Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Charente-Maritime  La Rochelle  Ile de Ré   Châtelaillon   Surgères   St Jean d'Angély  
Rochefort   Ile d'Oléron   Royan   Saintes   Pons   Charente   Angoulême   Cognac     
 
Poitiers   Niort   Parthenay   La Roche s/Yon   Les Sables d'Olonne   Bordeaux   Arcachon

Eglises Romanes en Angoumois

Votre Hôtel :  Poitou-Charentes    Angoulême   Charente   Cognac    Jarnac    Charente-Maritime   La Rochelle
 
Vous etes ICI : Accueil > France > Charentes > Eglises Romanes en Angoumois 
 
La Province d'Angoumois est une des régions françaises où l'Art Roman s'est le mieux épanoui en continuité avec la Saintonge, le Poitou et le Limousin.
 
Cette région compte plus de 300 églises d'origine Romane réparties sur son territoire, la plupart sont maintenant restaurées et entretenues. Elles sont une composante importante du tourisme culturel qui se développe dans le département de la Charente.
 
Façade de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Si le momument Roman le plus significatif est la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême, d'autres sont également remarquables comme:
- l'Abbaye Saint Amant de Boixe,
- l'église Saint Cybard de Plassac-Rouffiac,
- l'église Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente,
- l'église Saint Denis de Montmoreau-St Cybard,
- les églises d'Aubeterre sur Dronne,
- l'Abbaye Saint Pierre de Lesterps, etc.
 
                                      Façade de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Ces édifices ont été réalisés aux XIème et XIIème siècles, à l'apogée de la période féodale.
 
Ils sont dûs aux initiatives de l'évêque d'Angoulême et des titulaires d'abbayes et monastères, ainsi que des familles dont ils sont issus.
 
Ainsi, si les comtes d'Angoulême ont contribué à plusieurs d'entre eux, les autres seigneurs locaux n'ont pas été en reste:
- les sires de La Rochefoucauld,
- les sires de Chabanais,
- les sires de Villebois et de Cognac, etc.
 
Parmi les nombreux autres édifices principalement Romans il est possible de visiter:
 
- dans les environs d'Angoulême: Magnac sur Touvre, Touvre, Garat, Dirac, Dignac, Mouthiers en Boëme. Et dans le Sud de l'arrondissement: Blanzac-Porcheresse, Cressac-St Genis, Poullignac, Saint Eutrope.
 
- dans les environs de La Rochefoucauld: Lichères, Mouton, Saint Amant de Bonnieure, Saint Angeau, Sainte Colombe, Coulgens, La Rochette, Agris, Rivières, Montbron, Feuillade, Marthon, Chazelles, Grassac.
 
- dans la Charente Limousine: Lessac, Saint Germain de Confolens, Esse, St Barthélemy de Confolens, Brigueuil, Manot, La Péruse, Exideuil, Etagnac, Chassenon.
 
- dans la Charente Saintongeaise: Rouillac, Cognac, Salles d'Angles, Chenon, Barbezieux-Saint Hilaire, Condéon, Baignes Sainte Radegonde, Chalais.
 
Ce bel ensemble patrimonial d'églises Romanes remarquables favorise le développement progressif d'un tourisme culturel.
 

 
Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême       Abbaye Saint Amant de Boixe       Eglise de Plassac-Rouffiac
 
Eglise de Châteauneuf sur Charente       Eglise de Montmoreau-St Cybard       Eglises d'Aubeterre sur Dronne
 
Abbaye de Lesterps
 

 
     Avec Google


Hotels des Charentes
 
Réservez votre Hotel :   Poitou-Charentes    Charente    Angoulême    Cognac    Jarnac    La Rochefoucauld    Ruffec    Confolens   
 
Charente-Maritime   La Rochelle   Ile de Ré    Rochefort    Ile d'Oléron    Royan    Saintes    Pons   
 
 

 
 
Visitez :   Le Poitou  La Vienne -86-  Poitiers  Eglises de Poitiers  Loudun   Les Deux-Sèvres  Thouars  Parthenay
 
Chatellerault   Saint Savin   Angles sur l'Anglin   Chauvigny   La Vallée de la Vienne   Chinon   Richelieu  
 

 
Visitez la Charente-Maritime     La Rochelle et l'Aunis     Royan et la Côte de Beauté      Saintes     La Saintonge Romane
 
Visitez le Limousin      La Haute-Vienne (87)      La Creuse (23)      La Corrèze (19)      Le Limousin Roman
 
Visitez l'Aquitaine      La Dordogne      La Vallée de la Dordogne      L'Abbaye de Moissac      Le Pays Basque
 



 
Poitou Roman de Laurence Brugger - Zodiaque -   ISBN: 2736903137
 
Cette nouvelle (et troisième) version de Poitou roman renoue avec la première, qui recouvrait l'ensemble des monuments de l'ancien diocèse de Poitiers, sans distinguer le Haut du Bas Poitou.
 
Une sélection plus étroite des églises bénéficiant de notices particulières a donc été nécessaire, même si, concurremment, des monuments délaissés ont regagné le devant de la scène artistique. Grâce à  un découpage et un regroupement des édifices en itinéraires, l'ensemble du livre permet un survol exhaustif de l'expression romane en Poitou.
 
Passionnée d'iconographie médiévale, Laurence Brugger a initié ses études à  l'Université de Genève, auprès du Professeur Yves Christe, avant d'élargir son champ de recherches d'abord à  l'Italie, puis à  la France, où elle a officié en qualité de directeur d'études invité à  l'Ecole Pratique des Hautes Etudes.
 
Comme Professeur de recherches auprès de l'Université de Fribourg, elle a poursuivi des recherches sur l'Espagne romane, et se consacre aujourd'hui l'élaboration d'un vaste corpus iconographique des voussures romanes et gothiques.
 



La Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême

La Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême est de style Roman, elle est surtout remarquable par sa façade et les sculptures de celle-ci.
 
Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Trois édifices ont précédé la cathédrale actuelle. Le premier dès le IVème siècle et détruit par les invasions barbares du Vème siècle. Le second à l'époque du roi Franc Clovis, il est détruit par un incendie en 981. Un troisième est construit autour de l'An Mil.
 
Ce dernier édifice est reconstruit par l'évêque Gérard de Blay à partir de 1110. L'église était très avancée en 1128 quand elle a été consacrée puis achevée autour de 1160. Des chapelles y ont été ajoutées au XIIIème siècle.
 
                                                                    Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
A deux reprises, pendant les Guerres de Religion en 1562 et surtout en 1568, la cathédrale est endommagée par les Protestants, c'est à ce moment qu'elle perd son clocher Sud.
 
Plan de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Sa restauration commence en 1575 et s'étale sur plus de 60 ans puisqu'elle ne s'achève qu'en 1638.
 
Le cloitre qui était situé à l'angle du croisillon et de la nef côté Nord est détruit en 1812.

