupole sur trompes qui a été restaurée au milieu du XVIIème siècle.
 
Au dessus de cette croisée s'élève un clocher carré massif, vu de l'extérieur au premier niveau chaque face comporte deux grandes arcatures aveugles, au deuxième niveau chacune comporte quatre petites arcatures, seules les deux arcatures centrales ont été ouvertes plus tard pour servir de meurtrières. Au dessus la partie haute est pyramidale.
 
La nef est encadrée par des collatéraux qui étaient étroits à l'origine, le collatéral Sud a été reconstruit et élargi au début du XVIème siècle en style Gothique. A part pour cet ajoût, les voûtes de l'édifice sont en berceau.
 
La façade est divisée par des contreforts plats, elle est percée par un portail en plein cintre avec deux voussures décorées de sculptures géométriques. Les chapiteaux du portail présentent des lions et des animaux fantastiques. Au dessus les modillons sculptés de la corniche sont du XVIème siècle.
 
Au premier étage la fenêtre centrale est aussi en plein cintre, les colonnettes ont des chapiteaux s'appuyant sur deux atlantes.
Sous la fenêtre, un bas-relief est consacré à la Crucifixion avec le Christ encadré par deux Romains avec leur lance, latéralement sont représentés à gauche la Sainte Vierge (penchant la tête) et à droite Saint Jean (cf photo ci-dessous).
 
Crucifixion du Christ de l'église Saint Pierre d'Usson du Poitou
Crucifixion du Christ de l'église Saint Pierre d'Usson du Poitou
 
L'église conserve d'autres éléments intéressants: un tabernacle en bois peint de la fin du XVIIème siècle, des statues en bois polychrome: une représentant Saint Roch, l'autre est une Vierge à l'Enfant.
 



Civray

Civray est une ville qui se situe à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Poitiers, elle est arrosée par la rivière la Charente qui s'oriente vers le Sud à la sortie de la ville.
 

Histoire

La ville s'est développée autour d'un gué permettant de franchir la Charente. Autour de l'An Mil, la construction d'un château-fort en fait une place forte du Poitou qui relevait des seigneurs de Charroux également comtes de la Marche.
Au moment de la Guerre de Cent Ans, en 1360, suite au Traité de Brétigny, Civray passe dans les domaines du roi d'Angleterre. La ville est reconquise pour le compte du roi de France par Bertrand du Guesclin en 1373.
Pendant l'Ancien Régime (XVIIème et XVIIIème siècles) Civray est le siège d'une Sénéchaussée qui comprenait Melle, Aulnay, Chizé, Saint Maixent et Usson.
Au moment de la Révolution Française la cité devient pour un temps chef-lieu d'un arrondissement. Elle est maintenant rattachée à celui de Montmorillon.
 

La ville

Civray conserve une remarquable église Romane dédiée à Saint Nicolas, elle est est située à un angle de la place Leclerc en centre-ville. Elle possède aussi plusieurs hôtels particuliers dont l'Hôtel de la Prévôté (aussi appelé Hôtel de Louis XIII).
 
Des restes de l'ancien château-fort sont encore visibles sur une butte, il a été construit au début du XIème siècle pour surveiller le gué sur la Charente et en même temps sécuriser la frontière du comté de la Marche face à celui d'Angoulême.
 

Eglise Saint Nicolas de Civray

L'église a été construite dans la seconde partie du XIIème siècle, elle faisait partie d'un Prieuré de l'Abbaye de Nouaillé. L'élément le plus significatif de l'édifice est sa façade avec ses sculptures Romanes.
Elle n'a pas été vraiment entretenue pendant l'Ancien Régime et en conséquence un programme de restauration de l'édifice a été réalisé au milieu du XIXème siècle.
 
Chevet, transept et clocher de l'église Saint Nicolas de Civray Intérieur peint de l'église Saint Nicolas de Civray
Chevet, transept et clocher                                Eglise Saint Nicolas de Civray                                  Intérieur peint (XIXème siècle)
 
La nef centrale (cf photo ci-dessus à droite) a quatre travées, elle est voûtée en berceau brisé. Elle est flanquée de collatéraux eux aussi voûtés en berceau brisé et qui sont presque aussi haut que la nef.
Les peintures de l'intérieur de l'église ont été réalisées par le peintre et sculpteur Pierre-Amédée Brouillet en 1865.
 
La plupart des chapiteaux sont sculptés avec des motifs végétaux.
 
Fresque murale dite de Saint Gilles dans l'église Saint Nicolas de Civray
Fresque murale dite de Saint Gilles (XIIIème siècle)
 
Cependant sur le mur sud du transept subsiste une fresque murale (dite de Saint Gilles) qui a été réalisée au XIIIème siècle (cf photo ci-dessus).
 
Coupole au dessus de la croisée du transept dans l'église Saint Nicolas de Civray
 
Chaque bras du transept possède une absidiole (cf photo au-dessus à gauche).

Le choeur comporte une travée et l'abside qui est voûtée en cul-de four, elle comporte trois fenêtres qui assurent l'éclairage. Cette abside est trés décorée, toutes les peintures ont été réalisées en 1865.

 
Les baies du chevet sont encadrées par des colonnettes dont les chapiteaux comportent des sculptures d'animaux et de végétaux. Les sculptures des arcs sont des motifs géométriques.



 
Le clocher (cf photo au-dessus) s'élève au dessus de la croisée du transept (cf photo ci-contre). Celle-ci a été réalisée au XIIème siècle.
 
Ce clocher est carré à la base puis octogonal en hauteur, il atteint 46 mètres de hauteur. Le lanternon sur deux niveaux a été ajouté au XIXème siècle.
 
Coupole au dessus de la croisée du transept



 

La Façade

Façade de l'église Saint Nicolas de Civray
Façade de l'église Saint Nicolas de Civray
 
La façade de l'église est rectangulaire, 19 mètres de long sur 14 mètres de hauteur. Elle est sur deux étages présentant chacun trois arcades, ces deux étages sont séparés par une corniche dotée de modillons sculptés. Cette façade comporte de nombreuses sculptures qui pour la plupart ont été réalisées au XIIème siècle.
 
Au premier étage, l'arcature centrale montre des sculptures illustrant le combat des Vertus contre les Vices. Les vertus sont symbolisés par des chevaliers médiévaux avec leurs heaumes et boucliers. Ils piétinent ou percent de leurs lances des monstres qui symbolisent les vices. De chaque côté de la fenêtre se trouvent les statues de Saint Pierre et Saint Paul.
 