 
 
Plan de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
Les parties de l'époque Romane (XIIème siècle) sont en foncé

 
Les travaux entre 1866 et 1875
De 1866 à 1875, une importante restauration est engagée par l'architecte Paul Abadie fils.
 
Il fait disparaitre la crypte du VIème siècle et les chapelles de la fin du XIIIème siècle.
 
Il retouche la façade en y ajoutant un fronton et deux tours qui n'existaient pas, en bas il ajoute deux statues équestres.
 
Il refait les murs gouttereaux de la première travée, reconstruit la coupole au-dessus de la croisée du transept et refait les absidioles du chevet sauf celle au Nord-Est.
 
Il démolit puis reconstruit quasiment à l'identique les quatre étages supérieurs du clocher Nord.
 

La façade

Sculpture de la façade de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême   La façade sculptée de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
La façade sculptée de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Façade de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
La façade a été reprise par Paul Abadie, à l'origine elle se terminait par une simple corniche horizontale, il y a ajouté la partie haute avec le fronton et les deux tours aux extrémités.
 
La plupart des sculptures et bas-relief sont de l'époque Romane, elles ont été réalisées entre 1120 et 1135.
 
Elle est divisée en cinq parties verticales delimitées par des colonnes et des arcades.
 
Les nombreux personnages (sur environ 70 statues et bas-reliefs) sont disposés dans des arcatures superposées ou dans des médaillons (cf photos ci-contre et ci-dessus), les arcades centrales sont plus hautes. Le thème principal associé aux sculptures est le Jugement Dernier mais une partie évoque aussi l'Ascension (en particulier les tympans du rez de chaussée).
 
La partie inférieure de la façade (cf photo ci-dessus) a été rétablie dans son aspect d'origine. Elle interprète la Vie terrestre: scènes de chasse, chevaux, vices et vertus. Le tympan central a été refait, il représente un Christ en gloire entouré de deux anges agenouillés. Dans les tympans latéraux des apôtres tiennent l'Evangile et partent prêcher. La frise sous le tympan à droite du portail central représente une scène de bataille (cf photo ci-dessous).
 
Au-dessus les deux statues equestres ont été refaites au XIXème siècle, l'une représente Saint Michel combattant un dragon (cf photo ci-dessus à gauche), l'autre Saint Martin coupant son manteau pour en donner une partie à un pauvre.
 
Partie centrale de l'étage de la façade de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
A l'étage, autour de la grande baie centrale les apôtres ont le visage tourné vers le Christ dans le tympan en haut de cette baie centrale. Il est dans une mandorle entouré par les symboles des quatre évangélistes.
 
Le bandeau intermédiaire évoque sur toute la largeur de la façade le Jugement Dernier, les Elus sont en position centrale tandis que les Damnés et les scènes de châtiments sont positionnés aux extrémités.
 
Scène de bataille sculptée sur la façade de la cathédrale d'Angoulême
Scène de bataille sculptée sur la façade de la cathédrale d'Angoulême
 

La nef

Nef et coupoles de la cathédrale d'Angoulême             Coupole de la cathédrale d'Angoulême
Nef et coupoles                                    Cathédrale Saint Pierre d'Angoulême                                    Coupole au-dessus de la croisée du transept
 
La nef est unique, sans bas-côtés, et comporte trois travées recouvertes par des coupoles sur pendentifs qui ont un grand diamètre (cf photo ci-dessus à gauche). De grands arcs s'appuyant sur des piliers rectangulaires avec des colonnes engagées supportent les coupoles. Les murs gouttereaux sont renforcés à la fois par les puissants piliers et par des arcatures.
 
La croisée du transept est surmontée d'une coupole (cf photo ci-dessus à droite), elle s'appuie sur quatre arcs brisés retombant sur de puissants piliers. Elle date de 1875 et remplace la coupole d'origine détruite en 1568. Cette coupole repose sur un tambour octogonal avec des arcatures en plein cintre. Les bras sont assez courts et voûtés en berceau légèrement brisé, à l'origine chaque extrémité portait un clocher, il ne reste que celui du côté Nord.
 
Le transept Nord, de même d'ailleurs que l'abside, ont conservé une bonne partie des sculptures d'origine Romane, beaucoup de motifs sont végétaux mais certaines comportent des scènes historiées (cf photos ci-dessous).
 
Sculptures de la cathédrale d'Angoulême             Sculptures de la cathédrale d'Angoulême
Sculptures de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Chevet de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Le choeur commence par une grande arcade légèrement brisée et à double rouleau reposant sur des colonnes engagées de piliers.
 
Ce choeur est allongé et large et voûté en berceau brisé. Il est entouré latéralement par quatre absidioles rayonnantes sans pour autant avoir de déambulatoire. L'abside est précédée d'une longue travée, elle est voûtée en cul-de-four.
 
A l'extérieur le chevet est en demi-cercle avec les quatre absidioles, au centre une grande baie avec un vitrail. Juste au-dessus de cette baie une frise sculptée représente une scène de chasse avec une biche agressée par deux chiens.
 
Chevet et clocher Nord de la cathédrale Saint Pierre d'Angoulême
 
Le clocher Nord
A l'origine, la cathédrale avait deux clochers, le clocher Sud qui portait une flèche a été détruit au moment des Guerres de Religion.
 
Le clocher Nord a six étages superposés et disposés en retrait (cf photo ci-contre), il s'élève à près de 60 mètres de hauteur. Les quatre étages supérieurs ont été refaits presque à l'identique dans la restauration du XIXème siècle.
 
Ce clocher est soutenu par une coupole reposant sur une base octogonale avec des colonnes surmontées de chapiteaux sculptés représentant des personnages, des oiseaux et des feuilles d'acanthe.
 
Les étages supérieurs sont décorés avec des arcatures en plein cintre. On en compte deux grandes avec des baies ajourées et jumelées, sur chaque face, au troisième étage, trois au quatrième étage, trois doublées au cinquième étage et quatre au sixième étage.
 
En savoir plus sur le département de la Charente                                     En savoir plus sur Angoulême
 
 

 
Votre Hôtel à Angoulême   



En savoir plus sur:     L'Art Roman       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 

Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age

La description des églises et édifices de l'architecture religieuse nécessite la connaissance d'un vocabulaire spécialisé dont les expressions ne sont pas intuitives. Pour vous aider vous pouvez vous appuyer sur cette page:
 
Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age
 

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts
 



Abbaye de Saint Amant de Boixe
 

Saint Amant de Boixe

Saint Amant de Boixe se situe à une vingtaine de kilomètres au Nord d'Angoulême.
 
Au VIIème siècle, un ermite, Amant, vient s'installer dans une vaste forêt. Il y meurt vers 680 entouré de diciples qui élèvent un sanctuaire sur sa sépulture. Un pélerinage sur celle-ci se développe et bientôt un monastère y est édifié.
 
Il est transféré à Saint Amant de Boixe un peu avant l'An Mil, au début du XIIème siècle le corps de Saint Amant est redécouvert et amené dans ce nouveau monastère.
 
Le monastère devient une abbaye qui prend plus d'importance et elle reçoit de nombreux dons. Grace à ceux-ci l'édifice est reconstruit à partir du début du XIIème siècle. Il est édifié sur le flanc d'une colline et il est de style Roman.
 
                                                                                    Abbaye de Saint Amant de Boixe
 
Les travaux commencent par le chevet, puis le transept et la nef avec ses bas-côtés et la façade. L'église est achevée à la fin du XIIème siècle, ainsi que le cloitre et les bâtiments conventuels (cuisine réfectoire et cellier).
 
L'église est endommagée au moment de la Guerre de Cent Ans, c'est alors que le chevet est en partie détruit.
 
Plan de l'église de Saint Amant de Boixe
 
Il est reconstruit au XVème siècle, l'abside et les absidioles au Sud de l'abside sont remplacées par un choeur de trois travées à chevet plat et avec une chapelle rectangulaire côté Sud (cf plan ci-contre), le tout en style Gothique.
 
Plan de l'église de Saint Amant de Boixe
 
Elle est également endommagée au moment des Guerres de religion. Elle ne s'en remet pas et périclite à partir de là.
 
Au moment de la Révolution Française les bâtiments conventuels sont vendus comme Biens Nationaux et plus tard l'église abbatiale devient celle de la paroisse.
 
Façade de l'église de Saint Amant de Boixe
Façade de l'église de Saint Amant de Boixe
 
La partie la plus remarquable est la façade qui date de la fin du XIIème siècle (cf photo ci-dessus), elle est divisée horizontalement en trois niveaux et verticalement en trois parties. Elle est épaulée par quatre colonnes portées par des piédroits dont la base est munie de griffes.
 
En bas le portail central est à cinq voussures en plein cintre soutenues par des piédroits et des colonnettes. Il est encadré par deux arcatures aveugles à une seule voussure en plein cintre, la séparation est marquée par les piédroits et les colonnes. Jadis l'arcature Sud était ouverte.
 
A l'étage la baie centrale comporte trois voussures en plein cintre, elle est encadrée par deux petites arcatures aveugles, des colonnes marquent la séparation avec de grandes arcatures aveugles qui sont également en plein cintre et ont en bas un oculus aveugle.
 
Sur ces deux niveaux (en bas et à l'étage) les chapiteaux sont décorés par des sculptures de feuillages, d'animaux, d'entrelacs, etc. Les faces des voussures sont sculptés de motifs géométriques.
 
Un petit pignon triangulaire ne s'élève qu'au-dessus de la partie médiane de l'étage, il est percé d'une baie en plein cintre.
 
Voûte du collatéral de l'église de Saint Amant de Boixe               Intérieur de la nef de l'église de Saint Amant de Boixe
Travée du collatéral voûtée en arêtes                     Eglise de Saint Amant de Boixe                     Intérieur de la nef
 
A l'intérieur de l'église, la nef a cinq travées, la première est un peu plus longue que les autres. Cette nef est voûtée en berceau très légèrement brisé et renforcé par des doubleaux, les arcades retombent sur des colonnes engagées dans des piliers et dont les chapiteaux sont sculptés (cf photo ci-dessus à droite). Les collatéraux sont étroits et voutés également en berceau sauf la dernière travée qui est voûtée d'arêtes (cf photo ci-dessus à gauche).
 
Les murs gouttereaux sont renforcés à l'intérieur par des arcades percées de fenêtres encadrées par des colonnettes et qui assurent l'éclairage de l'église et à l'extérieur par des contreforts doublés.
 
Eglise de Saint Amant de Boixe
 
Le transept comporte une croisée et deux bras saillants. Les voûtes des croisillons ont été percées par les Protestants au moment des Guerres de religion, elles ont été refaites à la fin du XVIème siècle.
 
Le croisillon Nord a conservé ses deux absidioles en hémicycle et voûtées en cul-de-four. Le croisillon Sud a une travée rectangulaire avec, en contrebas, d'une autre datant de la fin du XIIIème siècle et voûtée en berceau brisé, elle comporte des peintures murales de cette époque.
 
La croisée du transept est supportée par quatre puissants piliers avec colonnes engagée, elle est surmontée par une coupole sur pendentifs qui s'appuie sur six nervures convergeant vers le trou sommital. Les chapiteaux des piliers de la croisée du transept sont sculptés
 
Chevet, transept et clocher de l'église de Saint Amant de Boixe
 
Au-dessus de la coupole s'élève un clocher carré à deux étages. Le premier étage a cinq arcs aveugles en plein cintre sur chaque face, le second trois baies jumelles ouvertes et également en plein cintre. Le tout est surmonté par une flèche en ardoises.
 
Le choeur, refait au XVème siècle, est légèrement desaxé, il comporte trois travées voûtées d'ogives. Le chevet est plat (cf photo ci-contre) et percé d'une grande baie avec un remplage de style Gothique flamboyant.
 
L'édifice et certains bâtiments annexes ont été explorés et restaurés à la fin du XXème siècle.
 



 
L'Art Roman en France
 
En savoir plus sur le vocabulaire de l'Architecture religieuse
 



 
Tympans et portails romans de Michel Pastoureau -   ISBN: 2021084930
 
L'art roman est à la mode : notre oil moderne est davantage séduit par l'imagerie des églises romanes que par celle des églises gothiques.
 
Mais cette préférence ne s'accompagne pas toujours du savoir qui permettrait d'en comprendre les significations. En s'intéressant aux tympans et aux portails les auteurs montrent comment le décor sculpté n'a rien d'ésotérique.
 
Il a un rôle d'enseignement, à la fois théologique et moral, et est également mis en relation avec les rituels liturgiques (prières, chants, lectures, processions) qui se déroulent aux portes des églises.
 
Michel Pastoureau est historien, spécialiste des couleurs, des images et des symboles. Médiéviste, il a publié aux Editions du Seuil de nombreux livres dont certains ont été traduits dans une trentaine de langues.
 
Parmi les plus récents: Une histoire symbolique du Moyen-Age occidental (2004); L'Art héraldique au Moyen-Age (2007); Bestiaires du Moyen-Age (2011), Vert.
 



L'Architecture Gothique   de Alain Erlande-Brandenburg - ISBN: 2877475786



Architecture Romane, architecture Gothique   Alain Erlande-Brandenburg   -- ISBN: 2877476820



Memento Gisserot d'Architecture Gothique-- ISBN: 2877477606



Memento Gisserot des Cathedrales Eglises et Abbayes-- ISBN: 2877477622



Découvrir une église: Guide du visiteur
de Olivier Mignon, Frédéric Siard, Jean-Pierre Mouton - ISBN: 2708239392
Qu'est-ce qu'une Cathédrale ? Une abbatiale ? Une basilique ? Comment distinguer les styles roman, gothique, baroque ? Où se trouve le baptistère ? Pourquoi y a-t-il deux clochers ? Qu'est-ce qu'un transept ? Un narthex ? Un déambulatoire ?
Les questions ne manquent pas quand on visite une église. Ce guide propose de découvrir cet édifice religieux grâce à 340 mots-clefs définis tout au long de l'ouvrage et répertoriés dans un index.
Douze chapitres expliquent les étapes de sa construction, son aménagement et l'usage qui est fait de son espace. Soixante dessins permettent de visualiser les plans, les techniques de construction, les façades, la forme des bâtiments, les détails, les vêtements liturgiques.