Sur l'arcature à droite sur la photo sont représentés les vieillards de l'Apocalypse, ils entourent les quatre évangélistes et en dessous la légende de Saint Nicolas avec trois jeunes filles qui ont pu se marier grace a lui.
 
Sur l'arcature de gauche des anges font la louange de Dieu avec des instruments de musique. Ils entourent une statue équestre mutilée, on devine que le cheval foule avec ses pieds un personnage recroquevillé.
 
A l'origine, la façade était probablement surmontée par un pignon triangulaire comme Notre-Dame la Grande de Poitiers. Les clochetons avec écailles aux extrémités supérieures de la façade ont été réalisées dans les années 1880.
 
Elle a été un peu endommagée pendant les Guerres de Religion puis au moment de la Révolution Française, elle a été reprise au milieu du XIXème siècle.
 
Portail de l'église Saint Nicolas de Civray
Portail de l'église Saint Nicolas de Civray (le tympan est du XIXème siècle)
 
La première voussure au-dessus du portail représente le Christ entouré des Evangélistes avec leurs symboles (ange, lion, aigle et taureau).
La deuxième illustre la parabole des vierges sages et des vierges folles (de l'évangile selon Saint Mathieu), elles entourent un Christ de petite taille dans une mandorle tronquée.
L'Assomption de la Vierge figure sur la troisième voussure et la quatrième s'attache à montrer les travaux des champs.
 
Le tympan (cf photo ci-dessus) est l'oeuvre du sculpteur Pierre-Amédée Brouillet, il a été réalisé en 1858.
 

 
Votre Hôtel à Chaunay                           Votre Hôtel à Ruffec
 


Charroux

Charroux se situe à 60 km au Sud de Poitiers et à une dizaine de kilomètres à l'Est de Civray. Elle se situe légèrement à l'Est de la rivière Charente.
Charroux est maintenant une petite ville trés (trop) tranquille qui ne laisse pas facilement deviner son passé brillant.
 
Panorama sur Charroux
Panorama sur Charroux, au centre la Tour Charlemagne
 
Porte de l'Aumonerie à Charroux
 

Histoire

La ville a une origine ancienne et a eu une certaine importance au Moyen-Age. D'abord par la présence de son importante Abbaye Saint Sauveur, ensuite par ses seigneurs auxquels les ducs d'Aquitaine et comtes de Poitiers ont confié le comté de la Marche dès sa création.
Ceci s'est traduit après l'An Mil par l'apparition de deux bourgs: Bourg l'Abbé au Sud avec l'abbaye et Bourg le Comte au Nord au pied du château-fort (disparu).
 
En 1175, le comte de la Marche s'accorde avec l'abbé et les bourgeois de Charroux pour établir les Coutumes de Charroux qui, en particulier, améliore le statut des serfs.
Pendant une bonne partie du Moyen-Age la ville est prospère, en particulier grace à ses foires. Elle est protégée par des remparts qui entourent aussi l'abbaye, cette enceinte est percée par sept portes. En 1316, une Cour d'Appel ayant compétence sur l'ensemble du royaume de France est établie à Charroux, elle reste six ans en activité.
 
Le château-fort est très endommagé pendant la Guerre Cent Ans, il tombe en ruines et n'est pas relevé.
A la fin du XVème siècle le Bourg l'Abbé et le Bourg le Comte sont fusionnés en seule ville: Charroux.
 
Pendant l'Ancien Régime, la ville et l'abbaye ont décliné de concert.
 
Porte de l'Aumonerie (XIIIème siècle), elle était le point d'entrée dans l'Abbaye St Sauveur
 
 

La ville

La ville possédait plusieurs églises en dehors de l'abbaye.
 
L'église Saint Sulpice (cf photo ci-dessous à gauche) se situe en hauteur, au Sud de l'abbaye Saint Sauveur.
Elle est la plus ancienne (1045) et la plus grande des églises paroissiales, elle conserve de cette époque les piles qui supportaient l'ancien clocher. L'église actuelle a été réalisée du XIIème au XVème siècle, elle a une allure massive et comporte une nef et deux collatéraux.
 
Eglise Saint Sulpice de Charroux   Maison à colombages à Charroux
              Eglise Saint Sulpice                                                                                 Maison à colombages du XVème siècle
 
Jadis, la ville avait des maisons à colombages, il en reste une, bien préservée (cf photo ci-dessus à droite). Elle se situe juste en face de la façade de l'église Saint Sulpice.
 
Halles de Charroux
Halles de Charroux, à gauche une maison ancienne
 
Charroux conserve une Halle imposante par ses dimensions, elle a été construite au XVIème siècle et illustre la prospérité de la ville à cette époque. Elle accueillait de nombreuses foires dont celle de la Saint Laurent au mois d'août. La ville avait alors une importante activité artisanale: fabrication de textiles, de chapeaux et tanneries.
 

 

Abbaye Saint Sauveur de Charroux

Maquette de l'Abbaye Saint Sauveur de Charroux
Maquette de l'Abbaye Saint Sauveur de Charroux (Musée de Charroux)
 
L'Abbaye Saint Sauveur a été fondée à la fin du VIIIème (années 780) siècle par Roger, comte de Limoges et sa femme Euphrasie. Elle a ensuite été dotée largement par Charlemagne et Louis I le Pieux puis remaniée à plusieurs reprises jusqu'au XIème siècle. Elle relevait directement du Saint-Siège (c'est à dire du Pape).
 
Plan de l'Abbaye Saint Sauveur de Charroux   Abbaye Saint Sauveur de Charroux
              Plan                                                 Abbaye Saint Sauveur de Charroux                                 Tour Charlemagne
 
C'était une des plus grandes Abbayes Bénédictines d'Occident, elle faisait 114 mètres de longueur et avait une grande rotonde de 44 mètres de diamètre.
Elle devait sa renommée à la possession d'une relique de la Sainte Croix, elle accueillait un pélerinage important et a connu une grande prospérité pendant plusieurs siècles du Moyen-Age.
Ses possessions étaient importantes, de nombreux Prieurés relevaient de l'abbaye dans le Poitou et les Charentes, dans le Limousin, le Périgord, l'Auvergne et même dans des provinces plus lointaines.
 
L'abbaye a accueilli plusieurs Conciles. Le plus important a eu lieu en 989, avec l'appui de Guillaume IV, duc d'Aquitaine et comte de Poitiers, il rassemblait les évêques de Limoges, Angoulême, Périgueux et Saintes qui ont établi la Paix de Dieu afin de limiter les guerres entre les seigneurs féodaux. En 1028 un autre concile s'est tenu à Charroux pour traiter du Manichéisme.
 