Plassac-Rouffiac

Plassac-Rouffiac est un village du département de la Charente qui se situe à six kilomètres au Sud-Ouest de Mouthiers sur Boeme. Il est sur le tracé de l'ancienne voie Romaine qui allait de Mediolanum (Saintes) à Vesuna (Périgueux) et Lugdunum (Lyon). Elle était aussi sur un chemin du pélerinage de Saint Jacques de Compostelle.
 
L'église Saint Cybard de Plassac se situe en haut d'une colline dominant les environs. Elle a été construite au milieu du XIIIème siècle en style Roman et restaurée à la fin du XIXème siècle.
 
Eglise Saint Cybard de Plassac         Eglise Saint Cybard de Plassac
Chevet                                 Eglise Saint Cybard de Plassac                                   Façade et clocher             
 
Chapiteau sculpté de l'église Saint Cybard de Plassac
 
La façade (cf photo ci-dessus à droite) est sur quatre niveaux.
 
En bas le portail est entouré de trois voussures en plein cintre et nues, il est encadré par deux arcatures aveugles.
Au-dessus se développent deux registres d'arcatures aveugles en plein cintre (5 au premier étage et trois au deuxième). Une corniche avec des modillons effectue la séparation d'avec un pignon triangulaire simple qui a été réalisé plus tardivement.
 
Les chapiteaux portent des sculptures représentant des feuillages, des visages humains, des oiseaux et des animaux. Celles des modillons ont pour thèmes un acrobate renversé, des humains et des animaux.
 
Chapiteau sculpté du chevet de l'église Saint Cybard de Plassac
 
Le chevet est découpé par des groupes de trois colonnes contreforts, sur chacune des cinq parties une arcade en plein cintre enveloppe une baie ouverte sur deux parties et aveugle sur les trois autres. Une corniche parcourt le haut du chevet et délimite la toiture.
 
Le mur Sud a été reconstruit à la fin du XIIème et à nouveau au XVème siècle. Sur le mur de gros contreforts réalisés au XVème siècle englobent ceux du XIIème.
 
Eglise Saint Cybard de Plassac     Eglise Saint Cybard de Plassac
Vers la façade                                 Eglise Saint Cybard de Plassac                                             Abside            
 
Chapiteaux de l'abside de l'église Saint Cybard de Plassac
 
A l'intérieur, la nef est unique et comporte trois travées, elle est voûtée en berceau brisé (cf photo ci-dessus à gauche). Les arcs retombent sur des colonnes portant des chapiteaux sculptés.
 
En avant du choeur, un carré est surmonté par une coupole sur pendentifs avec au-dessus le clocher hexagonal avec un étage à baies géminées et une flèche conique à écailles.
 
Une crypte est implantée sous le choeur, son but est de compenser la déclivité du sol, elle a sans doute abrité les reliques de Saint Cybard au Moyen-Age.
 
Chapiteaux de l'abside de l'église Saint Cybard de Plassac
 
L'abside est en hémicycle et voûtée en cul-de-four avec un oculus qui l'éclaire (cf photo ci-dessus à droite). Une série de onze petites arcades sont soutenues par des colonnettes portant des chapiteaux sculptés (cf photo ci-contre): personnages, lions, acrobates, oiseaux, chouette, griffons, feuillages, etc.
Au-dessus une corniche présente des métopes et modillons également sculptés avec des rinceaux et des palmettes.
 



Châteauneuf sur Charente

Châteauneuf sur Charente est une petite ville située à une vingtaine de kilomètres à l'Ouest d'Angoulême et à environ 25 kilomètres à l'Est de Cognac. Comme son nom l'indique elle est sur les rives de la Charente.
 
Son nom vient d'un château établi dès le Haut Moyen-Age pour surveiller la circulation sur la Charente et la traversée de cette rivière d'abord par un gué puis par un pont. Un bourg s'est formé autour de ce château.
 
La ville et surtout le château et le pont sont des enjeux pendant la Guerre de Cent Ans. Les Français reprennent cette position vers 1380.
 

L'église Saint Pierre aux Liens

Eglise Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente
Eglise Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente: côté Nord
 
Plan de l'église Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente
 
A l'origine, cette église faisait partie d'un ancien Prieuré de l'Abbaye de Bassac située à une dizaine de kilomètres vers le Nord-Ouest.
 
La première église construite sur ce site était antérieure à l'An Mil, l'édifice actuel est du milieu du XIIème siècle, il est principalement de style Roman.
 
Il a souffert au moment de la Guerre de Cent Ans dans la seconde partie du XIVème siècle.
 
Plan de l'église Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente
 
L'église a été reprise au XVème siècle (cf plan ci-contre), toute la partie Nord-Est a été refaite, ce qui est bien visible sur la photo du côté Nord au-dessus: la partie à droite comporte des arcades romanes, le clocher et la partie à droite est de style Gothique.
 
Elle est à nouveau endommagée au moment des Guerres de Religion.
 
La façade a été restaurée dans la seconde partie du XIXème siècle.
 
La façade
Eglise de Châteauneuf sur Charente   Eglise de Châteauneuf sur Charente
Façade, côté Nord et Clocher                                   Eglise Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente                                 Façade
 
Elle a une hauteur de 24 mètres et elle est divisée verticalement en trois parties délimitées par des pilastres surmontés par des colonnes (cd photos ci-dessous). Elle est également divisée en trois parties horizontalement.
 
En bas le portail central comporte trois voussures en plein cintre sculptées qui retombent sur un pilastre et deux colonnes surmontés de chapiteaux sculptés qui sont prolongés par des frises (cf photo ci-dessous à droite).
 
Ce portail est encadré par deux arcades aveugles, en arc très légèrement brisé, à une voussure sculptée qui retombe sur des colonnettes surmontées de chapiteaux sculptés très travaillés (cf photo au-dessous).
 
Une corniche portée par des modillons et métopes sculptés sert de séparation avec l'étage.
 
A cet étage l'arcade côté Nord renferme une statue équestre assez abimée, le cheval du cavalier foule au pied un personnage au sol, ceci évoque l'Empereur Constantin foulant le paganisme en faveur de l'Eglise symbolisée par la femme debout (cf photo ci-dessous à gauche).
 
L'arcade Sud comporte deux arcs de rayons différents, elle est percée par un oculus en haut et une rosace en bas.
 
Dans la partie centrale une baie en plein cintre avec deux voussures est encadrée par deux statues d'apôtre. Bien-dessus une corniche à modillons délimite un pignon à ressaut.
 