A partir du XIème siècle l'Abbaye est victime d'incendies (1022,1048) et de reconstructions successives qui n'empêchent pas le développement d'un important pélerinage lié aux reliques qui y sont déposées. Le maitre-autel est consacré par le Pape Urbain II le 10 janvier 1096, il en profite pour reaffirmer l'autonomie de l'abbaye Saint Sauveur par rapport aux pouvoirs temporels et ecclésiastiques.
 
Abbaye Saint Saveur au début du XIXème siècle
 
L'église est en bonne partie reconstruite au XIIIème siècle, en style Gothique.
L'abbaye est victime des ravages de la Guerre Cent Ans et périclite rapidement. Elle reprend de la vitalité après 1450, trois abbayes, 60 prieurés et de nombreuses églises sont toujours sous sa tutelle.
 
Elle est endommagée lors des Guerres de Religion à la fin du XVIème siècle puis tombe en décadence pendant l'Ancien Régime (XVIIème et XVIIIème siècles).
En 1762 par une bulle du Pape Clément XIII ferme l'abbaye et rattache ses biens à celle de Saint Julien de Brioude en Auvergne.
 
Lors de la Révolution Française, les bâtiments sont vendus comme Biens Nationaux. Ils servent de carrière de pierres, les démolitions sont irréparables.
 
Abbaye Saint Saveur au début du XIXème siècle
 
Le monument subsistant le plus significatif est la Tour Charlemagne, de forme octogonale (cf photo ci-dessus), cette construction était le noyau de la rotonde évoquée au-dessus.
On peut y voir aussi de nombreuses sculptures de style gothique.
 


En savoir plus sur:     Les Cathédrales médiévales       Les Abbayes médiévales       L'Architecture religieuse Médiévale      
 
Le Mont Saint Michel       La Cathédrale de Chartres       Eglises Romanes du Poitou       Eglises Romanes du Limousin

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts
 






La Vallée de la Vienne

La Vienne est le fleuve le plus important du Poitou, il a en effet laissé son nom au département de la Vienne.
En remontant le fleuve (du Nord vers le Sud), la Vienne passe à Ingrandes et près de deux villages, Usseau, et Oyré, ces trois villages ont de belles églises Romanes.
 
Elle traverse ensuite à Châtellerault et près des villages de Targé, Saint Sauveur, Monthoiron, Bonneuil-Matours et le château de Touffou qui est à proximité de Chauvigny, ville dominée par son formidable ensemble de châteaux.
 
Au-delà de Chauvigny, le site de Saint Pierre les Eglises est intéressant. En poursuivant vers le Sud le fleuve passe près de Civaux, Lussac les Châteaux, L'Isle-Jourdain puis le village d'Availles-Limouzine qui conserve ses fortifications médiévales.
 

Votre Hôtel dans le département de la Vienne   
 


Pont Henri IV sur la Vienne à Chatellerault

Chatellerault

Châtellerault est une ville située sur la Vienne à 30 km au nord de Poitiers et 70 kilomètres au Sud de Tours.
Au Moyen-Age elle était le siège d'une Vicomté importante à l'intérieur du Poitou. Dès cette époque elle amorca une activité industrielle avec la Coutellerie (fabrication des couteaux). Cette expérience fut un facteur favorable à l'implantation d'une manufacture d'armes au XIXème siècle.
 
La ville possède des monuments intéressants, en particulier le Pont Henri IV (photo ci dessus) au-dessus de la Vienne, le château, des églises anciennes et quelques maisons anciennes.
 
La région de Chatellerault, le Pays Chatelleraudais possède également de nombreux sites, villages et monuments méritant une visite.

 
En savoir plus sur Chatellerault       Les Vicomtes de Chatellerault
 

Votre Hôtel à Châtellerault   
 

Le Pays Chatelleraudais

 
Nord et Est     Sud     Ouest
 
 
 
Nord et Est :       Usseau       Ingrandes       Oyré       Saint Sauveur       Targé       Monthoiron       Chitré      
 
 
Sud :       Bonneuil-Matours       Cenon       Vieux-Poitiers       Moussais       Beaumont       Marigny-Brizay      
 
 
Ouest :       Colombiers       Ouzilly       Vendoeuvre       Lencloitre       Cernay       Doussay       Savigny sous Faye      
 
Saint Genest d'Ambrière       Scorbé-Clairvaux       Sossay      
 

Livres sur Chatellerault :  
Chatellerault (Histoire de) de Roffay des Pallus     Chatellerault d'Histoire en Monument      Chatellerault de Simmat Baumann

Plan de ville : Châtellerault, N° 825 Plans Bleu et Or     Plan de ville : Châtellerault (avec un index) Plans Blay Foldex



Chauvigny

Vue sur la Ville Haute de Chauvigny
Vue panoramique sur la La Ville Haute avec les chateaux de Chauvigny et la Collégiale Saint Pierre
 
Chauvigny se situe 25 km à l'Est de Poitiers et à plus de 100 km au sud de Tours, l'importance et le caractère des monuments médiévaux de cette cité sont remarquables comme le montre très bien la photo ci dessus. Sur le promontoire dominant la Vienne et la ville basse se juxtaposent cinq châteaux médiévaux et une belle église Romane: la Collégiale Saint Pierre.
 
Les premiers châteaux ont été construits pour le compte des évêques de Poitiers à la charnière de l'An Mil. Les vicomtes de Chatellerault sont à l'origine d'une autre forteresse nommée le château d'Harcourt. Près du donjon de Gouzon se trouve la Collégiale Saint Pierre avec en particulier ses remarquables chapiteaux à l'intérieur de l'édifice.
 
En savoir plus sur Chauvigny
 

 
Votre Hôtel à Chauvigny   
 


Saint Pierre les Eglises

Saint Pierre les Eglises est un hameau situé le long de la Vienne juste à la sortie de Chauvigny quand se dirige vers Civaux.
 
Eglise et cimetière de Saint Pierre les Eglises   Borne Milliaire de Saint Pierre les Eglises
                        Eglise et cimetière de Saint Pierre les Eglises                                                                             Borne Milliaire de Saint Pierre les Eglises
 
Voie Romaine passant à Saint Pierre les Eglises
 
Ce site est occupé depuis des temps très anciens, on y a retrouvé de nombreux éléments remontant à l'époque Gallo-Romaine.
 