Eglise de Châteauneuf sur Charente   Eglise de Châteauneuf sur Charente
Statue du Cavalier                                 Eglise de Châteauneuf sur Charente                                 Portail avec voussures sculptées
 
Chapiteaux sur le côté Sud du portail de l'église de Châteauneuf sur Charente
Chapiteaux sur le côté Sud du portail de l'église de Châteauneuf sur Charente
 
La nef, le transept et le choeur
Eglise de Châteauneuf sur Charente   Eglise de Châteauneuf sur Charente
Nef vers le choeur et le chevet                                Eglise Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente                                Partie Nord-Est du transept
 
La nef est accompagnée de bas-côtés, ils comportent six travées voûtées en berceau légèrement brisé, elles sont supportées par des doubleaux retombant sur piliers avec colonnes accolées (cf photo ci-dessus à gauche). Il en est d'ailleurs de même pour les grandes arcades latérales en plein cintre.
 
Les fenêtres sont percées dans les murs gouttereaux et donnent sur les bas-côtés. Les deux derniers bas-côtés Nord donnent sur une chapelle du XVème siècle surmontées d'une voûte en ogives, cette chapelle est surmontée par le clocher auquel on accède par un escalier à vis.
 
Le carré du transept incorpore le prolongement des deux bas-côtés, le croisillon Nord est voûté d'ogives (cf photo ci-dessus à droite). Le croisillon est resté de style Roman, il est vouté en berceau brisé et dessert une absidiole voûtée en cul-de-four. Vu de l'extérieur, le croisillon Nord est soutenu par de puissants contreforts ainsi d'ailleurs que le clocher (cf photo au-dessus).
 
Le choeur est du XVème siècle, il est constitué d'une travée voûtée d'ogives. Il s'achève par un chevet percé d'une grande baie avec meneaux et remplages de style Gothique flamboyant.
 
Les chapiteaux sculptés à l'intérieur de l'édifice représentent des feuillages, des animaux réels ou fantastiques, des personnages et des scènes historiées (cf photos ci-dessous).
 
Eglise de Châteauneuf sur Charente   Eglise de Châteauneuf sur Charente
Chapiteaux sculptés à l'intérieur de l'église Saint Pierre aux Liens de Châteauneuf sur Charente
 

 

Eglise de Saint Surin

L'église de Saint Surin (déformation de Séverin) remonte sans doute au IXème siècle avec des reprises (principalement des surélévations) réalisées au XIème siècle. L'évêque d'Angoulême Gérard de Blay l'attribue à l'Abbaye Saint-Florent de Saumur en 1114.
 
Au début du XVIème siècle une partie de la voûte s'écroule. Elle a été rachetée et restaurée par une association à partir du début des années 1980.
 
Eglise de Saint Surin à Châteauneuf sur Charente   Eglise de Saint Surin à Châteauneuf sur Charente
Eglise de Saint Surin à Châteauneuf sur Charente
 
C'est une petite église, elle fait 18 mètres de long sur six de largeur pour la nef et 4 pour le chevet (cf photos ci-dessus).
 
La façade est simple, en bas une porte surmontée par une fenêtre et au-dessus un pignon.
 
La nef a deux travées et le carré est surmonté d'une coupole sur pendentifs supportée par des arcs en plein cintre. Les murs gouttereaux sont renforcés par des arcades plein cintre, vus de l'extérieur ils sont épaulés par de puissants contreforts. L'église possède un clocher-arcade à deux ouvertures.
 
L'abside est plus petite, elle est voûtée en cul-de-four avec une fenêtre en plein cintre dans l'axe. A l'extérieur le chevet est renforcé par des contreforts plats et en hauteur une corniche est supportée par des contreforts non sculptés.
 



Eglise Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard

Cette église se situe dans la petite ville de Montmoreau-Saint Cybard qui est à un peu plus de 30 kilomètres au Sud d'Angoulême et à une quinzaine au Nord de Chalais.
 
Au Moyen-Age cette église faisait partie d'un Prieuré qui dépendait de l'Abbaye de Nanteuil, elle accueillait les pèlerins en route vers Saint Jacques de Compostelle.
 
Elle a été construite à la fin du XIIème siècle, endommagée en 1562, au début des Guerres de Religion et mal réparée. Au milieu du XIXème siècle le clocher a été refait et la façade, le bras Nord du transept et les voûtes ont été restaurés.
 
Eglise Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard   Eglise Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard
Vue d'ensemble (côté Nord)                                   Eglise Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard                                   Façade occidentale
 
Plan de l'église Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard
 
La façade occidentale (cf photo ci-dessus à droite) est renforcée et divisée verticalement par quatre contreforts-colonnes. De même des bandeaux marquent la séparation horizontale en trois niveaux, le dernier étant un pignon triangulaire reconstruit au XIXème siècle avec une fenêtre sur colonnettes.
 
En bas le portail est entouré par cinq voussures dont l'intrados polylobé, ces voussures sont décorées de palmettes et de motifs géométriques. Ce portail est encadré par deux arcatures aveugles en plein cintre avec deux voussures et une archivolte décorée. Chacune de ces arcatures comporte un tympan qui présente la statue d'un lion entouré de rinceaux (cf photo ci-dessous).
 
Statue d'un lion sur la façade de l'église Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard
Statue d'un lion sur la façade de l'église Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard
 
Au premier étage les cinq arcades sont en plein cintre avec cordons et colonnette, seule l'arcade centrale est ouverte, les autres sont aveugles.
 
Plan de l'église Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard
 
 
Chevet de l'église Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard
 
La nef est unique et comporte trois travées plus une petite côté Ouest, elles sont voûtées en berceau brisé et les doubleaux et arcades retombent sur des colonnes engagées et des dosserets. Les première et deuxième travées sont éclairées par deux fenêtres de chaque côté, la dernière n'en a qu'une.
 
La croisée du transept est couverte par une coupole sur pendentifs. Les croisillons sont couverts d'un berceau brisé, le bras Sud et sa chapelle sont d'origine (XIIème siècle) tandis que la chapelle rectangulaire côté Nord est du XVème siècle et voûtée d'ogives. Ces chapelles possèdent des chapiteaux sculptés.
 
Chevet de l'église Saint Denis de Montmoreau-Saint Cybard
 
Le choeur s'achève par une abside en hémicycle qui est voûtée en cul-de-four et décorée par une arcature de cinq baies en plein cintre avec des colonnes surmontées de chapiteaux sculptés.
 
Le chevet (cf photo ci-contre) est renforcé par des contreforts-colonnes qui supportent une corniche avec des modillons sculptés de têtes (hommes et animaux).
 
Ces contreforts délimitent cinq parties percées chacune d'une baie en plein cintre dont la voussure intérieure retombe sur une colonnette avec un chapiteau sculpté et la voussure extérieure retombe sur des piédroits.
 



Château et village d'Aubeterre sur Dronne
 

Aubeterre sur Dronne

La petite ville d'Aubeterre sur Dronne se situe à l'extrême Sud du département de la Charente. Au Moyen-Age elle faisait partie du Périgord.
 
Les premiers seigneurs d'Aubeterre apparaissent au tournant de l'An Mil, au début du XIIème siècle la seigneurie passe aux vicomtes de Castillon.
 
Château et village d'Aubeterre sur Dronne
 
Le village est dominé par un château-fort médiéval (cf photo ci-contre)
 
Il possède deux églises d'origine Romane intéressantes: la Collégiale Saint Jacques et l'église troglodyte Saint Jean.
 

 

Collégiale Saint Jacques

L'origine de cette collégiale remonte à la fin du XIème siècle, elle a été très endommagée par les Protestants en 1562, au début des Guerres de religion. Elle se situe dans la partie haute du bourg.
 
Portail polylobé de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne   Eglise Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
               Portail polylobé                                Eglise Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne                     Façade Romane et vue d'ensemble                                  
 
Sculptures sur la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
 
La partie la plus intéressante est la façade Romane (cf photo ci-contre) qui se développe sur 18 mètres de longueur, elle a été réalisée au milieu du XIIème siècle. Elle comporte de très nombreuses et remarquables sculptures comme le montrent les photos ci-contre et ci-dessous.
 
Le reste de l'église est une reconstruction du début du XVIIIème siècle.
 
Cette façade est divisée verticalement en trois parties par des colonnes jumelles et horizontalement par des corniches à modillons.
 
Sculptures sur la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
 
En bas, le portail central est entouré d'un intrados polylobé et de cinq voussures décorées de motifs géométriques et floraux.
 
Les arcades latérales sont aveugles en plein cintre avec trois voussures. De nombreux chapiteaux au-dessus des colonnettes du portail et des arcades latérales représentent des formes géométriques, des végétaux, des animaux mais aussi des scènes de combat entre hommes et animaux.
 
On y trouve aussi des scènes d'hommes au travail (cf photos ci-dessous).
 
Sculptures sur la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
Sculptures sur la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
 
Sculptures sur la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
Sculptures sur la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
 
A l'étage se développe un registre de douze arcatures aveugles en plein cintre avec des colonnettes, il a été restauré au début du XXème siècle.
 
Les chapiteaux et les arcs sont sculptés et la corniche supérieure est supportée par des modillons (cf photo ci-dessous).
 
Sculptures à l'étage de la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
Sculptures à l'étage de la façade de l'église Saint Jacques d'Aubeterre sur Dronne
 
Au-dessus, le troisième niveau est mutilé, il reste des éléments d'une statue équestre très abimée.
 

 
Eglise troglodyte Saint Jean à Aubeterre sur Dronne
 

Eglise Saint Jean

Cet édifice souterrain se situe en contrebas du bourg. C'est une ancienne église paroissiale dont l'origine remonte sans doute au XIIème siècle et qui a perduré jusqu'en 1750. Elle comprenait des constructions extérieures qui ont maintenant disparu.
 
Vers la fin du XVIIIème siècle elle est transformée en cimetière puis devient un dépôt de salpêtre au moment de la Révolution Française.
 
L'église troglodyte a été creusée dans une falaise de la vallée de la Dronne.
 
Eglise troglodyte Saint Jean à Aubeterre sur Dronne: abside en cul-de-four
 
Sa nef fait plus de 17 mètres de longueur et 11 mètres en largeur, avec une voûte en berceau, au Nord trois grandes arcades en plein cintre donnent accès à un bas-côté dont le plafond est plat.
 
L'abside est voûtée en cul-de-four et comporte un bloc monolithe hexagonal sur deux niveaux, taillé dans la pierre, il fait environ six mètres de hauteur (cf photo ci-contre).
 
Ce monument est sans doute su XIIème siècle. Chaque face présente des arcades aveugles dont les arcs retombent sur des colonnettes surmontées de chapiteaux sculptés.
 
En 1630 il a accueilli les sépultures du Maréchal d'Aubeterre (mort en 1618) et de sa femme.
 



Abbaye Saint Pierre de Lesterps

Le village de Lesterps est à 8 kilomètres à l'Est de Confolens.
 
L'Abbaye Saint Pierre de Lesterps (cf photo ci-contre) a été fondée au début du XIème siècle par Jourdain I de Chabanais, il avait auparavant fait donation d'une chapelle préexistante sur ce site. La direction en est prise par Gautier, fils d'un chevalier de Confolens devenu chanoine au Dorat.
 
Ses débuts sont difficiles puisque vers 1040 Jourdain III de Chabanais conteste cette donation, il envahit et incendie l'abbaye.
Son suzerain, le comte Aldebert de la Marche, intervient alors, le conflit est très violent. La paix rétablie, l'abbé Gautier obtient des donations importantes des belligérants et autres seigneurs qui lui permettent de reconstruire l'édifice.
 
Vers 1070 la nef et les bas-côtés sont achevés puis le choeur de trois travées et l'abside en hémicycle. Des travaux complémentaires sont conduits au XIIème siècle, la nef est agrandie sur le côté Est, les murs gouttereaux sont surélevés pour percer des baies améliorant l'éclairage, l'abside est refaite et entourée par un déambulatoire avec trois chapelles rayonnantes, deux absidioles s'ouvrent sur les bras du transept, etc.
 
Cette abbaye devient rapidement une des plus riches du Limousin avec de nombreux prieurés établis dans cette province et dans ses voisines.
 
Elle est endommagée par un incendie au XIVème siècle puis à nouveau au moment des Guerres de Religion. Des travaux sont entrepris dans les années 1660 avec en particulier la reconstruction des bâtiments conventuels (refectoire, dortoirs, greniers, etc) comme le montre la gravure ci-dessous à gauche.
 
Au XVIIIème siècle, n'étant plus réparée l'abbaye se dégrade et au début du XIXème siècle le transept et le choeur tombent en ruines, ils servent alors de carrière de pierres pour les habitants du voisinage. Certains bâtiments conventuels ont été démolis au début du XXème siècle.
 
De l'édifice ancien subsiste le clocher porche et les trois premières travées de la nef et ses bas-côtés, cet ensemble étant du XIème siècle. L'abside est moderne. L'édifice a été restauré en 2011.
 
Plan de l'Abbaye Saint Pierre de Lesterps   Ruines de l'Abbaye Saint Pierre de Lesterps
           Plan du XVIIème siècle                     Abbaye Saint Pierre de Lesterps             Etat de l'Abbaye au milieu du XIXème siècle
 
Clocher de l'Abbaye Saint Pierre de Lesterps
 
Le Clocher-porche
L'église conserve un clocher-porche Roman à cinq niveaux délimités par des bandeaux, il s'élève à plus de 40 mètres de hauteur, il a été épargné par l'incendie de 1040. Les parties basses sont restées inchangées, les parties hautes (au-dessus du deuxième étage) ont été reprises.
 