Une Borne Milliaire (cf photo ci-dessus à droite) rappelle que le hameau était sur la voie Romaine qui allait de Poitiers à Avaricum (Bourges).
 
Voie Romaine passant à Saint Pierre les Eglises
 
La petite église de Saint Pierre les Eglises comporte une abside carolingienne surélevée à l'époque Romane.
 
A l'intérieur, sur le pourtour de l'abside, se trouvent de belles fresques murales sur les thèmes de la Visitation, la Nativité, les Mages devant Hérode, la Crucifixion, etc. Elles datent de la fin du Xème siècle.
L'église est entourée par un cimetière (cf photo ci-dessus) où l'on peut voir de nombreux sarcophages Gallo-Romains.
 


Civaux

Civaux est un village situé sur la rive gauche de la Vienne, sur la rive droite la Tour au Cognum assurait jadis la protection de la ville, elle remonte au XIème siècle.
 
La Vienne à Civaux avec la Tour au Cognum
La Vienne à Civaux avec la Tour au Cognum à gauche
 
A l'époque Gallo-Romaine, Civaux est un vicus situé sur le passage de l'ancienne voie Romaine qui allait de Poitiers à Limoges. On y a retrouvé les traces d'un théâtre et de nombreuses céramiques indiquant la présence d'ateliers de fabrication. Elle est dévastée en 275 par les incursions des barbares.
 
A l'époque Mérovingienne, Civaux reste une agglomération significative, elle est le siège d'une Viguerie et on y a retrouvé au XVIIème siècle une Nécropole dont la surface approchait les trois hectares. Même réduit, ce site demeure impressionnant, l'enclos est délimité avec des dalles de sarcophages.
 
A l'époque Moyen-Age, Civaux est englobé dans la châtellenie de Lussac les Châteaux
 

L'église Saint Gervais et Saint Protais

Eglise Saint Gervais et Saint Protais avec le site archéologique   Eglise Saint Gervais et Saint Protais avec le site archéologique
Eglise Saint Gervais et Saint Protais avec le site archéologique
 
L'église Saint Gervais et Saint Protais a été bâtie sur l'emplacement d'un Temple Romain. Au pied de cette église un chantier archéologique a fait apparaitre des constructions remontant l'époque Gallo-Romaine: fanum, etc.
 
Sculpture d'un chapiteau de l'église Saint Gervais et Saint Protais
 
L'église est signalée autour de 1100 dans les biens relevant de l'Abbaye Saint Cyprien de Poitiers, mais son nom et une stèle chrétienne du IVème (ou Vème) siècle montrent que son existence est très ancienne.
 
L'édifice est de style Roman, il comporte des parties mérovingiennes. Le chevet (abside) est de cette époque, son plan est heptagonal et il est construit en petit appareil.
 
La nef comporte quatre travées avec des collatéraux, elle est épaulée par des contreforts simples, elle date des XIème et XIIème siècles, sa charpente est de cette époque et elle est voûtée en berceau. A l'intérieur les chapiteaux sont de la fin du XIème siècle, ils sont sculptés avec des animaux médiévaux: griffons, dragons qui dévorent un homme, oiseaux, serpents, etc. Un chapiteau représente le mariage (deux personnages se tenant la main) et la tentation.
 
Le clocher est au-dessus de l'abside, il a une forme carrée avec deux étages ajourés de deux baies en plein cintre sur chaque côté.
 
    Sculpture d'un chapiteau de l'église Saint Gervais et Saint Protais
 
L'église Saint Gervais et Saint Protais a été remaniée à partir du XVème siècle. Au milieu du Moyen-Age elle est passée sous la tutelle de l'Abbaye de Lesterps.
 
Une Centrale Nucléaire a été implantée au Nord du village à la fin des années 1990 (cf photo ci-dessous), elle utilise les eaux de la Vienne pour son refroidissement.
 
La Centrale Nucléaire de Civaux
La Centrale Nucléaire de Civaux
 


Vue de Lussac les Châteaux

Lussac les Châteaux

Lussac les Châteaux est situé en hauteur au-dessus de la Vienne, sa position en a pendant longtemps fait un site fortifié difficile à prendre.
 
Le site de Lussac est occupé par l'homme depuis la Préhistoire. La Grotte de La Marche et la Grotte des Fadets ont laissé plusieurs plaquettes avec des dessins préhistoriques et la Grotte de l'Hermitage contenait de nombreux outils de cette période. La ville a mis en place un Musée Préhistorique pour mettre en valeur ce patrimoine.
 
Au Moyen-Age une villa Carolingienne y a été identifiée. Un château-fort apparait autour de l'An Mil.
 
A l'époque Féodale, le seigneur de Lussac dépend du comte de la Marche et défend la limite du comté contre les agissements des seigneurs du Poitou. Le bourg de Lussac prend forme à ce moment-là.
 
En 1370, lors de la Guerre de Cent Ans un combat oppose les Français aux Anglais de John Chandos, sénéchal du Poitou, celui-ci y laisse la vie.
 
En 1569, pendant les Guerres de Religion, une armée de l'Amiral de Coligny s'empare et endommage le château.
 
Eglise Sainte Marie Madeleine (jadis dédiée à Saint Maixent)
 
L'église Sainte Marie Madeleine était jadis dédiée à Saint Maixent et dépendait de l'Abbaye de Saint Savin. La façade et le chevet sont en partie de style Roman (cf photo ci-contre), le reste date de la fin du XIXème siècle.
 
Les restes de la Porte Saint Michel

 
Plan des remparts de Lussac les Châteaux au Moyen-Age
Plan des remparts de Lussac les Châteaux au Moyen-Age                    
 
                                                                                                                            Porte Saint Michel
 
Au Moyen-Age Lussac était une ville fortifiée entourée de remparts. Ceux-ci était percés de quatre portes situées aux points cardinaux.
La Porte de Narbonne est au Nord, elle donne essentiellement accès au château qui est proche. Dans le sens des aiguilles d'une montre, la Porte Saint Michel est à l'Est, la Porte du Brouard est au Sud et la Porte Saint Maixent à l'Ouest.
La rue Saint Michel est un axe Ouest-Est qui joignait les deux portes correspondantes, elle s'appelait jadis la Grande Rue et comporte plusieurs maisons anciennes des XVIème et XVIIème siècles et les restes de la Porte Saint Michel sont toujours visibles (cf photo ci-dessus).
 