En bas se trouve un porche carré encadré par huit piliers de la fin du Xème siècle, les voûtes sont soutenues par des arcades en plein cintre. Des baies donnent accés aux travées de la nef.
Le premier étage est nu et un bandeau délimite le second étage, des contreforts-colonnes soutiennent la construction du bas jusqu'en haut du second étage.
Ce second étage est divisé en trois par ces colonnes, la grande baie centrale est entourée par deux baies aveugles. Cet étage comporte une grande salle supportée par des pilastres, elle est surmontée par une coupole qui occupe le troisième étage, à l'xtérier celui-ci est conforté par des pilastres.
Le quatrieme étage est percé de trois baies en plein cintre sur chaque face, il contient une seconde coupole. Au-dessus s'élève un toit pyramidal à quatre pans dont la couverture a été refaite en 1954.
 
Clocher de l'Abbaye Saint Pierre de Lesterps
 
A l'intérieur, à l'envers de la façade un grand arc plein cintre supporte une tribune. La nef a trois travées voûtées en berceau, la voûte d'origine a été détruite par les Protestants en 1567 et refaite en 1663.
 
Les grandes arcades latérales, à doubles rouleaux en plein cintre, retombent sur de gros piliers. Le vaisseau central est contrebutté par des bas-côtés étroits et élevés voûtés en berceau sur doubleau, l'église est éclairée par les fenêtres de ces bas-côtés.
 
L'abside actuelle est une construction du XIXème siècle.
 



Guides Archéologiques de la France

 
Argentomagus: Oppidum gaulois, agglomération gallo-romaine et musée de Françoise Dumasy-Mathieu      
 
Sanxay : sanctuaire gallo romain de P. Aupert
 
Saintes antique : sanctuaire gallo romain de Louis Maurin et Marianne Thauré
 
Limoges antique de Jean-Michel Desbordes           

 
Plus de Guides Archéologiques de la France
 

 


Cartes Archéologiques de la Gaule

 
 
Le Cher 18     L'Indre 36     Indre et Loire 37

 
Les Deux-Sèvres 79     Charente 16      Charente-Maritime 17/1     Saintes 17/2

 
La Haute-Vienne 87      La Creuse 23      La Corrèze 19

 
Plus de Cartes Archéologiques sur la Gaule

 


 





 
Chemins de l'Art Roman en Poitou-Charentes de Frédérique Barbut -   ISBN: 2737351049

 
La région Poitou-Charentes est une des régions les plus riches de France en patrimoine roman.
 
Elle offre à  découvrir plus de sept cent cinquante églises et une centaine de donjons sur ses territoires chargés d'histoire, auxquels s'ajoutent les collections d'art et d'archéologie de ses musées.
 
Avec Saint-Savin-sur-Gartempe et une vingtaine d'autres églises, elle possède un ensemble de peintures murales de l'époque romane unique en France, en quantité et en qualité.
 
Parcourant ces chemins de l'art roman en Poitou-Charentes, les auteurs ont choisi un bouquet de sites pour offrir au lecteur comme au visiteur un aperçu de ces merveilles.
 








Principes et éléments de l'architecture religieuse médiévale
  de  Michel Henry-Claude, Laurence Stefanon, Yannick Zaballos, Sylvie Fournier -- ISBN: 2910685403
 







Arrondissement d'Angoulême
 
L'arrondissement d'Angoulême s'étend sur le centre et le Sud-Est du département où il est limitrophe avec le département de la Dordogne (Périgord).
 
Saint Amant de Boixe     Angoulême et ses environs     La Rochefoucauld et ses environs     Blanzac-Porcheresse     Plassac-Rouffiac
 
Cressac-St Genis         Poullignac         St Eutrope         Montmoreau-St Cybard         Villebois-lavalette         Aubeterre sur Dronne        
 



Angoulême et ses environs

Angoulême est le chef-lieu du département de la Charente. L'agglomération compte plus de 100000 habitants, ce qui représente près du tiers de la population de ce département. La seconde ville est Cognac avec environ 20000 habitants, les autres agglomérations ne dépassent guère les 5000 habitants.
 
La ville est à une centaine de kilomètres au Sud de Poitiers, à la même distance au Nord de Bordeaux et à l'Ouest de Limoges. Sa situation géographique en a fait un pôle autonome à toutes les périodes de son Histoire.
 
Panorama sur Angoulême
Panorama sur Angoulême
 
Angoulême est construite autour d'un éperon rocheux qui domine la Charente et son affluent la Touvre.
 
Hôtel de Ville d'Angoulême
 
Le centre-ville est implanté sur le plateau, c'est là que se trouvent les principaux monuments, les rues et maisons anciennes. Les édifices les plus intéressants se situent autour de la Cathédrale Saint Pierre et de l'Hôtel de Ville qui est l'ancien château. Il reste aussi des éléments de ses anciens remparts.
 
La ville se caractérise par ses nombreux espaces verts, en outre de plusieurs endroits on découvre de beaux panoramas sur les différents quartiers de la ville et la campagne proche.
 
En plus de la qui est un monument d'origine Romane, la ville a acquis une bonne notoriété grâce au Salon de la Bande Dessinée qui s'y tient chaque année.
 
                                                                                        Hôtel de Ville d'Angoulême
 
En contrebas ces quartiers sont structurés par les axes de communication qui conduisent au centre-ville.
 
Côté Est, le quartier de l'Houmeau est le principal moyen d'accès au centre avec d'importants axes routiers et la Gare SNCF.
 
En savoir plus sur Angoulême et ses environs     
 
Angoulême      Centre-ville      Halles      Hôtel de Ville (ancien château)      Cathédrale Saint Pierre      Eglise Saint André
 
Histoire d'Angoulême                  Les comtes d'Angoulême
 

Environs d'Angoulême
Plusieurs sites proches d'Angoulême possèdent des monuments intéressants: églises Romanes ou Gothiques. En partant du côté Est, ce sont Magnac sur Touvre, Touvre, Garat, Dirac, puis au Sud, La Couronne.
 
Un peu plus à distance se trouvent: au Nord Saint Amant de Boixe et au Sud Dignac, Mouthiers en Boëme et Plassac-Rouffiac.
 
Magnac      Touvre      Garat      Dirac      La Couronne      Saint Amant de Boixe      Dignac      Mouthiers en Boëme      Plassac-Rouffiac
 

 
Votre Hôtel à Angoulême   



La Rochefoucauld et sa région

La Rochefoucauld est une ville qui se situe à une vingtaine de kilomètres à l'Est d'Angoulême.
 
Son principal monument est un remarquable château qui est établi sur un promontoire au-dessus de la Tardoire, un affluent de la Charente. La Rochefoucauld conserve aussi des maisons anciennes , des églises et couvents intéressants à visiter.
 
La ville a un passé historique en relation avec l'importante famille des seigneurs de La Rochefoucauld dont l'auteur des Maximes de La Rochefoucauld.
 