La première mention du château-fort remonte à 1065. Il a appartenu à de grandes familles féodales comme celle des Rochechouart qui a été seigneur de Lussac de 1526 jusqu'à la Révolution Française. Il a été endommagé au moment des Guerres de Religion.
 
Le château a été vendu comme bien national au moment de la Révolution Française. Racheté par des professionnels du bâtiment, il a été utilisé comme carrière de pierres pour construire les maisons des habitants. En outre la construction de la ligne de Chemin de fer a complété sa destruction, ne laissant que des vestiges.
 
Au Moyen-Age de grandes piles supportaient le pont-levis qui permettait d'accéder au château, il subsiste quatre piles au dessus des anciennes douves (cf photo ci-dessous), le tracé de celles-ci reste d'ailleurs bien visible.
 
Les Piles du pont-levis du château de Lussac les ChâteauxLes Piles du pont-levis du château de Lussac les Châteaux
 

Votre Hôtel à Lussac les Châteaux                           Votre Hôtel à Verrières
 


L'Isle Jourdain

Pont Saint Sylvain: vue de la Vienne à L'Isle Jourdain
Pont Saint Sylvain: vue de la Vienne à L'Isle Jourdain avec l'église Saint Gervais et Saint Protais
 
L'Isle-Jourdain: clocher de l'église Saint Gervais et Saint Protais
 
L'essentiel de la ville s'étage sur sur les flancs d'un coteau pentu au dessus de la rive droite de la Vienne, une partie est également située sur la rive gauche au débouché du pont.
 
La ville a toujours vécu de sa situation de point de passage essentiel entre la Marche et le Poitou.
Située dans une région d'élevage la ville accueillait des marchés aux bestiaux importants et un artisanat prospère s'y était développé.
 
La situation économique de la ville est maintenant difficile, de nombreuses maisons du centre-ville sont maintenant inoccupées et parfois même abandonnées.
 
Le nom de L'Isle Jourdain est issu de Jourdain seigneur de l'Isle (île sur la Vienne) autour de l'an 1100, ce site était le chef-lieu de sa seigneurie. Un pont la reliant à la rive droite y est établi à cette époque et c'est là qu'est construit un château-fort.
 
L'Isle-Jourdain a sans doute été christianisée dès la fin du IVème siècle comme en témoigne le nom même de l'église Saint Gervais et Saint Protais qui est située en hauteur au-dessus de la Vienne. Rien ne subsiste du premier édifice réalisé à cet endroit.
 
Cette église relevait au Moyen-Age de l'Abbaye de Lesterps, la base du clocher de l'église et de certains murs remontent aux XIème et XIIème siècles (cf photo ci-contre), le reste est une reconstruction réalisée au début des années 1870.
 
Clocher de l'église Saint Gervais et Saint Protais
 
Du parvis de l'église on découvre un beau panorama sur la vallée de la Vienne (cf photo du bas).
 
 

Eglise Notre-Dame de Saint Paixent

Eglise Notre-Dame de Saint Paixent de L'Isle Jourdain     Façade de l'église Notre-Dame de Saint Paixent de L'Isle Jourdain
Eglise Notre-Dame de Saint Paixent
 
Légèrement à l'Est de la ville se trouve l'église Notre-Dame de Saint Paixent (cf photos ci-dessus) dont l'origine remonte au XIème siècle. Au debut du XIIème siècle elle relève du monastère du Moutier d'Ahun qui la fait rebâtir en style Roman. La nef et le clocher ont été significativement restaurés dans la seconde partie du XIXème siècle.
 
Son portail est original avec trois voussures polylobées inspirées de l'art Mudéjar d'Espagne. L'église possède des chapiteaux sculptés et des sculptures intéressantes de même qu'un retable en bois du XVIIème siècle.
 

Le Viaduc du Chemin de fer

Le Viaduc du Chemin de fer (cf photo ci-dessous) a été construit entre 1882 et 1884 pour la ligne reliant Le Blanc et Lussac les Châteaux à Civray, il fait plus de 300 mètres de longueur. Depuis 1969 il est désaffecté et est devenu un lieu de promenade.
 
Vue de la Vienne à L'Isle Jourdain, au premier plan l'île et à l'arrière-plan le viaduc du Chemin de fer
Vue de la Vienne à L'Isle Jourdain, au premier plan l'île et à l'arrière-plan le viaduc du Chemin de fer
 

 

Le Vigeant

Trois kilomètres à l'Ouest de l'Isle-Jourdain se situe le petit village de Le Vigeant qui possède l'église Saint Georges datant des XIème et XIIème siècles, elle est de style Roman.
Votre Hôtel près de L'Isle-Jourdain   
 


Availles-Limouzine

La Vienne à Availles
La Vienne à Availles: l'église Saint Martin est en hauteur et les fortifications médiévales donnent sur le fleuve
 
Availles-Limouzine est une petite ville qui se situe sur la Vienne à égale distance de Limoges, Angoulême et Poitiers. Availles est dans une région d'élevage qui conditionne son activité économique.
 
Le site a été occupé dès l'Antiquité, des ruines Romaines y ont été identifiées.
 
Au Moyen-Age, la ville s'est développée prèe d'un point de passage à gué de la Vienne. Un château-fort protège le pont qui franchit la rivière. La seigneurie d'Availles était possédée par la famille d'Archiac.
 
Le centre de la petite ville est entourée de fortifications qui restent bien visibles (cf ci-dessous, extrait du panneau de l'office du Tourisme). Il conserve de nombreuses rues étroites avec des maisons anciennes.
 
Availles: les fortifications médiévales
 
Le tracé de la ville fortifiée apparait sur le plan ci-contre (il est issu du cadastre de 1825). Elle était entourée de douves.
 
Deux portes permettaient l'accés à la ville, la première (1) s'appelle la Porte des Cavaliers (cf photo ci-dessous à gauche), la seconde est la Porte de la Rivière (2), elle donne sur la Vienne (cf photo ci-dessous à droite).
 
La Porte des Cavaliers (1) avait deux tours dont une seule est visible, l'autre est incorporée dans la maison voisine. Elle conserve les traces de la herse qui permettait de clore l'entrée de la ville, et un pont-levis permettait de franchir les douves. Son nom est issu des régiments de cavalerie qui passaient leur quartier d'hiver à Availles, ils logeaient chez l'habitant.
 
Comme son nom l'indique, la Porte de la Rivière (2) donne sur la Vienne, de part et d'autre de cette porte les remparts sont bien visibles, en particulier sur le côté Nord (3).
 