Château de La Rochefoucauld
Le château de La Rochefoucauld et le pont du XVIIème siècle sur la Tardoire
 
La région de La Rochefoucauld correspond à peu près aux vallées de la Bonnieure, de la Tardoire et du Bandiat. Elle est limitée au Sud par le département de la Dordogne (Périgord).
 
Elle possède un riche patrimoine monumental d'abord avec ses châteaux dont le plus marquant est celui de La Rochefoucauld. Et surtout elle conserve de nombreuses églises Romanes des XIème et XIIème siècles.
 
Ce bel ensemble patrimonial favorise le développement progressif d'un tourisme culturel.
 

En savoir plus sur La Rochefoucauld et sa région
 
La Rochefoucauld :       Le Château       Histoire       Les seigneurs       Les Maximes de La Rochefoucauld
 
La région :           Lichères      Mouton      Bonnieure et Tardoire      St Amant de Bonnieure      St Angeau     
 
Ste Colombe      Coulgens      La Rochette      Agris      Rivières      La Rochefoucauld       Montbron      
 
Vallée du Bandiat       Feuillade       Marthon       Chazelles                 Grassac
 



Vue sur Confolens
 

Confolens et la Charente Limousine

Confolens est une sous-préfecture du département de la Charente. Elle est située au Nord-Est de ce département et faisait jadis partie du Limousin. La commune a maintenant intégré le village voisin de Saint Germain de Confolens. Elle est traversée par la Vienne.
 
Confolens est excentré à plus de 60 kilomètres d'Angoulême la préfecture du département et à 55 kilomètres de Limoges, ce qui fait que Confolens et sa région ont une vie et un développement assez spécifique.
 
                                                                        Vue sur Confolens et la Vienne
 
Confolens est la ville principale d'une petit Pays dénommé la Charente limousine qui touche à l'Est le département de la Haute-Vienne et au Nord celui de la Vienne.
 
Le Pays de Charente limousine appartenait jadis principalement au Limousin (Généralité et diocèse de Limoges). Au moment de la Révolution Française, lors de la constitution des départements il a été intégré à celui de la Charente.
 
Il regroupe deux Communautés de Communes qui représentent un peu plus de la moitié de l'arrondissement de Confolens. La soixantaine de communes est habitée par un peu moins de 40000 habitants, les principales villes sont: Confolens, Chabanais et Roumazières-Loubert. A l'Ouest et au Sud il touche la région de La Rochefoucauld.
 
L'activité économique de la Charente limousine est principalement tournée vers la polyculture et l'élevage.
 
Elle conserve un patrimoine monumental qui comprend la ville ancienne de Confolens, le site de de Cassinomagus de l'époque Gallo-Romaine, des châteaux-forts et des édifices Romans des XIème et XIIème siècles, en particulier l'ancienne Abbaye de Lesterps.
 
Ce bel ensemble patrimonial favorise le développement progressif d'un tourisme culturel.
 

Charente Limousine    Lessac       Saint Germain de Confolens       Esse       Confolens      
 
Lesterps    Brigueuil    Manot    La Péruse    Exideuil    Etagnac    Chabanais    Sires de Chabanais    Chassenon
 
 





 
Chemins de l'Art Roman en Poitou-Charentes de Frédérique Barbut -   ISBN: 2737351049

 
La région Poitou-Charentes est une des régions les plus riches de France en patrimoine roman.
 
Elle offre à découvrir plus de sept cent cinquante églises et une centaine de donjons sur ses territoires chargés d'histoire, auxquels s'ajoutent les collections d'art et d'archéologie de ses musées.
 
Avec Saint-Savin-sur-Gartempe et une vingtaine d'autres églises, elle possède un ensemble de peintures murales de l'époque romane unique en France, en quantité et en qualité.
 
Parcourant ces chemins de l'art roman en Poitou-Charentes, les auteurs ont choisi un bouquet de sites pour offrir au lecteur comme au visiteur un aperçu de ces merveilles.
 



 
Poitou Roman de Laurence Brugger - Zodiaque -   ISBN: 2736903137
 
Cette nouvelle (et troisième) version de Poitou roman renoue avec la première, qui recouvrait l'ensemble des monuments de l'ancien diocèse de Poitiers, sans distinguer le Haut du Bas Poitou.
 
Une sélection plus étroite des églises bénéficiant de notices particulières a donc été nécessaire, même si, concurremment, des monuments délaissés ont regagné le devant de la scène artistique. Grâce à  un découpage et un regroupement des édifices en itinéraires, l'ensemble du livre permet un survol exhaustif de l'expression romane en Poitou.
 
Passionnée d'iconographie médiévale, Laurence Brugger a initié ses études à  l'Université de Genève, auprès du Professeur Yves Christe, avant d'élargir son champ de recherches d'abord à  l'Italie, puis à  la France, où elle a officié en qualité de directeur d'études invité à  l'Ecole Pratique des Hautes Etudes.
 
Comme Professeur de recherches auprès de l'Université de Fribourg, elle a poursuivi des recherches sur l'Espagne romane, et se consacre aujourd'hui l'élaboration d'un vaste corpus iconographique des voussures romanes et gothiques.
 



En savoir plus sur:     L'Art Roman       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 

Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age

La description des églises et édifices de l'architecture religieuse nécessite la connaissance d'un vocabulaire spécialisé dont les expressions ne sont pas intuitives. Pour vous aider vous pouvez vous appuyer sur cette page:
 
Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age
 

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts
 



Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans      L'Anjou   Angers   Saumur   Le Saumurois   Fontevraud   Candes et Montsoreau
 
Le Poitou   Poitiers   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres       Le Poitou Roman   La Saintonge Romane   L'Angoumois Roman
 
Les Charentes    La Charente-Maritime   La Rochelle   Royan   Saintes      La Charente   Angoulême   La Rochefoucauld   Confolens
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux Issoudun La Châtre Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne Creuse Corrèze Limousin Roman   Auvergne  Allier Puy de Dôme Cantal Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac          L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


     Avec Google


Guides Pédestres des Charentes

Promenades dans la nature en Charente-Maritime

Charente Limousine - Tour de la Mandragore      La Charente à  pied

La Charente-Maritime et ses à®les GR 360      Le pays de Limoges à  pied




 
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes de France :
 
Paris  Cannes  Nice  Chamonix-Mont-Blanc  Lyon  Bordeaux  Marseille  Toulouse  Lille  Biarritz  Strasbourg  Honfleur  Saint Malo 
Montpellier  Cap d'Agde  Carcassonne  Sainte-Maxime  Val Thorens  Avignon  Tignes  Aix-en-Provence  Colmar  Saint-Jean-de-Luz 
Grimaud  Les Deux Alpes  Lourdes  Arles  Mandelieu La Napoule  Fréjus  Porto-Vecchio  Antibes  Les Menuires  Dijon  Méribel 
 
 Votre Hotel en France            Votre Hotel en Italie            Votre Hotel en Espagne