Availles: les fortifications médiévales, extrait du panneau de l'office du Tourisme
 
Les bases de l'ancien château (4) sont situées près du pont dont il assurait la protection. L'edifice a été bouleversé et remanié à travers les siècles au point d'être difficilement identifiable.
 
La Porte des Cavaliers à Availles     La Porte de la Rivière à Availles
La Porte des Cavaliers                                     Availles-Limousine                             La Porte de la Rivière                  
 
Availles: L'église Saint Martin et les fortifications médiévales
 
Au début de la Guerre de Cent Ans, Availles-Limouzine est assiègée par les Anglais en 1350, ils détruisent le pont et dévastent la ville. L'église est restaurée au XVème siècle. De même, pendant les Guerres de Religion la ville est très endommagée et en particulier le château (4).

 
L'église Saint Martin se situe en hauteur, au sommet du faubourg qui s'est développé en dehors de la ville fortifiée. Cette église remonte au XIème siècle, elle dépendait de l'Abbaye Saint Cyprien de Poitiers.
 
Elle a été remaniée à plusieurs reprises. Le choeur a été reconstruit en style Gothique au XVème siècle. Au XVIIIème c'est au tour des chapelles d'être reconstruites et enfin l'édifice a été restauré au XIXème siècle.
 
L'église Saint Martin et les fortifications médiévales (3) au bord de la Vienne
 


 

Pressac

Six kilomètres à l'Ouest, le village de Pressac conserve une église Romane commencée au XIIème siècle et dédiée à Saint Just, elle relevait de l'Abbaye de Marmoutier près de Tours. Elle possède une nef simple sans transept, elle a été utilisée comme ouvrage de défense pendant la Guerre de Cent Ans.

 



Le département de la Haute-Vienne (87)
Au-delà d'Availles-Limouzine, la Vienne sécoule dans le département de la Haute-Vienne dont le chef-lieu est l'importante ville de Limoges.
 

Votre Hôtel dans le département de la Haute-Vienne   
 





Vallées de la Creuse et de la Gartempe

La Creuse est un affluent de la Vienne, sur la fin de son parcours elle marque la frontière entre le département de la Vienne et celui d'Indre et Loire (Touraine).
 
La petite ville de La Roche Posay domine le côté Ouest de la Creuse.
 
La Gartempe est un affluent de la Creuse, elle traverse Saint Savin et Montmorillon.
 
Une autre rivière, l'Anglin, est un affluent de la Gartempe, elle passe à Angles sur l'Anglin qui conserve les ruines d'une forteresse spectaculaire.
 


La Roche Posay

Panorama sur La Roche Posay
La Roche Posay est une station thermale dynamique et animée qui se situe 20 kilomètres à l'Est de Chatellerault. La petite ville est à l'extreme limite sud de la Touraine. C'est à cet endroit que la Gartempe, qui vient de Saint Savin et Montmorillon se jette dans la Creuse.
Porte médiévale à La Roche Posay La vertu curative de ses eaux est connue et utilisée depuis l'époque Gallo Romaine en particulier pour les soins dermatologiques. Elles ont été remises en valeur dans les années 1570 par le Médecin du futur Henri IV.
Actuellement de nombreux Etablissements Thermaux donnent un cachet particulier (magasins pour touristes, casino, hotels et restaurants) à cette cité qui est pourtant située en plein coeur d'une région rurale.
 
Porte médiévale à La Roche Posay
 
La ville possède plusieurs monuments médiévaux (Eglise, Donjon, Porte) et maisons anciennes. A trois kilomètres vers le sud, le long de la Gartempe, se situent les ruines de l'Abbaye de la Merci-Dieu fondée en 1150 par un Baron de Preuilly.
 
La Roche Posay
 
 

Eglise Notre-Dame de La Roche Posay

Eglise Notre-Dame de La Roche Posay   Intérieur de l'église Notre-Dame de La Roche Posay
Vue extérieure avec les échauguettes                         Eglise Notre-Dame de La Roche Posay                          Intérieur de l'église
 
L'église est en haut d'un côteau qui domine la rive gauche de la Creuse. Elle était intégrée aux fortifications de la ville médiévale comme le montre les échauguettes carrées et avec des machicoulis (cf photo ci-dessus à gauche).
 
L'église est d'origine mais elle a été transformée pendant les siècles postérieurs, en particulier au début du XVème siècle.
 
La porte Ouest est protégée par un porche, elle est en accolade de style Gothique flamboyant. A l'intérieur, la nef est courte avec deux travées, sa voûte est Gothique avec huit nervures. Il en est de même du choeur qui a une forme rectangulaire (cf photo ci-dessus à droite).
 
Les piliers de la croisée du transept sont d'origine, ils supportent le clocher, les bras du transept sont courts. Le clocher est également Roman, il est couvert en bâtières avec deux baies perçant chaque face. Les échauguettes s'appuient sur les contreforts Nord de l'édifice, elles sont sur la passage d'un chemin de ronde.
 

 
 
Votre Hôtel à La Roche Posay                Votre Hôtel à Yzeures sur Creuse

Saint-Savin : l'Abbaye et ses peintures murales   de Robert Favreau ---   ISBN : 290576421X



Angles sur l'Anglin

Château d'Angles sur l'Anglin
Château d'Angles sur l'Anglin
Angles sur l'Anglin possède de magnifiques ruines d'un chateau médiéval, le village est en outre très pittoresque et dégage un charme tout à fait particulier. Le tourisme s'y développe d'ailleurs assez bien, aidé par la proximité de la station thermale de La Roche Posay mais aussi de celles des villes de Chauvigny et de Saint Savin. Il est qualifié un des Plus beaux villages de France.

En savoir plus sur Angles sur l'Anglin




Saint Savin

Eglise de Saint Savin
Panorama sur l'abbaye de Saint Savin
 
Saint Savin se situe 40 km à l'est de Poitiers et à à l'ouest du Blanc dans le département de l'Indre.
 
Ce village est célèbre pour son Abbaye dont l'église et ses Fresques Murales en font un haut lieu de l'Art Roman et en tout cas un des plus beaux de France. Ces fresques sont classées au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1984. Elles ont été sauvées par Prosper Mérimée qui les a redécouvertes lors d'un passage à Saint Savin en 1835.
La fondation de l'Abbaye remonte au temps de Charlemagne. Elle devient puissante pendant le IXème siècle mais est endommagée en 878 par les Normands. L'Abbaye est toujours influente au Xème siècle.
 
L'église actuelle a été construite à partir de 1040 et les fresques datent de la fin du XIème siècle. Elles ont été réalisées sur une courte période. Plusieurs scènes sont encore intactes et le berceau de la nef (42 mètres de long) est entièrement recouvert de peintures, ce qui représente une surface de 460 m2.
 
Vue d'ensemble des fresques de la voûte de la Nef
Vue d'ensemble des fresques de la voûte de la Nef
 
En savoir plus sur l'église de Saint Savin et ses fresques murales
 

 
Votre Hôtel à Saint Savin   
 



Journet - Villesalem

Villesalem est un hameau de la commune de Journet qui se situe à une quinzaine de kilomètres au Sud-Est de Saint Savin.
 

Le Prieuré de Villesalem

Le hameau de Villesalem possède un Prieuré Roman qui remonte au début du XIIème siècle (1109). Il a été fondé par l'Abbaye de Fontevraud pour accueillir des religieuses à l'imitation de sa maison-mère. Ce prieuré comprenait une église, un cloitre et des bâtiments conventuels, ils ont été construits au milieu du XIIème siècle.
 
Il a d'abord été victime de la Guerre de Cent Ans aux XIVème et XVème siècles puis des Guerres de Religion dans la seconde partie du XVIème siècle (destructions des bâtiments conventuels).
 
La reconstruction des bâtiments conventuels a lieu dans la seconde partie du XVIIème siècle, ils cachent une partie de la façade de l'église.
 
L'église a été vendue comme Bien National au moment de la Révolution Française, elle a été utilisée comme bâtiment agricole. L'histoire agitée de l'édifice a eu pour conséquence de nombreuses dégradations. Elle a été rachetée par l'Etat Français en 1961 qui l'a remise en valeur.
 
Eglise Notre-Dame du Prieuré de Villesalem
 
Description de l'église
Le plan est habituel, d'Est en Ouest: abside, choeur, transept avec absidioles, nef de cinq travées avec deux bas-côtés assez étroits (deux travées ont disparu au début du XIXème siècle).
 
L'abside est voûtée en cul-de-four légèrement brisé, elle est renforcée à l'extérieur par des contreforts-colonnes (cf photo ci-contre). Le choeur est voûté en berceau, il est précédé d'une travée.
 
Eglise Notre-Dame du Prieuré de Villesalem: chevet et transept avec absidiole
 
Le transept n'est pas symétrique, les bras sont dotés d'absidioles (cf photo ci-contre), ils sont voûtés en berceau. La croisée du transept supporte le clocher.
 
La nef était voûtée en berceau brisé et épaule par les arêtes des collatéraux. Un portail a été ouvert dans le collatéral Nord de l'église. La nef et les collatéraux conservent de nombreuses sculptures Romanes du XIIème siècle: celles des chapiteaux au dessus des colonnes adossées aux murs gouttereaux et celles des piliers.
 
La façade occidentale est intéressante, elle est divisée verticalement en trois par des contreforts-colonnes. Elle possède trois niveaux délimités par deux corniches ornées de modillons et de métopes sculptés.
Au rez-de-chaussée, le portail est entouré par deux arcatures aveugles. A l'étage se retrouve la même organisation, la baie centrale est aveugle, elle est simplement percée par un oculus. La décoration sculptée de ces deux niveaux est remarquable avec des motifs gémétriques, des palmettes, des animaux fantastiques, des oiseaux qui s'opposent, etc.
 



Montmorillon

Montmorillon est une ville située sur la rivière la Gartempe à 50 km au Sud-Est de Poitiers. Elle est positionnée à la jonction de trois régions: le Poitou, le Berry et le Limousin et on y retrouve les influences de chacune de celles-ci.
 
La ville s'est construite autour d'un chateau du XIème siècle qui s'élevait au point le plus haut de cet endroit, il a aujourd'hui disparu. Il en subsiste la Motte castrale sur laquelle a été élevé au XIXème siècle un édifice dénommé le Rocher de la Vierge.
 
Panorama sur Montmorillon et la Gartempe
Panorama sur Montmorillon et la Gartempe
 
Le principal monument de la ville est l'église Notre-Dame (cf photos ci-dessous) qui est positionnée en hauteur au dessus de la Gartempe. Elle est de style Roman (chevet), dans la crypte des fresques murales racontent la légende de Sainte Catherine d'Alexandrie.
 
Eglise Notre-Dame et Quartier du Brouard à Montmorillon   Eglise Notre-Dame et Quartier du Brouard à Montmorillon
        Quartier du Brouard                         Eglise Notre-Dame de Montmorillon                 Transept, clocher et chevet au-dessus de la Gartempe
 
Montmorillon s'est baptisée Cité de l'Ecrit et des Métiers du livre, de nombreux libraires, bouquinistes et artisans du livre (relieurs, calligraphes, enlumineurs) sont installés dans le Quartier du Brouard. C'est le coeur de la ville ancienne, il se compose de petites rues médiévales prés de l'église Notre Dame. En bas de ce quartier, on débouche sur un vieux pont qui date du XVème siècle.
 

 
Votre Hôtel à Montmorillon   
 



Eglises Romanes dans le département de la Vienne

Le Poitou est une des régions où l'Art Roman (XIème et XIIème siècles) s'est le mieux épanoui. Les architectes et artistes médiévaux sont parvenus a y concevoir et réaliser des édifices exceptionnels.
 
L'Eglise de Saint Savin, connue surtout pour l'ensemble de ses peintures murales, est classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco de même que l'église Saint Hilaire le Grand de Poitiers.
 
Le département de la Vienne possède de nombreuses églises Romanes parmi lesquelles on peut visiter:
 
Eglises de Poitiers      Eglise Notre-Dame la Grande      Eglise Saint Hilaire de Poitiers      Eglise Sainte Radegonde de Poitiers     
 
Eglise Notre-Dame de Lusignan      Eglise Sainte Croix de Loudun      Eglise St Pierre et St Paul d'Ingrandes     
 
Eglise Saint Sulpice d'Oyré      Eglise Saint Ambroise de Monthoiron      Eglise de Lencloitre     
 
Collègiale Saint Pierre de Chauvigny      Eglise Notre-Dame de Chauvigny      Eglise de Saint Pierre les Eglises à Chauvigny     
 
Eglise St Gervais et St Protais de Civaux      Abbaye de Saint Savin      Eglise Notre-Dame d'Antigny     
 
Eglise Notre-Dame de Villesalem         Eglise Notre-Dame de Montmorillon  
 
Eglise Saint Maurice la Clouère         Eglise Saint Pierre d'Usson du Poitou  
 
Eglise Saint Martin de Brux   Eglise Saint Nicolas de Civray   Eglise Saint Sauveur de Charroux
 
 



Hotels de la Vienne (86) et des Deux-Sèvres (79)
Voici des Hotels du Département de la Vienne et des Deux-Sèvres. Ce département correspond à une partie de l'ancienne Province du Poitou. La ville de Poitiers possède un bel ensemble de monuments avec en particulier une splendide église Romane, Notre-Dame la Grande.
 
 
Poitiers    Châtellerault    Niort    Bressuire    Parthenay
 
Poitou-Charentes    Département de la Vienne    Département des Deux-Sèvres
 





Visitez 
Le département des Deux-Sèvres             La Vallée de la Vienne     La Vallée de la Creuse    
 
Les églises Romanes du Poitou      Poitiers   Les Eglises de Poitiers   Chatellerault   Chauvigny   Saint Savin   Angles sur L'Anglin
 

 
Visitez le Limousin           La Haute-Vienne (87)           La Creuse (23)           La Corrèze (19)           Eglises Romanes du Limousin

 
Informez-vous sur la société féodale du Poitou: 
Les Comtes de Poitiers     Les Seigneurs du Poitou     Les Vicomtes de Thouars
 
Les Vicomtes de Chatellerault     Les Seigneurs de Parthenay    



Livres sur les villes du Poitou

 
Les Petites Villes du Haut-Poitou de l'Antiquité et au Moyen-Age  
Formes et monuments Tome 2, Angles-sur-l'Anglin, Argenton-Château, Charroux, Melle, Parthenay, Rom

 
Les Petites Villes du Haut-Poitou de l'Antiquité et au Moyen-Age  
Formes et monuments Tome 1, Bressuire, Brioux-sur-Boutonne, Loudun, Montmorillon, Saint-Savin-sur-Gartempe, Thouars

 
La Ville de Parthenay à la Fin du Moyen Age (XIVè - XVè siècles) - La Mise en sommeil d'une société féodale
 
 


Hotels de la Vendée (85)
Voici des hôtels dans le Département de la Vendée qui possède plusieurs sites balnéaires sur la Cote Atlantique, en particulier Les Sables d'Olonne et l'Ile de Noirmoutier.

Les Sables d'Olonne   La Roche sur Yon   Fontenay-le-Comte   Saint Gilles Croix de vie   La Tranche sur Mer   Noirmoutier


La belle plage des Sables d'Olonne

Liste d'Hotels complémentaires :    Hotels du Département de la Vendée


Guides sur le Poitou
Guides Gallimard :   Le Poitou-Charentes      Guides Bleus :   Poitou-Charente

Guides Hachette :   Vendée, Charentes et Deux-Sèvres     

Guides Verts (Michelin) : Poitou - Vendée - Charentes    Berry, Limousin

Guides Atlas :   Vendée et Pays Poitevin      Le Limousin

Guides du Routard : Poitou - Charentes      Poitou-Charentes - Vendée     

Guides Petit Futé : Poitou-Charente - Vendée      Poitiers      Niort 2005

D'autres livres sur le Val de Loire et le Centre      Cartes sur les régions de France

Cartes du Poitou
Régionales  
IGN :   Poitiers - Loches    Nantes - Les Sables-d'Olonne    La Rochelle - Royan    Aquitaine touristique

Michelin :   Poitou-Charentes    Aquitaine    Auvergne - Limousin    Atlas Michelin: Poitou-Charentes


Départementales  
IGN : Vienne    Haute-Vienne    Deux-Sèvres    Charente    Charente-Maritime

Michelin : Deux-Sèvres - Vienne    Charente - Charente-Maritime    Creuse - Haute-Vienne


Séries Bleue et Randonnée IGN
Thouars   Loudun   Parthenay   Bressuire   Niort   La Roche-sur-Yon   Poitou-Charentes - Vendée

  Autres Cartes Série Bleue IGN       Autres Cartes Série Top 25 IGN


Cartes Promenades IGN :
Poitiers - Loches    Thouars - Puy Notre Dame    Cholet - Niort    Niort - Angoulême   


Géologique BRGM :
Poitiers    Thouars    Loudun    Châtellerault    Parthenay    Bressuire    Niort    La Roche-sur-Yon


Guides Pédestres du Poitou et des régions alentour
Poitiers et ses environs à pied      Promenades dans la nature en Charente-Maritime

Charente Limousine - Tour de la Mandragore      La Charente à pied

La Charente-Maritime et ses îles GR 360      Le pays de Limoges à pied

Vous pouvez acheter des livres sur   le Poitou, l' Anjou, le Blésois-Sologne, Paris, le Val de Loire, la Touraine , le Maine, le Pays Chartrain, l' Orléanais-Berry, les Charentes, et la Bretagne ainsi que des ouvrages plus spécialisés sur l'Histoire de France et les Chateaux de la Loire.
Documentez vous sur le Moyen-Age, les Chateaux-forts, les Cathédrales et les Abbayes.

Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques. Pour vous distraire voici les Abums Tintin et les Albums Astérix. L'accés à la Librairie de FranceBalade se trouve en bas de page.


     Avec Google



Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans   L'Anjou   Angers   Saumur   Le Saumurois                   Le Poitou Roman      La Saintonge Romane
 
Le Poitou   Poitiers   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres    La Charente-Maritime    La Rochelle    Royan    Saintes   
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux  Issoudun  La Châtre  Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne  Creuse  Corrèze  Limousin Roman   Auvergne  Allier  Puy de Dôme  Cantal  Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    



 
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes de France :
 
Paris  Cannes  Nice  Chamonix-Mont-Blanc  Lyon  Bordeaux  Marseille  Toulouse  Lille  Biarritz  Strasbourg  Honfleur  Saint Malo 
Montpellier  Cap d'Agde  Carcassonne  Sainte-Maxime  Val Thorens  Avignon  Tignes  Aix-en-Provence  Colmar  Saint-Jean-de-Luz 
Grimaud  Les Deux Alpes  Lourdes  Arles  Mandelieu La Napoule  Fréjus  Porto-Vecchio  Antibes  Les Menuires  Dijon  Méribel 
 
 Votre Hotel en France            Votre Hotel en Italie            Votre Hotel en Espagne